Survie et développement de l’enfant : La radio AVE Maria et l’UNICEF plaide pour plus d’attention

lundi 21 février 2011 à 00h02min

Au Burkina, comme dans la plupart des pays de la région, un enfant sur 6 n’atteint pas l’âge de 5ans ; environ 20 millions d’enfants sont contraints de fuir de chez eux chaque année. Envoyés sur le champ de guerre, utilisés comme combattant, coursier, cuisinier ou objet sexuel, ces enfants s’ils ne meurent pas sont souvent mutilés et invalides à vie. La situation des enfants dans le monde est catastrophique. Mais ce tableau sombre peut être inversé la tendance.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

C’est dans ce sens que s’inscrit le séminaire diocésain de formation et de plaidoyer organisé la Radio Avé Maria et l’UNICEF les 19 et 20 février 2010. Il a réuni une centaine d’enfants et une cinquantaine de leaders religieux autour du thème : « contribution de l’église catholique à la survie et au développement de l’enfant ».
« L’enfant, c’est l’adulte en puissance, c’est l’adulte de demain. Protéger l’enfant, l’aider à s’épanouir, c’est protéger le monde de demain, c’est travailler pour l’avènement d’un monde meilleur », souligne l’aumônier diocésain de l’enfance, l’abbé Hermann Rénaud Kietéga.

JPEG - 17.3 ko
Mgr Jean Marie Ountani Compaoré, archévèque de Ouagadougou

De ce fait, la porte-parole des enfants, Sandrine Nikiéma, a plaidé pour une plus grande attention à leur égard. « Certains de nos camarades et amis ne vont pas à l’école, d’autres sont malades, abandonnés, soldats sur des terrains de guerre et j’en passe » a-t-elle rappelé avant de promettre « d’être sages tout au long de ce séminaire afin de profiter de ses fruits ». Ces enfants ayant bénéficié de cette formation se chargeront de retransmettre les connaissances acquises à leurs camarades absents.

Le président de la cérémonie d’ouverture Mgr Jean Marie Ountani Compaoré, archévèque émérite de Ouagadougou a souligné l’importance et l’actualité du thème. « Un domaine complexe et délicat » au vu des nombreux problèmes qu’il pose (natalité et surpopulation, mortalité, malnutrition, hygiène, éducation…).

L’avocat de l’enfant ne pouvait être absent à une telle rencontre. Hervé Periès, représentant de l’UNICEF au Burkina, s’est réjoui de l’attention accordée aux enfants par l’église-famille. « Nous sommes là pour saluer avec force et enthousiasme ce que vous faites déjà et vous demander de redoubler d’efforts car nous savons le rôle et le potentiel dont dispose l’église catholique et ses partenaires en réponse à ces défis et au côté des plus démunis », a conclu Hervé Périès.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés