Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

vendredi 18 février 2011 à 01h37min

Après l’organisation des festivités qui ont marqué les 20 ans du barreau burkinabè, l’heure, en principe, était au bilan. Mais en lieu et place, c’est plutôt la fronde des anciens bâtonniers et de certains avocats contre le premier responsable du barreau, Me Issouf Baadhio qui a été le plat de résistance des échanges avec la presse ce jeudi 17 février à Ouagadougou. Pour le bâtonnier, il n’y a pas de crise au sein du barreau parce qu’on fait de fausses querelles sur toute la ligne.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Petit rappel ; le jeudi 10 février 2011, six anciens bâtonniers ont signé une déclaration commune dans la presse pour dénoncer des « dérives caractéristiques de manquements graves aux principes cardinaux de la profession d‘avocat », notamment le manque de respect et de considération dont ils ont été l’objet lors de la rentrée solennelle relative à la commémoration du 20e anniversaire du barreau. « Les anciens Bâtonniers ont été relégués au second plan car ne pouvant avoir accès aux places relevant de leur rang, tel qu’il est de règle dans toutes les cérémonies du Barreau et de la rentrée judiciaire organisées par les magistrats des hautes juridictions" relève-t-on dans leur lettre.

Cette accusation a été rejetée en bloc par les membres du conseil de l’ordre, qui parlent d’une fausse querelle. Selon le doyen du conseil de l’ordre, Me Norbert Dabiré, c’est le protocole d’Etat qui s’est occupé de ces aspects parce que le président du Faso devait être à la cérémonie. "Les anciens bâtonniers n’ont pas été relégués au second plan. Ils étaient au même rang que les diplomates", a-t-il martelé. Et c’est pour examiner la situation que ces derniers avaient demandé au bâtonnier de convoquer une assemblée générale extraordinaire avant le 27 février 2011.

Personne n’a été négligé

Pour Me Norbert Dabiré, "quand un manquement grave aux principes cardinaux de la profession d’avocat est reproché à un avocat, fût-il bâtonnier en exercice, seul le conseil de l’Ordre des avocats, qui est notre juridiction disciplinaire, peut en être saisi conformément aux dispositions pertinentes de la loi (…)". Il a poursuivi en indiquant que dans le cas où le conseil de l’Ordre ne réagirait pas, il pourrait être saisi par le procureur général près la Cour d’appel de Ouaga. Sur ce point, les choses sont claires pour les animateurs du point de presse : on ne peut tenir une AG extraordinaire que sur des questions d’intérêt général.

Et par conséquent, un tel cadre ne peut se transformer en tribunal pour juger le bâtonnier. « Pour tout dire, les anciens bâtonniers (…) devraient se garder, au nom de la dignité de notre institution, de clouer au pilori un bâtonnier en exercice dans la presse… et cela pour des fautes imaginaires", a conclu sur ce point Me Dabiré.

Le barreau n’est pas une association de quartier

Le 2e point qui a fait l’objet d’échanges est la pétition des avocats dont la presse a fait écho le mardi 15 février dernier et qui demande la démission du bâtonnier. A ce propos, Me Issouf Baadhio a été clair. "Le barreau n’est pas une association de quartier". Il y a des règles dans leur institution qui doivent être respectées. Nulle part dans les textes, il n’est prévu, selon le Conseil de l’Ordre, la possibilité pour un groupe d’avocats de demander la démission du bâtonnier.

Et c’est pourquoi, à entendre Me Sogotéré Sanou, il semble que les signataires sont animés d’un esprit putschiste. Pour conclure sur ce point, Me Issouf Baadhio a affirmé qu’il n’y a pas de dysfonctionnements au conseil. Seulement, il regrette que des propos inexacts et scandaleux aient été tenus à son encontre. S’estimant à l’aise parce qu’étant profondément honnête dans sa démarche, il a confié que ses confrères devaient faire preuve de raison dans cette situation.

Par Dayang-ne-Wendé P. SILGA

Le Pays

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 février 2011 à 05:35
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    Me Baadhio, mais que dites- vous de la banalisation du deces d’ un des doyens des avocats, Me Bernadin, celui - la meme qui a eu un enfant avec votre petite soeur et qui ne l’a pas marie copmme vous vous attendiez peut- etre, d’ ou serait ne votre haine primiare comme ’ homme ? Jamais de fumee sans feu, n’est-ce pas ? Repondez exactement aux accusations au lieu de botter en touche.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 06:49
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    À quand remonte le dernier examen du Barreau au Burkina Faso ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 11:34, par mackiavel
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    La sagesse recommande à ces anciens de ne pas faire de querelles pour une histoire de place. Si vous pleurez parce que vous n’avez pas été placé devant et ceux qui étaient derrière à votre cérémonie, vous croyez être mieux que ces gens là ? Si tu sais mettre ta queue à ta place personne ne viendra te faire changer de place. Soyons modeste et acceptons les places qu’on nous donne dans une cérémonie. Un jour viendra où vous serez couché seul devant tout le monde et vous n’aurez pas à choisir votre place, ce jour. Que Dieu nous en éloigne encore.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 11:35, par yamâam
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    Quand on a pour profession de parler pour "donner raison" à ceux qui ne l’ont pas toujours, il est plus aisé de parler pour se "donner raison".Mais une chose est sûre dans cette affaire, c’est que vos collègues( tous les anciens bâtonniers et un bon nombre d’avocats) vous reprochent des choses.Ayez l’humilité de vous remettre en cause et d’avoir pour souci la cohésion au sein de votre institution parce que c’est le premier devoir de tout responsable d’institution. Il n’existe pas de textes qui permettent de démettre un bâtonnier , il n’en existe pas non plus qui donnent droit au bâtonnier d’oublier qu’il agit et parle au nom d’une institution.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 11:40, par mackiavel
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    La sagesse recommande à ces anciens de ne pas faire de querelles pour une histoire de place. Si vous pleurez parce que vous n’avez pas été placé devant et ceux qui étaient derrière à votre cérémonie, vous croyez être mieux que ces gens là ? Si tu sais mettre ta queue à ta place personne ne viendra te faire changer de place. Soyons modeste et acceptons les places qu’on nous donne dans une cérémonie. Un jour viendra où vous serez couché seul devant tout le monde et vous n’aurez pas à choisir votre place, ce jour. Que Dieu nous en éloigne encore.
    Pour des hommes chargés de dire le droit, votre association –puisque c’est de cela qu’il s’agit – n’a-t-elle pas règlement intérieur et de statuts ? Mais si vous faites des querelles de chiffonniers, vers qui devons nous nous retourner en cas de crise dans le fonctionnement des nôtres ? Je crois que la presse aussi a des problèmes, de là à écrire que le bâtonnier est le premier des avocats !!!… vous voyez toujours des premiers partout. Nous avons élu un président du Faso que vous avez transformé en « premier des Burkinabè » alors que élection, c’est pas concours sinon on allait voir. Du coup, sa femme, sa belle-mère, ses enfants, ses frères… sont tous premiers. « Il faut faire attention aux mots » surtout dans la presse. Vos enfants risquent de croire que c’est vrai.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 14:24
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    Norbert Zongo recommandait fort justement à ses stagiaires d’avoir toujours à "se poser les bonnes questions". Je ne connais pas Maître Baadhio, mais j’entends ses arguments. Chaque instance a ses règles. Il y a bien longtemps que les avocats rusent avec les règles. Quand un ministre use de ses pouvoirs pour aider sa maîtresse à obtenir un jugement scélérat, vous ne trouvez rien à redire ? Personne parmi vous pour s’en offusquer ? Quand un ministre déclare qu’il y a des juges "acquis", vous trouvez cela normal ? Pas le moindre bâtonnier pour élever la voix ? Et vous venez nous fatiguer avec des histoires de préséance et d’orgueil ? Se taire quand vient le moment de parler est une trahison. Il faut vous acheter une conduite. On vous regarde et on vous voit. Avec ce genre de dérive, vous aggravez votre cas au yeux de l’opinion. Respectez les règles ! Respectez les citoyens burkinabè !

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 17:10, par Ratsida
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    je ne sais pas comment est organisé l’ordre des avocats. Mais pour qui il se prend ce bâtonnier ? Si vous n’avez pas d’argument pour vous défendre n’attaquer pas d’autres structures. Soyez humble ! Les associations des quartiers ne sont pas constituées d’ânes et de moutons, elles sont structurées et bien organisées tout comme votre structure l’est, mais à un autre degré. Déjà en vous exprimant ainsi sans même connaitre le fond des problèmes je dirai que vous êtes arrogant et orgueilleux. Que reprochez vous aux associations de quartier ? De grâce un peu de respect ! Dans ce pays dès qu’on a un petit pouvoir, on se prend pour bon Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 19:34, par koutou
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    N’ayant pas tous les éléments je ne peux pas blanchir totalement Me Baadhio mais avouons que certains griefs des anciens bâtonniers frisent le ridicule. On sent une sorte de conflit de générations entre de vieux bâtonniers, gourous un peu trop imbus de leur personne, habitués aux considerations "nabales" et obsequieuses et les moins vieux qui ont d’autres chats à fouetter. Ils n’ont qu’à aller se plaindre de leur place chez Yougbaré et laisser le Barreau travailler.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2011 à 22:29, par La Confraternité minimale.
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    Mesdames et Messieurs Les Bâtonniers et Bien Chers Confrères,
    Ce qui devait arriver, arriva. Et, il me semble que nous n’encourageons pas ainsi le Président du Faso à participer à nos manifestations futures. il est temps de siffler courageusement l’heure de la récréation médiatique. Autant je déplore la démarche des anciens Bâtonniers de l’Ordre des Avocats du Burkina Faso, dans la publicité des reproches (légitimes ou pas) formulés à l’égard du bâtonnier en exercice, autant il convient de regretter l’intervention du Bâtonnier BAADHIO sur les médias pour, dit-il, comparer négativement l’Ordre des Avocats à "une association de quartiers".
    Dans nos civilisations ancestrales africaines(et je ne ferai certainement pas l’injure au Bâtonnier PACERE que j’affectionne de tout mon coeur, lequel manie d’ailleurs avec dextérité ces concepts fondamentaux non sans doigté, mieux que quiconque)le linge sale se lave en famille. Et venir exposer de cette rocambolesque manière l’institution de l’Ordre des Avocats à un tel "parjure", est une porte ouverte à n’importe quelle dérive. Voilà maintenant que des non-avocats se permettent ou se croient autorisés à porter des jugements de valeurs ou de non-valeurs sur nos Bâtonniers soient-ils anciens,jeunes en exercice ou tout simplement sur notre profession tout court.
    La noblesse de notre profession, à l’instar des autres professions telles que les médecins, les architectes, les notaires, les huissiers et j’en passe toute la kyrielle de corporations respectables n’autorise pas de telles sorties hasardeuses. J’en appelle donc au sens de la retenue et de la solidarité entre tous les avocats du Burkina Faso afin que les problèmes internes soient réglés en interne au sein du Barreau. Nous ne pourrions que sortir ragaillardis de cette fantaisiste pseudo-crise qui n’en est point un. Votre Bien dévoué. Signé : La confraternité minimale.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2011 à 23:28, par simpos
    En réponse à : Me ISSOUF BAADHIO, BATONNIER DE L’ORDRE DES AVOCATS : "Le barreau n’est pas une asociation de quartier"

    D’accord avec Koutou. Que ces vieux avok imbus de leur personne et friands d’honneur aillent a la Garde Nationale on va sonner la phanfare pour leur rendre. Que signifie ces querelles honteuses dignes des femmes mesquines ? Laisser vos petits frères engagés defendre correctement les gens et allez vous la couler douce car nous savons que vous avez des comptes gracieusement remplis au lieu de detruire ce que vous criez avoir construit. A cet imposteur qui s’attaque à Mr KOUDOU je lui dirai que nos écoles primaires recrutent toujours même les ringards de son espèc. Merde laissez les gens dire la vérité. A combien de francs ces vieux dinosaures t’ont payé pour venir pondre ces bêtises. Sache que nous savons que tu n’est ni plus qu’un clerc ou garçon de course à la solde d’un de ces vieux orguelleux mais assez de conneries maintenant. Tu la boucle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés