Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

vendredi 10 juillet 2009 à 03h01min

L’Afrique a ses mythes et ses mystères. La pratique supposée ou vraie de la sorcellerie donne lieu à des pendaisons multiples dans la région du Nord du Burkina Faso. Dans la province du Passoré, le phénomène est entier. Le silence des uns rend atroce la souffrance des autres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Au Burkina Faso, la sorcellerie a arbitrairement un visage féminin bien observable au centre “ Delwendé ” de Tanghin au secteur n°23 de Ouagadougou où une centaine de pauvres vieilles femmes rejetées à tort par la société y survivent, grâce aux religieuses catholiques dans une sorte de “ prison de la liberté ”. Bien que cette injustice soit l’apanage du Plateau mossi, elle est plus manifeste et pernicieuse dans la région Nord du pays. Le phénomène des mangeuses d’âmes crée une psychose dans la province du Passoré en général et dans son chef-lieu Yako en particulier. Tel un serpent de mer et sur fond de mysticisme, la sorcellerie réelle ou imaginaire a un impact considérable sur le vécu des populations de cette partie du Burkina Faso. Pendaisons et exclusions sociales, sont autant de graves conséquences qu’elle engendre. Les accusées de mangeuses d’âmes sont publiquement violentées et subissent les sévices les plus inhumains. Lynchage, déchéance et bannissement de l’accusé conduisent à une mort sociale certaine de l’individu transformé en un zombi, voire un “animal” condamné à l’errance et à la mort.

“Lorsqu’on m’a accusée de sorcellerie et procédé à mon exclusion, j’ai vécu huit jours dans la brousse, dans la faim et la soif. Ma seule compagnie était les chants des oiseaux. N’ayant plus envie de vivre, j’ai tenté de mettre fin à ma vie en consommant les raticides. J’ai vomi durant trois jours ”, témoigne Sibidou Bassyam, la cinquantaine dépassée. Chassées de chez elles, les femmes accusées de sorcellerie sont interdites de séjour aussi bien dans leurs foyers que dans leurs familles. Considérées comme des pestiférées, il leur est réfusé la moindre assistance et le moindre geste de solidarité. “N’eut été l’existence de nos centres d’accueil, ces personnes seraient vouées à une mort certaine”, a confié la sœur Rita Tankoano, responsable du centre accueillant les femmes accusées de sorcellerie à Tema Bokin, une commune rurale du Passoré.

“ Pour me faire partir, instruction a été donnée à tous les habitants du village de ne plus m’adresser la parole. Ainsi, j’ai été privée de nourriture et d’eau”, confie Jacqueline Yili. Veuve depuis dix ans, elle a été contrainte d’abandonner ses trois fillettes et de quitter la ville “ dix jours avant que la sentence ne soit prononcée ”. Les femmes accusées de sorcellerie dans le Passoré partagent le même lot de souffrances. Entre autres, le veuvage, la polygamie avec ou sans enfants. Les champs de certaines femmes ont été détruits. D’autres ont vu leurs enfants interdits de fréquenter ou d’apporter une assistance à leurs parents, sous peine de se voir également exclus. Les pensionnaires accusent certains responsables coutumiers d’inciter les supposées mangeuses d’âmes au suicide.

“Un vieux du village a même poussé l’outrecuidance en me signifiant d’aller me suicider si je connais la honte ”, se souvient Marceline Konkobo, âgée de 68 ans. Quant à Suzanne Bamogo, les larmes aux yeux, elle se remémore les conditions dans lesquelles elle a été expulsée. Sous le poids d’un demi-siècle de vie, elle jure qu’elle quittera ce monde sans oublier ce qu’elle a subi comme brutalités et brimades. “Ils m’ont passée à tabac avec ce qu’ils avaient comme objets sous la main. J’ai reçu des coups en plein visage et j’ai beaucoup saigné ”, raconte-elle en sanglots. Avant de conclure à l’endroit de ses tortionnaires : “C’est Dieu qui jugera les actes de chacun.”
Abandonnées par les siens dans leurs familles d’origine et rejetées par leurs beaux-parents, les femmes accusées de sorcellerie sont mises à l’index comme des esclaves traînant des chaînes, des malades sous quarantaine ou des êtres très répugnants. Elles ne peuvent espérer une inhumation dans le cimetière commun au village. “Nous sommes obligés de les enterrer dans les cimetières chrétiens car même mortes, elles sont rejetées ”, revèle la sœur Rita Tankoano.

Une enquête menée en 2006 sur l’exclusion sociale des personnes âgées au Burkina Faso et dans la sous-région par le Pr Albert Ouédraogo, enseignant à l’Université de Ouagadougou, indique que 78% des personnes exclues vivent avec moins de cinq cents francs par mois. Celles qui ont toujours la possibilité de se déplacer ramassent les excréments d’animaux, du bois de chauffe, cultivent du mil, du sorgho, du haricot, du fonio, du sésame, des oléagineux, des légumes, du potage et du coton. Elles écoulent difficilement leurs produits à cause des préjugés et des stigmatisations à leur égard. Les invalides sont clouées dans des maisons délabrées car frappées par l’âge, elles ne peuvent plus se déplacer et vivent des aides diverses. Celles-ci n’ont qu’une seule prière, “ implorer Dieu pour être rappelées au Ciel ”.

L’exclusion sociale pour cause de sorcellerie est si forte que l’Eglise catholique s’est vue obliger d’intervenir en recueillant les victimes pour leur éviter la mort par suicide. L’identification des mangeuses d’âmes cache tout un simulacre. Le mystère est total et entier. Aucune science exacte ne peut démontrer rationnellement la culpabilité des accusées. La preuve irréfutable n’existe pas. L’accusation se fonde sur des suppositions, des coïncidences et cachent bien des règlements de compte. Dans le domaine coutumier, des rites d’identification existent avec leurs insuffisances, car dépendant des convictions des nécromanciens, détenteurs des pouvoirs mystiques pour interroger des cadavres sur les raison de leur mort. Parmi les rites d’identification des mangeuses d’âmes, figure le célèbre “port de cadavre”.

Une pratique à polémique

Ce rite est source de bien d’incompréhensions entre l’administration judiciaire, les services de l’action sociale, la gendarmerie, la police, les mouvements des droits de l’Homme, les associations féminines d’une part et les gardiens de la coutume d’autre part. “ Un individu qui a été incapable de son vivant d’empêcher que l’on intente à sa vie peut-il animer un corps inerte au point de l’obliger à désigner son meurtrier ?," interroge Etienne Yé, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Yako. Face à ce raisonnement juridique, l’un des ministres de Naba Sigri de Yako défie le chef du ministère public : “Si le procureur ne croit pas à la véracité de notre port de cadavre pour détecter certaines mangeuses d’âmes, nous l’invitons à tenter l’expérience, il saura que les fétiches ne mentent pas”. Le Goungha Naaba étaye ces propos défiants en relatant l’histoire d’un gendarme en service à Yako qui niait aussi l’efficacité du port de cadavre : “ Ayant assisté et même participé une fois au port de cadavre, le pandore incrédule a perdu son béret sous l’effet des forces invisibles qui le guidaient.

Il a du coup promis en son temps, d’être le porte-parole des gardiens de coutume auprès de sa hiérarchie ”. Le traditionnaliste et chef coutumier de Sancé dans la province du BAM, Paul Tennoaga, recommande au Procureur de relativiser un tant soit peu ses propos. Bien qu’ émettant le doute sur la bonne foi des porteurs de cadavre d’aujourd’hui, il confirme la possibilité d’amener un cadavre à marcher pour désigner l’auteur de sa mort. Le chef coutumier de Sancé explique tout de même que les maléfices qui animent le corps sans vie en l’obligeant à se diriger vers une direction précise sont ésotériques et tendent à disparaitre de nos jours. “Seules certaines personnes initiées maîtrisent encore ces élémentaux”, soutient Paul Tennoaga Ouédraogo. Il affirme avec foi pouvoir particulièrement dompter ces maléfices : “Je vais avec un parent à Kaya qui meurt en court de route. On décide de l’enterrer à Kongoussi. J’anime le corps à une certaine heure donnée, il va se lever et marcher de Kaya à Kongoussi et mourir de nouveau à Kongoussi. Non pas qu’il ne fût pas mort mais il a été animé par quelque chose d’autre.

Toutes ces choses ont été oubliées et sont mortes avec les personnes qui les détenaient".
Le port de cadavre dans la province du Passoré a la peau dure. Les services de l’action sociale et de la gendarmerie en dénombrent plus de 100 ports entre 2007 et 2008.Les porteurs sont tellement convaincus de leurs pratiques que des sages ont même franchi le Rubicond en allant demander l’autorisation à la gendarmerie et à la police pour pouvoir pratiquer ce rite en toute liberté et se faire justice. Le procureur du Faso, Etienne Yé suggère “ le bâton et la carotte ” – la sensibilisation avant la répression - pour freiner cette pratique. Se voir désigner et qualifier de mangeuses d’âmes a des conséquences graves sur la vie des présumées. La plus probable est le choix pour les accusées de se suicider. Les chiffres sont effarants et troublants : trente-six (36) pendaisons par an. “C’est ma première fois dans une juridiction de constater un taux aussi élevé de suicides par pendaison ou par noyade dans un puit. C’est très fréquent. Au minimum une à deux pendaisons par mois”, indique le procureur du Faso. Des sources proches de la gendarmerie et de la police ajoutent que la seule ville de Yako enregistre 5 à 6 pendaisons par mois.

Des suicides en cascades

Les autres départements de Arbollé, Gomposom,Tema-Bokin et la province voisine du Kourwéogo à travers son chef-lieu Boussé, détiennent la sinistre palme de pendaisons. “ Souvent nous sommes obligés de faire appel aux rites coutumiers pour exorciser cette propension à se pendre. Cependant la situation reste préoccupante et catastrophique. Le nombre de pendaisons est très élevé. Il y a des pendus qu’on découvre 3 jours après. Il est difficile de mettre fin au phénomène de pendaison dans ces localités”, avoue une source policière anonyme.
Cette même inquiétude face à un phénomène grandissant est ressentie chez le haut-commissaire du Passoré, Lamourdia Thiombiano :“ Le phénomène des pendaisons est très important car les statistiques font frémir ”.

L e nombre des pendaisons a atteint un seuil critique qui échappe à la compréhension des acteurs judiciaires. “ Je demande toujours à mes collègues si nous n’allons pas finir nous aussi par nous pendre. Il y a beaucoup de procès-verbaux de cas de pendaisons dans nos tiroirs”, craint le procureur. Le haut-commissaire, déboussolé par le phénomène, a entrepris une tournée de sensibilisation dans les neuf départements de la province. A peine rentrés de ce périple, les gardiens de la coutume ont chassé dix femmes accusées de mangeuses d’âmes. La psychose s’est encore emparée de la localité. “Il est très difficile de trouver une formule magique pour arrêter le phénomène. C’est un combat de longue haleine à travers la sensibilisation et la répression. De ce fait, il ne faut pas s’attendre à l’éradication rapide du phénomène à Yako ”, avertit le haut-commissaire.

La persistance du phénomène effraie à la fois les acteurs judiciaires et les forces de l’ordre. La gendarmerie a même spécialement affecté un agent investi uniquement de la délicate mission d’œuvrer à l’arrêt de ces tragédies humaines. Ce fut peine perdue. Le pandore spécial, combattant la sorcellerie et les suicides, a vite déchanté : “ Le problème dépasse les compétences d’un seul gendarme quelle que soit sa bonne volonté. Tous les matins, lorsque je me réveille, la première des choses est de demander au bon Dieu d’intervenir par miracle pour que je quitte Yako”. Sans même être accusés de sorcellerie, des individus optent pour des raisons totalement inconnues de mettre fin à leur vie. L’une des anecdotes tristes sur les cas de pendaison est celle d’un jeune qui s’est ôté la vie par pendaison lors de sa nuit de noces, alors qu’on l’attendait pour aller chercher la mariée.

Selon Eloi Adama Kara, attaché de santé au service de psychiatrique de l’hôpital de Yako, les tentatives de suicide sont fréquentes. Les statistiques hospitalières montrent qu’en 2007 et 2008, 102 cas pour 900 consultations. Il présente cette dérive humaine comme un phénomène contagieux au plan social qui pourrait devenir un problème de santé publique dans la localité .
De sources concordantes, lorsque l’on est accusé de sorcellerie, la seule alternative possible est d’aller se jeter dans un puits tristement célèbre, situé à Songnaaba, à une dizaine de kilomètres de Yako. Les tombes des suicidés autour du trou témoigne de toute la gravité de la situation.

Le visage féminin de l’exclusion sociale
Outre la sorcellerie, les raisons des rejets sociaux demeurent les infractions aux coutumes comme le meurtre par sorcellerie, les cas d’inceste, la zoophilie (faire l’amour avec un animal) et l’adultère.

A Yako, l’exclusion sociale a un visage féminin. L’étude du Pr Albert Ouédraogo , sur les personnes rejetées confirme que l’exclusion pour cause de sorcellerie concerne essentiellement les femmes, accusées de sorcellerie. Elles représentent 98% contre 2% pour les hommes. La plus jeune femme exclue a 55 ans et la plus âgée 100 ans, toutes pensionnaires des centres d’accueil de Tema-Bokin et de Yako. La durée du séjour dans ces sites se situe entre 2 mois et 30 ans. Il n’est pas facile d’être exclu(e) social(e). Face à l’ampleur de la situation, les femmes ont décidé de se défendre. Des voix se sont élevées pour interpeller les leaders d’opinion, les autorités politiques, coutumières et religieuses à une prise de conscience. Sont de celles-là, la coordination des associations féminines du Passoré qui menace de marcher, si rien n’est fait, afin de montrer son ras-le-bol contre une pratique dégradante à l’égard de milliers de femmes.

La commune rurale de Tema-Bokin à 55 Km de Yako semble détenir la flamme du port de cadavre. La vie dans cette cité est rythmée de pendaisons, suicides, mariages forcés, incestes, tentatives d’élimination etc. Pour attaquer ces maux, le maire Ernest Nongma Ouédraogo envisage les jours à venir une session du conseil municipal consacrée à une réflexion en vue de dégager des pistes pour lutter contre ces phénomènes sociaux. “ Nous sommes conscients de la situation. Ces pratiques ont la peau dure dans notre commune.

Elles ont pris de l’ampleur ces dernières années ”, a-t-il reconnu. Pour le bourgmestre, l’existence d’un centre d’accueil semble conforter les bourreaux dans leur élan de chasser sans scrupule les personnes accusées de sorcellerie car ils se disent qu’il y a un logis pour les accueillir. Les centres d’accueil et les maisons de solidarité deviennent des auspices ou un asile de retraite et constituent alors un salut pour ces pauvres vieilles. Ces demeures communautaires et collectives sont loin d’être un havre de paix pour ces exclues sociales traumatisées et hantées par les regards et les sévices accusateurs. L’exclusion sociale due à la sorcellerie est si réelle que l’Eglise catholique s’est vue obliger d’intervenir pour recueillir les victimes et leur éviter la mort par suicide. Seulement, cette œuvre salvatrice s’étouffe sous le nombre impressionnant des pensionnaires. Du coup, les aides à l’endroit des femmes sont devenues sporadiques, selon les résultats de l’enquête réalisée en 2006. Actuellement douze accusées vivent au centre missionnaire de Yako, 42 à Tema-Bokin.

Jean-Victor OUEDRAOGO (Ouedraogo _ jeanvictor@ yahoo.fr)


Christianisme et sorcellerie

Les chrétiens croient à l’existence de la sorcellerie. Dans le département de Arbollé, une localité située à plus de 20 km, plus précisément dans le village de Bingo, un Révérend pasteur organise des prières de guérison et libère ceux qui ont signé un pacte avec les confréries secrètes de sorciers. En 14 ans de combat spirituel, le pasteur Jérémie Zoundi aurait fait l’objet de plusieurs attaques des mangeurs d’âmes et reconnait que sur cent sorciers, après des jeûnes et des prières, deux sorciers arrivent à abandonner leurs mauvaises pratiques : “Certains sorciers qui ont été délivrés du mal, ont accepté témoigner qu’ils buvaient du sang humain”. Lors des séances de prières, ceux qui ont été dépossédés du mal témoignent sans gêne. Le Révérend pasteur a raconté l’histoire d’un sorcier qui utilisait un instrument de musique à base de calebasse pour accompagner les fidèles dans leurs louanges à Dieu.
Dans le feu de la prière, il se serait écroulé. Les fidèles auraient aperçu des dents humaines en grande quantité dans son instrument. L’intéressé aurait avoué que celles-ci appartiennent à des êtres humains tués.

Compréhensions diverses de la sorcellerie

Le traitement de la sorcellerie n’est pas identique dans toutes les provinces du pays. Chez les Mossé et apparentés comme les Gourmantché, les Bissa, les Gurunsi, la sanction est sans équivoque. Par contre chez des Bobo, Bwaba, Senoufo, Siamu, San, les sorciers (ou sorcières) ne sont nullement considérés comme des parias et apatrides.

“ La sorcellerie se présente comme l’aptitude qu’a un homme ou une femme, par des moyens et pratiques mystiques, à provoquer la maladie, la ruine ou la mort d’un tiers en vue de tirer un profit de l’âme de celui-ci ”, définit le Pr Albert Ouédraogo. Les sorciers et sorcières sont réputés être dangereux et maléfiques. Ils s’attaqueraient aux autres en vue de leur dérober leurs âmes. Autrement, il s’agit de prédateurs appartenant à des confréries secrètes qui organisent régulièrement des orgies nocturnes au cours desquelles sont dévorées les âmes de leurs victimes transformées en chair comestible (mouton, chèvre, bœuf, etc.). Ils auraient la faculté de capturer les âmes de leurs victimes sous forme d’insectes ou de reptiles. Dès lors, toute atteinte à l’âme a des répercussions fâcheuses sur le corps. Tout en admettant ces caractéristiques du sorcier, le coutumier Paul Tennoaga Ouédraogo, refuse qu’on l’indexe un mangeur d’âmes. Il maîtrise cependant les contours et les détours de la sorcellerie qu’il qualifie d’ailleurs d’école traditionnelle de sagesse : “Nous vivons dans une société fermée. Nous nous reconnaissons par des signes conventionnels mais auparavant il faut être initié”.


Des procédés mystiques

Quatre procédés sont utilisés par les coutumiers dans la province du Passoré, pour détecter un mangeur ou une mangeuse d’âmes. Face à une maladie insensibles aux différentes thérapies ou à la mort traumatisante d’un proche,développant une suspicion quasi morbide, les parents entreprennent des démarches souterraines en vue de connaître la vérité. Il s’agit essentiellement des recours aux devins, aux détecteurs de mangeurs et mangeuses d’âmes, au serment, au breuvage de "vérité", au port du cadavre et à l’aveu de culpabilité. La méthode la plus répandue dans cette localité est le port de cadavre. C’est une pratique qui consiste à faire transporter le cadavre ou les oripeaux d’un mort par deux ou quatre individus. Ces derniers sont censés être habités par l’âme du défunt qui les conduit en direction du sorcier ou de la sorcière, auteur de sa mort. Les porteurs du cadavre ne sont pas désignés au hasard, selon certains chefs coutumiers de Yako. Ils sont préparés mystiquement à l’exercice.

Les déplacements de l’attelage sont liés aux mouvements d’avancée et de poussée des porteurs. Cette manière de détecter les prétendues mangeuses d’âmes détruit des milliers de vies et de familles dans la localité. L’une des histoires qui échappent à la conscience humaine est celle d’un fils qui a séquestré et enfermé son papa durant 11 jours en le privant de nourriture et de boisson jusqu’à ce que mort s’en suive à Rallo. Suite à un décès à Komseya, les vieux décident d’appliquer le port de son cadavre pour détecter l’auteur de sa mort. Le corps du défunt a été transporté de son village à Rallo, distant de 9 km.
Et là, ceux qui transportent le cadavre ont désigné une personne âgée de 72 ans comme étant le coupable. Pour son fils aîné, c’est une honte pour la famille et la solution est vite trouvée : le patricide. A propos de l’acte, un homme de tenue témoigne “j’ai eu des cauchemars”.
La question de la sorcellerie divise le monde intellectuel et ceux qui croient mordicus à son existence. Elle n’est pas reconnue par le droit pénal par manque de preuves matérielles. “Aujourd’hui, on me dit qu’une telle personne est mangeuse d’âme. Où sont les preuves palpables ? On ne l’a pas vue manger. Elle commence par la tête ou la cuisse, on ne le sait", s’interroge le procureur Yé.

Il est difficile d’avoir les preuves de la manifestation de la sorcellerie. Pour Paul Tennoaga Ouédraogo, cela fait partie des secrets intimes des sorciers. Et d’ajouter que celui qui ne croit pas à la sorcellerie ne doit pas croire aussi à la science. Selon lui, la sorcellerie est une connaissance scientifique. Un rapprochement que le Pr Albert Ouédraogo, enseignant-chercheur à l’Université de Ouagadougou, ne veut pas entendre. Il établit un rapport entre la sorcellerie et la pauvreté, la misère, l’ignorance : “ C’est une réponse de survie de ceux qui se retrouvent dans la misère”. A l’opposé, Paul Tennoaga Ouédraogo avance que le Pr est borné par un savoir littéraire. Et l’universitaire de retorquer que le coutumier se campe sur la logique de la pensée traditionnelle. Il s’inscrit en faux contre l’existence de la sorcellerie. La sorcellerie n’est pas liée à la pauvreté. Pour M. Ouédraogo, l’enseignant-chercheur ignore beaucoup de choses car, il n’est pas un initié. Il explique qu’il faut remplir quatre conditions avant d’être mangeurs ou mangeuses d’âmes. D’abord, la phase d’initiation où on ouvre les yeux mystiques. Une mutation permettrait d’avancer en grade. Ce temps précis amènerait à voir ce qu’on appelle l’“ aura ”. “ C’est cette aura que les gens appellent communément l’âme ” , a expliqué Paul Tennoaga Ouédraogo.

La deuxième phase est celle de la préhension. En ce moment, le nouvel initié peut maîtriser la personne mystique et l’amener chez le chef des sorciers. La troisième phase consiste à la surveillance qui consiste à surveiller sa proie sans être vu. Enfin, la quatrième phase et, la plus dangereuse est celle de l’attaque “lorsque les sorciers attaquent l’aura, on la décolle de l’intéressé et la maîtrise et vous êtes mort”, indique Paul Tennoanga. Une fois que les sorciers ont maîtrisé ce qu’on appelle communément l’âme, ils la transforment en margouillat, cancrelat, sauterelle : “on peut la transformer en n’importe quoi pour pouvoir la porter dans la main”. Les sorciers vivent en société fermée. Entre eux, ils se connaissent par des signes conventionnels. Dans le domaine de la science mystique l’exhibitionnisme est interdit, la vengeance individuelle aussi. Pour Paul Tennoaga Ouédraogo, les sorciers vivent en association hermétique composée de femmes et d’hommes. Ils se rencontrent nuitamment et régulièrement pour débattre des sujets d’actualité. “ Nous nous rencontrons nuitamment pour débattre d’un événement avant, pendant et après ” , a divulgué Paul Tennoaga Ouédraogo.


Un sujet à polémique

Le procureur Etienne Yé a relaté l’histoire d’un enfant mort du VIH-Sida. Une fois de retour au village, les parents du défunt décident de porter le cadavre pour désigner celui qui a ôté la vie à l’enfant. Un couple a été indexé comme le coupable. Ledit couple dépose une plainte. Le dossier passe en audience pour diffamation. A la lecture des pièces, tout est ressorti que l’enfant souffrait du VIH/Sida qui est la cause de son décès. La justice a condamné les parents du défunt d’une peine de prison assortie de sursis. Un responsable coutumier refuse que le procureur prenne un seul exemple pour discréditer les pratiques. “ Nous sauvons des vies ”, affirme un des ministres du chef de Yakoen expliquant : “tout Yako se rappelle de cette femme qui a tué un jeune homme. On a fait le port de cadavre et cette femme a été désignée comme coupable. Elle a reconnu son forfait, mais l’irréparable était déjà là. Quand elle a désigné un bouc comme le défunt les intestins du bouc étaient ceux de l’être humain ”.


Confidences d’une mangeuse d’âmes

Une sorcière raconte que les jeunes garçons et les jeunes filles sont les proies préférées des mangeurs et mangeuses d’âmes. “Les jeunes âmes se vendent mieux au marché des sorciers ”, a révélé S.O la sorcière. Pour devenir sorcier, selon Paul Tennoaga Ouédraogo, il y a des devoirs physique, humain et social à remplir notamment, avoir 45 ans avant d’être accepté dans le cercle des mangeurs d’âmes. Contrairement aux garçons, les filles peuvent être initiées à la sorcellerie à l’âge de 10 ans. Pour combattre le phénomène, le procureur Yé préconise la relecture des textes afin de recruter des “ juges-sorciers ” comme cela se fait en Côte d’Ivoire. La directrice du centre de solidarité de Tema-Bokin, la sœur Rita Tankoano, qui est à sa quatrième année à la tête du centre, déplore ce qui arrive aux femmes accusées de sorcellerie. Selon ses explications, son centre enregistre un décès par an lié à plusieurs facteurs tels l’âge et les maladies.

Rassemblés par JVO

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 juillet 2009 à 12:44, par flora berndt
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    la connerie humaine,quelle cruauté !,pauvres femmes,l’ignorance tue.c’est inacceptable.il faut que ses femmes soient protégées.qu’attendent nos autorités pour que des sanctions exemplaires tombent.

    • Le 11 juillet 2009 à 18:20
      En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

      Le probleme a mon simple avis n’est pas que la sorcellerie existe ou n’existe pas ! Mais comment moi personnellement, et vous qui me lisez et les authorites quelque soit leur type pouvons nous efficacement arreter ces abus et violences faites aux patriotes du Burkina. Tant que nous demeurons silencieux ou indifferent, nous sommes coupables.

  • Le 10 juillet 2009 à 15:43, par daoud
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    L’affaire n’est pas si simple. En même tant qu’on dit que c’est des accusations sans fondements en même temps on y croit, et en plus il est précisé dans l’article que ça se transmet plus vite chez les filles.

    Alors c’est quoi l’issue de cet article, il manque à mon avis une conclusion claire.

    Pour ma part je pense que comme beaucoup d’autres questions (santé, éducation, corruption) ce n’est pas une priorité pour les autorités, parce que ça ne demande pas des millions pour mettre en place une solution à ce problème. Ce n’est qu’un manque de volonté (peur ?) des autorités qui pensent qu’ils on le droit de ne rien faire, qu’ils ont le droit de d’être élus pour ne rien faire.

    Comme d’habitude on délègue la tâche aux réligieux. Quand comprendrons-t-ils qu’il ont le devoir de garantir la sécurité sociale sur tout le territoir ?

    Tout citoyen Burkinabè où vivant au Burkina a le droit à la protection de la loi et ces femmes naturellement en tant que Burkinabèy ont droit.

    Il faudrait agir !!

  • Le 10 juillet 2009 à 15:51
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Tu es juste un idiot qui a perdu sa propre tradition : la sorcellerie est un phenomene reel mais pas nouveau

  • Le 10 juillet 2009 à 17:25, par Nôogo
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    C’est un débat intéressant mais on peut regretter quand même l’amalgame du reporter entre les accusées de sorcellerie qui se suicident et les suicides dues à d’autres raisons. En lisant le titre 32 suicides sur 102 tentatives on croirait que tous ces suicides étaient dues à des accusations de sorcelleries mais quand on lit le fond de l’article on voit que non.
    De même en lisant par exemple ce paragraphe :
    "Outre la sorcellerie, les raisons des rejets sociaux demeurent les infractions aux coutumes comme le meurtre par sorcellerie, les cas d’inceste, la zoophilie (faire l’amour avec un animal) et l’adultère.",
    on voit d’autres amalgames. A ce que je sache les incestes et la zoophilie concernent les hommes alors qu’on les présente comme le visage féminin des exclusions sociales.

    Dans le fond, ça m’étonne que l’État n’ait pas mis en place un comité scientifique pour étudier ces phénomènes mystiques dits "surnaturels" au sein de notre société alors qu’ils sont omniprésents. Cela traduit le fait qu’on n’ait jamais orienté notre réflexion et notre intelligence vers la résolution des problèmes de notre société. On est resté prisonnier soit de la vision typiquement coloniale de l’occident sur notre société qui rejette catégoriquement ces pratiques et qui les considères comme barbares sans autre forme de procès, soit la croyance en ces phénomènes qui défient pourtant la raison. Personnellement je me porte volontaire pour démontrer de façon rationnellement incontestable que la sorcellerie n’existe pas dans le sens où les gens l’entendent et si par bonheur on arrive à prouver que ça existe, on aura un prix Nobel.

  • Le 10 juillet 2009 à 19:12
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Mr. le journaliste, il y a bien une difference entre le mysticisme et l’ obscurantisme. Faites attention a l’ usage des mots. Le mysticisme, c’est la recherche du Dieu de son coeur par la priere, la meditation et autres concentrations a la difference de la religion qui est une facon deja donnee, une voie a suivre deja tracee pour se relier a Dieu. Vous donnez l’ impression que mysticisme est egal a sorcelerie.

    Un Mystique

  • Le 10 juillet 2009 à 19:41, par Bello
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Nous vivons dans un pays pauvre ou l’espérance de vie est à peine 50ans. A chaque décès, par manque de moyen afin de faire une autopsie on émet vite des hypothèses d’accusations. Dans la plupart des cas ces accusations ne portent pas sur la mère du chef du village ou de plus aisé mais sur des femmes souvent qui n’ont pas eu d’enfants ou qui n’ont eu que des filles.En tout cas toujours est il que ces personnes n’ont pas de poids donc pas de soutient. Je ne nie pas la sorcellerie mais je redoute plus l’extrapolation comme dans notre cas. Ouvrons les yeux et combattons ce phénomène tout comme nous le faisons pour l’excision. A travers des sensibilisations et des sanctions réelles. Pour finir, puissions nous, nous poser cette question:et si notre mère était dans cette situation ?
    Bonne méditation

  • Le 10 juillet 2009 à 20:18
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Un forum est un endroit où on discute ensemble des sujets dans un esprits de tolérance. C’est très idiot d’être toujours le premier à chaque fois traiter les autres d’“IDIOT”.

    Un peu de respect tout de même.

  • Le 11 juillet 2009 à 00:30, par latif g italie
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    je pense que ttes accusations st mal fondées ,on accuse jamais une jeune femme ni celle qui a des grands enfants vous comprenez avec moi qu’il ya quelques chose qui cloche.les vrais sorciers st ces meme accusateurs car pr accuser une femme sorciere il ft etre sorcier ou sorciere sinon comment reconnait on une femme sorciere. il est tempt que le gouvernement ouvre l’oil pour sanctioner et ce qui est lamentable c’est ds le milieu des mossis.par exemple je suis un bissa et ds mon village personne n’ose faire cette pratique.pour terminer je lance un apel a la population de cesser d’accuser les pauvres femme.nous avons ete crée par DIEU et c’est l’unique qui peut nous juger.

  • Le 11 juillet 2009 à 12:14, par Eloha
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Pourquoi ce ne sont que les femmes qui sont accusées de sorcelerie ?
    Me diriez-vous qu’il n’y a pas d’homme sorcier au Faso ?
    Hé oui la suprematie des hommes sur la gente feminine.
    L’état se doit de preserver la sécurité de ses femmes et prononcer les sanctions aux hommes qui s’adonne à de telles humiliations.
    N’oublier pas que celle que vous accusée de mangeuse d’âme sont celles qui vous ont donnés la vie.

  • Le 11 juillet 2009 à 18:20
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Le probleme a mon simple avis n’est pas que la sorcellerie existe ou n’existe pas ! Mais comment moi personnellement, et vous qui me lisez et les authorites quelque soit leur type pouvons nous efficacement arreter ces abus et violences faites aux patriotes du Burkina. Tant que nous demeurons silencieux ou indifferent, nous sommes coupables.

  • Le 12 juillet 2009 à 15:07, par bendré
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    la lutte contre les fausses accusations humiliantes et suivi de persécutions inhumaines de nos pauvres meres ne saurait intéressé ni l’etat ni aux menbres du gouvernement parce que tout simplement ceux-là sont rassurés que ni leurs meres ou leurs tantes ne seront jamais accusées pour sorcellerie ou encore pire etre l’objet d’une persécution quelconque et pour s’en convaincre que toutes ses fausses accusations à l’égard de nos pauvres meres ne sont que des conneries fondées sur l’injustice et alimenter par l’ignorance absurde des laches Burkinabè alors mes chers freres posez-vous ces 3 questions 1er si le fenomene est culturel alors pourquoi jamais dans l’histoire du Burkina la mere d’aucun Mogho Naaba n’a jamais eté accusée de sorcellerie ? 2eme si il est sociale pourquoi jamais aussi l’on a vu accusé de sorcellerie les meres de nos hommes d’etat ou meme de nos hauts cadres militaires ou civiles ? et si il est de la nature humaine pourquoi alors ne voit-on jamais la chasse aux sorcieres à Paris ou à New York ?

  • Le 13 juillet 2009 à 03:36, par PAZABRE
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Au début était la sorcellerie que devait détenir tout responsable social afin de protèger son groupe : chefs de famille, de village, de marchés etc.contre toute attaque venant de l`extérieur. Cette sorcellerie à laquelle on s`initiait donnait même la faculté de soigner. Elle était considérée nécessaire et utile. Puis vint la société des mangeurs d`âmes,celle-là même dont nous parlons et que la société trouve néfaste. Pour devenir mangeur d`âmes, il faut d`abord être sorcier, ensuite utiliser ces connaissances à des fins de nuisance à autrui. Cet aspect de la méchanceté de l`Homme se retrouve partout : certains médicaments inventés pour soigner ne sont-ils pas utiliser dans des meurtres ? des armes dotées à certaines catégories professionnelles pour protèger le citoyen ne deviennent pas de fois une réelle cause d`insécurité pour lui ? Et les exemples sont nombreux.Toute science, toute connaissance qui tombe dans les mains d`un mal intentionné devient forcément mauvaise et c`est d`ailleurs pour ca que nos sages préfèrent mourir en emportant certaines connaissances qui ont fait leurs bonnes preuves.Que nos étudiants fassent des recherches sur ce phénomène qui désorganise nos sociétés.Je soutiens que la sorcellerie existe comme la politique et d`autres sciences,mais je condamne tout ceux qui se cachent derrière pour répudier, humilier et pousser de pauvres femmes au suicide.Chercher aussi parmi les riches,vous y trouverez aussi des sorciers déviationnistes. Dans le temps on ne cachait pas son appartenance à la famille des sorciers et l`on était sollicité tout comme le médécin moderne.Toute connaissance est mauvaise dans les mains d`un mauvais manipulateur.Nous devons faire de la sorcellerie, un sujet de recherches afin d`en révéler l`existence ou non de l`élement matériel sans lequel aucune infraction ne saurait être constituée,chose qui permettrait d`envoyer devant le juge celui qui va accuser autrui de sorcellerie ou celui qui s`en serait rendu coupable.Faire voler un avion relève de la sorcellerie, mais comme il ya des bases scientifiques........Un neveu du Naaba Sigri de Sanse.

  • Le 17 novembre 2009 à 03:45, par karim
    En réponse à : Sorcellerie et pendaisons au Passoré : 35 suicides sur 102 tentatives

    Belle article, JVO !

    Sorcellerie exsitante ou pas, il est temps que l’état arrête de se cacher derrière cette étiquette du colonialiste qui fait de tous ceux qui osent envisager l’irréel comme réel des barbares et obcurantins. Que la sorcellerie soit fondée ou pas, il y a bel et bien un problème existant. Le problème est là et l’a toujours été. Sans vouloir m’exprimer sur la question de son existence (de la sorcellerie), je me demande si la refuter ne serait pas renier l’Afrique de nos ancêtres, la vraie, l’Afrique noire.

    Qu’on y croit (à la sorcellerie), fait de ces veilles personnes des êtres ignobles. Par contre, ne pas y croire nous en fait de pauvres victimes. L’état devrait en tant que garrant des droits de tout un chacun, créer une cellule tout comme en Côte d’Ivoire, qui s’épongera sur cet conception. Cela n’en fera de l’état qu’un état soucieux du bien être de sa population et non pas un ignorant barbare comme a voulut nous le faire croire le colonialiste. De nos jours, même les descendants de ces colonialistes commencent à se poser de sérieuses questions par rapport à certains faits dit paranormaux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés