Capture de Laurent Gbagbo : Les Burkinabè souhaitent que la paix revienne en Côte d’Ivoire

mardi 12 avril 2011 à 03h05min

Suite à l’arrestation du président sortant Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, le lundi 11 avril 2011, des Burkinabè s’expriment par rapport à la situation. Les uns poussent un "ouf" de soulagement, les autres souhaitent que justice soit faite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Bertin Bambara, agent commercial  :"C’est une bonne nouvelle, j’espère que la paix va revenir en Côte d’Ivoire".

Mickynam Ouédraogo, agent commercial :"Comme nous avons nos parents en Côte d’Ivoire, j’espère qu’avec l’arrestation de Laurent Gbagbo, le pays va finalement retrouver la paix".

André Adoua, agent de parking : "Moi je supportais Gbagbo, mais dans un combat, soit on perd, soit on gagne. Il a perdu, c’est la vie".

Kady Ouédraogo, vendeuse de fruits et légumes :"Je suis contente, j’espère maintenant qu’il sera jugé pour tous les crimes qu’il a commis".

Antoine Colas, étudiant :"Je pense surtout qu’il appartient aux Ivoiriens de le juger correctement pour que la paix revienne en Côte d’Ivoire".

Amidou Ouédraogo, commerçant :"Il n’avait pas pitié de son peuple. Sinon comment comprendre qu’il veuille s’accrocher au pouvoir malgré sa défaite aux élections. Quand j’ai vu l’image de son arrestation, j’étais content".

Agnès Paré :Je souhaite qu’on ne le tue pas et qu’il puisse répondre de tous les crimes qu’il a commis, surtout envers nos parents".

Rasmané Sanfo, commerçant :"Je suis très content et je compte même faire la fête pendant 10 jours".

Téné Konaté :"Je souhaite du fond du cœur que la paix revienne en Côte d’Ivoire. Je suis née dans ce pays, j’ai grandi là-bas et j’ai toujours mes parents en Côte d’Ivoire. En réalité la Côte d’Ivoire et le Burkina, c’est la même chose. Vivement donc que la paix demeure entre ces deux pays".

Gisèle Traoré :"C’est la seule nouvelle que j’attendais depuis des mois. Quand cette nouvelle est tombée dans mes oreilles, l’émotion qui m’a animée était particulière. Le peuple ivoirien est enfin libéré des mains de cet encéphalopate sanguinaire. Il a fait trop de mal. Il faut qu’il paie toutes les tueries jusqu’au centime près".

Issa Compaoré, commerçant :"L’arrestation de Laurent Gbagbo nous a tous plus. C’est un homme sans scrupule, un lâche si je peux me permettre les termes. Il faut qu’il périsse à la prison pour toutes les fautes commises à la nation ivoirienne, au monde entier".

Mme Marie Hélène Domergué, touriste :"Il a fait tuer de milliers de gens pour rien. Pour un homme, c’est triste, c’est triste... son arrestation était impatiemment attendue. C’est fini, c’est fini toute cette théorie. Pour la vanité d’un homme, c’est vraiment trop cher payé".

Mahamadou Sagnon/DEPBA de Dori :"Dieu merci, que la paix revienne, que la sous-région reprenne son rythme normal de vie, que viennent la croissance économique, la paix sociale. En toute âme et conscience, pour toutes les victimes innocentes que j’ai vues, pour ma part, il aurait été plus honnête s’il s’était donné la mort. Je ne comprends pas pourquoi il a tenu à résister jusqu’à ce point".

Mlle Liza Koudougou, serveuse :"Je suis très contente. Depuis la crise, mes parents ne vivaient plus mais ils vivotaient dans leur cachette. Tout le monde en avait mare de cette situation, sauf le tyran et ses complices sans conscience. Quand j’ai appris la nouvelle, ça a été comme une explosion de bombe dans mon cœur. Et avec conviction je partage la même émotion avec mes parents depuis Abidjan".

Aziz Ouédraogo président des commerçants de la Maison du peuple :"Je suis présentement fier. Surtout si je me rappelle l’arrestation de Laurent Gbagbo. Lui et ses milices ont tué beaucoup de Burkinabè et cela m’a marqué. Ils ont trop marqué l’opinion internationale. J’espère que la justice va faire maintenant son travail".

Tiéba Ouattara/ District sanitaire de Dori :"J’ai apprécié cette arrestation, je suis satisfait, très satisfait. C’est une situation qui nous a marqués. Quand on voit le carnage par-ci, par-là, c’était vraiment déplorable. Après les élections, il pouvait sagement rendre le pouvoir en acceptant sa défaite pour qu’on ne soit pas là en train de pleurer des milliers de morts. On doit le faire payer pour tout ce qu’il a causé-comme pertes en vies humaines".

Boubacar Kabré, commerçant :"Je trouve même qu’ils ont pris du temps pour l’arrêter. Dans tous les cas, je suis satisfait de la situation".

Edouard Kaboré, commerçant :"Il a fait souffrir la population. Même au Burkina, nous ressentions les séquelles de cette crise. Par exemple le commerce était grippé et les prix avaient commencé à augmenter. Je trouve donc que c’est une bonne chose qu’on l’ait arrêté".

Raphaël KAFANDO et Antoine AKOANDAMBOU

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés