Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Benoît XVI et ses apôtres noirs, droit dans les yeux

Accueil > Actualités > Opinions • • lundi 26 octobre 2009 à 06h56min

« Afrique, lève-toi », c’est le message final du synode des évêques africains réunis à Rome pendant une semaine autour du pape Benoît XVI. « Afrique, lève-toi », plus qu’une injonction, relève du vœu de l’Eglise catholique pour un continent meilleur, porteur d’avenir pour ses enfants. L’Afrique, constate le synode, est « riche en ressources humaines et naturelles » et pourtant de nombreux peuples, « croupissent dans la pauvreté et la misère, les guerres et les conflits, les crises et le chaos ». Le synode attribue cette situation « aux décisions et aux activités humaines des gens qui n’ont aucun souci du bien commun et cela souvent grâce à la complicité tragique et au complot criminel des dirigeants locaux et des intérêts extérieurs ».

Quand ce n’est pas la Somalie qui témoigne d’une Afrique toujours empêtrée dans de violents conflits depuis près de deux décennies, avec des conséquences sur les nations avoisinantes, c’est la tragédie des millions de personnes dans la région des Grands Lacs, la crise durable au nord de l’Ouganda, au Darfour, en Guinée Conakry, ou encore la débâcle démocratique au Niger qui montrent à la face de la Terre, une Afrique toujours dormante et pitoyable. Le pape et ses apôtres noirs ne veulent plus de cette Afrique-là : « Quel que soit le niveau de responsabilité attribuable aux intérêts étrangers, on ne peut nier une honteuse et tragique complicité des leaders locaux, des politiciens qui trahissent et mettent leurs nations aux enchères ». Le message est clair à l’endroit de nos leaders politiques.

L’Afrique doit relever le défi de procurer à ses enfants un niveau et des conditions de vie convenables. Pour susciter ce sursaut de réussite d’une Afrique toujours en conformité avec l’œuvre divine (le bien en toute circonstance, la paix en tout lieu), le pape et ses apôtres noirs « encouragent et félicitent chaleureusement les quelques pays africains qui ont fait le choix d’une authentique démocratie et s’efforcent de s’y maintenir ». Le Salut commence par là, estiment-ils. Mieux encore, il devrait l’être dans le dialogue et la tolérance religieuse, dans l’union des forces spirituelles du continent.

« Afrique, lève-toi » est aussi un appel quant à la responsabilité des médias dans cette posture tragique actuelle du continent noir : « il y a de très bonnes nouvelles en plusieurs endroits en Afrique », mais « les moyens médiatiques modernes tendent souvent à accentuer les mauvaises nouvelles » insistant sur les « infortunes » et les « déboires » du continent plutôt que sur les « efforts positifs ». « Afrique, lève-toi », est aussi du ressort des institutions médiatiques africaines.

De quoi aimons-nous réellement rendre compte dans nos colonnes ou évoquer sur nos ondes ? A l’heure des anniversaires tous azimuts des institutions médiatiques burkinabé, la question mérite d’être posée. Sous quel signe plaçons-nous dix, vint-cinq ou cinquante ans d’existence au service de l’information ? Quels genres d’informations avons-nous fournies à l’opinion publique nationale et internationale ? Comment comptons-nous davantage servir notre pays, notre continent ? Les médias africains doivent relever le défi de libérer l’Afrique de l’aliénation et de l’esclavage politique. « Nous avons besoin de journalistes qui écoutent, observent et parfois, lisent entre les lignes ce qui est vraiment dit. Les choses spirituelles, les choses religieuses ne sont pas rapportées, à moins qu’il s’agisse de questions controversées. Nous devrions demander aux médias d’annoncer de bonnes nouvelles, on en tirerait une meilleure image de l’Afrique ». Voilà ce qu’attendent Benoît XVI et ses apôtres noirs, des médias.

Ismaël Bicaba (elbicab@gmail.com)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 4 novembre 2009 à 21:36 En réponse à : Benoît XVI et ses apôtres noirs, droit dans les yeux

    Tout cela est bien dit ! Mais quelle a été et quelle est encore la part de responsabilité de la Toute Puissante Eglise Catholique dans cette situation honteuse et désastreuse de l’Afrique ? Cette Eglise catholique qui ne réagit avec véhémence que quand ses intérêts moraux ou matériels sont directement menacés (promotion du préservatif,avortement, sanction des prêtres qui s’écartent trop de la ligne de conduite,etc.) ?

    Dans "Mobutu Roi du Zaïre" on voit les évêques dînant à la table du maréchal à l’occasion d’un de ses nombreux festins ; le rôle de la Toute Puissante Eglise Catholique dans le génocide rwandais n’est plus à démontrer. Plus près d’ici, un archevêque n’a pas hésité à dire et à répéter haut et fort qu’il n’y a qu’un seul burkinabè à même de diriger (tuer en réalité) son pays.

    Bref, nos très chers Religieux,Prêtres, Monseigneurs et Cardinaux, en réalité vous semblez plus proches de ceux qui sont responsables de la situation actuelle de l’Afrique que des Africains qui en sont victimes.
    Le pire ce n’est pas la méchanceté des gens mauvais mais c’est le silence complice des gens bien.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le vivre-ensemble, est-il menacé dans le département de Pouni ?
Le Burkina Faso peut-il être une nation ? : Lettre ouverte aux autorités, citoyens et citoyennes de « la patrie des hommes intègres »
Burkina Faso : Les raisons du limogeage de Barthélémy Simporé, selon l’analyste politique Abdoulaye Barry
Sahel : Pour une réponse politique à la « crise des déplacés »
Burkina Faso : Un citoyen lance une pétition en faveur du dialogue
Mendicité groupée dans les villes du Burkina Faso : « Cette situation nous bouffera tous, si rien n’est fait »
Je suis Kamao : Damiba n’est pas Dieu
Gouvernance du MPSR : Harouna Dicko invite le président à convoquer "un dialogue national inclusif de vérité"
Le Burkina Faso trahi et rejeté par les Burkinabè ?
Afrique : « La mauvaise gouvernance n’est-elle pas plus fatale que ces accords qu’on dénonce pompeusement ! » (tribune)
Incendie du véhicule de l’activiste Serge Bayala : « Serge Bayala n’est pas exempt de manipulation », selon Lébouré Crépin Zanzé
Le monde Fulɓe : Un géant en sommeil léger
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés