Manifestations de militaires : Les maires appelés à continuer leur travail

jeudi 31 mars 2011 à 02h06min

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Jérôme Bougouma, a rencontré, dans la matinée du mercredi 30 mars 2011, les maires et conseillers municipaux de la ville de Ouagadougou et des communes rattachées. Il s’est agi de les rassurer sur l’état de santé du maire Simon Compaoré et les inviter à continuer d’assurer les services aux populations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les maires des arrondissements de la ville de Ouagadougou et des communes rattachées n’avaient pas bonne mine dans la matinée d’hier 30 mars 2011 lors de la rencontre avec le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Jérôme Bougouma. En effet, dans la nuit du mardi à mercredi, le maire de la ville de Ouagadougou, Simon Compaoré, a été "passé à tabac" par des militaires. Des biens ont été détruits à son domicile.

Les maires et conseillers étaient donc dans l’angoisse et attendaient des nouvelles de l’édile de la capitale. Ils ont été rassurés par le ministre Bougouma qui a indiqué que Simon Compaoré a reçu des coups à la tête, aux côtes et aux pieds, mais est hors de danger. Hospitalisé à la clinique de la Présidence du Faso, il a subi dans la matinée du mercredi 30 mars, une radiologie et des examens complémentaires. "Simon Compaoré est conscient, il se souvient du fil des événements... il n’y a pas de danger", a insisté le ministre de l’ Administration territoriale et de la Décentralisation. Ensuite, Jérôme Bougouma a encouragé les maires et les a invités à assurer la continuité des services.

"Restez à vos postes, continuez à faire fonctionner l’administration, à offrir aux populations tous les services auxquells elles peuvent s’attendre", a réitéré le ministre Bougouma. Il avait à ses côtés le gouverneur de la région du Centre, Boureima Bougouma. Pour lui, c’est le meilleur message qu’ils peuvent adresser aux populations malgré les difficultés. "Il faut continuer de faire confiance au président du Faso", a poursuivi Jérôme Bougouma qui a informé les maires d’une imminente déclaration de Blaise Compaoré par rapport à la situation nationale.

Aussi a souligné le ministre en charge de l’Administration territoriale, "l’heure n’est pas aux invectives. Il faut avoir cet état d’esprit d’ouverture, de dialogue avec toutes les couches de la population". Jérôme Bougouma a souligné que par la grâce de Dieu, les mouvements n’ont pas provoqué de perte en vie humaine. "C’est un signe important et nous devons continuer de prôner le dialogue, la bonne entente", a-t-il conclu.

Bachirou NANA

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés