Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Fête de la pomme de terre : Plus d’un milliard de recettes attendues

Accueil > Actualités > Economie • • mercredi 7 avril 2010 à 02h51min

Les 3 et 4 avril 2010, les producteurs de la province du Lorum ont célébré pour la 9ème fois consécutive, la fête de la pomme de terre à Titao. Placée sous le patronage du Premier ministre Tertius Zongo et le parrainage de Laurent Sédogo, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, la cérémonie d’ouverture a drainé une foule immense de producteurs.

Parée de ses beaux atours, la ville de Titao a mis les petits plats dans les grands pour accueillir cette 9ème édition des journées promotionnelles de la pomme de terre. Plus qu’un simple rituel, ces deux jours ont permis aux producteurs, acheteurs et décideurs de réfléchir à l’avenir de la filière.

A la cérémonie d’ouverture en cette matinée du 3 avril 2010, plusieurs personnalités se sont succédé à la tribune pour faire l’état des lieux de la filière ou encourager les différents acteurs. En effet, les producteurs du Lorum ont fait des cultures de contresaison, leur cheval de bataille.

Depuis bientôt une dizaine d’années, la production de la pomme de terre à Titao ne fait que croître. De 800 tonnes en 2002 à plus de 3000 tonnes en 2010, la production du tubercule jaune est devenu une activité économique-phare dans la localité. Pour le maire Boukary Jacques Niampa, ce combat des populations contre l’adversité de la nature a fini par faire de la ville de Titao une référence.

Toro-Tao ou Titao rime désormais avec pomme de terre. Cette dynamique est liée à l’engagement des hommes.

Toutefois, les circuits de commercialisation demeurent très peu maîtrisés, d’où le thème de la présente édition : « Renforcement des capacités des organisations professionnelles pour une maîtrise des circuits de commercialisation ».

A travers leur représentant, Célestin Bélem, les producteurs ont tenu à rassurer le Premier ministre, Tertius Zongo de cet engagement. Pour Bélem, les superficies emblavées augmentent d’année en années pour assurer une production de plus en plus accrue aussi bien de la pomme de terre que de l’oignon.

Cette année, c’est respectivement 3000 tonnes et 4000 tonnes de pomme de terre et d’oignon qui sortiront des périmètres maraîchers, ce qui procurera un peu plus d’un milliard de francs aux producteurs. Se joignant au bourgmestre Niampa, Célestin Bélem s’est félicité de l’élan de solidarité du gouvernement et de ses partenaires face aux préoccupations du monde rural. Toutefois, il a sollicité du chef du gouvernement une attention particulière aux contraintes liées à la production.

Il s’agit de la non maîtrise de l’eau, de l’ensablement du barrage de Titao, de la faible accessibilité des producteurs aux intrants tels l’engrais et les semences. Quant à la présidente du comité d’organisation, Fatimata Bonkoungou, les producteurs du Lorum ont su faire de la fête de la pomme de terre une manifestation de renommée dans la sous-région.

Après 9 ans de tenue régulière, ces journées promotionnelles ont atteint leur vitesse de croisière en donnant à la localité une grande visibilité. La dixième édition sera alors la consécration du mérite des acteurs et mérite de connaître un éclat tout particulier. « L’initiative est née ll y a une dizaine d’années, a grandi et dix ans ça se fête » , a-t-elle dit. Et de solliciter du chef du gouvernement un accompagnement à la hauteur de la combativité des producteurs.

Parrain de cette 9e édition de la fête de la pomme de terre, le ministre Laurent Sédogo, a traduit toute sa reconnaissance aux producteurs pour leur détermination et leur dynamisme à inscrire la fête de la pomme de terre dans les annales du ministère de l’Agriculture. Selon lui, la province du Loroum est la moins nantie de la région sur le plan agroclimatique, mais les populations ont su développer des initiatives pour se procurer de revenus additionnels.

Un effort qui selon le ministre Sédogo, mérite d’être encouragé. Il les a rassurés de l’accompagnement du gouvernement dans le renforcement des capacités des acteurs pour les mettre en phase avec l’évolution du marché.

Des prix composés essentiellement de matériels agricoles et de silos de conservation et d’ustensiles de cuisine sont allés aux producteurs les plus méritants, de même qu’aux lauréats du concours d’art culinaire organisé à cet effet pour valoriser les initiatives de transformation du tubercule jaune. Après la coupure du ruban, le Premier ministre a procédé à la visite des stands.

Une prise de contact qui lui a permis de se rendre compte des potentialités de la localité. Tertius Zongo s’est ensuite rendu sur les périmètres maraîchers où il a visité un site d’oignon et de pomme de terre d’une superficie de 10 ha à Golonga, localité située à 6 km au Nord de Titao. Plusieurs troupes de danse et de musique traditionnelles et modernes sont venues apporter leur soutien aux producteurs.

Abdoul Salam OUARMA


Le Premier ministre apprécie

« Il y a des raisons d’être satisfait. La région connaît des précipitations très faibles, mais malgré cette situation difficile, les producteurs ont essayé de créer une économie locale.

Il faut que nous accompagnions les différentes régions à créer des économies locales, à faire en sorte que là où elles ont des avantages comparatifs, là où elles ont le plus de compétences, qu’elles soient accompagnées.

La pomme de terre constitue pour la région, un élément moteur du développement. Au vu de ce qui s’est passé au cours des précédentes éditions de la fête de la pomme de terre, l’engagement des producteurs n’est plus à mettre en cause. Les populations ont compris qu’il faut essayer de se frayer un avenir à travers cette spéculation.

Il faut donc renforcer leurs capacités pour qu’elles soient plus professionnelles, que les rendements soient plus intéressants et que les circuits de commercialisation soient plus maîtrisés. Naturellement, le gouvernement va les aider. A partir de cette année, nous allons essayer de jouer notre partition en achetant des productions locales pour les cantines scolaires et en encourageant les initiatives de transformation ».

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 7 avril 2010 à 09:28 En réponse à : Fête de la pomme de terre : Plus d’un milliard de recettes attendues

    Mes vives félicitations à ses vaillants producteurs du Loroum qui domptent chaque jour la terre pour assurer leurs besoins. Mes encouragements à eux et j’invite le gouvernemlent à jeter davantage un oeil de regard sur cette localité la moins nantie en termes de pluviométrie, afin de l’accompagner à organiser et à améliorer la productivité. Par ailleurs, le thème de la présente édition est d’actualité et constitue une préocupation des prodcuteurs en ce sens qu’une chose est de produire et une autre chose est de trouver des débouchés.Bon vent à la filière pomme de terre, vive la fête de pomme de terre et bravo aux organisateurs !

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2010 à 12:19 En réponse à : Fête de la pomme de terre : Plus d’un milliard de recettes attendues

    Votre titre est trompeur ! ce n’est pas la fête elle même qui va générer ce montant mais bien la production en pomme de terre et oignon cette année.
    Rappelez aux producteurs que l’on peut cultiver bio sans engrais ni pesticides donnent des résultats aussi bon en utilisation du compost donne des pommes de terre qui se conservent plus longtemps. Enfin, évitez de cultiver toujours les mêmes spéculations chaque année ; sinon, vous aurez des problèmes de maladies et parasites rapidement à même d’anéantir tous vos efforts.
    Lutter contre l’ensablement passe par l’aménagement des amonts de barrages : reboisements, diguettes, etc. et, aussi, respecter les bordures en ne cultivant pas dans le barrage lui même, etc.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : La relance du club de presse au menu d’un dîner
Street marketing weeks : La 1ère édition se tiendra du 4 juin au 8 novembre 2019
Formation : Le test de niveau d’entrée à l’ENAREF se tiendra le samedi 29 juin 2019
Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant
Mise en garde du CREPMF contre les arnaques : Léopold Ouédraogo de l’antenne nationale de la BRVM apporte des éclaircissements
Labellisation du Faso Danfani : Une arme pour lutter contre la contrefaçon
Mises en garde contre les arnaques financières : Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina se prononce
Échangeur du Nord : « L’échangeur a permis la fluidité de la circulation, mais le pôle économique de Tampouy est détruit », selon un riverain
Banque mondiale-Burkina Faso : Trois accords de financement pour renforcer la politique économique et sociale
Professionnels des banques : L’heure est à la vulgarisation des cartes bancaires
BNP PARIBAS va céder sa participation dans le capital de la BICIAB
Placements à haut risques : L’UMOA met en garde contre les arnaques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés