Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

BIB-UBA : Un mariage d’amour et de raison

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 1er juin 2009 à 03h04min

Alphonse Kadjo, Directeur général de la BIB-UBA

La Banque Internationale du Burkina (BIB) change d’appellation. Elle a rejoint la United Bank for Africa. BIB membre de UBA, c’est ainsi qu’il faudra désormais l’appeler. L’entrée de la doyenne des banques burkinabè dans le groupe bancaire United Bank for Africa (UBA) le 24 novembre dernier a fait l’objet d’une conférence de presse ce vendredi 29 mai 2009. Entre promesses d’innovations et chiffres éloquents, le ton général est à l’enthousiasme.

Comme le nombre de jours de la semaine, ils étaient sept personnes au présidium. Des dirigeants au plus haut sommet de la BIB et de la UBA venus d’Afrique et de la France pour passer un seul message : “Le mariage entre la BIB et la UBA est non seulement un mariage de raison mais aussi un mariage d’amour“. Pour ce faire, c’est d’abord Mélissa Bankolé chargée de conduire la politique de changement d’identité visuelle de la BIB qui procéda à une première explication : “depuis novembre dernier, la BIB fait partie du plus grand groupe bancaire ouest-africain qu’est la UBA. Il s’agira, pour cette rencontre, d’expliquer toutes les mesures prises pour que de façon incontestée, la BIB membre de UBA, soit reconnue comme la plus grande banque du Burkina.

Le staff de BIB-UBA pendant la conférence de presse

C’est bien logiquement donc que Alphonse Kadjo, le DG de la BIB membre de UBA, va emboucher la même trompette : “Sur tous les plans et à base de tous les critères, la BIB sera reconnue comme étant la plus grosse banque du Burkina“. Pour ce faire des changements radicaux sont en œuvre. Au titre de ces derniers, il y a une présence plus accrue sur le territoire national avec le doublement dans les deux années à venir du nombre d’agences et du nombre de guichets automatiques.

“Vulgariser l’utilisation des cartes bancaires dans les magasins“, voici l’un des principaux objectifs de l’équipe de Alphonse Kadjo. Dans ce domaine également, la BIB membre de UBA, entend être le leader au niveau national.

Les changements seront aussi ressentis au niveau de l’identité visuelle. Rouge et blanc, voici les couleurs qui seront prédominantes dorénavant au sein de la Banque qui, du coup, prend un coup de neuf. Les nouvelles agences qui vont être construites et les anciennes qui seront rénovées se vêtiront désormais ainsi. A l’intérieur des bâtiments, ce sera la fin des bureaux cloisonnés qui cèderont la place aux espaces ouverts. “Cela permettra plus de transparence et favorisera l’esprit d’équipe“, nous expliquera le DG de la BIB membre de UBA. Favoriser l’esprit d’équipe passe également par le code vestimentaire des agents. Un uniforme est désormais de rigueur au sein des agences de la Banque. Costume sombre et cravate à dominance rouge pour les hommes et tailleurs sombres accompagnés d’écharpe rouge pour les femmes.

12 milliards de capital social, c’est le chiffre éloquent qu’affiche la banque pour atteindre ses objectifs. C’est le double du capital de la société avant son entrée dans le groupe UBA et c’est le capital le plus élevé de toutes les banques nationales, nous dit-on. Aussi, la BIB a recruté 45 nouveaux agents au Burkina, faisant chuter la moyenne d’age des agents de la Banque en dessous de 50 ans. Du coup, la nouvelle direction fait taire les spéculations sur le vieillissement du personnel de la Banque. L’objectif d’ailleurs, confiera le DG en réponse à une question, « c’est de concilier l’expérience des anciens avec le dynamisme des plus jeunes » ; et c’est sans doute ce qui fait aussi la particularité de la BIB membre de UBA face à la concurrence.
Une présence géographique plus élargie dans le monde, c’est ce que la United Bank for Africa (UBA) apporte à la BIB. La UBA est présente déjà dans neuf pays africains, en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Elle détient par ailleurs déjà 15 nouvelles licences d’exploitations pour d’autres pays africain.

La UBA apporte également une certaine culture d’entreprise basée sur la probité et les hautes valeurs morales des agents de la Banque, expliquent les conférenciers. Comment cela se traduira concrètement pour les usagers ? C’est la question que les journalistes n’ont pas manqué de poser ; et le DG de répondre : “D’abord, les procédures vont être simplifiées pour les clients, notamment pour l’obtention de crédit ; vous serez à même de savoir dans un délai plus court, si vous obtenez le crédit ou pas. Ensuite la BIB ouvre désormais toute la journée ; il n’y a plus la traditionnelle fermeture à 12h30 pour reprendre à 15h30. Enfin, les innovations vont se traduire en différentes offres de services très innovants concernant le e-commerce, la monétique et bien d’autres services qui verront le jour dans le mois de juin ».

Une nouvelle page de l’histoire bancaire du Burkina est entrain de s’écrire avec l’entrée de la BIB dans le groupe UBA. Des changements très notoires devraient profiter à la clientèle ; déjà, les frais de gestion de compte au niveau de la BIB membre de UBA ont été revus à la baisse pour les fonctionnaires burkinabè et si l’on en croit le DG de la banque, cela est loin d’être la fin.

Hermann Nazé
Lefaso.net

Messages

  • BON VENT A BIB MEMBRE DE UBA.J’ESPERE QUE TOUTES CES BELLES PAROLES NE SERONT PAS UTOPIQUES.ON ESPERE VOIR UN VRAI CHANGEMENT DANS LE SECTEUR BANCAIRE BURKINABE ;CELA PERMETTRA AUX AUTRES BANQUES D’ETRE PLUS REGARDANT ET PLUS COMPETIVES.
    CORDIALEMENT

  • J’espère vraiment que le personnel sera à la hauteur. UBA a fait des recrutement parmi lesquels des agenst très peu respectueux de la clientèle. Tout de même merci de les avoir soulagé les clients d’une autre institution bancaire. pour les services proposés, il ne faudra pas qu’elle oublie que nous ne sommes pas à ce stade. seuls quelques grandes places pourront faire profiter cela aux clients. Pour éviter les longues files d’attente l’ONATEL, la SONABEL et l’ONEA ne peuvent ils pas oeuvrer à trouver une solution pour un apiement avec des cartes quelque soit l’institution bancaire. Il ya pas assez de temps pour toujours aller faire la queue pour régler des factures ou trouver quelqu’un pour le faire.

    • Merci pour cette proposition,toutes les banques n’ont qu’à réfléchir sur ce problème, arriver à regler ses factures avec sa carte serait une bonne chose

  • je doute fort car les mesures actuelles sont de nature à tuer les entreprises prouvez nous le contraire

  • BON VENT A LA BIB MEMBRE UBA . MAIS SURTOUT SOYEZ BEAUCOUP PLUS POUR VOTRE CLIENTELE . CAR JE VIENS DE DAKAR AVEC UNE CARTE VISAS CLASSIC ET EN DESESPOIR DE CAUSE JE NE PEUX OPERER AUCUNE TRANSACTION EN TPE CASH . J ESPERE QUE VOUS ALLEZ POUVOIR Y REMEDIER CAR EN INNOVATION VOUS FAITES BIEN ALORS J ESPERE UN PAIEMENT TPE CASH DANS LES JOURS A VENIR .
    ENCORE COURAGE !!!!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journées portes ouvertes des entreprises culturelles : Les acteurs satisfaits de l’organisation de la 2e édition
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés