Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

jeudi 3 juin 2010 à 07h43min

Quand on parle de crise économique, on parle forcément un chômage, que ce soit au Burkina Faso ou dans les pays industrialisés. C’est une réalité, et aucun gouvernement ne peut nier cela.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

On a beau prendre des mesures pour essayer de redresser la situation, ce n’est pas sûr que cela aboutisse à des résultats probants. La crise économique, quoi qu’on dise, est le fait de l’homme, dont l’égoïsme est sordide.

Si chaque pays a ses réalités en matière de chômage, le Burkina vit aussi cela depuis de nombreuses années. Le Programme d’ajustement structurel (PAS) est passé par là, et on sait ce que cela a engendré, même si les spécialistes s’accordent à dire qu’il le fallait pour redresser les économies moribondes.

Quand on parle de chômage dans ce pays, ce n’est même plus un événement, surtout que des gens le vivent au quotidien. Mais quand on avance des chiffres qui font croire que les choses vont dans le bons sens alors que la réalité est tout autre, il y a de quoi s’en étonner.

Tenez, le 1er juin 2010 à la Direction générale de la coopération, l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) a rendu publique la phase terminale du 4e recensement général de la population et de l’habitation (RGPH), réalisé en 2006 : la production des rapports thématiques, qui sont au nombre de 16.

Parmi les chiffres sortis du laboratoire, s’il y a un seul qui aura fait tressaillir nombre de Burkinabè, c’est celui de 2,3% de taux de chômage. On comprend le doute qui habite les gens sur la fiabilité de ces données. Le chômage, en effet, comme la pauvreté, est galopant et on n’a pas besoin de faire science-po pour s’en rendre compte.

Il est là, visible, à l’œil nu dans les familles où les parents sont toujours obligés de porter à bout de bras des enfants quadragénaires. Comme le disait un artiste, « il n’y a plus boulot ». Que les « têtes d’œuf » veuillent bien nous convaincre que le taux est de 2,3%, car il y a de quoi s’arracher les cheveux. On ne sait pas trop quelle règle de » calcul on a utilisée. C’est peut-être pour cela qu’il faut se garder de voler rapidement dans les plumes des experts.

A ce qu’on dit, ce sont les critères du bureau international du travail (BIT) qui ont servi de base de travail. Or selon ses textes, pour savoir qu’une personne chômeuse ou pas, il suffit de lui demander si, dans les 72 heures précédentes, elle a eu à effectuer un travail ; si elle répond par l’affirmative, alors elle ne fait pas partie du cercle des chômeurs. Si on part de ce postulat, on dira que le taux est de 0%.

Pourtant, à Ouagadougou, où le rapport fait ressortir que la région du Centre est la plus peuplée avec 12, 3% de la population, la plupart des citadins ont un boulot précaire. En ville, le phénomène du chômage est partout visible. Tout le contraire de la campagne, où on a toujours quelque chose à faire, et ce ne sont pas les cultivateurs, les artisans, les éleveurs, qui diront le contraire. Somme toute, on a de quoi s’occuper.

Voyez-vous, c’est l’éternelle question des instruments de mesure, qui rappelle les polémiques systématiques qu’il y a au sujet du classement du PNUD selon l’indice du développement humain. Parmi ceux qui ont concocté ce document, il y en a qui traînent sûrement comme un boulet une cohorte de chômeurs.

Justin Daboné

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 juin 2010 à 09:28, par KDI
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Il s’agit là d’un problème de méthodologie. Certaines méthodes scientifiques ont aussi besoin d’être tropicaliser avant !!

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 10:04, par Pakis-nèèda
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Je pense que faire des affirmations pareils parait comme une insulte a l’intélligence humaine,africaine et burkinabè en particulier !Sur quoi se base t-on pour dire que ce taux de chômage dans le pays dit des hommes intègres est de 2,3% ?Sur une population de plus de 14 millions d’habitants avec plus de 90% de cette dite population en age de majorité (18 ans révolus) donc en age de travailler on trouve moyen de dire que le taux de chômage est de 2,3% ? N’est-ce pas par hasard le taux des travailleurs qui represente ces 2,3% de la population ?

    Essayer a l’avenir de vous dire que les personnes qui lisent la presse écrite sont des gens dotés d’une certaine intelligence donc une aptitude d’analyse et de réflexion assez concise ; MESSIEURSS

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 10:26, par clarita
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Je crois que dans ce pays, nos autorités crois que la population est à 100% analphabètes, qu’elle est incapable de lire entre les lignes. Comment peut ont avoir le courage d’annoncer à une population à majorité jeune et sans emploi que le taux de chomage est quasiment négligeable (2,3%) ? On peut comprendre que nos autorités soient incapable d’une bonne politique contre le chomage mais là à nous insulter de cette façon, c’est vraiment écoeurant. A t-on vraiment besoin de faire des études pour comprendre la nullité de ce taux ? Je me pose mème la question de savoir si y’a quelque chose de vrai dans ce rapport.
    Désolant et décevant.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 10:28, par lumiere
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Ah la la , pitié, pitié ou va t’on ?
    Le Burkina fait mieux que la Chine, et meme l’allemagne...
    Bravo chers statisticiens burkinabé. avec un tel taux de chomage, la croissance doit être de 16 voire 18%. et cela se voit n’est ce pas....

    Répondre à ce message

    • Le 5 juin 2010 à 22:30, par un statisticien
      En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

      Tout d’abord je rappelle qu’il faut éviter l’amalgame car certains statisticiens du Burkina ont été complètement ignorés dans la conduite de ce recensement. Seuls les premiers responsables de l’INSD et du recensement doivent assumer les résultats de cette opération.

      Je suis statisticien et je comprends et partage la plupart des réactions sur le niveau de ce taux de chômage et la définition de cet indicateur. Mais je pense que le vrai problème réside plus dans la qualité des données collectées que dans l’application d’une définition ou d’une formule et dans le manque de sérieux de ceux qui ont décidé cette publication.
      1. Qualité des données : quelques observations
      -  Beaucoup de personnes n’ont pas été recensées, j’en connais et je suis sûr que certains burkinabé en connaissent aussi ;
      -  La collecte a connu une dérive sur le terrain où l’administratif a relégué au dernier plan le technique ;
      -  La cartographie avait des insuffisances que l’INSD a du mal à gérer jusqu’au présent. Ces insuffisances n’avaient pas permis d’avoir une couverture correcte du pays ;
      -  Beaucoup d’agents recenseurs n’avaient pas le niveau requis ;
      -  La plupart des compétences techniques expérimentées ont été purement et simplement mises à l’écart ;
      -  Etc. Etc.

      C’est d’ailleurs, pour ces raisons, que des voix dans ce pays et hors de ce pays ont suggéré un audit technique du recensement (et pourquoi pas d’ailleurs financier parce que ce recensement a coûté plus de 7 milliards CFA à l’Etat et à ses partenaires techniques et financiers). Il n’a jamais eu lieu. Ce défaut d’une validation technique externe vient rajouter au doute sur la qualité des données. Les observations sur le taux de chômage en sont une illustration et il est fort à parier que d’autres indicateurs connaîtront les mêmes critiques.

      2. Manque de sérieux
      Il y a manifestement un manque de sérieux de la part de ceux à qui les autorités du pays ont fait confiance pour diriger l’INSD. En effet, la moindre des choses voudrait que l’on compare le niveau de l’indicateur obtenu avec ceux des pays similaires et d’aviser en conséquence avant de le jeter comme une insulte à la face de l’opinion publique.

      Attention Responsables l’INSD ! Un climat de méfiance vis-à-vis de cette structure se construit petit à petit par votre faute. La production de l’information socio-économique indispensable pour éclairer les politiques de développement du Burkina risque d’en faire les frais. De toute façon vous clamez à qui veut l’entendre que demain vous serez ailleurs et tant pis pour le système statistique national. No comment.

      Répondre à ce message

      • Le 6 juin 2010 à 05:38
        En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

        Cher staticsticien, ne prenez meme pas la peine de chauffer votre cerveau en repertoriant tous les defauts de cette enquete dont on avait les resultats avant meme de demarrer les travaux. Je suis maintenant convaincu que celui qui avait dit que les statistisques, c’est le meilleur moyen pour mentir, avait dit vrai. Encore meme faut - iol etre malin pour faire passer la pilue. Mais nous dire que les chomage ne concerne que moins de 3 % de la population, il faut etre limite pour le faire car vous risquez d’etre les seuls a croire a votre mensonge. Rien qu’ en passant dans les quartiers ou on voit les jeunes boire le the a longueur de journee, on sait que c’est deja plus de 20%. J’ai trouve mon chiffre qui est tres proche de la realite sans avoir engage un seul centime, a plus forte raison 7 milliards pour inventer un mensonge gros comme une maison

        Répondre à ce message

      • Le 10 juin 2010 à 09:45, par plusonestdefousplusonrit
        En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

        Certaines choses méritent d’être précisées ; par exemple le fait que (je cite) :<< cela a coûté 7 milliards de cfa à l’état>> Faux et archi-faux !!! Regardez les diverses sources de financements du RGPH et vous serez obligés d’admettre que l’état burkinabé (donc ses contribuables ! ) n’a eu à débourser qu’environ 1/4 du coût de l’opération. Le reste étant subventionné par des institutions internationales.

        Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 10:43
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    EHh Dieu voyez vous ?? C’est comme ça que nous allons jamais avancer quand on prend le contexte des autres pour s’appliquer à nous on ne peut qu’avoir un tel taux de chomage. Exemple quelqu un qui a une maitrise depuis 3ans et qui de temps à autres s’occupe en gagnant des deals comme le dit remunèrè à moins du Smig n’est pas un chomeurs. Bravo ainsi donc nos honorables peuvent se frotter les mains.
    Quand on arrive pas à trouver son propre modèle de developpement et quand on se laisse enrober dans un système de mondialisation alors bonjour à la préhistoire.

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin 2010 à 05:44
      En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

      Ce qui me fait mal. c’est que le Ministre Koutaba, qui est philosophe de formation a ose aussi epouser cette pseudo- etude. Pourtant, les philosophes devaient etre des rois et les rois des philosophes. J’ ignorais que Platon n’etait pas de cette ere ou la joie est plus importante que vivre sa parole.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 11:00, par sako
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    ils parlent de ce qu’ils ne savent pas. ou alors ils font semblant

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 11:01, par etienne
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Oui, ils se sont trompés, 2,3% c’est le nombre de burkinabè qui ont un emploi !
    Prenez déjà les 80% d’agriculteurs et éleveurs. Chômage ça veut rien dire pour eux.
    Les 20% d’urbains restant, si y’en a un sur 10 qui a un emploi déclaré, c’est encore trop !
    Ouvrez les yeux, cherchez le mot propagande dans le dictionnaire ;
    Voilà la vraie réalité, la propagande au nord au sud à l’est à l’ouest, au bf et en dehors de ses frontieres.
    Apprenez à vos enfants à la détecter !

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 11:09, par M Compaoré
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    C’est invraisemblable ce chiffre ! Avoir ce taux et être parmi les plus pauvre ! A mon avis pauvreté et chômage rime !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 12:05, par joco
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    2,3% de tx de chômage au Burkina parait invraisemblable et pourtant.
    Le taux de chômage utilisé dans les comparaisons internationales est celui du BIT. Il est la proportion du nombre de chômeurs au sens du BIT dans la population active au sens du BIT.
    Selon le BIT, un chômeur est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions :

    - être sans emploi, c’est à dire ne pas avoir travaillé, ne serait-ce qu’une heure, durant une semaine de référence ;
    - être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;
    - avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en avoir trouvé un qui commence dans moins de trois mois.

    Accepter qu’au Burkina, le nombre de ceux qui répondent à cette définition de chômeur ne sont pas nombreux par rapport à une population en majorité rurale.

    Cependant, on peut raffiner le taux de chômage en considérant des groupes de population : par exples : le taux de chômage en milieu urbain, dans la capitale, dans la population qualifiée de 15 à 30ans, parmi les diplômés du supérieur, etc.

    Attention aux données publiées sans définition : il existe des données de taux de chômage sur des sites, mais il n’a pas été précisé ni le groupe de population par rapport auquel il est calculé ni la définition du chômeur utilisée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 13:51, par Toosg-KI
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Je viens de lire un article ahurissant à première vue qui traite des dernières données du recensement général de la population et qui dit que le taux de chomage est de 2,3% . Ce taux est-il relatif à quel type de chomage ? chomage en milieu rural ? chomage des jeunes ? chomage des femmes ? chomage en milieu urbain ou semi-urbain ?
    Pensez-vous que ce taux est réaliste au Burkina Faso s’il n’est pas désagrégé : par sexe, par régions, pour milieu rural et mileiu rubain ? quelles ont été les methodes de calcul pour aboutir à un tel taux(recours aux services de l’INSD serait un atout ? Qu’en pensent les jeunes diplomés ? Quels critères ces jeunes peuvent-ils proposer pour une meilleure évaluation des différnts le taux de chomage au Burkina Faso ? les données utilisées pour son calcul concernent quelles tranches de la population ?
    En tout une analyse de compréhension de ces données sont nécessaires car si le taux de cômage est réellement de 2,3%, que pensez des efforts actuellement déployés pour l’auto-emploi des jeunes et pour l’entreprenariat des jeunes(Messieurs du Minsitère de la jeunesse et de l’Emploi ?). Quel impact d’un tel taux sur les programmes de soutien des partenaires technqiues et financiers futurs sur l’emploi au Burkina Faso si des précisions ne sont pas données ? Ce taux prend-il en compte certaines conditions de travail : emploi décent ? emploi rémunéré et non remunéré ????

    Unne attention particulière devra être portée à la clarification de la nature de ce taux

    Voici des pistes de travail de mémoires et doctorat pour nos jeunes s’ils veulent que leurs préoccupations soient prise en comptes dans les politiques de dévelopement du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2010 à 20:46, par LePrésident
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    c’est normale !!!!!!!!

    savez vous ce que ces gens là appellent chômeur ? je crois que non.
    chômeurs pour eux c’est diff de notre chômeur à nous.

    pour eux chômeur c’est un gars qui à fait des études professionnelles et qui n’a pas un emplois dans ladite formation.
    alors de ce postulat vous voyez bien que les 2.3% c’est pas faut.
    pour eux avoir un BEPC ou un bac générale et ne rien avoir à faire c’est pas chômer.

    pour nous le chômeur c’est un gars qui n’a rien à faire quelque soit son niveau.
    ils sont combien au Faso qui ont une maitrise et qui son à la maison ? environ 2.3%.
    c’est là la réalité un peuple analphabète n’a pas de chômeurs.

    Dormez seulement !!!!! ça c’est n’est rien d’abord comparer à ce qui viendra !!!!!!! je vais tous vous vendre et aller devenir facilitateur dans la crise américano-américaine qui naîtra entre les républicains et les "démoncrates".

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2010 à 00:27
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    au regarde de l’écrit, je dirai tout simplement qu’il faudra d’abord définir le terme chômeur !je pense que l’auteur fait confusion entre chômeur et une personne qui n’arrive pas a subvenir a ses besoins vitaux, au Burkina Faso surtout dans les grandes villes le secteur informel emploie énormément et l’auteur la si bien dit en campagne les gens fond toujours quelque choses !si on suit ma logique l’INSD a tout a fait raison c’est les données qui le disent, qui parlent c’est tout.Mais ce taux de chômage faible ne veut dire que les burkinabé travaillent et arrivent à satisfaire leur besoins vitaux, la question de développement de créer des emplois "plus nobles" reviendra alors sur la table.donc il faudra que L’insd approfondissement leur analyse

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2010 à 03:17, par Samory
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Dites moi, ces staticiens sont-ils employes par la fonction publique ?
    Honnetement apres leur prestation, on devrait en faire des CHOMEURS

    Répondre à ce message

    • Le 6 juin 2010 à 05:42
      En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

      Pas besoin d’ en faire des chomeurs. Avec cette trouvaille, ils sont moins que des chomeurs. Ils sont inutiles.
      A bas les statisticiens inventeurs ou truqueurs. Decidement, il faut un ordre des statisiciens pour les rappeler a l’ ordre car ces gars sont les premiers a jeter le discredit sur cet outil formidfable de politiques.

      Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2010 à 11:50
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    D’après la socioogue Kritina Martineau, qu a inventé le concept de "taux de chômage" il se situerait autour de 88% au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 25 août 2012 à 13:36, par BENAO
    En réponse à : Taux de chômage au Burkina : Ah bon, c’est vraiment 2,3% ?

    Bonjour,

    je voulais juste avoir des précisions sur le taux de chômage de 2,3%,est encore cela le chiffre officiel ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés