Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

La Geste des étalons : Un combat de gladiateurs au cœur de Sya

Accueil > Actualités > Culture • • mercredi 25 juin 2008 à 10h30min

Les associations, « l’Oeil du cyclone » et l’ « Ecurie du cheval mandingue », ont présenté, le jeudi 19 juin 2008, à la place Wara-wara de Bobo- Dioulasso, la Geste des étalons. Un spectacle équestre grandeur nature, qui a tenu en haleine des spectateurs quelquefois subjugués par des numéros de hautes voltiges époustouflants.

La place Wara-Wara, traditionnellement réservée à la célébration des deux grandes fêtes musulmanes, a connu l’affluence des grands jours, dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 juin 2007. La Geste des étalons a plongé les spectateurs bobolais dans un pan de l’histoire des peuples du Sahel, en la reconstituant presque fidèlement, sur une scène onirique. La Geste des étalons, est la légende sublimée d’un roi nomade guerrier du désert et d’un grand empereur, tous en proie à la menace « d’hommes esprits ». Une guerre épique s’engage entre le roi nomade venu du Nord et l’empire voisin du Sud. Les hostilités n’avaient d’égal que l’amour sulfureux qui naîtra entre le fils du roi nomade et la fille unique de l’empereur…

L’histoire a rappelé à certains spectateurs, une autre : celle de la princesse Sya Yatabaré, (prédestinée à une offrande aux fétiches, mais sauvée in extremis par le prince Mamadi son amant) portée à l’écran par la cinéaste Dani Kouyaté. L’attraction de la soirée, a sans doute été cette méticuleuse mise en scène où chevaux, cavaliers, acrobates, comédiens, musiciens coordonnent harmonieusement leurs paroles et des gestes, des plus habituels aux moins ordinaires. Danses hippiques, « chevauchées fantastiques » d’étalons exécutant seuls ou en groupe d’impressionnantes voltiges, des guerriers rompus au tir à l’arc et à l’art équestre, la Geste des étalons aura été une belle illustration du possible dialogue entre l’homme et les animaux. Même l’âne, souvent étiqueté indomptable, s’est débarrassé de son sale caractère au grand étonnement des témoins de la scène.

La Geste des étalons véhicule plutôt un message de paix, magnifie la tradition orale des peuples africains avec un spectacle qui a pour personnage principal, le cheval, emblème de notre pays et omniprésent dans toutes les légendes de conquête. Pour les valeurs humanistes qu’elle prône, la représentation a reçu le soutien des autorités administratives, coutumières et religieuses de la ville. La soirée a été d’ailleurs placée sous le parrainage de Sa Majesté Mpa Yacouba Sanou, chef suprême des Bobos.

Celui- ci a assisté à la scène aux cotés du maire de la commune, Salia Sanou, des maires d’arrondissements et du préfet du département de Bobo-Dioulasso, Issouf Ouédraogo. La Geste des étalons, réalisée par le comédien et metteur en scène français Louis Marques, un spécialiste d’hippotechnie, Thierry Perrichet et le scénariste et comédien burkinabé, Amadou Bourou, se veut être le premier grand spectacle équestre africain alliant performances équestres et fables. Bobo-Dioulasso est la dernière étape d’une série de représentations de la Geste des étalons dans plusieurs grandes villes du Burkina et dans la sous-région.

Mahamadi TIEGNA
camerlingue78@yahoo.fr

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : « Je vous salue maris », le nouveau spectacle de Philomène Nanema dite Philo
Kundé d’or 2019 : Floby, Maï Lingani et Nabalum sont les nominés
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés