Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. Nelson Mandela» 

Marie Françoise Ouédraogo, secrétaire permanent de la politique nationale de bonne gouvernance : "La bonne gouvernance, c’est aussi un état d’esprit"

Accueil > Actualités > Politique • • samedi 22 décembre 2007 à 08h38min

Le Burkina Faso a adopté en 2005, la Politique nationale de bonne gouvernance (PNBG). En vue de suivre, évaluer et impulser la mise en œuvre de la PNBG, un secrétariat permanent a vu le jour et dirigé depuis lors, par Mme Marie Françoise Ouédraogo.

Dans cet entretien, le secrétaire permanent de la PNBG fait un briefing des activités de sa structure, aborde le phénomène de la corruption, la multitude des intervenants dans la lutte contre les mauvaises pratiques. Elle affiche surtout son optimisme quant à l’installation d’une bonne gouvernance au Burkina Faso, à condition que chacun s’y mette.

Sidwaya (S) : Comment peut-on définir la bonne gouvernance et ses domaines d’intervention ?

Marie Françoise Ouédraogo (M.F.O) : La bonne gouvernance est généralement admise comme étant l’exercice de l’autorité politique, économique et administrative en vue de gérer les affaires d’un Etat à tous les niveaux, avec la participation des citoyens à travers leurs cadres d’expression. Il existe quatre (4) domaines de la gouvernance, à savoir : la gouvernance politique, y compris la sécurité et les droits de l’homme, la gouvernance administrative, la gouvernance économique et la gouvernance locale.

S. : Comment se porte alors la gouvernance au Burkina Faso ?

M.F.O. : Depuis l’adoption de son premier plan national de bonne gouvernance en 1998 jusqu’au la Politique nationale de bonne gouvernance (PNBG) en 2005, le Burkina Faso a enregistré un certain nombre d’acquis.
D’abord en matière de gouvernance politique, on retient entre autres, que les processus électoraux se sont nettement améliorés, le parlement est devenu le lieu de véritables débats républicains avec 13 partis représentés contre 4 à l’époque. De même, l’existence de nombreuses organisations dynamiques de la société civile, ainsi que la réforme du système judiciaire et la création de nouvelles juridictions sont à mettre dans les acquis de la bonne gouvernance politique.
En ce qui concerne la gouvernance administrative, on note la mise en œuvre de la réforme globale de l’administration publique, l’adoption d’une politique nationale de déconcentration etc.
En matière de gouvernance économique, il y a eu l’adoption et la mise en œuvre de Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP). Auquel il faut ajouter la dynamisation des cadres de concertation gouvernement-secteur privé, de même que la création de la Maison de l’entreprise...

Quant à la gouvernance locale, on peut relever la communalisation intégrale du territoire, la création des 13 régions et la nomination des gouverneurs.
Enfin, le Burkina Faso a organisé du 24 au 26 octobre 2007, le 47e forum africain sur la gouvernance. Au vu de ces quelques acquis parmi tant d’autres, nous pouvons affirmer que la bonne gouvernance s’enracine petit à petit dans notre pays. Bien attendu, il reste beaucoup à faire et nous sommes tous interpellés en tant que Burkinabè.

S. : De quels moyens disposez-vous concrètement pour instaurer la bonne gouvernance ?

M.F.O. : Sur le plan politique, nous avons la volonté politique des plus hautes autorités du pays à instaurer la bonne gouvernance. Au plan institutionnel, nous disposons d’un certain nombre de référentiels sur la bonne gouvernance. Il s’agit du CSLP, de la PNBG, du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), du programme présidentiel, etc. ainsi que leurs instruments d’opérationnalisation.
Au plan structurel, nous avons deux (2) types d’organes : d’abord, les organes d’orientation et de coordination de la bonne gouvernance que sont : la Conférence de concertation sur la bonne gouvernance (CBG), le Comité ministériel d’orientation et de suivi (CMOS) du CSLP, la Commission sectorielle et thématique (CST) chargée de la gouvernance, des réformes institutionnelles et de la décentralisation, le Comité interministériel de pilotage de la PNBG.
Ensuite, les organes d’administration et de gestion de la gouvernance. Il s’agit du secrétariat permanent de la PNBG, secrétariat permanent du MAEP, la Haute autorité de coordination de la lutte contre la corruption, la Commission nationale de lutte contre la fraude, le Comité national d’éthique, etc.

S. : En dépit de l’existence d’une pléthore d’intervenants dans la lutte contre la corruption, le phénomène de la corruption persiste. Pire, il a doublé en 2007, à certains niveaux tels que le transport. Pourquoi cela ?

M.F.O. : C’est vrai que de par notre existence, nous devons contribuer à promouvoir la bonne gouvernance et qui dit bonne gouvernance, dit entre autres, lutte contre la corruption. La corruption a gagné tous les secteurs de l’économie de notre pays, dont les transports. Cependant, l’espoir est permis puisque les plus hautes autorités ont pour souci majeur de travailler à son éradication. En disant cela, je me réfère à la déclaration de politique générale de Monsieur le Premier ministre qui disait, en parlant de gouvernance, que "toutes les actions du gouvernement ne seraient de simples gesticulations si les agents économiques de ce pays n’ont pas le sentiment que le gouvernement est décidé à éradiquer la gangrène de la corruption des pratiques de certains citoyens".
Je crois que le ton est donné. Il faut traquer la corruption où qu’elle se manifeste. Du reste, le secrétariat permanent avec l’appui de la BAD a lancé une étude sur la corruption dans l’administration publique du Burkina Faso qui est en cours. Nous attendons des propositions de solutions pertinentes dans le sens de l’éradication de la corruption pour guider les décideurs.
Je crois savoir que le gouvernement dans un souci de rationalisation des structures, a décidé récemment de créer une autorité supérieure de contrôle d’Etat. Un projet de loi, portant création, attributions, composition et fonctionnement de ladite structure a été soumis à l’Assemblée nationale qui l’a adopté à l’unanimité. Cette structure a un pouvoir de saisine de la justice et de publication de rapports annuels.

(S). : Y a-t-il des activités en chantier pour mieux promouvoir la bonne gouvernance ?

M.F.O. : Nous avons un certain nombre d’activités en chantier relatives à l’information et à la sensibilisation des acteurs de la gouvernance, afin de leur inculquer le concept de bonne gouvernance. Il s’agit d’ateliers information/sensibilisation que nous avons initiés pour les juridictions supérieures, le Conseil supérieur de la communication (CSC), le Conseil économique et social (CES), la Cour des comptes, le Conseil constitutionnel, la Cour de cassation, dans un premier temps. Nous comptons poursuivre sur notre lancée en 2008 avec le Conseil d’Etat, les élus nationaux et locaux, les responsables de l’administration, etc.
Nous envisageons également, la réalisation de spots socio-éducatifs-radio télévisés, la création de centres multimédia dans six (6) mairies, l’étude sur la corruption dans l’administration publique du Burkina Faso...

S. : Etes-vous optimiste quant à l’instauration d’une bonne gouvernance au Burkina Faso ?

M.F.O. : Je suis pleine d’espoir. Je me dis que lorsque les différents acteurs de la gouvernance se seront approprié le concept, les acquis en matière de gouvernance vont aller crescendo. Pour l’instant, le citoyen lambda ne se sent pas concerné lorsqu’on parle de gouvernance. Lorsqu’il va comprendre qu’il est un acteur à part entière de la bonne gouvernance et que les actes qu’il pose peuvent contribuer à promouvoir la bonne gouvernance ou la mal gouvernance, il adoptera certainement un autre comportement. La bonne gouvernance, c’est aussi un état d’esprit.

Interview réalisée par Alban KINI et
Pierre Tiergou DABIRE

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
Crise de Gouvernance : Kadidjia Traoré, le maire de Gourcy suspendu, des populations protestent dans la rue
Assemblée nationale : Deux jours de séminaire pour renforcer le leadership féminin
Commune de Gourcy : Le maire Kadidjia Traoré suspendue de ses fonctions par arrêté ministériel
Assemblée nationale : Un comité ad hoc pour relire le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en faveur du genre
Assemblée nationale : L’association des Anciens Ambassadeurs du Burkina Faso reçue en audience
Commune de Gorom-Gorom : Les conseillers UPC et alliés dénoncent une « gestion mafieuse » du maire
Commune de Ziniaré : Le Conseil municipal mobilise les énergies pour les perspectives 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés