Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

mercredi 9 février 2011 à 01h30min

Il se tient du mardi 8 au vendredi 11 février à l’hôtel de ville de Ouagadougou un atelier de sensibilisation sur l’institutionnalisation de la prévention intégrée de l’insécurité et de formation aux techniques d’animation des comités locaux de sécurité. L’objectif étant, entre autres, de construire une culture de prévention de la criminalité et de modifier les conditions d’expansion de la délinquance urbaine.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La criminalité est un phénomène assez complexe lié à des facteurs socioculturels, économiques, juridiques, historiques propres à chaque Etat. La plupart du temps, elle se nourrit du désordre. Dans un degré moindre de la délinquance qui est tributaire de l’absence de développement, de solidarité et du sentiment d’exclusion. Dans la ville de Ouagadougou, pour ne prendre que cet exemple, une étude sur le ressenti insécuritaire montre que les citadins vivent avec l’angoisse de la criminalité. Ainsi donc, 81% de la population pensent que la délinquance est en augmentation ; 82% estiment que ce processus est irréversible.

L’inquiétude de la population communale porte à 56% sur les attaques à main armée. Ce que craignent 57% des Ouagavillois, c’est la criminalité de masse, communément appelée cambriolage. Heureusement la réactivité des forces de l’ordre satisfait 75% de personnes. Ce n’est certes, pas un sondage IPSOS encore moins CSA, mais il donne une indication sur la menace ressentie dans la cité.

C’est face à une telle situation que le Programme conjoint de renforcement de la sécurité urbaine (PCRSU), qui vise à apporter une réponse intégrée à la question de l’insécurité publique et de la criminalité en milieu urbain, a initié un atelier. L’objectif est d’informer les acteurs étatiques et de la société civile des tenants et des aboutissants du Programme, d’énoncer les axes prioritaires pour la formulation d’une politique nationale sur l’insécurité et la criminalité au niveau communal.

A terme, une quarantaine de participants seront formés en animation des comités locaux de sécurité et en montage de partenariats entre les communautés et les services publics de sécurité, avec pour but d’améliorer les relations entre la police et les populations. Selon le 2e adjoint au maire de Ouagadougou, Dramane Compaoré, l’intérêt d’une telle rencontre est qu’elle instaure un débat d’idées et fait évoluer les politiques et stratégies dans le domaine de l’insécurité urbaine.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des chercheurs sont venus du Canada (qui a les villes les plus sécurisées), de la France, du Cameroun et de la Côte d’Ivoire pour partager les expériences. C’est ce qui a fait dire au coordonnateur du PCRSU, Alain Ouilma, qu’il faut mettre des stratégies larges incluant la capacité des villes à coopérer entre elles.

A côté de cela, il faut que l’ensemble des citoyens même participent à la prévention de la criminalité sous une forme concertée et intégrée. Concrètement, le Programme a identifié 100 carrefours accidentogènes dans la ville de Ouaga. Il s’agira de dire à la population qu’à tel endroit il y a tel danger, et le PCRSU va demander aux services municipaux et nationaux (ONASER, police municipale et nationale) d’assumer leurs responsabilités en prenant les mesures qui s’imposent.

« Nous nous sommes également intéressés à la délinquance spatiale dans le genre victime. De plus en plus, les femmes sont victimes d’agressions, et nous avons identifié les lieux, les types d’atteinte… » a souligné M. Ouilma. C’est donc un programme novateur et méconnu qui compte vraiment tranquilliser la vie des citadins.

Kader Traoré

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 février 2011 à 08:47
    En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

    Je réagis à ce message en posant la question suivante : Est-ce que les mosquées sont causes d’insécurité à Ouagadougou ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2011 à 09:31, par LE TELECRITIQUEUR
    En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

    BONJOUR ET MERCI POUR CE ARTICLE.

    CEPENDANT J AIMERAIS FAIRE COMPRENDRE AU JOURNALISTE QUE L’IMAGE OU LA PHOTO QUI ACCOMPAGNE UN ARTICLE DOIT TRADUIRE UN PEU LE CONTENU DE L’ARTICLE EN QUESTION.

    CE QUI N’EST PAS LE CAS ICI.

    C’EST JUSTE MON POINT DE VUE ET JE PENSES QU’IL FAUT REVOIR CELA A LA PROCHAINE.

    MERCI A LEFASO.NET

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2011 à 10:32, par Omar Konaté
    En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

    Je salue cette initiative de la Commune (je crois) de mettre en place et d’animer des comités locaux de prévention de l’insécurité dans les quartiers de notre capitale.

    Je souhaiterais attirer l’attention de M. Simon Compaoré sur la nécessité d’avoir un réel contrôle sur ces comités afin d’éviter que ces derniers ne se transforment en milices de quartier. Je suggèrerais à ce titre que les membres de ces comités soient fichés officiellement et que des enquêtes de moralité soient menées sur leur personne. C’est une grande responsabilité que de veiller à la sécurité des quartiers, mais cela offre aussi un grand pouvoir à ces personnes.

    Par ailleurs, je suggèrerais également que la sécurité des membres de ces comités soit elle aussi assurée ; en effet, ces derniers peuvent être exposés à des représailles s’il s’avère que leurs actions se révèlent efficaces.

    D’autre part, M. le Maire, pensez vous qu’il soit possible d’ajouter dans les "Termes de Référence" de ces comités, un aspect de sensibilisation sur l’entretien du bien public, sur la salubrité de nos rues et sur la nécessité pour chaque citoyen de se comporter de façon citoyenne.

    Enfin, une dernière suggestion serait d’accompagner ce mouvement par un développement d’un éclairage public économique (moins il y a d’obscurité, moins il y a de risque de se faire agresser), le "nettoyage" de la chaussée public de tout ce qui l’encombre (ceci permettrai d’avoir une meilleur visibilité de l’activité de la chaussée) et des programmes d’accompagnement en partenariat avec les autres pouvoirs publics en vue d’offrir du travail à la jeunesse par l’auto-emploi ou part toute autre forme d’activité économique licite (lorsque l’on a du travail et des ressources on pense moins à s’approprier les ressources d’autrui).

    Merci encore pour les actes que vous posez,

    Omar Konaté

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2011 à 14:19, par GUIGMA de Haiti
    En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

    Bonjour et beaucoup de courage aux animateurs de ce projet ; Du courage Cher Doyen alain OUILMA pour votre action. J’apprecie beaucoup et je sais que vous reussirez. Felicitation a la mairie de Ouagadougou, nes encouragements au Directeur de la police municipale.

    Répondre à ce message

    • Le 9 février 2011 à 17:07, par Abou Diallo
      En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

      Quelles sont les mesures prises ? comment sont t-elles adaptees aux conditions de vie de Ouagadougou ? Je penses c’est une belle initiative, reste a faire des actes concrets.Voila mes propositions :
      - Installer plus de lampes sur les rues et les recoins.
      - Patrole de police a certaines heures pour securiser non pour terroriser.
      - Moyens permettant, installer des video cameras dans certaines localites avec une equipe de suivi pour avoir un oeil sur les delinquants et les vandales et pouvoir les poursuivre en cas de crimes.
      - Garder les lieux propres sans decombre, tailler certains buissons pour eviter le refuge des malfrants.
      - Creer un systeme automatique d’urgence directement connecte a la police et sur les reseaux mobile de communications.
      - Bien equiper la police pour bien operer.Les payer bien.
      - enregistrer tous les vehicules et motos afin d’identifier les malfrants juste avec le numero de la plaque vous pouvez faire ressortir le nom du proprietaire et ainsi faciliter les enquetes.
      Et beaucoup d’autres chose qui demandent les moyens.

      Répondre à ce message

      • Le 10 février 2011 à 01:23
        En réponse à : Prévention de l’insécurité à Ouaga : Comment rendre Simonville paisible

        Je pesne qu’ il est grand temps vraiment de penser aux cameras videos. C’est plis mieu que tous ces milices deguises qu’ on veut mettre en place. Nous avons la police nationale. Nous avons la police municipale. Nous ne voulons pas d’ autres groupoes de Vigilantes. Non et non. Si ces 2 polices sont la et que les bandits nous emmerdent, ce n’est pasces cdrs deguises qui vont nous sauver. N’ oubliez pas que le Maire Simon Compaore lui- meme reste un cdr mal converti a la democratie qui es prets a armer des milices avec des gourdins dans ce pays. Nos actes passes doivent servir a juger nos actes a venir.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés