Fait de chez nous : Un père de famille qui se suicide à cause de la faim

vendredi 22 avril 2011 à 03h11min

Le corps de Tounko en putréfaction est découvert trois jours après son départ du domicile conjugal. De bouche à oreille, les villages environnants ont appris la triste nouvelle. Chaque village a ainsi délégué des émissaires pour l’enterrement de Tounko qui laisse derrière lui une veuve infortunée et 5 orphelins. Jeune cultivateur, la campagne agricole 2010-2011 n’a pas été du tout bonne pour Tounko. L’installation tardive de l’hivernage et les abondantes pluies très mal reparties dans le temps ont donc eu raison des superficies emblavées de Tounko.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Résultat, il n’a rien récolté du tout à la fin de la saison. Pour continuer de nourrir sa famille, Tounko descend dans le bas-fond du village comme plusieurs autres jeunes. Objectif, faire le maraîchage pour assurer la survie de ses enfants. Très courageux et avec l’aide de son épouse et deux de leurs enfants, Tounko a aménagé une grande surface. Il y plante de la tomate et quelques pieds d’oignon. L’entretien du jardin est sans faille.

Et la variété de tomate plantée a bien fructifié. Malheureusement pour Tounko, le panier de la tomate a été payé à un vil prix. Si les années antérieures des jardiniers ont vendu le panier de tomates à 5 000 FCFA voire 6 000 FCFA, cette année, le même panier a été vendu en deçà de 1000 FCFA. La raison est simple. La tomate ne pouvait pas être vendue hors de nos frontières. La crise postélectorale du côté de la Côte-d’Ivoire en est la cause. Tounko ne pouvait donc plus compter sur la vente de sa tomate pour nourrir sa famille. Il paye donc un filet et des hameçons et se convertit en pêcheur. Chaque matin de bonheur, Tounko était dans le marigot. Il retournait au village peu après midi. Le poisson pêché était ensuite remis à sa femme qui le vendait et payait des céréales pour le repas.

Tounko n’était pas seul à descendre au marigot. Ainsi donc, le poisson a fini par être rare dans l’eau. Alors que faire pour nourrir la famille ? Tounko à force de chercher la solution, ne dormait plus les nuits. Il a même dépéri comme s’il était malade. Malgré son courage, il n’a pas pu tenir. Un jeudi, rentré du marigot, il remet le peu de poisson qu’il avait eu à sa femme. Il lui dit de tout faire le vendre. Au lieu de rester dans la concession comme d’habitude, il dit à sa femme qu’il partait rendre visite à un ami. Il sort donc à pieds. Il a marché longtemps pour se retrouver dans la brousse d’un autre village. C’est là-bas qu’il s’est passé la corde au coup pour mettre fin à ses jours.

Ce n’est que trois jours après que son corps a été découvert. Et les siens l’ont enterré sur place. C’est après que certains proches à lui ont témoigné qu’il avait toujours soutenu qu’il ne va jamais assister à la mort de ses enfants par la faim. Pauvre Tounko, il fallait t’inspirer de l’idée de Gabriel Celaya dans Paix et Harmonie, « tant que sur terre il restera un homme pour chanter, il nous sera encore permis d’espérer. »

Souro DAO /daosouro@yahoo.fr

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés