Education dans les Hauts-Bassins : « Se serait la catastrophe si rien n’est fait »

jeudi 17 mars 2011 à 00h21min

Hier, mercredi 16 mars 2011, le gouverneur de la région des Hauts-Bassins a rencontré le monde éducatif dans les locaux du gouvernorat. A l’ordre du jour, les raisons de la fermeture des écoles et le recensement des préoccupations pour un lendemain meilleur du monde éducatif.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Les directeurs régionaux de l’éducation nationale et des enseignements secondaires et supérieurs, les syndicats du monde éducatif, les associations estudiantines, les fondateurs d’établissements scolaires, les associations des parents d’élèves étaient les interlocuteurs de Pascal Témaï Benon, à la rencontre du mercredi 16 mars 2011. Ont aussi pris part à cette rencontre, le secrétaire genéral de la région, les Hauts-commissaires du Tuy, du Kénédougou et du Houet.

L’actualité liée aux évènements de Koudougou était au menu de la rencontre, sur initiative du gouvernement. C’est donc dire que les 12 autres régions du pays tiendront une réunion du genre. La concertation vise à mieux expliquer la fermeture des écoles et surtout recenser les préoccupations des acteurs. « Nous voulons non seulement vous expliquer les raisons de la fermeture des écoles mais aussi recensser vos préoccupations. Celles qui peuvent avoir leurs solutions sur le plan régional seront résolues et les autres cas seront communiqués au gouvernement », a indiqué le gouverneur. Selon lui, la tournure violente des manifestations a conduit à la fermeture des classes. Pour ce qui est des problèmes du monde éducatif et ceux qui sont spécifiques aux Hauts-Bassins, des participants ont souhaité d’autres rencontres afin de mieux recensser les problèmes. « Nous n’avions pas reçu la précision sur le fait de nous entendre sur nos préoccupations.

Sinon nous serions preparés en conséquence », ont souligné beaucoup de participants. Concernant les cas de violences et surtout la continuité des manifestations malgré les appels à la retenue du gouvernement, beaucoup de participants ont attribué la responsabilité au gouvernement. « Si les manifestations ont toujours eu lieu malgré l’appel à la retenue lancé par le gouvernement, c’est parce que les manifestants n’ont plus confiance au gouvernement. Des cas de mort d’homme ont eu lieu auparavant et qui sont restés sans suite malgré des déclarations du gouvernement à dire la vérité et rendre justice. Il y a également le manque de communication dès le debut de la crise qui a beaucoup aggravé la situation, a reconnu M. Nacro, professeur de son état.

« La balle est dans le quand du gouvernement », at-il conclu. Manque de communication et méfiance sont les deux aspects sur lesquels les débats doivent porter pour nous épargner de pareilles situations selon les invités du jour du gouverneur. La particularité des Hauts-Bassins dans cette situation de fermeture, est le fait que les horaires du programme national ne seront plus atteints. Plusieurs heures ont été perdues dans la région à cause de l’organisation de la semaine nationale de la culture et du cinquantenaire de l’accession du Burkina à l’indépendance.

Aussi, les acteurs éducatifs ont interpellé le gouverneur, pour que le cas de Bobo-Dioulasso soit traité spécifiquement afin que les résultats scolaires ne soient pas catasptrophes. Le gouverneur qui a permis aux différents participants de s’exprimer, s’est dit satisfait des critiques et des propositions faites. Il a cependant invité les acteurs, les étudiants surtout à continuer de prouver leur maturité en acceptant les échanges avec les autorités administratives. Les différentes doléances des associations seront receptionnées par le gouverneur qui les examinera. Toutes les révendications qui dépasseront ses compétences seront transmises à qui de droit.

Souro DAO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés