Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

CONSTANT NEMALE (PRESIDENT ET FONDATEUR DE AFRICA 24) : "Je n’ai pas le soutien du chef de l’Etat équato- guinéen"

Accueil > Actualités > Multimédia • • lundi 22 juin 2009 à 11h34min

Depuis février 2009, Africa 24 la chaîne mondiale d’information pour l’Afrique a débuté sa conquête de l’espace audiovisuel mondial. Constant Nemale, le président et fondateur de cet organe, et ses partenaires ont choisi le Burkina pour présenter la chaîne sur le continent africain. Nous avons saisi l’opportunité de la présence de Constant Nemale à Ouagadougou au début du mois de juin pour en savoir un peu plus sur les origines et les ambitions de Africa 24.

"Le Pays" : Quelles sont les raisons qui vous ont guidé dans la création de la chaîne Africa 24 et quelles sont vos ambitions ?

Constant Nemale : C’est la passion pour l’Afrique. Je suis Africain et c’est la dimension de faire quelque chose pour l’Afrique qui m’a amené à créer un outil qui valorise le continent. L’objectif est de faire en sorte qu’on puisse voir une autre facette de l’Afrique partout.

Qu’est-ce qui explique que vous soyez parti de 3 A Télésud, une autre chaîne de télévision dont vous étiez un des co-fondateurs ?

J’ai créé 3 A Télésud et c’est une énorme fierté pour moi. Je ne vais pas dénigrer ce que j’ai créé. Ce qui est sûr, il y a eu un différend important avec un nouveau partenaire qui est entré à 3 A Télésud. Mais j’avais déjà à l’esprit d’initier autre chose. Ce différend a été comme un coup d’accélérateur pour prendre ma liberté, et partir de l’expérience de 3A Télésud pour mettre cet outil, Africa 24, en place.

Pour créer cette chaîne, vous auriez reçu le soutien financier du chef de l’Etat équato-guinéen. Vous devez être très riches à Africa 24 !

Je n’ai pas de soutien du chef de l’Etat équato-guinéen et je ne veux pas qu’il y ait ce type de polémique. La république de Guinée équatoriale est un partenaire de Africa 24 comme nous comptons avoir une dizaine de pays africains autour de la table, et c’est ce projet que je mène. Le budget de France 24, c’est 130 millions d’euros par an, 650 millions d’euros pour CNN, 195 millions d’euros pour Al Jazeera, et celui de Africa 24 est de 5 millions d’euros par an. Dire que nous sommes riches, c’est donc une hérésie face à la réalité économique de ce type de projet. Nous avons juste les moyens de nous développer à minima.

Pourquoi avoir choisi la France pour y installer le siège de votre chaîne ?

Je pense qu’il ne faut pas faire cette erreur stratégique de croire qu’il faut être en Afrique pour s’intéresser à l’Afrique. C’est une chaîne pour l’Afrique et pas forcément de l’Afrique. Il faut se servir de tous les atouts que nous offre aujourd’hui la plate-forme mondiale pour mettre en place un outil qui fasse qu’on n’ait pas de complexe vis-à-vis des autres.

Qu’est-ce que les Africains peuvent attendre de Africa 24 ?

J’aimerais qu’ils se disent que chaque jour qu’ils regardent cette chaîne, nous leur apportons quelque chose de nouveau, un autre regard sur le continent, une autre façon d’apprécier le continent africain. Cela me fait mal au coeur de voir que les Africains ne savent pas s’inspirer des autres Africains. Si nous sommes capables de nous inspirer de nous-mêmes, nous aurons gagné une partie du combat.

Quel est votre objectif à terme ?

C’est développer une dizaine de bureaux de correspondants sur le continent, augmenter les heures de diffusion en ayant notre propre plate-forme technique en place, implanter le siège en Afrique. Nous voulons en plus développer une école de journalisme, de production audio-visuelle spécialisée derrière cet outil que nous avons mis en place. C’est aussi de faire en sorte que le niveau de coopération entre pays africains à travers ce média soit vraiment une réalité. Déjà en septembre prochain, nous entrons dans la nouvelle grille des programmes de la boucle et ce sera là de belles surprises.

Avez-vous déjà un partenaire au Burkina ?

Au Burkina, nous allons travailler avec Canal 3 mais nous sommes ouverts à tous les partenariats sans exclusivité. Canal 3 a été le premier à venir vers nous. Nous nous entendons bien et il n’y a aucun souci.

Y a-t-il une raison principale qui vous a guidé dans le choix du Burkina pour présenter Africa 24 sur le continent ?

Il n’y a aucune raison principale. Je pense que les Burkinabè ne se rendent pas compte eux-mêmes à quel point ils peuvent être des vecteurs et des référents pour les autres Africains. Le Burkina est un pays africain. La mentalité des gens, la qualité des relations qu’on trouve ici devraient inspirer beaucoup d’autres.

Propos recueillis par Antoine BATTIONO et Abdel PITROIPA (Stagiaire)

Le Pays

Messages

  • Africa 24 est totalement financé par la Guinée Equatoriale et les contrats de pub avec les états africains.
    Heureusement qu’il reste quelques dictatures en Afrique prête à financer cette chaine de télévision...
    Il suffit de regarder les reportages diffusés qui sont totalement financés par les certains Etats africains.

  • i am glad to be an african bcz from now i know that there a wich fr african development
    and i hope u will creat many more things fr our beauty mother home
    thank fr once again

  • je suis sur ke ce dt m. Nemale est vrai et suis contre ceux ki soutiennent ke la chaine est financee par la plus part des chefs detats africains g men remet en fau les chf dtt afc ne snt pas en majorite embicieu du dvlopmnt de lafrik g vs remerci

  • Je vous dire un grand Merci monsieur Nemale.
    Vous ne pourrais pas comprend a quel point je suis fier de vous.
    Vous êtes la fierté de l’afrique et je vous en félicite.

  • Merci beaucoup a Monsieur constant Nemale que Dieu vous accord sa Grâce amen

  • Bravo et félicitations. Que deviens tu vieil ami ?

  • Continuez mon frère l’Afrique a besoin des gens comme vous et n’oubliez pas que le monde ne vous croira que si vous croyez en vous même, ne vous laissez pas intimider par des jaloux et envieux ce ne sont que des misérables individus qui ont un complexe d’infériorité très prononcé.

    God bless

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
72 heures du communicateur : Une série d’activités pour mieux s’approprier les Objectifs du développement durable
Programme Burkina STARTUPS : Liste des projets innovants ou STARTUPS selectionnés
Médias catholiques : Le mensuel « Prions en Eglise » fait peau neuve
Journalisme sensible aux conflits : Waboué Bakouan, lauréat de la 2e édition du Prix PaxSahel
Promotion de la presse en langues nationales : Les rédacteurs renforcent leurs capacités
Publicitaires associés : La première rentrée publicitaire se tiendra du 28 au 30 novembre prochains
Conférence de l’UIT à Dubaï : Le Burkina réussit son maintien au sein du Conseil de l’institution
Société des éditeurs de la presse privée : Un plan stratégique 2019-2023, pour servir de boussole
L’Association des journalistes du Burkina lance le « Prix de la redevabilité citoyenne »
ISCOM Master class : Le journaliste Sayouba Traoré s’ouvre aux étudiants
UIT : Brahima Sanou rate le poste de Vice-Secrétaire général
Elections aux Plénipotentiaires de l’UIT : Demain, l’heure de vérité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés