Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

CONSTANT NEMALE (PRESIDENT ET FONDATEUR DE AFRICA 24) : "Je n’ai pas le soutien du chef de l’Etat équato- guinéen"

Accueil > Actualités > Multimédia • • lundi 22 juin 2009 à 11h34min

Depuis février 2009, Africa 24 la chaîne mondiale d’information pour l’Afrique a débuté sa conquête de l’espace audiovisuel mondial. Constant Nemale, le président et fondateur de cet organe, et ses partenaires ont choisi le Burkina pour présenter la chaîne sur le continent africain. Nous avons saisi l’opportunité de la présence de Constant Nemale à Ouagadougou au début du mois de juin pour en savoir un peu plus sur les origines et les ambitions de Africa 24.

"Le Pays" : Quelles sont les raisons qui vous ont guidé dans la création de la chaîne Africa 24 et quelles sont vos ambitions ?

Constant Nemale : C’est la passion pour l’Afrique. Je suis Africain et c’est la dimension de faire quelque chose pour l’Afrique qui m’a amené à créer un outil qui valorise le continent. L’objectif est de faire en sorte qu’on puisse voir une autre facette de l’Afrique partout.

Qu’est-ce qui explique que vous soyez parti de 3 A Télésud, une autre chaîne de télévision dont vous étiez un des co-fondateurs ?

J’ai créé 3 A Télésud et c’est une énorme fierté pour moi. Je ne vais pas dénigrer ce que j’ai créé. Ce qui est sûr, il y a eu un différend important avec un nouveau partenaire qui est entré à 3 A Télésud. Mais j’avais déjà à l’esprit d’initier autre chose. Ce différend a été comme un coup d’accélérateur pour prendre ma liberté, et partir de l’expérience de 3A Télésud pour mettre cet outil, Africa 24, en place.

Pour créer cette chaîne, vous auriez reçu le soutien financier du chef de l’Etat équato-guinéen. Vous devez être très riches à Africa 24 !

Je n’ai pas de soutien du chef de l’Etat équato-guinéen et je ne veux pas qu’il y ait ce type de polémique. La république de Guinée équatoriale est un partenaire de Africa 24 comme nous comptons avoir une dizaine de pays africains autour de la table, et c’est ce projet que je mène. Le budget de France 24, c’est 130 millions d’euros par an, 650 millions d’euros pour CNN, 195 millions d’euros pour Al Jazeera, et celui de Africa 24 est de 5 millions d’euros par an. Dire que nous sommes riches, c’est donc une hérésie face à la réalité économique de ce type de projet. Nous avons juste les moyens de nous développer à minima.

Pourquoi avoir choisi la France pour y installer le siège de votre chaîne ?

Je pense qu’il ne faut pas faire cette erreur stratégique de croire qu’il faut être en Afrique pour s’intéresser à l’Afrique. C’est une chaîne pour l’Afrique et pas forcément de l’Afrique. Il faut se servir de tous les atouts que nous offre aujourd’hui la plate-forme mondiale pour mettre en place un outil qui fasse qu’on n’ait pas de complexe vis-à-vis des autres.

Qu’est-ce que les Africains peuvent attendre de Africa 24 ?

J’aimerais qu’ils se disent que chaque jour qu’ils regardent cette chaîne, nous leur apportons quelque chose de nouveau, un autre regard sur le continent, une autre façon d’apprécier le continent africain. Cela me fait mal au coeur de voir que les Africains ne savent pas s’inspirer des autres Africains. Si nous sommes capables de nous inspirer de nous-mêmes, nous aurons gagné une partie du combat.

Quel est votre objectif à terme ?

C’est développer une dizaine de bureaux de correspondants sur le continent, augmenter les heures de diffusion en ayant notre propre plate-forme technique en place, implanter le siège en Afrique. Nous voulons en plus développer une école de journalisme, de production audio-visuelle spécialisée derrière cet outil que nous avons mis en place. C’est aussi de faire en sorte que le niveau de coopération entre pays africains à travers ce média soit vraiment une réalité. Déjà en septembre prochain, nous entrons dans la nouvelle grille des programmes de la boucle et ce sera là de belles surprises.

Avez-vous déjà un partenaire au Burkina ?

Au Burkina, nous allons travailler avec Canal 3 mais nous sommes ouverts à tous les partenariats sans exclusivité. Canal 3 a été le premier à venir vers nous. Nous nous entendons bien et il n’y a aucun souci.

Y a-t-il une raison principale qui vous a guidé dans le choix du Burkina pour présenter Africa 24 sur le continent ?

Il n’y a aucune raison principale. Je pense que les Burkinabè ne se rendent pas compte eux-mêmes à quel point ils peuvent être des vecteurs et des référents pour les autres Africains. Le Burkina est un pays africain. La mentalité des gens, la qualité des relations qu’on trouve ici devraient inspirer beaucoup d’autres.

Propos recueillis par Antoine BATTIONO et Abdel PITROIPA (Stagiaire)

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Internet Puissance Plus : Le haut débit sur mesure pour les entreprises et les ménages au Burkina Faso
Médias : La radio rurale célèbre le 2e anniversaire de sa réouverture
TIC et agriculture : Des experts à Ouagadougou pour promouvoir l’utilisation des données géographiques
TIC : Un cap franchi dans le processus de numérisation au Burkina Faso
Modernisation du secteur postal au Burkina Faso : Le Plan d’investissement de la couverture postale en cours de validation
Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC
Protection des données à caractère personnel : La CIL sensibilise des stagiaires en travail social
Médias : Des élèves journalistes de l’ISTIC visitent Lefaso.net
Conseil supérieur de la communication : La déléguée régionale de l’Ouest installée
Acheminement des courriers de l’Etat : La Poste et les ministères réfléchissent à une amélioration de la qualité de service
Réseaux sociaux : Une délégation de Facebook échange avec la CIL et le CSC
TNT au Burkina : Le signal analogique sera entièrement coupé au plus tard le 1er novembre 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés