Koudougou : Reprise des cours aujourd’hui

mardi 5 avril 2011 à 01h49min

A l’issue de son assemblée générale tenue le lundi 4 avril dans l’amphi 1000 places de l’université de Koudougou, la Coordination des élèves et étudiants du Burkina, section du Boulkiemdé (CEEB), a décidé de la suspension de son mot d’ordre de grève initié depuis la semaine passée. Une suspension qui intervient en attendant le compte-rendu de leurs responsables, Francis Nikièma de l’ANEB/Koudougou et Hamed Walbéogo de l’ASK (Association des scolaires de Koudougou), conviés à la rencontre avec le chef de l’Etat. Cette décision implique, du coup, la reprise des cours, qui doit intervenir aujourd’hui même.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est dans une salle archicomble que les élèves et étudiants se sont retrouvés pour analyser leur lutte qu’ils mènent depuis le 22 février 2011. Les représentants de la coordination qui ont animé la rencontre ont informé l’assistance de la participation de leurs structures aux échanges voulus par le chef de l’Etat.

Certains ont dit s’interroger sur l’opportunité de la participation de leurs camarades à la rencontre avec le Président du Faso. A ce sujet, Ulrich Marie Donald Bado, qui a dirigé l’AG, a assuré ses camarades que leurs délégués poseraient les vrais problèmes de la jeunesse.

"Notre participation à cette rencontre vise également à montrer à l’opinion publique que nous n’avons pas abandonné les classes parce que nous refusons l’école, et que nous ne sommes pas réfractaires au dialogue", a précisé Ulrich Bado.

Au terme des discussions, l’assemblée générale a décidé de suspendre le mot d’ordre de grève. Les élèves et les étudiants ont cependant précisé que la lutte n’est pas, pour autant, suspendue.

La coordination a invité les élèves et les étudiants à reprendre le chemin de l’école en attendant le retour de leurs "envoyés spéciaux". "Quand nos amis seront de retour, nous convoquerons une AG au cours de laquelle nous analyserons les propositions où les résultats de la rencontre avec Blaise Compaoré. S’il y a lieu, nous lancerons d’autres mots d’ordre de grève et d’autres mouvements", a indiqué Ulrich Marie Donald Bado.

Certains participants n’ont pas fait mystère de leurs doutes sur la bonne foi du chef de l’Etat qui chercherait, selon eux, à charmer l’opinion publique plutôt qu’à résoudre la crise. "Quand on écoute ceux qui ont participé aux rencontres, on se rend compte que ce sont des rencontres d’information et non de débats sur les préoccupations des uns et des autres", a fait remarquer un étudiant.

Un autre a affirmé que le gouvernement se trompe s’il pense venir à bout de la grogne nationale par des rencontres qui n’apporteront rien. Selon des participants, le peuple n’a plus confiance en ses dirigeants. Et de citer en guise d’exemples le traitement du dossier Norbert Zongo et les propositions faites par le collège de sages.

Ulrich Bado et de nombreux étudiants sont convaincus que c’est le mouvement des militaires qui a précipité la prise de ces initiatives du chef de l’Etat.

"Un Etat militaire a toujours peur des militaires", a souligné Ulrich Bado, exhortant la jeunesse à rester mobilisée pour la lutte et à analyser ce qui se dit dans certains organes de presse. Des médias, selon lui, travailleraient à tromper la jeunesse.

Il a appelé ses camarades à sortir nombreux, le vendredi 8 avril, participer à la marche de la Coalition contre la vie chère (CCVC) afin de montrer au pouvoir de Blaise Compaoré que la jeunesse demeure forte et déterminée.

Il faut se réjouir de la reprise des cours et espérer que chaque partie travaillera à la résolution des problèmes et à trouver des réponses aux questions posées. Cela sera déterminant dans la poursuite ou non des cours.

Les élèves et les étudiants se disent prêts à encore débrayer. Si leur plate-forme revendicative ne connaît pas un traitement diligent et si justice n’est pas rendue à leurs camarades tués.

Cyrille Zoma

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés