Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Contes et légendes du Burkina Faso : Pourquoi les hommes dominent les animaux

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 21 septembre 2007 à 07h51min

Dieu créa les animaux. Puis il créa les êtres humains pour leur servir de nourriture. Le lion, la panthère et l’hyène s’en régalaient.

Or, un jour, les trois compères embêtèrent un peu trop un génie forgeron. Celui-ci alla trouver les hommes et leur enseigna comment tailler un morceau de bois en forme de lance. Ensuite, il leur apprit l’art de forger le métal et arma le bout de la lance d’une pointe. Enfin, il leur donna la formule d’un poison à enduire cette pointe, afin que tout animal touché par elle meure. C’est ainsi que les hommes appri¬rent à fabriquer des lances qui tuaient à coup sûr et commencèrent à chasser. Un jour, un jeune homme armé d’une de ces lances partit à la chasse. À cette époque, hyène, lion et panthère habitaient ensemble. Le soir venu, le jeune chasseur ne savait où loger. Il rencontra les trois animaux et leur demanda l’hospitalité. Ceux-ci, étonnés, se regardèrent :

- Notre nourriture vient chez nous ? Bi¬zarre...

Hyène dit à lion :

- Notre nourriture est chez nous et j’ai faim...

Lion refusa :

- Il faut d’abord savoir ce qui l’emmène avant de le manger.

Hyène n’était pas d’accord mais dut s’incli¬ner. Ils indiquèrent au jeune homme où dormir, l’invitèrent à partager le repas du soir, puis il alla se coucher et ils se retrouvèrent pour discu¬ter :

- Comment peut-il chasser ? dit hyène. Il n’a ni crocs ni griffes, bizarre, bizarre...

Lion dit :

- Demain, nous verrons comment il fait.

Au matin, après avoir déjeuné, l’homme de¬manda la route et partit chasser. Il chassa tout le jour, tua beaucoup de gibier, puis rentra. A son retour, il annonça à ses trois hôtes stupé¬faits la liste de tout ce qu’il avait tué. Puis il ajouta :

- Venez m’aider à tout transporter.

Tout en cheminant dans la brousse, les trois animaux firent leur enquête : ils examinè¬rent avec soin chaque gibier qu’ils ramassaient là où l’homme l’avait tué, mais ne virent ni sang, ni blessure, rien qui puisse expliquer sa mort. Comment l’homme avait-il fait ?

Une fois de retour, l’homme partagea la viande en deux parts, une pour lui et une pour

ses trois hôtes. Il décida de rester encore quelques jours pour compléter sa chasse.

Le lendemain matin, il repartit donc avec sa lance. Hyène dit à lion qu’elle voulait se soula¬ger et sortit. En fait, elle avait décidé de suivre l’homme pour l’espionner. Lion et panthère l’at¬tendirent tout le jour, mais elle ne rentra que le soir. Voici ce qu’elle vit : l’homme rencontra une antilope, mit la main sur son épaule, prit une lance, visa, la lança, et l’antilope tomba, morte.

L’homme s’approcha, récupéra sa lance, proté¬gea son gibier des ardeurs du soleil en le ca¬chant sous un tas de feuilles, et repartit chasser. Une fois l’homme parti, hyène s’approcha du cadavre de l’antilope, le découvrit et l’exami¬na, mais elle ne vit ni sang ni blessure. Elle le recouvrit et reprit sa filature.

L’homme tua ensuite une biche, puis beaucoup d’autres animaux, et chaque fois hyène examina le cadavre sans réussir à comprendre les causes de sa mort. A la fin de la journée, sa conviction était faite et elle alla trouver lion et panthère qui l’attendaient :

- Il faut qu’on se sauve ou ça va nous coûter cher : cet étranger est trop fort pour nous. Je ne veux pas manger la viande qu’il nous donne. Je

suis sûre qu’elle est empoisonnée et que ça me fera mourir.

Elle raconta aux deux autres qu’elle avait vu l’homme mettre sa main sur son épaule et ensuite le gibier tomber :

- C’est trop fort pour moi !

Au troisième soir de sa chasse, l’homme apporta à nouveau de la viande et la partagea. Les trois animaux l’informèrent alors que le lendemain, ils devaient aller travailler le champ du lion. Or, il est de coutume d’aider dans son tra¬vail celui qui vous offre son hospitalité. Le chas¬seur proposa donc de partager sa viande et d’en préparer pour ceux qui travailleraient.

Le lendemain, lion, panthère et hyène étaient aux champs, en plein travail, quand ils virent arriver l’homme et son repas. Il y en avait tant qu’ils eurent besoin de leurs deux pattes pour se servir, et c’était si bon qu’ils prirent tout, mais hyène monta dans un karité pour manger sa part. Elle avait prévenu les deux autres :

- Faites attention à l’homme. S’il met sa main sur son épaule, danger, fuyez !

Et tout en mangeant, elle surveillait. On sentait l’inquiétude monter. En plein mi¬lieu de repas, un moustique piqua "l’homme derrière l’épaule. Il prit des feuilles et posa sa viande dessus. Les trois le regardèrent attenti¬vement. L’homme leva alors la main pour se gratter le dos. Hyène sauta en bas de son karité :

- Je vous avais prévenus ! Il veut tous nous tuer !

Et les trois bêtes terrifiées s’enfuirent au fin fond de la forêt....

C’est depuis ce jour que l’homme domine les animaux, alors qu’avant c’était eux qui le domi¬naient.

Recueillis par Françoise Diep et François Moïse Bamba

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Université de Ouagadougou : Les étudiants des années 1995-2000 ne veulent pas être en marge de l’évolution sociopolitique du Burkina
PADEL : Des promoteurs de micro-projets reçoivent du matériel et des chèques
Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte
Consommation des drogues par injection : Des journalistes outillés sur la réduction des risques
Centre hospitalier universitaire de Ouahigouya : Une journée de salubrité pour des soins de qualité
1re édition de la foire agro-sylvo-pastorale de Diabo : La commune valorise ses potentialités
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés