Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

L’écotourisme, une nouvelle opportunité pour l’Afrique ?

Accueil > Tourisme • Quand le développement passe par l’écotourisme • vendredi 28 mai 2004 à 07h39min

La réduction de la pauvreté dans le monde, et plus particulièrement en Afrique, figure au premier rang des priorités des Nations Unies. Comme en témoigne ces objectifs de développement du Millénaire. Pour y parvenir, l’écotourisme semble se présenter comme une arme de choix. Mais qu’entend-t-on par écotourisme et en quoi peut-il contribuer au développement du continent ? Voici quelques éléments de réponse.

"Le tourisme, que chacun voit désormais comme un moteur de développement socio-économique, peut apporter une contribution essentielle à l’économie des pays africains ", a affirmé Dawid de Villiers, le Secrétaire général adjoint de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), agence spécialisée des Nations Unies, à la réunion de l’Organisation qui s’est tenue en mai dernier sur l’île de Mahé (Seychelles).

Tourisme, certes, mais plus particulièrement écotourisme. Ce concept, né à la fin des années 70, est une réalité depuis le début des années 90. Mais à quoi renvoie-t-il notamment quand on sait l’opportunité qu’il pourrait représenter pour le développement de l’Afrique ? En effet, réduire la pauvreté grâce au tourisme durable est depuis le Sommet mondial pour le développement durable (SMDD) de Johannesburg (Afrique du Sud) une priorité pour l’OMT [1].

Ecotourisme, une forme de tourisme durable

L’écotourisme est un segment du tourisme durable qui se définit, selon l’OMT, comme « satisfaisant aux besoins présents des touristes et des régions hôtes, tout en protégeant et en mettant en valeur les opportunités pour le futur » [2]. La Déclaration de Québec (mai 2002, Année internationale de l’écotourisme), que rappelle Philippe Lemaistre du Département du développement durable du tourisme à l’OMT, précise trois critères prépondérants de l’écotourisme.

A savoir, le bénéfice aux communautés locales, le respect de l’environnement et la qualité de l’expérience du touriste dont le voyage s’inscrit dans une démarche cognitive. Dans le contexte africain, la notion de « bénéfice aux communautés locales » est fondamentale. Les membres de ces dernières sont directement impliqués dans l’activité touristique et en tirent profit. Exemple au Cameroun avec le village d’Ebodje.

Ce petit village de pêcheurs est situé dans la province du Sud du pays, sur les bords de l’Atlantique. Le projet touristique, mis en place en partenariat avec l’Etat camerounais et des acteurs touristiques locaux, permet à l’"écotouriste" de découvrir un écosystème forestier fortement influencé par la proximité de la mer. Lancé en 1999, les revenus issus de l’activité touristique ont contribué en partie à l’électrification du village. En somme, l’écotourisme répond à l’équation suivante : tourisme de « nature » associé au concept de durabilité [3].

Autrement dit, l’Afrique, destination prisée pour le tourisme de « nature » du fait de la richesse de sa faune et de sa flore , doit, dans une perspective de développement durable, profiter de cette manne. Notamment quand ce profit économique peut aller directement aux populations rurales vivant aux alentours ou au sein de ces sites naturels. L’implication de l’Etat dans ce processus est néanmoins déterminant selon l’OMT.

« Une affaire locale »

On pouvait ainsi lire dans un récent communiqué de presse de l’organisation, « En Afrique, le tourisme servira à lutter contre la pauvreté si l’État crée de bonnes conditions pour cette activité ». A noter que l’écotourisme se caractérise par la prépondérance des micro- entreprises et une forte implication des organisations non gouvernementales, notamment celles de défense de la faune et de la flore. Malheureusement, son impact économique reste encore difficile à quantifier, tout comme sa part dans le tourisme en général.

Comme le note, Philippe Lemaistre, « on ne sait pas à quel moment le touriste franchit la frontière et s’inscrit dans la démarche à laquelle renvoie l’écotourisme. » Selon les dernières statistiques de l’OMT, les recettes du tourisme international représentaient, en 2002, 474 milliards de dollars américains. Seulement 11,8 sont allés à l’Afrique, qui a accueilli 29 millions de touristes. L’Afrique du Sud reste, en Afrique sub-saharienne, la destination touristique la plus prisée et compte parmi celles les plus importantes, en matière d’écotourisme, à côté du Kenya ou encore de la Tanzanie.

par Falila Gbadamassi
Afrik.com

[1] en accord avec le premier objectif du millénaire des Nations Unies : Réduire de moitié le nombre des populations vivant avec moins de un dollar (USD) par jour.

[2] Cette définition sera d’ici peu complétée par l’OMT

[3] renvoie au souci de satisfaire les besoins actuels et ceux des générations futures

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Office national du tourisme (ONTB) : Kiswendsida Marie Aimé Ouédraogo à la manœuvre
Burkina Faso : Les députés adoptent un projet de loi portant loi d’orientation du tourisme
Burkina Faso : La mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé se meurt
Centre écotouristique de Bagré : La renaissance
Diaspora : Boubacar BARA lance les cartes à jouer ‘’Burkina Tourism’’ pour promouvoir l’image du Faso
Promotion du tourisme en milieu scolaire : L’agence de voyage NOURAINI Travels apporte sa contribution
Spécial Saint Sylvestre au restaurant "L’Eau vive" de Ouagadougou
Burkina Faso : Le ministère du Tourisme sensibilise sur l’apport économique du secteur touristique dans le Sud-Ouest
Bobo-Dioulasso : L’Office national du tourisme burkinabè renforce son partenariat avec les acteurs de l’hôtellerie des Hauts-Bassins
Promotion du tourisme interne : Les tarifs hôteliers en baisse de 25%
Restaurant l’eau-vive : Spécial Saint valentin
Spéciale Soirée Saint Sylvestre au Restaurant "L’Eau Vive" de Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés