Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Le musée Rayimi ou le refus de l’oubli

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 23 juillet 2010 à 20h10min

Le promoteur donnant des explications aux visiteurs

Yisuka, le premier quartier de Koudougou a désormais son musée. Ce condensé d’histoire donne à voir la diversité culturelle de la région du centre-ouest, la rencontre de Koudougou avec l’occident et les religions importées. Le musée Rayimi, comme son nom l’indique, se veut le lieu du refus de l’oubli. Son inauguration est intervenue le 17 juillet 2010 sous le regard du fils du premier commandant de Koudougou sous l’ère coloniale (1925-1927).

Le musée est le reflet de la culture d’un peuple, pourtant le Burkina connaît un déficit d’institutions muséales. Pas faute d’avoir un riche passé culturel. Mais parce que les ex-colons ont emporté une partie importante de la mémoire de notre pays rendant la recherche documentaire très difficile. Naaba Saaga 1er de Yisuka, après ses études n’avaient presque rien retrouvé appartenant à son père. Touché dans son amour propre, ce choc se transforme en une révolte mais une révolte positive. Il se lance dans la recherche de sa mémoire perdue. L’appel du ministre de la culture, du tourisme et de la communication pour le rapatriement des fonds documentaires du pays résonne pour lui comme « va en guerre ». Naaba Saaga 1er de Yisuka, cet assoiffé de la culture (la culture est la battérie de ma vie, nous confiait-il en Mars dernier), trouve le moment opportun d’apporter sa contribution.

Le hasard faisant bien les choses, il rencontre de façon fortuite Claude de Beauminy, le fils du premier commandant de Koudougou (André Chrestien de Beauminy) sous l’ère coloniale lors d’un de ses nombreux déplacements en France. Il réussit à le convaincre, sans grandes difficultés, à lui rétrocéder les photographies faites par son père. Le premier pas est franchi par Naaba Saaga. C’est le début d’une longue histoire qui accouchera d’un musée. Son nom : Rayimi qui signifie n’oublies pas en langue Mooré. Et ce chef traditionnel refusera l’oubli jusqu’au bout.

Ensuite, il se rend ensuite à Rome chez les pères blancs, missionnaires au Burkina à l’époque. Après moultes discussions, ils acceptèrent eux aussi de rétrocéder les précieuses images des débuts de l’évangélisation. « Les pères blancs ont aussi accepté partager la richesse de leur premier contact avec nos parents », se réjouit le chef de Yisuka, promoteur du musée. En ce moment précis, Naaba Saaga est un homme comblé. Il peut réaliser enfin son rêve de mettre en place un musée. Ainsi naquit le musée Rayimi de Yisuka, celui du premier quartier de Koudougou.

Des travailleurs voltaïques sur les chantiers coloniaux, la fête au village avec les masques, l’histoire de l’empire mossi, l’histoire de l’évangélisation des diocèses de Koudougou et de Réo, le début de l’économie marchande, le bureau du commandant, sa résidence, ou encore les wiss-kamba ou cavaliers rouges ; bref tous les pans de l’histoire de la région du centre-ouest sont représentés dans ce temple de souvenir de 27mètres carré.

Au total, 29 photographies du début du XXe siècle, du temps de l’administration coloniale et de l’arrivée de l’église catholique à Koudougou, de l’accoutrement du premier prêtre de Yisuka sont exposées lors de la cérémonie inaugurale du musée Rayimi qui a eu lieu ce samedi 17 juillet 2010. Toutes les Photos exposées sont de la photothèque des pères blancs de Rome et de André Chrestien de Beauminy dont le fils a tenu à être présent lors de l’inauguration de ce musée. Il affirme d’ailleurs que son père a vécu les moments les plus émouvants de sa vie à Koudougou.

La reproduction d’une cour traditionnelle comprenant trois greniers de types différents et une meule traditionnelle complètent ce réservoir de l’histoire du centre-ouest qui n’attend que les visiteurs. Il s’ouvre à temps car le pays des hommes intègres est en train de célébrer ses 50 ans d’indépendance sous le thème « souvenir et espérance ». Rayimi permettra à sa façon de revisiter les souvenirs du Burkina et surtout ne rien oublier. C’est tout à l’honneur du Naaba de Yisuka.

Construit en Banco et induit à l’intérieur de terre gourounsi, ce musée met côte à côte les cultures Mossi et Gourounsi, les deux ethnies majoritaires de la région. Les photos de l’entrée du protestantisme et de l’islam à Koudougou sont attendues par le promoteur du musée. Il est aussi prévu l’ouverture d’un pavillon d’objet de la région en collection et traitement et un pavillon du textile notamment les habits traditionnels en cotonnade, tissage sans oublier les chaussures BATA (première usine de fabrication de chaussures qu’a abrité Koudougou).

Pour une meilleure représentativité de la culture de la région, Naaba Saaga 1er en appelle aux « détenteurs d’objets du quartier Yisuka pour que ce musée retrouve ce qui fait de nous des Yisukalais ». « Ensemble, nous devons le faire vivre, d’abord en le visitant, ensuite en apportant des objets d’arts et enfin en le faisant connaître à nos amis et visiteurs », conclut-il.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 juillet 2010 à 18:35, par juliette Kongo En réponse à : Le musée Rayimi ou le refus de l’oubli

    je suis si fiere que je ne trouve pas de mots pour exprimer ce que j’ai comme sensation en ce moment.
    Excellence le YISUKA NAABA de KOUDOUGOU je vous felicite et vous informe que je suis egalement un promoteur culturel et j’ai aussi un musee de la femme ou< PAGBNORE> a KOLGONDIESSE dans la Commune de ZINIARE .
    Je suis une fille de la cours Royale du MOGHO d’ou mon attachement a la culture et tous ce qui concerne nos valeurs ancestrales m’interesse a plus d’un titre .
    Je souhaite dans la mesure du posible avoir l’opportunite de vous rencontrer pour echanger et apporte ma contribition et aussi apprendre.
    J’ai fais ma 1ere activitee le 6mars dernier un vernissage exposition sur le theme :Developpement rural par l’objet feminin qui a drainer un beau monde a KOLGONDISSE.
    J’espere de tout coeur que vous reagirez a mon mot

    Répondre à ce message

    • Le 7 août 2010 à 21:39 En réponse à : Le musée Rayimi ou le refus de l’oubli

      ca ne coule pas de source que quand on est affilie au Mogho Naaba, on est un defenseur de la culture. N’ oubliez meme pas que la Royaute dans son ensemble, avec ses compromissions avec les politiques et la politique, ont galvaude notre culture et corrompu bon nombre de nos us et coutumes et surtout fragilise notre consensus social. Je felicite le roi de Ysuka mais s’ il est un grand, ce n’est pas parce qu’ il naaba. Du reste, nous autres burkinabe sans chefs et heureux de l’ etre n
      ’ envie personne parce qu’ il a du sang bleu mais pare qu’ il est un honnete homme. Arretez de nous emmerder chaque foi a vouloir decliner votre relation avec la famille royale comme si vous memes en tant qu’ individu n’avait rien a prouver.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Festival international de court métrage de Ouagadougou (Ouaga côté court) : 9 films primés
Coopération : Un festival pour célébrer l’amitié entre le Burkina Faso et les Pays-Bas
1re édition du festival « La voix de la kora » : Kantala veut donner de la voix aux instrumentistes
Festival des identités culturelles : Le cinéma et le patrimoine africain au menu de la 5e édition
Burkina/Culture : La semaine nationale de la culture reportée à une date ultérieure
Grand prix de la critique Clément Tapsoba : Irène Tassembédo sacrée lauréate
Soutien aux FDS du Burkina : L’artiste musicien BABCY La Réussite rend hommage aux valeureux soldats
SOTIGUI Awards 2022 : Bolloré Transport & Logistics Burkina Faso offre 1 million de francs CFA au SOTIGUI d’Or
Festival international du court métrage (Ouaga coté court) : La première édition lancée
Rencontres internationales de théâtre en langue maternelle : C’est parti pour la 2e édition
Prix découverte RFI 2022 : Greg n’est pas lauréat
Institut Kôrè des arts et métiers (IKAM) : Un cadre de formation professionnelle pour les acteurs culturels
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés