ONU-Femmes : Les intérêts des femmes africaines sont prises en compte selon Michelle BACHELET

samedi 12 mars 2011 à 18h51min

La 55e session de la commission de la condition de la femme a servi également de cadre au lancement officiel de l’entité 0NU-FEMMES, encore appelée UN-WOMEN. Nommée à la tête d’ONU-FEMMES le 14 Juillet 2010, l’ancienne présidente de Chili, Michelle BACHELET a à la faveur de cette rencontre mondiale eu une séance d’échanges avec les femmes Ministres en charge de la question du genre et de la promotion de la femme de l’Union Africaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Opérationnelle depuis janvier 2011 ONU-FEMMES, la nouvelle entité de l’Organisation des Nations Unies est le résultat de quatre années de négociations entre Etats Membres et de la fusion entre plusieurs programmes et fonds déjà dédiés à l’égalité des genres. La Division de la promotion de la femme, l’Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme, le Bureau de la Conseillère spéciale pour la problématique hommes-femmes et la promotion de la femme et le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme ont été agrégées pour former l’ONU Femmes.

C’est une structure qui a pour vocation d’accélérer la réduction des inégalités de genre et développer l’aide en faveur des femmes et des jeunes filles et qui aussi chargée de défendre dans le monde entier les intérêts des femmes et des jeunes filles et dont la création avait été adoptée le 2 juillet dernier à l’unanimité par l’Assemblée général. Et le 14 Juillet 2010, le Secrétaire Général de l’ONU Ban KI-MOON porta à la tête de cette structure la Vice-secrétaire Générale de l’ONU Michelle BACHELET.

Les opérations et les moyens de la nouvelle structure dépendront des contributions volontaires des Etats Membres. En juillet dernier, les Etats Membres se sont accordés pour considérer que 500 millions de dollars seraient un minimum à réunir pour le lancement. Le Burkina Faso contribue cette année au fonctionnement de l’entité ONU-FEMME à hauteur de 8 000 dollars.

En rencontrant les Femmes Ministres de l’Union Africaine réunies à New York à la faveur de la 55e session de la condition de la femme, la Directrice Exécutive d’ONU-FEMMES a tenu à affirmer à ses africaines que la création de cette entité étant une priorité personnelle de l’agenda du Secrétaire de l’ONU est surtout est une grande opportunité pour significativement accélérer tous les efforts que le système de l’ONU a mis en œuvre pour améliorer les conditions des femmes avant d’ assurer que l’entité de l’ONU ne mettra pas de côté les intérêts des femmes et des filles du vieux continent.

Au contraire affirma-t-elle, l’Afrique occupe une place importante dans la structuration d’ONU-FEMMES et les femmes et les filles africaines sont des partenaires d’autant que la vision d’ONU Femmes est celle d’un monde où hommes et femmes jouissent d’opportunités et de compétences égales, et les principes d’égalité des sexes sont intégrés dans les programmes de développement, de paix et de sécurité.

Elle a ensuite indiqué que le travail de l’ONU-Femmes qu’elle a présenté devant le Conseil exécutif de l’agence onusienne s’articulerait autour de cinq principes : soutenir les demandes des partenaires nationaux pour renforcer la mise en place des accords et standards internationaux, soutenir les mécanismes intergouvernementaux destinés à renforcer le cadre légal régional ou international dans le domaine de l’égalité des sexes, défendre l’égalité des genres et l’émancipation des femmes, promouvoir la cohérence dans les différentes actions de l’ONU dans ce domaine, et enfin, agir comme un acteur mondial détenant une expérience et un savoir-faire. Avant de déclarer qu’elle célèbrera la journée internationale de la femme le 8 Mars 2011 au Liberia.

La rencontre de la Directrice Exécutive d’ONU-FEMMES d’avec les femmes ministres en charge des questions du genre et de la promotion de la femme de l’Afrique s’inscrivait dans le cadre d’une réunion de l’Union Africaine. Cette assemblée s’est tenue autour du plan d’action de la décennie de la femme africaine lancée le 15 Octobre 2010 à Nairobi, il s’est agit de faire le point de sa mise en œuvre.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette décennie, 10 (dix) thèmes ont été retenus et autour desquels des activités devront être menées par les pays. Cette année, le thème choisi est : « santé, mortalité maternelle et VIH/Sida » et chaque pays africain est invité à proposer un projet autour de ce thème d’un coût global de 20 000 dollars avec une prévision additionnelle en matériel d’équipement à hauteur de 10 000 dollars. Tous les projets doivent être élaborés et déposés auprès de l’Union Africaine en Avril 2011.
Safiatou TAMBOULA
DCPM/MPF

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés