LAZARE ZOUNGRANA, DIRECTEUR NATIONAL DE LA CROIX ROUGE BURKINABE : "Il n’ y a pas eu de détournement à la Croix rouge"

mardi 1er mars 2011 à 00h41min

Le directeur national de la Croix rouge burkinabè, Lazare Zoungrana, et ses collaborateurs ont animé une conférence de presse le 24 février dernier dans leur salle de réunion sur la célébration du 50e anniversaire de la Croix rouge burkinabè dont les activités seront lancées officiellement le 8 mai prochain. Au cours de cette conférence, Lazare Zoungrana a énuméré quelques activités phares du cinquantenaire dont une soirée gala et le bilan des 50 ans d’actions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Créée le 31 août 1961, la Croix rouge burkinabè a cinquante ans. Ce cinquantenaire intervient dans un contexte où l’organisation humanitaire fait l’objet de critiques en termes de malversations financières en son sein. Faits relatés récemment par certains journaux de la place. Face à la presse le 24 février dernier pour donner les grandes articulations du jubilé d’or, les responsables de la Croix rouge burkinabè, notamment le directeur national Lazare Zoungrana, se sont dit mécontents des faits relatés par le journal "Le Reporter". Pour eux, c’est un individu mal intentionné qui a fourni des informations au journal qui les a utilisées pour nuire à la Croix rouge. " Il n’y a pas eu de détournement à la Croix rouge. L’écrit du journal "Le reporter" contient des contrevérités monstres", a déclaré le directeur national de la Croix rouge.

Pour lui, c’est une personne qui digère mal la séparation des pouvoirs entre la gestion et la gouvernance dont les membres sont élus avec pour rôle de contrôler l’orientation de l’institution, qui est derrière cet écrit. Lazare Zoungrana a également rejeté en bloc l’allégation selon laquelle le licenciement de son prédécesseur serait lié à une affaire de détournement. "L’ancien directeur de la Croix rouge a été licencié pour faute grave et non pour une affaire de détournement. Ceux qui ont transféré l’argent dans les comptes de la Croix rouge n’ont pas pris le soin d’aviser celle-ci.

Etant donné que nous recevons des sommes importantes par le biais de nos unités économiques, cela s’est passé inaperçu. Mais cela ne signifie pas que l’argent a été détourné. Le journal s’est également intérrogé sur la manière dont nous décaissons l’argent pour gérer la Croix rouge. Il faut dire qu’à ce niveau, il y a la signature du directeur national, plus celle du partenaire technique et financier et celle de la gouvernance. Donc, il est difficile pour un directeur de décaisser de l’argent si ce n’est pour une cause reconnue dans les programmes de la Croix rouge. Le journal a également titré " Après l’affaire des 674 000 000 disparus à la croix rouge, encore un scandale. En quoi un licenciement suivant les règles constitue-t-il un scandale ? Si au moins on ne l’avait pas licencié, l’on dirait que voilà quelqu’un qui a commis une faute et qui est couvert. Mais cela n’a pas été le cas.

Des contrevérités monstres

Donc, nous disons que les faits relatés par le journal sont des accusations mensongères et des contrevérités monstres. Concernant les 6 millions de F CFA qui ont été versés à l’ancien directeur que le journal qualifie de prime, c’est également une faute grave. Il ne s’agit pas d’une prime de départ. Il faut dire que de ces 6 millions de F CFA, il y a plus de 5 500 000 F CFA qui lui reviennent de droit pour congés non payés, parce qu’il a passé 7 ans au sein de la Croix rouge sans pouvoir prendre régulièrement ses congés annuels. On aurait payé cela chaque année et à son licenciement, on en parlerait même plus. Nous déplorons le fait que le journal ne soit pas venu vers nous pour entendre notre son de cloche.

Dans tous les cas, nous allons saisir des professionnels pour corriger tout cela. Nous entendons aussi entamer une procédure pour que la vérité jaillisse car cette affaire porte atteinte à l’honneur et à l’image de notre structure. S’agissant de la durée de mandat de Bana Ouandaogo, nous disons que c’est la campagne qui a déjà commencé car nous aurons des élections dans les tous prochains jours. Mais le support choisi n’est pas indiqué. Si quelqu’un veut faire sa campagne, qu’il aille auprès des comités et non auprès d’un journal pour le faire. Il faut que les gens sachent que Mme Bana Ouandaogo est bénévole, elle n’est pas payée et nous lui sommes très reconnaissants.

Préserver l’image de la Croix rouge

"S’il y a des conflits au niveau de la gouvernance, que l’on sache préserver l’image de notre instrument de travail", a soutenu le directeur national de la Croix rouge. Le directeur du projet, protection enfants, Adama Koda et le secrétaire administratif et financier, Abou Ouattara ont, quant à eux, révélé que l’audit qui a été réalisé récemment au sein de la Croix rouge par les partenaires a donné d’excellentes conclusions. Le renouvellement de certains projets, dont celui relatif au trafic des enfants, est une preuve que les fonds destinés à la gestion des projets sont bien gérés, ont-ils soutenu. Abordant le sujet du jour, Lazare Zoungrana a d’abord présenté la Croix rouge dont il dira qu’elle a été créée en 1863 suite à la bataille terrifiante de Solférino en 1859 à laquelle a assisté le suisse, Jean Henri Dunant.

Elle est présente dans 186 pays et comptabilise le plus grand nombre de volontaires au monde, a-t-il signifié. La Croix rouge burkinabè, a-t-il dit, a été créée une année après l’accession du Burkina à l’indépendance en 1960.

17 400 volontaires au Burkina

Elle compte à ce jour, 17 400 volontaires à travers le pays. Elle a mené et continue de réaliser diverses actions en faveur des personnes vulnérables telles que les enfants malnutris, de la rue, etc. La Croix rouge qui agit selon ses 7 principes dont celui de la neutralité, a intervenu durant la guerre entre le Burkina et le Mali en 1985, la crise alimentaire de 1973 et plus récemment, pendant les inondations de 2009 au Burkina, a-t-il indiqué. Il a fait savoir que la célébration de ce cinquantenaire est placée sous le signe de la consolidation et du renforcement des actions de la Croix rouge et la dynamisation de son partenariat avec les partenaires. Selon Lazare Zoungrana, le lancement officiel des activités du cinquantenaire est prévu pour le 8 mai 2011, date de naissance du fondateur de la Croix rouge, Jean Henri Dunant.

Au menu des activités, il y aura le bilan des actions réalisées par l’organisation humanitaire, l’organisation d’une soirée gala, des entretiens avec des Hommes de médias pour plus de visibilité, etc. Des personnes et institutions qui soutiennent la Croix rouge verront également leur mérite reconnu par la Croix rouge au cours de ce cinquantenaire, a-t-il précisé. Pour M. Zoungrana, il s’agira également de faire en sorte que les gens notamment les jeunes comprennent le volontariat et s’y engagent. Il a confié que les 45 provinces du Burkina ne seront pas en marge de ce cinquantenaire. Chaque comité provincial le célébrera en fonction de ses moyens. Pour l’heure, le budget du cinquantenaire n’est pas encore déterminé mais l’accent sera mis sur le volontariat, a-t-il laissé entendre.

Dabadi ZOUMBARA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés