Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

ANGE-FELIX PATASSE : "Bozizé m’a tué..."

Accueil > Actualités > International • • jeudi 7 avril 2011 à 01h59min

Les unes après les autres, les figures de proue de la scène politique centrafricaine tirent leur révérence. Après Abel Goumba en mai 2009, c’est au tour de l’ancien chef de l’Etat Ange-Félix Patassé de quitter le monde des vivants le 5 avril 2011. L’ange s’est envolé vers les cieux à Douala, au Cameroun, des suites de maladie (diabète), à 74 ans. Ainsi, on ne verra plus physiquement l’homme avec sa célèbre barbichette blanche qui lui donnait l’allure d’un maître shaolin. Disparues aussi les célèbres cravates nœud papillon qu’affectionnait l’ingénieur agronome devenu politicien. Tout cela par la faute de ce diabète qui le rongeait et qui a fini par avoir raison de lui.

"Dieu a donné, Dieu a repris", comme on le dit en pareille circonstance. Mais dans le cas d’espèce, est-ce Dieu qui a vraiment repris ce qu’il avait donné ? Des humains n’ont-ils pas contribué à ce qu’il en soit ainsi pour, ensuite, tout mettre sur le compte du bon Dieu ? On n’est pas loin de le penser avec le décès de celui qui a été élu président de son pays une première fois en 1993 et une seconde fois en 1999 avant d’en être chassé en 2003, par les armes, par le chef de l’Etat actuel, François Bozizé.

Bien que le sachant malade, les autorités de Bangui lui ont pourtant refusé le droit d’aller se soigner à l’extérieur. Et ce, à trois reprises, au nom d’une restriction de la liberté d’aller et de venir imposée aux opposants et adversaires malheureux de l’élection présidentielle de janvier 2011. C’est au dernier moment, et face à l’aggravation de son état de santé, qu’il a enfin été autorisé à sortir du territoire. Et la suite, on la connaît. Et ce n’est pas exagéré de dire qu’il y a eu, de la part des autorités, un manque d’humanisme et une non-assistance à personne en danger.

Certes, l’on n’est pas dans les secrets des dieux, mais l’on ne peut pas dire que l’interdiction de sortir du territoire a été compensée par une prise en charge du patient au niveau national. Non seulement les autorités l’ont retenu mais aussi ne l’ont pas soigné. C’était le minimum à faire pour un ancien chef d’Etat. Apparemment, on a préféré mettre la raison d’Etat en avant avec cette interdiction de voyager au détriment de la santé de l’ancien président. Autrement dit, on a laissé l’ex-Premier ministre de Bokassa mourir à petit feu avant de le faire partir au dernier moment, pour ne pas avoir éventuellement sa mort sur la conscience.

La divergence idéologique s’est manifestement transformée en haine et en inimitié. C’est malheureusement, ce que l’on observe un peu partout sur le continent où les adversaires politiques, surtout les opposants, sont considérés comme des ennemis à abattre par les pouvoirs en place.

On oublie que, comme le dit un chanteur, "la politique, ce n’est pas la guerre". La politique n’est rien d’autre qu’un débat d’idées. On n’en voudrait donc pas à Ange-Félix Patassé, depuis l’au-delà, de tenir pour responsables, les autorités centrafricaines de son décès. Il pourrait lancer à la cantonade : "Bozizé m’a tué"..., à l’image d’une victime française qui avait griffonné sur le sol, et avec son sang, une phrase du genre contenant le nom de son meurtrier. Peut-être que si le défunt président avait obtenu promptement l’autorisation d’aller se soigner, il serait toujours de ce monde.

Séni DABO

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 7 avril 2011 à 03:49, par Mat En réponse à : ANGE-FELIX PATASSE : "Bozizé m’a tué..."

    "Bozizé m’a tuer"..., à l’image d’une victime française qui avait griffonné sur le sol, et avec son sang. Rectifier donc si vous faîtes référence à "Omar m’a tuer". Il faut ajouter à votre énumération l’ancien chef d’Etat, le général André Kolingba, décédé dimanche 7 février 2010 à Paris des suites d’un cancer.Voilà un pays magnifique qui demanderait à être mieux connu.

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril 2011 à 17:00, par drissa En réponse à : ANGE-FELIX PATASSE : "Bozizé m’a tué..."

      Pendant que nous y sommes,ajoutons les noms de David Dacko ancien président centrafricain décédé en novembre 2003 et bien entendu le fantasque Jean Bedel Bokassa décédé bien avant en novembre 1996.
      En fait parmi les 5 derniers président de ce pays, 4 ne sont plus de ce monde (Bokassa,Dacko,Kolingba et Patassé)

      Répondre à ce message

  • Le 7 avril 2011 à 04:38 En réponse à : ANGE-FELIX PATASSE : "Bozizé m’a tué..."

    Seni Dabo parle de divergence ideologique entre Bozize et Mr. Le President Felix Patasse. Mais de quelle divergence ideologique s’ agit’ il ? Les deux hommes sont opposes sur le pouvoir mais jamais sur les idees. Quelles sont d’ aileurs leurs idees ? C’est minable ce que ce general a fait. Mais tout se paie ici bas. Si Le President Patasse avait travaille dur quand il etait au pouvoir, une aurait pu construire un centre de dialyse a Bangui. Mais non, comme un bon president d’ un pays negre africain, il a passe son temps a se soigner en Europe. Mais ce que Bozize a fait, il va le payer tres cher.

    Paix a l’ ame de SEM Patasse.
    LOP

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés