Accident de circulation : Il finit sa course dans la résidence de Chantal Compaoré

lundi 28 février 2011 à 01h56min

Dans la matinée d’hier dimanche 27 février 2011, un accident spectaculaire s’est produit sur l’avenue Louveau qui mène du monument du Cinquantenaire à la place de la Nation. Un camion chargé de ciment et de ferraille aurait selon certains démarré tout seul devant la cave de boisson en face de la gendarmerie de Kuinima. Selon d’autres, le chauffeur aurait quitté la cabine après avoir constaté que son camion ne commandait plus. Dans tous les cas, il a fini sa marche dans la cour de la résidence de l’épouse du chef de l’Etat, Chantal Compaoré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Selon les premiers témoins, le camion était stationné devant la cave de boisson dans le quartier Bolomakoté. Tout d’un coup, il aurait démarré tout seul sans chauffeur entraînant des dégâts matériels, (au moins six poteaux électriques ont été déracinés et froissés, des arbres déracinés). Un usager qui a vu venir le camion s’est sauvé en abandonnant son vélo qui a été écrasé. Le cycliste du nom d’Aboubacar Sieba est un élève en classe de troisième qui se rendait dans le quartier Sarfalao chez son oncle. Tout abattu et paniqué, celui-ci a regardé son vélo « comprimé » sous le camion.

« L’allure avec laquelle le camion venait m’a tiqué. Il venait à une grande vitesse. Je me suis dit que quelque chose n’allait pas. Raison pour laquelle, j’ai abandonné le vélo pour ma vie. Je ne sais quoi faire, j’attends de voir ce que décideront les autorités », a-t-il expliqué. Heureusement, on ne déplore aucune perte en vie humaine.

Vous avez vu, Monsieur le maire !

Tel un éléphant sur son passage, il n’a rien laissé. Heureusement, et Dieu merci qu’il est allé du côté droit quand on arrive de Bolmakoté à la place la Nation. C’est dans l’ancien pied-à-terre du président qu’il a fini sa course. Comme pour dire, à quelque chose malheur est bon.
Monsieur le maire, prenez des mesures avant que le drame n’arrive dans votre ville. Combien de camions de ce genre ne se sont-ils pas renversés en pleine ville de Bobo-Dioulasso ?

Voulez-vous vraiment attendre que le drame se produise ? En la matière, le boulevard de l’Indépendance dans son tronçon place la Femme jusqu’au pont de « cinquère-bâ » est réputé pour ses accidents spectaculaires. On avait cru qu’avec la reprise de cette avenue, des mesures seraient prises pour freiner ainsi le phénomène. Rien n’a été fait.
Monsieur le maire, c’est le moment de trouver une solution. Bobo-Dioulasso n’est plus la bourgade qu’on a connue dans le passé. C’est une ville moderne où la circulation doit répondre à certaines normes.

L’occasion faisant le larron, nous vous invitons à faire un tour de temps en temps sur le même boulevard du côté de la pharmacie Soudia pour vous rendre compte des garages de cars qui débordent parfois sur la chaussée. Avec tous les risques que cela peut comporter. Allez également y constater les mêmes camions qui y garent. Faites quelque chose si vous ne voulez pas être complice.

Dabaoué Audrianne KANI/ Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés