SN-SOSUCO : Le D.G. persona non grata

lundi 31 janvier 2011 à 02h27min

Sur promesse ferme, les travailleurs de la SN-SOSUCO ont obtenu le départ de leur directeur général, Didier Vandenbon, de la tête de la société, second employeur après l’Etat burkinabè. C’est l’accord clé de la médiation qui a abouti à la reprise des activités de l’usine le 27 janvier dernier dans la soirée après des mises en garde à 4 autres cadres de l’entreprise. Toutefois, les négociations sur la plateforme des travailleurs devront être diligentées par les autorités.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la médiation des différents leaders religieux et coutumiers de Banfora, soutenue par l’appel des organisations syndicales, a porté ses fruits avec la levée du mot d’ordre de sit-in. Les travailleurs manifestaient leur ras-le-bol au sujet des mesures qualifiées de liberticides. C’est après plusieurs concessions des manifestants, mais aussi, suite à l’acceptation de leurs exigences que ces derniers vont reprendre le travail.

« C’est sur insistance des organisations syndicales à travers leurs structures provinciales et suite aux conseils des sages que nous avons été reçus ici », a soutenu Abdoulaye Tiala, secrétaire général de la CGTB/Comoé, à propos de cette reprise qui a été effective dans la nuit du 27 au 28 janvier 2011. Concernant les sages, il s’agit du chef de canton de Banfora, représentant toutes les autorités coutumières de la Comoé, de la communauté chrétienne, représentée par l’abbé Luc Héma, et le grand imam de Banfora, représentant la communauté musulmane. Avant la médiation de ces derniers, les autorités administratives avaient aussi appelé à la reprise du travail.

Pour cette reprise, les travailleurs, dans leurs revendications, avaient identifié cinq dirigeants qu’ils ne voulaient plus voir dans l’entreprise. Ce sont : le directeur général, son adjoint, la directrice des ressources humaines, le responsable des achats et des approvisionnements et le directeur de la maintenance. « Les raisons qui ont poussé les travailleurs à ces choix, c’est que ces personnes seraient plus ou moins anti-travailleurs », précise le porte-parole des ouvriers. En clair, les travailleurs auraient l’impression que ce sont des gens qui sont prêts à sacrifier leurs camarades pour leur carrière à eux. « C’est pourquoi les travailleurs ne voulaient plus les voir », poursuit Abdoulaye Tiala.

Finalement, après les négociations, ils ont dû mettre de l’eau dans leur vin. « Nous les avons amenés à accepter seulement le départ du DG, mais pour les quatre autres, ils ont accepté un principe de mise en garde », a expliqué M. Tiala. C’est dire que ces derniers ne devront désormais jouer que leur rôle de managers et devront éviter de faire dans la délation et la diffamation.

Autre point de mise en garde, pendant le sit-in, un huissier de justice serait parti pour remettre une convocation à 9 travailleurs identifiés comme étant les meneurs et qui devraient êtres entendus par le Tribunal du travail. « Les travailleurs ont également posé comme condition que ces camarades ne reçoivent pas de convocation.

Car, si un seul d’entre eux recevait une convocation, ils vont prévenir les autres afin que l’usine soit encore fermée », poursuit toujours M. Tiala. Ce qui est reproché à ces 9 travailleurs, c’est qu’ils auraient procédé à une occupation illégale des lieux et séquestré des collègues qui n’étaient pas partants pour le mouvement.

Sur ce point qui a suscité la colère des manifestants et qui a failli coûter cher au huissier, les travailleurs ont tenu à lever toute équivoque en soutenant qu’ils ont passé la nuit à l’usine de leur propre gré, et beaucoup sont venus par leurs propres moyens.

Pour eux, c’est au contraire la direction, voulant casser la mobilisation, qui a pris la décision de ne pas mettre les cars à la disposition des travailleurs pour se rendre à l’usine. Enfin, les travailleurs ont demandé que, dans les meilleurs délais, des négociations puissent êtres entamées par rapport aux autres points de la plateforme qui devra être remise aux autorités.

C’est un ultimatum de 72 heures qui a été donné, et au plus tard le lundi 31 janvier 2011, les autorités devront réagir. On le voit bien, c’est sur des promesses que la reprise des activités a été effective à la SN-SOSUCO. C’est dire que la suite reste fortement dépendante non seulement du départ du DG, mais aussi de la poursuite du dialogue sur la réforme à l’origine du mécontentement. Les travailleurs pourront-ils facilement s’offrir la tête de leur DG ?

C’est là toute la question et les travailleurs sont formels : le travail s’arrêterait s’ils voyaient ce dernier mettre les pieds à l’usine. Pour ce faire, une liste de numéros téléphoniques a été communiquée aux travailleurs pour les besoins de la cause : avertir au cas où l’un d’eux serait convoqué au tribunal, ou si le DG est aperçu à l’usine.

En 1998, un directeur général contesté, comme c’est le cas actuellement, avait simplement renforcé sa sécurité par des gendarmes pour se rendre à son service.

Luc Ouattara

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 31 janvier 2011 à 14:33, par mackiavel
    En réponse à : SN-SOSUCO : Le D.G. persona non grata

    Je vois que l’effet tunisie est passé par les Cascades. Mais réellement, l’administration n’aura plus d’autorité sur les ouvriers ?

    Répondre à ce message

    • Le 26 février 2011 à 12:50, par Kinda K Florent
      En réponse à : SN-SOSUCO : Le D.G. persona non grata

      EH bien ! il le fallait. comment es ce qu’un travailleur à plus de trente années de service voit toute sa carrière se foutre a la merde ?
      il devait partir et, de surcroit il reste encore beaucoup a revendiquer : la sous traitance des chantier pénalise les frères temporaires, la peur fait périr nos parents pauvre, pourquoi tant de demande de retraite anticipé ?
      il en reste encore et prière aux dirigeants du complexe d’abandonner leur principe de familiarité pour le recrutement des travailleur.
      le complexe nous appartient tous et nous sommes allés dans de grandes écoles afin de renforcer les ressources humaines mais hélas que depuis nos dossiers périssent dans les tiroirs de la direction générale.
      j’ai pitié pour les siens qui y travaillent aujourd’hui ! il nous faudra y cultiver un esprit et une culture d’entreprise relaxe et productive pour chacun des travailleur du géant complexe sucrier. merci de nous comprendre !!!

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés