Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • jeudi 10 mars 2011 à 00h39min

La ville de Ouahigouya a ressemblé hier mercredi 9 mars 2011 à une ville fantôme. Des élèves, aidés par quelques citoyens en colère suite au décès de l’élève Justin Zongo à Koudougou, ont cassé et brûlé des services publics. Le siège du CDP (parti au pouvoir), la résidence du gouverneur, tous les démembrements de la police, le Conseil régional, la mairie, la douane et une partie du Palais de justice sont partis en fumée. Conséquences : grand marché, banques, stations d’essence, commerce de rue et services administratifs ont gardé portes closes pour échapper aux scènes de violences et de pillage visiblement très bien organisées.

La furie a débuté peu avant 8h avec l’incendie du Commissariat central de police de Ouahigouya. Des vélos et des motos sont entassés sur la voie avant d’être brûlés. Le bureau du Directeur provincial de la Police est visité, vidé de ses documents administratifs avant que tout le commissariat ne s’embrase. La Direction régionale de la Police du Nord est à son tour entièrement consumée. Le Conseil régional qui a un mur mitoyen avec la Direction régionale de la Police n’est pas épargné. De là-bas, les manifestants déterminés se sont rendus à la résidence de madame le gouverneur de la région du Nord où ils ont d’abord pris le temps pour piller les biens.

Le matériel électroménager a été vandalisé. Les ordinateurs, les réfrigérateurs, les fauteuils rembourrés, etc., ont été emportés ou brûlés. Avant de mettre le feu à la maison, les visiteurs, les élèves, se sont servis en boissons sucrées comme alcoolisées. A l’intérieur, les flammes ont été particulièrement violentes à cause des bouteilles de gaz qui s’y trouvaient. A la résidence même du gouverneur, un des gendarmes qui assurait la garde a échappé de peu à la vindicte populaire. Après avoir échoué à expliquer qu’il n’est pas policier, il finit par prendre ses jambes à son cou. Une fois la maison du gouverneur incendiée, la foule s’ébranle vers la Police municipale. Ce service a été aussi incendié. A une centaine de mètres de là , se dresse l’imposant bâtiment qui sert de siège au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

ll sera, lui aussi, incendié. La foule, désormais incontrôlée, occupe toutes les grandes artères de la ville. Panneaux, feux de stop, tout est détruit au passage. Le mouvement de foule arrive aux environs de 10 h à la Maison d’arrêt et de correction de Ouahigouya (MACO). Mission : libérer tous les prisonniers. Le régisseur de la MACO entame des négociations rudes avec une partie des manifestants pendant que l’autre partie menaçait de passer à l’action. Au finish, les modérés ont pu s’imposer et la MACO a été épargnée. La prochaine cible des manifestants a été la Direction régionale de la Douane. Les dégâts matériels y sont considérables.

Des armes et des munitions ont même été emportées à ce niveau. Dès leur arrivée, les manifestants, après avoir forcé le portail, s’introduisent à l’intérieur et prennent le plaisir de tout saccager. Partout, le scénario est le même : piller, casser et brûler. Des citoyens dont des marchandises avaient été saisies par la Douane en ont profité pour les récupérer. La mission accomplie, les manifestants on rebroussé chemin, non sans avoir posé un acte de citoyenneté en allant remettre la caisse à munitions à la gendarmerie. Le patron du coin a réceptionné la caisse et une partie de son contenu, puis les a remerciés pour leur acte.

Sympathisant avec les éléments de la gendarmerie, les mécontents ont pris la route du Palais de justice. Mais avant d’y arriver, ils ont fait un détour au bâtiment flambant neuf censé être la propriété du gouvernorat. L ‘immeuble verra ses vitres brisées, ses meubles emportés mais sans être incendié. Au Palais de justice, c’est le hangar du parking situé à l’entrée qui a fait les frais des premières flammes. Le poste d’accueil, les bancs, les chaises servis lors des audiences sont aspergés d’essence et brûlés allègrement. "Mettez le feu au palais d’injustice", a crié un manifestant derrière un élève qui portait une robe de magistrat sous les ovations de ses camarades.

Des documents et quelques bureaux sont gagnés par les flammes. En ce moment, le commandant de la compagnie de gendarmerie, le sous-lieutenant Julien Zongo, s’approche avec ses hommes et demande humblement aux enfants de venir l’écouter. Ces derniers obtempèrent. Avec une voix qui en dit long sur la gravité de la situation, le patron des pandores leur dit à peu près ceci : « Nous sommes plus que marqués par ce qui est arrivé à votre camarade de Koudougou. C’est votre droit le plus absolu de revendiquer la vérité sur cette affaire. Regardez très bien, mes cheveux (NDLR : il enlève son béret). Ils sont bien blancs, n’est ce pas ? Donc, j’ai parmi vous mes enfants.

Je vous demande pardon, ne brûlez pas le palais. Vous êtes appelés à être des policiers, des gendarmes et même des présidents de ce pays. Vous devez passer des concours et cela vous nécessite des papiers. » A ces mots, les élèves acceptent de se disperser mais ne cessent pas pour autant leur mouvement. Le soleil est déjà au zénith mais la liste des services à visiter n’est pas close. Ils repartent à la mairie qu’ils ont brûlée en partie. Dans leur parcours, les jeunes arrivent au Centre hospitalier régional de Ouahigouya. Après d’âpres discussions avec quelques sages personnes, les manifestants se retirent.

Du CHR, ils se rendent au restaurant Cadiami . Ils voulaient se désaltérer sans payer. La patronne s’y oppose et ce qui devait arriver arriva. Frigos vidés de leur contenu, menu emporté, matériel saccagé ou dévalisé. A partir de là, la contestation prend une autre tournure avec pour cibles privilégiées des propriétés privées. Dans cet ordre d’idées, le maquis Montania géré par un douanier a fait les frais de ce mouvement généralisé. Le maître mot : pillage.

Il était 12h 50. Tout Ouahigouya était pris en otage par les élèves qui ont décidé à partir de cet instant de finir avec la résidence du maire de Ouahigouya dont le service, en pleine réfection, venait à être brûlé. Informés, des jeunes pour la plupart des militants du CDP, déjà dépassés par l’incendie du siège de leur parti, décident de s’interposer. « Trop c’est trop". Nous ne pouvons plus laisser les enfants dans leur sale besogne. Il faut qu’on leur dise qu’ils doivent arrêter maintenant », tempête Illa Ouédraogo, un des farouches militants du parti au pouvoir. Armés de gourdins, de machettes et de barres de fer, les résidents du secteur n°1 attendaient de pied ferme les manifestants.

Et c’est ce qui a permis d’éviter le saccage chez le bourgmestre. Entre-temps, ce dernier est ex filtré de sa résidence puis amené en un lieu sûr. Beaucoup de pontes du parti au pouvoir étaient obligés de "se chercher’’. Dans la soirée, Ouahigouya présentait le visage d’une ville sinistrée, méconnaissable. Les manifestants ont-ils agi de leur propre chef ou étaient-ils téléguidés ? A cette question, un élève répond : "C’est vrai que lors de notre réunion le 8 mars, nous n’avions pas prévu de tout casser. Mais au fur et à mesure qu’on brûlait les édifices, nous étions excités.

Et puis, certains petits commerçants nous ont rejoint et nous indiquaient les lieux à saccager. » Vous regrettez ces actes ? "Pas du tout", répond notre interlocuteur qui semble avoir pris une dose de plus d’alcool lors de la casse au restaurant. Des autorités régionales que nous avons tenté de joindre au téléphone sont restées injoignables ou se sont refusées à tout commentaire.

Hamed NABALMA

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2011 à 01:44, par Cool ! En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Il faut prendre ce problème au sérieux !!!
    On va droit dans le mur...
    Est ce que ces délinquants savent ce que ça veut dire citoyen, bien public, civisme ?

    Répondre à ce message

    • Le 10 mars 2011 à 16:26 En réponse à : La main de Salif derriere ?

      J’espere que le pouvoir ne trouvera pas un bouc emissaire en pretendant que c’est Salif Diallo qui est derriere ce mouvement a Ouahigougya parce qu’il a ete ejecte du CDP.
      Ces gens trouvent toujours des faux-fuyant (Hermann Yameogo, Salif Diallo)

      Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 01:44, par zongo abd En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    ce sont plutot des voleurs, ils profitent de l’occasion ; il faut mettre fin à ces actes de vandalisme qui ne nous honore pas

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 01:51, par Moderateur En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    S’il vous plait arrêtez de bruler et de piller les biens publics et privés !!!! Ce pays c’est le nôtre. ces actes ne feront que nous mettre en retard d’avantage.
    Mais dans tout ça où est donc passé SON EXCELLENCE Mr LE PRESIDENT DU FASO, facilitateur partout en afrique ? Il est sûrement occupé à chercher une solution aux problème de la Cote D’Ivoire alors qu’il y a une CRISE dans son pays. Monsieur le PRESIDENT il est temps de rentrer aux pays et de faire valoire vos "talents spectaculaires" de facilitateur

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 01:57, par Moderateur En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    S’il vous plait arrêtez de bruler et de piller les biens publics et privés !!!! Ce pays c’est le nôtre. ces actes ne feront que nous mettre en retard d’avantage.
    Mais dans tout ça où est donc passé SON EXCELLENCE Mr LE PRESIDENT DU FASO, facilitateur partout en afrique ? Il est sûrement occupé à chercher une solution aux problème de la Cote D’Ivoire alors qu’il y a une CRISE dans son pays. Monsieur le PRESIDENT il est temps de rentrer aux pays et de faire valoire vos "talents spectaculaires" de facilitateur

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 05:14 En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Voilà qui est bien parti pour l’émergence !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 08:11, par wendyam En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Qui est en train de tirer les ficelles ? qui veut que le pays brule ? Il y a anguille sous roche ? Jusqu’à manifestera-t-on sans jamais s’en prendre aux biens communs ? Ce sont les memes qui demain se lamenteront des difficultés. Je comprends bien la discrétion de l’Etat, mais je crois qu’il faut tout de meme reagir et ne pas laisser de verreux profiteurs bruler la pays

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 08:48, par Ousmane le grand En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    TRISTE, Triste, Pleure, larmes sans fins : nous fils de Ouahigouya vivant à l’étranger nous sommes en larmes.

    SILENCE, MA PATRIE SE MEURT.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 09:25, par biiga En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    écoutez, je ne cherche pas à lire le contenu pour savoir ce qu´il y´a. le titre dit tout. je crois que le pays est en train de basculer. suivez mon regard....

    comment se fait-il que dépuis un certain temps, il y´a des manifestations suivi de pillage, de vendalisme ???

    quelles sont les personnes qui se trouvent en dessous de tout cela ? les soit disant élèves. moi je suis à l´étranger, mais ce qui se passe chez moi ne me fait pas plaisir.

    Au finish, qui paye ? le contribuable que tu es. nous tous, nous payerons pour la reconstruction de tout cela !!!

    Lorsqu´on revendique quelque chose, on laisse la justice faire son travail. si elle ne le fait pas, intensifier les manifestations et ca finira par payer. de grâce, NE COMMETTEZ PAS DE DEGATS !!!

    lorsqu´on pille et brule les biens publics, qui perd ?? NOUS ! nous payerons pour cela.

    je crois que c´est une nouvelle forme de violence qui prend de l´empleur et qui mérite une attention particulière de la part des autorités à OUAGA car les auteurs de ces manifestations ont d´autres objectifs que la revendication !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 09:48, par Ludovic En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Bravo au Compagend pour la démarche humble et efficace qu’il a eue ; elle a sauvé le palais et ses propres locaux. Si au sommet de l’Etat ils avaient la même attitude au lieu du mépris et de l’arrogance des communiqués de Baba Hama, les choses se calmeraient plus vite ! Mais à OHG, ils ont intérêt à vite ramener Gorba sinon, personne, pas l’ADF-RDA ne pourra battre campagne là-bas.

    Ce qui vient de se passer n’est qu’une lucarne de ce qui attend les politiciens qui viendront "braconner" les voix des électeurs au Nord en 2012 !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 10:16, par Citoyen En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Toute une génération entière souffrira de ces actes de vandalisme dans les localités où tout se brûle sans discernement (bientôt les concours, où légaliser les différents actes ? OK. Les casiers judiciaires, le palais de ouahigouya saccagé, comment se les procurer ? OK. Les problèmes de sécurité, la gendarmerie seule pourra t-elle y remédier ? Ok. et j’en passe). Les populations locales ont intérêt à s’organiser pour empêcher que les manifestations légitimes se transforment en des actes de délinquance et d’incivisme dont seuls les politiciens véreux et soucieux de leur seul accès au pouvoir peuvent s’en jubiler ; En témoigne leur soutien sans retenu aux actes les plus audieux qui soient sous prétexte du droit de manifester. On ne doit pas mélanger politique et droits de l’homme. Et la justice fondée sur des procès équitables tels que le prone la déclaration universelle des droits de l’homme et tous les accords et traités internationaux traitant des droits humains ne peut être rendue avec des préjugés et des pressions tendant à condamner avant jugement comme l’attendent certains. Si tant est que les gens n’ont plus confiance à leur justice, quelle solution faudra t-il pour élucider les causes des morts de ces derniers moments ? Il faut que nous ne perdions pas de vue que la destabilisation de notre pays n’arrangera pas notre jeunesse actuelle qui, pourtant, j’en suis certain, sait très bien qu’elle n’y a aucun intérêt. Gbabo souhaite ardemment le chao chez nous. Si vous saviez combien Blé Goudé a jubilé quand il a vu les images de Koudougou. Faisons attention à ne pas détruire ce qui existe encore de supportable dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 11:01, par erythème noueux En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    C’est leur droit de manifester mais pour cela est-il vraiment nécessaire de tout saccager ?
    C’est leur ville ,c’est leur bien à tous.
    Avec quel fond faudra t-il tout reconstruire ?
    Lorsqu’il leur faudra aller dans la ville la plus proche pour établir des papiers ils comprendront leur erreurs

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 11:03, par mackiavel En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Les autorités ont mal géré la crise. Franchement, il y a eu négligence de la part des autorités qui n’avaient pas estimé le degré de colère que cette affaire pouvait enclencher dans un climat de tension latent avec de nombreux dossier n’ayant jamais abouti en justice : les scolaires de garango, Thomas Sankara, Norbert Zongo, Guillaume Sessouma… Au lieu de prendre les précautions, on s’est précipité pour annoncer des causes que les enfants ont refusé d’avaler et pire, au lieu de commencer le dossier judiciaire par une autopsie, on a « délivré un permis d’inhumer » pour un cadavre chaud. Au lieu de courir pour éteindre les feux d’ailleurs, il faut bien commencer par couvrir ses propres braises, monsieur le médiateur international. Rappelez-vous, le vent qui a emporté Moussa Traoré ( c’est le pays d’à côté) a pour cause la mort d’un seul élève au départ.

    Répondre à ce message

    • Le 10 mars 2011 à 16:18 En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

      je suis d’avis avec mackiavel.Au lieu de chercher qui tire la ficelle cherchons d’abord qui l’a nouée ? Nos autorités ont toujours eu une mauvaise gestion des crises internes. Ce n’est pas une faiblesse de demander pardon à son peuple. Je suis convaincu que dès les premieres manifestations si le President s’etait adressé aux peuple que sont les élèves et parents d’élèves on n’en serait pas à ce stade . J’ai suivi un reportage sur CANAL 3 où dans le carnet de l’élève tué il est ecrit " mort de suites de coups et blessures " ce qui n’a pas été la version officiele. Loin de cautionner cette extreme violence aux consequences incalculables j’invite nos autorités à se ressaisir au lieu de chercher des boucs emissaires car comme dirait un proverbe ce n’est pas la faute aux racines quand les feuilles balancent et tombent.

      Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 12:40 En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    S’il vous plait, revoir le prénom du commandant de la compagnie de gendarmerie de Ouahigouya !
    Merci de nous informer !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 14:34, par le bon citoyen En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Bonjour à tous,
    La fermeture des classes n’est pas une solution. Car quand vous les ouvrirait ça recommencera. Et si vous ne les ouvrez pas vite, ce sont les parents d’élève que vous aurez dans les rues.

    Faites le procès rapidement car j’ai l’impression que notre justice n’a pas compris que c’est elle qui est la base de tous nos problèmes. Il une justice à double vitesse. Suivez mon regard :

    A la suite de la manifestation contre la vie chère, on a vu que le procès d’un certain Nana TIBAUT a été fait dans la semaine qui suive. Avec condamnation et transfert à la MACO.
    Aujourd’hui on est en train de vouloir nous faire des leçons sur le fonctionnement de la justice au Faso comme si ce n’est pas la même justice qu’on connait.

    Pour le cas particulier de Ouahigouya, c’est la manifestation de l’indignation de la population fasse à ce qui a été fait à leur leader politique (Salif DIALLO) qui se dégage.

    Si Salif était là, rien de tout cela ne peut se faire. Car il suffisait qu’il un seul mot et les gens allaient se calmer. Vous avez préférer prendre des gens acquis à votre cause pour mettre devant. Voilà les conséquences.

    Et Naba Kiiba, où est-il ? Maintenant il doit comprendre que quand on lui disait de s’écarter de la politique, maintenant il doit comprendre que quand on lui disait de s’écarter de la politique, c’était tout juste pour son bien et le bien du Yatenga. Lui qui se disait CDP, quand les gens marcheront contre le CDP lui il dira quoi ?

    Que justice soit rendu le plus vite possible car on nous a montré que c’est possible au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 14:54, par inconnu En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    mr le sous-lieutenant Julien Zongo bravo pour votre acte ya pas de honte ni d’age pr demander pardon quand on a tord vous devriez faire parti des conseillers du president. vous etes un bon citoyen n’eut été votre intervention le palais serait brulé si les autres avaient agit de la meme façon que vous ça serait calmé depuis longtps. le Président aussi n’a qu’a faire pardon c’est a dire se montré concerné au moins ça apaiserait les choses car on l’entend pas depuis le debut c’est bien l’intervention des subalternes mais le naba meme ça sera plus reconfortant.
    je demande a mes freres et soeurs manifestants de se calmer et arrêter les casses c’est deja trop ce qui se passait la leçon est bien aprise.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 16:02, par traoré En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    bravo sous-Lieutenant Zongo. Vous êtes un homme digne.
    Mais au burkina il faut des manifestations violentes (casse,incendi, ...)car les autorités (Ministre à vie ou Minitre de profession)à force de conserver leur poste ne rapportent fidelement les choses au Chef de l’Etat. Chacun fait croire que ca va dans sa région. Voila Maintenant.
    On ne peut plus faire cconfiance à notre Justice.car il y a trop de dossiers pendants.
    Donc il faut que la pression soit maintnue pour des changements profondes.
    Si on fait des manifestations pacifiques au Burkina, cela reste sans effet car cela ne les derange pas et ils restent dans leur bureau tranquils.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 16:46, par THOM En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Salut mes frères !
    Nous sommes tous d’accord que le pillage ou le fait du bruler les biens publics ne sont pas de bonnes choses mais il faut que nos autorités comprennent que trop c’est trop et qu’il faut qu’il ait justice à chaque fois qu’un membre des forces de polices ou militaires réagit brutalement. IL faut que l’injustice cesse et pour cela on peut démander aux élèves de se calmer meme si on les comprend. il faut que le gouvernement fasse rapidement la liumière sur les dossiers impunis sinon..........

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 20:14, par nasser En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    personne n’est pour la destruction bien évidement ! c’est bien de condamner mais n’oublier pas que le pays est maintenant entrain de récolter ce que les autre on semés
    si on avis fais arrêter les policiers qui ont frappés l’enfant et ouvrir une poursuite judiciaire on allait pas arrivé là. aujourd’hui nous lançons des appels à qui ? à ces même irresponsables ?. nous devons revoir notre éducation en commençant par le haut les corps habiller doivent revoir leurs formation ils doivent savoir que quand on porte la tenu c’est ne pas pour combattre le peuple mais c’est pour le protéger et nos autorités doivent eux aussi apprendre ce qu’on appel la responsabilité dans les gestion des affaires et cesser de prendre les gens pour des idiot
    et on doit aussi apprendre la citoyenneté à nos enfant pour leurs situer le bon chemin dans le traitement de l’injustice dans la société. chacun de nous doit assumer sa responsabilité dans la société. vive la nation sans ambiguïté.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 21:38, par jacob En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    bonjour simplement je crois bien qu’il ni ya rien de teleguider ; dans cette il faut bien que nos autoritées sache prendre leur responsablité avant que le pire n’arrave,se pa
    auvre garçon pouvait etre soigne par le gouverneur ou le commissaire comme leur propre enfant cela ne serais pas arrivé.mais si on crois toujour que les probleme ne me conserne pas c’est qui arrive toujour ,saurait été l’enfant d’un ministre ou simple directeur le probleme n’en serais pas la.mais sache une chose le pauvre a Dieu et les gens ,pour rendre justice.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 22:24, par le solutionneur En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Plagions Norbert ZONGO qui disait : "Tous les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent" et disons : "Tous les dirigeants ont les élèves qu’ils méritent". Au Lieu d’incriminer une main invisible (derrière tout cela), posons nous les bonnes questions : depuis 24 ans de pouvoir, qu’avons nous fait comme effort pour éviter cette situation ? Que sommes nous entrain de faire pour gérer la situation et qu’allons nous faire demain pour prévenir une telle situation". L’ère où l’armée tirait au hasard sur les populations civiles est dépassé depuis l’immolation de Mohamed Bouazizi en Tunisie. De nos jours, la répression ne peut plus rien gérer. En réalité, c’est parce que beaucoup de dirigeants africains manquent d’honnêteté ils refusent de diriger leur peuple comme il aurait voulu être dirigés s’ils étaient à la place du place. Tout le problème réside dans ce manque d’éthique politique ou éthique de gouvernance. Que Dieu aident les pauvres et les siens !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 23:46 En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    qui doit nous rendre justice au burkina si les juges eux memes sont les coupables à l’ombre de leurs tribunaux ?????l injustice est le cotidient de tous burkinabés...depuis la mort du tres cher camarade le burkinabé a perdu son integrité...

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 10:35, par LA REVOLUTION SANS LES LECHES BOTTES En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    PAUVRES BURKINABE, NE CHERCHEZ PAS LOIN. C’EST VOTRE COMPORTEMENT QUE VOUS AVEZ EN COTE D’IVOIRE QUI EST LE RESULTAT DE CES CASSES. LES BURKINABE FONT N’IMPORTE QUOI EN COTE D’IVOIRE. REBELLION, VOL, PILLAGE. BLAISE DOIT QUITTER LE POUVOIR. C’EST UN LECHE-BOTTES DE LA FRANCE. REVEILLEZ VOUS ET CHASSEZ BLAISE COMPAORE LE MAUDIT. NOUS LES IVOIRIENS PAYONS CE QUE HOUPHOUET A FAIT. MAIS DIEU NOUS AIDE PARCE QUE NOUS SOMMES HOSPITALIERS. QUE DIEU AIDE LE BURKINA FASO SANS BLAISE COMPAORE LE MAUDIT QUI A TUE SON PROPRE AMI THOMAS SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 14:02 En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    Triste réalité !!! Soif de véritable "ETAT de DROIT",de démocratie de développement. Tout est théorique,la pratique de la démocratie actuellement étouffe la majorité des Burkinabé. C’est peut être cela qui explique cette colère extrême. Vivement que ça ne soit pas une récupération de politiques car la situation de l’heure ne s’y prête pas ; en tout cas avec la crise post’electorale du voisin...
    DIEU EPARGNE LE BURKINA-FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2011 à 17:49, par Modestez En réponse à : MANIFESTATIONS DES ELEVES : Pillages et incendies tous azimuts à Ouahigouya

    ARRETONS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD ; BEAUCOUP DE CES JEUNES FRERES NE MESURENT PEUT-ETRE PAS LA PORTEE DE LEURS ACTES, SURTOUT LORSQU’ILS SE RETROUVENT DANS CES MOUVEMENTS DE FOULE OU TOUT SEMBLE PERMIS.

    EVITONS, JE VOUS EN SUPPLIE, DE CREER UN ETAT DE CHAOS ET DE NON-DROIT OU CHACUN DE VOUS, DE NOUS TOUS, POURRRAIENT EN ETRE UNE VICTIME.

    QUE CHAQUE EDUCATEUR ET PARENT PUISSE CONTRIBUER, A SA FACON, A EVITER QUE NOS JEUNES FRERES SOIENT RESPONSABLES DE VANDALISME ET MEME DE CRIME DANS LES VILLES ET PROVINCES DE NOTRE PAYS.

    QUE LES AUTORITES JOUENT LEUR PARTITION, POURSUIVENT LES MESURES D’APAISEMENT, ET QUE LA CONFIANCE SOIT RESTAUREE ENTRE LE CITOYEN ET L’AUTORITE PUBLIQUE.

    MAIS DE GRACE, CESSONS LES VIOLENCES DE TOUTES SORTES.

    A BON ENTENDEUR, SALUT...


    Modeste Zoundi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés