ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

jeudi 3 mars 2011 à 01h08min

Les synonymes du mot "vitesse" étaient à l’honneur lors de l’ouverture de la première session parlementaire de l’année 2011 de l’Assemblée nationale (AN), ce mercredi 2 mars 2011 à Ouagadougou. Outre la cérémonie, qui a été rapide, le président de l’AN, Roch Marc Christian Kaboré, a estimé qu’il faut traiter avec "célérité" le dossier Koudougou et que les réformes politiques deviennent une question "urgente à régler".

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Actualité oblige, le mercredi 2 mars 2011 à Ouagadougou, les premières phrases du discours d’ouverture de la première session parlementaire de l’année 2011 de l’AN, prononcées par son président, Roch Marc Christian Kaboré, ont porté sur les événements de Koudougou. Après avoir, au nom des élus nationaux et devant le Premier ministre Tertius Zongo présent avec de nombreux membres de son équipe, souhaité prompte santé aux blessés, Roch Marc Kaboré a demandé une minute de silence en guise de solidarité aux familles des défunts. Cela fait, Roch Marc Christian Kaboré peut admettre qu’il "est légitime que les citoyens expriment leurs ressentiments face à certains événements". Mais il pense que "force doit rester à la loi".

"Renforcer la confiance des citoyens aux institutions"

Voilà pourquoi, tout en respectant son indépendance, le président de l’AN a invité "la Justice à traiter avec célérité les dossiers dont elle est saisie dans le cadre de ces événements, afin que toutes les personnes dont la culpabilité aurait été établie soient sanctionnées conformément à la loi". Roch Marc Christian Kaboré précise que la Justice doit apporter "dans des délais raisonnables, les solutions justes aux différends dont elle est saisie pour renforcer et consolider la paix (...). C’est à ce prix que nous pourrons renforcer la confiance des citoyens aux institutions républicaines et judiciaires".

Il en appelle alors à tous de privilégier le dialogue et la concertation. Pour ceux qui en douteraient, Roch Marc Christian Kaboré a tenu "à assurer le peuple burkinabè que sur ces événements (...), l’AN continuera à suivre la question et ne manquera pas d’interpeller le gouvernement sur la bonne gestion de ce dossier". En attendant que celui-là soit clos, le président de l’hémicycle en a ouvert un autre. "La question des réformes politiques et institutionnelles (...) devient une question urgente à régler", a estimé Roch M.C. Kaboré. Il ouvre ainsi le dossier dont s’occupe Bongnéssan Arsène Yé, présent à l’hémicycle, non plus en tant que député comme l’a pensé le Secrétaire général de l’AN lors de la vérification des présences, mais habillé avec le costume de ministre d’Etat, ministre chargé des réformes politiques et institutionnelles.

Son suppléant, Fofana Sanoussi, l’a d’ailleurs officiellement remplacé lors de l’ouverture de cette première session de l’AN. "Le temps n’étant pas notre meilleur ami", a continué le président de l’AN, il a alors souhaité que "tous les partenaires engagés dans l’initiative et l’aboutissement de ces réformes se mobilisent" afin de les mener à terme en vue d’une bonne organisation des élections législatives et municipales couplées de 2012. Après avoir souhaité que Alassane Dramane Ouattara "exerce la réalité du pouvoir" en Côte d’Ivoire et informé que son homologue des Comores, Hamidou Bourhane, n’a pu être à cette cérémonie d’ouverture pour "des questions de vols d’avion", Roch Marc Christian Kaboré a déclaré ouverte, ce premeir mercredi de mars, la première session parlementaire ordinaire de l’année 2011, en attendant sa fermeture le 30 mai prochain.


Actes importants de la session

- 17 mars : Déclaration de politique générale du Premier ministre Tertius Zongo sur la mise en oeuvre du programme présidentiel ;

- 24 mars : Discours sur la situation de la Nation du Premier ministre Tertius Zongo ;

- La session de lois commencera avec 3 projets de lois, 4 autorisations de ratification, une proposition de résolution portant modification du règlement de l’AN et 3 questions orales.

Abdou ZOURE

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2011 à 01:59
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Chapeau bas à l’Assemblée Nationale. Pour la première fois, elle s’engage aussi fermement dans une actualité sociale de cet ordre dans le Faso. Il y a eu des crises longues et graves comme l’Affaire Norbert ZONGO ; l’assassinat de NEBIE Flavien ; pleins d’autres crimes de sang et économiques ; il y a eu aussi les grèves estudiantines et scolaires, des corps enseignants, de la santé etc.qui par leur durée et l’abscence de concession de la part du pouvoir ont affamé et attristé tout le peuple burkinabè. Mais, il y a un mais. Il ne faudrait pas que cette déclaration soit pour amuser la galerie et aller dans le sens du vent. Il faut que l’Assemblée exige du Gouvernement la relève de leurs fonctions du Procureur et du Directeur de la l’hôpital. Il faut aussi qu’à l’issue de l’instruction RAPIDE du dossier les responsabilités de tous grands et petits soient établies de façon claire et que les sanctions soient IMMEDIATES. Honorables Députés pour une fois faites votre travail de façon honorable.

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars 2011 à 11:52
      En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

      Peut-on faire confiance à une bande de dormeurs ?
      l’affaire de Koudougou interpelle qu’il faut desormais faire subir aux candidats aux postes de policiers, députés, avocats, enseignants, des tests psyhiatriques. On ne peut pas prendre n’importe qui pour venir créer des problèmes au pays. VOus voyez en Cote d’ivoire. Il est avéré que Gbagbo a une grave épilepsie !! en atteste son comportement de quelqu’un qui a des hallucinations. Du coup le pays entier vit les effets de son épilepsie !! Et même nous !!

      Répondre à ce message

      • Le 3 mars 2011 à 17:59
        En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

        Je suis d’ accord qu’ il leur faut passer des tests , pas un test, psychiatriques, mais il faut avant tout qu’ il fasse un examen de sang pour detecter qui n’a pas la maladie du sommeil. Faut plus on va voter des sommeilleeux a l’assemblee qui refuse d’ etre Honorable. mais je suis sur que leur "activisme" du moment, c’est pour nous faire dormir. Comme ils ont dormi pendant longtemps, ils pensent que c’est a notre tour aussi de dromir puisqu’ ils sont pour des rares fois eveilles. mais on est vigilant comme un cdr geographique.

        Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 12:20
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Mention très bien à notre assemblée....... Reglons rapidement (avec celerité) ce problème car je vois un (voisin) qui reve de nous voir dans des problemes.... ne lui donnons pas l’occasion......

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 12:36, par Tita
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    y a interret dè !! on doit aussi entendre le ministre de la sécurité et celui de l’enseignement il faut parler clairement sur les leçons a tirer ! et puis l’ecole ouvre quand ? faut assumer maintenant les bétises

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 13:25, par yeral dicko
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    chapeau haut pour l’assemblée nationale ! Chaque chose a un début bonnes gens !Aussi c’est souhaitable que la représentation nationale se penche également sur les nombreux dossiers des travailleurs qui dorment dans les tiroirs de la justice !c’est l’ensemble de ses situations qui engendres des mécontentements et mettent le feu aux poudres !!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars 2011 à 15:07, par madiahmed2001@yahoo.fr
      En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

      « Traiter avec célérité le dossier de Koudougou » de la part du Président de l’Assemblée Nationale revèt d’une grande importance car cela veut dire que le Procureur ou encore le juge d’instruction a tous les contours du dossier sur la table ce qui veut dire que les preuves retenues contre les accusés sont palpables et les circonstances du delit sont éllucidés donc le peuple Burkinabé, les élèves et étudiants ainsique les familles éplorés s’attendent à un verdict claire et précis. Cela veut dire que la jeunesse Burkinabè vous tient à l’oeil et aucun camouflé ne sera toléré. Que toute la lumiére soit faite sur la circonstance de la mort du jeune élève et que les commanditaires soient réellement punis. Nous n’oublions pas tous les martyrs tombés et les nombreux blessés lors des différentes marches pour demander que justice soit faite : LES JEUNES SONT AUX AGUETS TOUJOURS PRETS A SORTIR POUR REVENDIQUER PLUS DE JUSTICE,DE DROIT ET PLUS DE DEMOCRATIE POUR UN BURKINA PROSPERE.

      Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 14:14
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Merci Mr le président de AN
    ... Ton peuple a besoin de sentir un pouvoir fort et détermine a aller de l’avant

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars 2011 à 17:50, par machiavel
      En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

      salut je veux juste ajouter au message de mon confrère que s’il est vrai que le peuple à besoin de sentir un pouvoir fort et déterminé à aller de l’avant, le peuple à aussi besoin d’un pouvoir assez fort qui puisse garantir sa sécurité au delà des des frontières. En disant ceci je pense à tous nos compatriotes qui se trouvent en cote D’Ivoire et qui sont persécutés par la "milice" de l’usurpateur Gbagbo. J’ai bien peur que cette force de notre pouvoir ne serve plutôt qu’à faire régner l’injustice et créer le désordre au sein de nos populations. Je dit ceci en pensant aux "brutalités" policières et autres exactions dont nous sommes tous victimes. Pourquoi un citoyen devrait être tabaccé par la police et ne pas pouvoir faire recours à la justice ? la police est-elle au déssus de la loi ?. Cher monsieur est-ce que le pouvoir fort est-ce pouvoir qui privatise la santé de son peuple ?. je dit ceci en faisant reférence aux récentes augmentations des frais de consultation au centre hospitalier universitaire( CHU) yalgado.Je m’inquiète pour ce pays,le Burkina qui, contrairement à ce que l’on pense, n’est pas un pays de paix, mais de "non guerre". Je suis sérieusement inquiet. Un pouvoir fort s’exprime à travers sa capacité plus ou moins grande capacité à assurer de meilleures conditions de vie au peuple. A assurer la sécurité aussi bien à l’intérieure qu’au delà des ces limites territoriales. la France et dans une moindre mesure, les USA peuvent être considérer comme un pouvoir fort car ces deux nations s’impliquent beaucoup dans la sécurité de leur expatrié. je m’arrete là et merci à vous

      Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 14:38, par Fanfan
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Nous suivons de près les évènements au Burkina, je travaille dans une petite ONG , je reste attentive.
    L’injustice est la mère des révolutions.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 18:21, par thoma
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Je propose un panel constitué de 13 députés CDP

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 19:36
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Bien parle Mr le president de l AN. Mais c est quoi ces reformes politiques qu il parle ??? Si c est de l article 37 dont il parle, c est a apelle a un autre combat, et nous somme pret.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 20:00, par cool
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Que dites vous des burkinabès égorgés et brûlés vifs en côte d’ivoire ? Qu’allez vous faire pour eux ? Vous vous en foutez ou quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2011 à 20:52
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    Si ce n’est la peur de la situation internationale, ce serait la preuve de l’hypocrisie de notre AN. Ce ne sont pas les occasions qui ont manqué de se montrer pressé. Si des engagements avaient été pris pour les cas précédents, rien de ce genre ne serait arrivé. Dans quelques mois, lorsque les enfants seront calmés, ils classeront tout.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mars 2011 à 17:20, par le visionnaire
      En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

      TOUT CELA N’EST QUE DE LA POUDRE AUX YEUX. ON PEUT TROMPER UNE PARTIE DU PEUPLE TOUT LE TEMPS ; ON PEUT TROMPER TOUT LE PEUPLE UNE PARTIE DU TEMPS ; MAIS ON NE PEUT PAS TROMPER TOUT LE PEUPLE TOUT LE TEMPS, voilà une belle formule de Thomas SANKARA, n’oubliez pas ! le peuple burkinabé dasn sa frange jeune exige et exigera toujours la justice !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 5 mars 2011 à 13:36, par parisien
    En réponse à : ASSEMBLEE NATIONALE : "Traiter avec célérité" le dossier Koudougou

    ge soutien l’idee 2 mon jeune conpatriote-notre justice est faite d’insjustice.si etat ce souci 2 l’afaire"justin zongo".s’il existe 1 moyen comme les mesures prise pour clarifier la mort justin zongo,il est osi fort posible 2 faire lumieur sur d’otre afair.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés