Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

mardi 27 janvier 2009 à 02h48min

Ainsi que nous le rapportions dans notre édition du vendredi 16 janvier, dans la rubrique une lettre pour Laye, une enseignante, Mme Nana/Kyelem Perpétue, de l’école de Kougsin, dans la circonscription de Sourgou, est détenue depuis le 17 décembre à la Maison d’arrêt et de correction de Koudougou (MACK) pour, semble-t-il, avoir été à l’origine de la mort, en début novembre, de son élève, Ouili Mariam, du fait des coups qu’elle lui aurait portés en fin octobre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Las de mener des démarches infructueuses pour la libération de leur collègue, ne serait-ce que provisoire, les enseignants du Boulkiemdé ont décidé de hausser le ton et d’entreprendre des actions de pression pour une libération sans condition de la mise en cause. C’est en tout cas ce qui ressort de l’assemblée générale qu’ils ont tenue le jeudi 22 janvier dernier en présence d’une délégation des bureaux nationaux du SYNATEB et du SNEA-B.

Incontestablement, le problème de Mme Perpétue Nana ne laisse pas insensible le corps enseignant de la province du Boulkiemdé. Il n’y a qu’à se référer à la forte mobilisation dont il a fait montre ce jeudi 22 janvier à l’assemblée générale (AG).

La salle de l’école Centre "B" n’a pas pu contenir les participants et c’est en squattant la porte, les fenêtres ou en se juchant sur leurs motocyclettes que certains ont suivi les débats dirigés par Tahirou Traoré, secrétaire national du SYNATEB. On comprend cet intérêt que les instits portent au sort de leur collègue car, mine de rien, chacun peut se retrouver dans cette situation.

"Si on ne se mobilise pas, d’ici que chaque fois qu’un enfant décède dans une localité donnée et que la population se soulève contre les enseignants, on se retrouvera dans une posture où on sera dans l’incapacité de faire notre boulot et où notre sécurité sera des plus précaires.

Il n’est pas question que les enseignants deviennent des boucs émissaires à chaque décès d’élève", a fait remarquer le secrétaire général national du SYNATEB, Tahirou Traoré. Il ne cache pas son énervement de voir la pauvre dame enfermée depuis plus d’un mois sur la base de simples accusations gratuites sans aucune preuve matérielle. Encore qu’aucune autopsie n’a été effectuée pour, ne serait-ce que prouver que l’enfant a été battu.

Surtout que Nana Perpétue ne reconnaît pas avoir frappé la fillette en question. En tout cas, depuis son début, cette histoire n’a pas laissé les milieux enseignants indifférents ; en témoignent les démarches entreprises par les sections locales du SYNATEB et du SNEA-B pour avoir la libération provisoire de la maîtresse.

Ces sections ont, du reste, régulièrement informé leurs instances supérieures de l’évolution du dossier. Cette AG est une suite de ces démarches et il s’agissait d’examiner la situation de Mme Perpétue Nana et de prendre les résolutions qui s’imposent.

Ces résolutions sont que la manière douce ne donnant pas de fruits, il va falloir passer à des pressions plus vigoureuses. Ces pressions commencent ce mercredi par un sit-in au haut-commissariat du Boulkiemdé par l’ensemble des enseignants de la province. Si satisfaction n’est pas au rendez-vous, les enseignants observeront un arrêt de travail les 3 et 4 février et si d’aventure la dame n’est pas libérée, la pression sera élargie au niveau régional puis national.

Tahirou Traoré, que nous avons rencontré à la fin de l’AG, a déploré le désintérêt de l’Administration quant au sort de la maîtresse. Il a dénoncé aussi la manière dont le dossier a été traité par la justice, avançant que des pressions ont été faites pour maintenir leur collègue en cellule. C’est, selon le responsable national du SYNATEB, ce qui a valu que la demande de libération provisoire, formulée par l’avocat de la famille, ait été rejetée.

En tout cas, les enseignants, au cours de l’assemblée générale, ont affiché leur détermination à aller jusqu’au bout et obtenir la libération sans condition de leur camarade. Certains même étaient pour qu’on aille directement à des actions d’envergure nationale. On se demande alors quel visage présentera le secteur éducatif les prochains jours dans le Boulkiemdé.

Mais d’ores et déjà, on ne peut que souhaiter qu’on privilégie vite la concertation et que des compromis soient trouvés, car dans cette situation, ce sont les élèves qui vont trinquer. On n’oublie pas le sort de la pauvre enseignante, car il est confirmé qu’elle est asthmatique et en début de grossesse.

Nous vous proposons la lettre d’information des secrétaires généraux du SYNATEB et du SNEA-B adressée au directeur régional de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation du Centre-Ouest (DREBA-CO) et le préavis de grève adressé au haut-commissariat du Boulkiemdé.

Cyrille Zoma

L’Observateur Paalga

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 janvier 2009 à 11:07, par LAMINE
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Enseignants burkinabè de tout bord mobilisez-vous ! Rien que la présomption d’innocence votre collègue ne devrait pas etre maintenue en garde à vu de plus de 72h..de fait qu’elle est domicilée et de surcroit fonctionnaire de l’état.C’est dire qu’au burkina il n’ya pas de justice pour les pauvres surtout ceux qui n’ont pas de bras longs et c’est dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 12:25, par RATASIDA
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Courage aux braves intituteurs, Battez vous car votre profession est en jeu.
    C’est dommage, qu’on en a arrive à une telle situation du fait de la pression faite par des notables de Sourgou. Cette pression relayée par un juge d’intruction trop zélé, à la solde des ces notables.
    Une affaire montée de toute pièce, C’est ça la justice des pauvres, qui n’ont pas des gens au haut sommet de l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 12:39, par RATAMALGRE
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Comment peut-on sur de simples accusations détenir quelqu’un en détention ?
    La preuve formelle n’ayant pas été établie, la détention ne peut être arbitraire.
    Après le décès de l’élève, on aurait dû procéder à une autopsie du corps pour savoir les circonstance dans lesquelles, l’élève est décédée.
    Il semble que l’éléve était malade plusieurs jours durant, alors de grace, n’allez pas chercher des poux sur un crane bien rasé.
    Ceux qui ont tué et brûlé les gens de ce pays sont connus et court toujours, sans être inquiétés.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 13:57, par jak
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    ON EST OU LA ? J AI HONTE !!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 16:23, par Le Procureur du FASO à Koudougou
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Je voudrais inviter les uns et les autres à la retenue, et éviter que la toile ne devienne le lieu pour dire n’importe quoi, et faire toute sorte d’amalgames. Si les gens voyaient le certificat médical versé au dossier, beaucoup avaleraient leur salive, et seraient couverts de honte en relation avec leurs écrits. Vraiment n’importe quoi....!

    La culture juridique n’est vraiment pas le fort des Burkinabés ! Et après cela, ils s’étonnent qu’on leur marche sur les pieds.

    Répondre à ce message

    • Le 27 janvier 2009 à 20:42, par TEZ
      En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

      Bonjour à toutes et à tous,
      je me joins à ceux qui demandent au procureur du faso de Koudougou de tenir une conference de presse pour dire que celle-ci sera la bienvenue.
      Mais en attendant le procès qui viendra certainement un jour,
      il faut remarquer que l’institutrice est burkinabé et a un lieu de residence connu.
      Alors, qu’il plaise au procureur de lui accorder une liberté provisoire. ou bien parce qu’elle ne s’appelle pas kossouka ou Guiro, elle n’a pas droit à ces égards ?

      Répondre à ce message

    • Le 28 janvier 2009 à 20:09, par P Ensieg
      En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

      C’est vraimant dommage que les gens semblent ne plus savoir d’ou ils viennent ! Des gens ont tués ouvertement dans ce payes là !, des certificats ont été versés ! et même deversés dans leurs dossiers ! mais ça les a amené ou ? Preuves insuffisantes, l’enquete suit son cours, des temoins fabriqés...... Résultat:Prescription. Mais un enseignant ! IL n’a rien, il n’est rien, donc ’’n’import qoi’’ !
      Continer dans ce sens, car vous avez raison : ces enseigants là, sont les enseigants des enfants des autres !

      Répondre à ce message

    • Le 29 janvier 2009 à 10:37, par zeys bill
      En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

      Si je ne me trompe pas Monsieur le Procureur,le PG disait il n’y a pas très longtemps que si le Juge estime que l’inculpé repondra a ses convocations, il peut decider de le liberer. Croyez vous que cette enseignente va quitter le pays ? Je crois que pour des cas simillaires ou pire que cela la justice a souvent decidé autrement. C’est vous devrier avoir honte car vous savez exatement ce qui se passe dans les palais de justice que quiconque. Mais ne dit on pas qu’il y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ? Vous ne voyez que les certificats medicaux que vous vouliez voir.

      Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 16:37, par Yamyélé
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Procureur, c’est vrai vous avez raison ; nous les citoyens lamda, on ne connait dans la marche de la justice. Mais est-ce que vous pourriez organiser une conférence de presse pour nous éclairer davantage. Car au dehors ici (pour emprunter Jean Miché Kankan), nous, nous agissons par sentimentalisme. Merci à vous d’éclairer mieux nos lanternes.

    Par Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 17:03
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Monsieur le procureur du faso vous gagnerai à ne pas réagir ainsi dans un forum. Pourquoi ne pas faire une conférence de presse pour nous éclairer

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 17:33
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Mr le procurreur tout mes respect !
    Nous pleurons tous le décès de la fille en question. C’est arrivé nous presentons nos condoléances à sa famille.
    Moi mes inquiétudes sont que : nous avons appris que la maitresse est en seinte et est encore asthmatique que mesure aller vous prendre à temps pour éviter que l’irreparable ne se produise en cette début d’année ? si on sait que votre region reste l’une des régions auquelle le feu ne tarde pas à s’allumer.

    Merci mon procurreur

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 18:46, par Nôogo
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Je trouve très regrettable que les syndicats d’une part et ce qu’on peut appeler l’"opinion publique" via ce forum, d’autre part, se laisse allé sur un chemin très dangereux. Ainsi donc, vous êtes compétents sans avoir pris connaissances du contenu du dossier, sans être juge que l’instituteur est innocent au point de demander sa libération. Que faite-vous de l’État de droit que nous luttons tous pour mettre en place au Faso car dans un état de droit, ce sont les juges qui déclarent les gens coupables ou innocents et qui jugent nécessaire de les maintenir en prison ou les libérer. C’est vrai que le BF n’est pas encore parfaitement un État de droit mais en général l’influence politique a se fait sur des dossiers politiques. Celui ci n’en est pas un et quel est l’intérêt du pouvoir à mettre une institutrice en prison si elle est innocente ?

    Il y a quelques jours, ce sont les mêmes qui se plaignaient qu’on libère Salif Kossouka alors qu’il est mise en examen pour complicité de tentative d’assassinat tandis que dans ce cas-ci un enfant a perdu la vie mais on prend parti pour le suspect sans prendre en considération les sentiments de ceux qui ont perdu le leur.

    C’est un exemple type du mode de raisonnement par prise de parti, on prend parti pour quelqu’un et on le soutient tou en ignorant s’il a tord ou raison. Le comportement de la FEDAP/BC qui est allé soutenir Kossouka à sa sortie de prison en est une autre illustration. Quelles leçons donnent-on aux autres quand on soutient des suspects contre la justice juste parce que ce sont les nôtres ? C’est un frein énorme à l’établissement de l’État de droit au pays. Il n’y a que ceux qui n’ont pas quelqu’un, qui n’ont pas de syndicat qui peuvent faire les frais de la justice, les autres peuvent bénéficier des démarches corporatistes(médecins, policiers, fonctionnaires) ou partisanes pour les libérer. Le paysan, lui il est subalterne et au dessous de tous et c’est le seul qui doit subir. Cette fois-ci le fort ce n’est pas le pouvoir du CDP mais les syndicats et tous ceux qui les soutiennent et le faible, c’est cette famille qui a perdu son enfant à qui on dénie même le droit d’une bonne investigation judiciaire.

    Répondre à ce message

    • Le 28 janvier 2009 à 19:21, par jeuni
      En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

      on l’a toujours dit et on ne le repetera jamais assez ! decidement le manque de communication est la source de tous nos maux au faso ici. Noogo ecrit que "sans prendre connaissances du contenu du dossier" mais oublie qu’il n’appartient pas au peuple d’aller fouiner dans les entrailles de nos tribunaux pour s’impregner du contenu d’un dossier tel qu’il soit. pourquoi ceux qui sont sensés etre au parfum du contenu du dossier ne disent rien ? c’est en réalité ca qui est dommage ; il convient de noter que dans ces cas de figure il est à peu près legitime que les collègues enseignants soient remontés car rien ne dit que la pauvre dame n’est pas detenue de façon arbitraire. c’est vrai que rien ne laisse entrevoir egalement son innocence mais à qui la faute si rien n’est dit pour lever tout equivoque. communiquez donc, qui de droit !

      Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 19:03, par Yamyélé
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Vous divertissez les gens en fin de compte.

    Par Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2009 à 22:21, par SAACE
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    JE SOUHAITE DE TOUT COEUR QUE CETTE AFFAIRE NANA NE RESTE PAS SANS SOLUTION JUDICIAIRE. QUE PERPETUE AIT TORD ,QUE PERPETUE AIT RAISON ,JE SUIS RESTE MEURTRI PAR LE SILENCE DU GOUVERNEMENT ET PLUS PARTICULIEREMENT SON MINISTERE.A MA CONNAISSANCE LE MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE EST EN DROIT DE PROTEGER SON EMPLOYEE JUSQU’A CE QUE JUSTICE SOIT DITE. ET C’EST COMME SI LE SORT ETAIT JETE SUR LES ENSEIGNANTES ENCEINTES A LA DIFFERENCE QUE LE SOUTIEN EST DE LOIN DIFFERENT .
    TENEZ,EN 1996,A L’ECOLE EST DE KOUPELA UNE FEMME ENCEINTE A ETE BATTUE DEVANT SES ENFANTS DE CE1 PAR UN PARENT D’ELEVE SOUS PRETEXTE QU’ELLE A TAPE SON FILS.DIEU MERCI ,IL N’Y A PAS EU DE MORT D’HOMME.POURQUOI AI-JE FAIT REFERENCE A CELA ?
    IL Y A EU PLAINTE DEPOSEE PAR LA MAITRESSE,UNE AUTRE DEPOSEE PAR LE DIRECTEUR DE L’ECOLE (VIOLATION ET AGGRESSION DANS LE DOMAINE SCOLAIRE...).ALORS PENDANT QUE LE CORPS ENSEIGNANT S’ATTENDAIT LE MOINS AU SOUTIEN DES AUTORITES COMME IL EN EST LE CAS ICI POUR NOTRE SOEUR PERPETUE,MONSIEUR BAWORO SEYDOU POUR LE NOMMER , MINISTRE DE TUTELLE EN SON TEMPS AVAIT OFFERT TOUTE SA DISPONIBILTE A CETTE INTITUTRICE DE KOUPELA.COMME QUOI ,LES HOMMES RESTENT BEAUCOUP PLUS SENSIBLES AUX PROBLEMES DES FEMMES ENCEINTES QUE LES FEMMES ELLES-MEMES. D’UN COTE UNE FEMME ENCEINTE A TAPE ET ELLE A EU LE SOUTIEN DE SON MINISTRE, ET DE L’AUTRE COTE PERPETUE (ENCEINTE ET MALADE )NE RECONNAIT PAS AVOIR TAPE ET SA MINISTRE NE DIT RIEN.CE N’EST QU’UN CONSTAT.BON COURAGE AUX ENSEIGNANTS ET NOS ENFANTS FASSENT DE VOUS ET NOUS UNE FAMILLE INDIVISIBLE.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier 2009 à 16:39
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Mr le Procureur, la maitresse est enceinte. Je pense que vous aller nous la gardé dans de meilleurs conditions afin rien ne l’arrive après sa libération.Vous avez aussi le droit de jouer votre rôle ce n’est pas de votre faute c’est l’administration qui le demande mais tenez compte de l’enfant qui naitra, qui un jour ou l’autre servira peut-être à notre pays. Je suis neutre ne juge personne mais nous allons pardonner les crimes et se projeter vers notre avenir ; aux parents de la victime : Recevez le pardon au nom de tous les enseignants du B.F.
    Quant à vous Mr le Procureur, que Dieu vous aide à s’ensortir dans cette affaire sans que votre nom ne se salisse sur le plan national ; Car après le service c’est la vie sociale.

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier 2009 à 01:34, par Ba
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Ecoutez Mr le procureur, cest vraiment ca la Democratie et la justice ??!! je ne connais pas trop sur cette affaire mais il ma tout l’air que la pauvre dame a ete affermee pour des simples accusations. Ecoutez, faites des autopsies et des examinations pour voir quest se qui a tue l’enfant ?? De la vous pouvez sanctionner la dame selon la loi. Par ailleurs je sais que le fouet a ete interdit dans nos etablissements mais les enseignants en font recours pour soi disant instaurer la discipline. Je pense que a ce millinaire, les enseigants doivent aussi arreter d’utiliser la cravache sur les eleves. Ils doivent pluto fait preuves de competence pedagogique. mais je repete je suis contre l’incarceration de la femme sans autopsie et examens.

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier 2009 à 09:36, par aristide nogouma yameogo
    En réponse à : Détention de Nana Perpétue à la prison de Koudougou : Les enseignants commencent demain la pression pour sa libération

    Je souhaite plein courage à Mme NANA/KYELEM Perpétue dans son état actuel. Je pense que les politiciens ont une part de responsabilité dans cette affaire. Ce n’est pas ça la politique...quel exemple poour nos enfants sur la politique ? Je soutiens le corps enseignant pour la libération rapide et sans condition de la malheureuse Perpétue.
    Attention, l’éducation est foutue si de telles réactions intègrent l’esprit de l’éducateur. Revoir....liberté d’esprit pour l’éducateur ; liberté d’expression éducative à nos enfants...paix dans la cité scolaire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés