Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. Nelson Mandela» 

1/2 finale de la coupe du Faso : Il y avait 3 équipes sur le terrain

Accueil > Actualités > Sport • • jeudi 19 juillet 2007 à 07h26min

Des 2 demi-finales de la coupe du Faso de football prévues pour se jouer hier mercredi 18 juillet, seule une opposition a eu lieu ; celle de l’USO et de l’ASFA- Y (2-0). L’autre rencontre n’a pu avoir lieu, car sur le terrain, en plus de l’USY qui a eu son ticket sans ambages, il y avait le RCK et le RCB. Cela est dû à une homologation jugée arbitraire par les Faucons du Kadiogo.

Hier soir, sur le terrain de l’ASFA-Y en lieu et place d’une demi-finale de coupe du Faso, c’était plutôt un tiers de finale puisqu’il y avait 3 équipes sur le terrain pour jouer un seul match. D’un côté, il y avait l’Union sportive de Ouahigouya et de l’autre, le Racing club de Bobo et le Rail club du Kadiogo. C’est à ne rien comprendre ; ou du moins pour comprendre cette situation, faisons la genèse des faits.

Lors du match de quart de finale ayant opposé le RCK au RCB, joué le 4 juillet dernier à Koudougou et gagné par le RCK, l’adversaire bobolais fait une évocation mettant en cause la date de naissance du joueur San Apollinaire Coulibaly du RCK. Ce footballeur, né exactement en 1984 (selon ses parents), a évolué en 2002 avec les cadets du RCB avec des papiers attestant qu’il est né en 1986. Recruté dans un quartier de Sya par le Rail club, il se fait établir une licence à partir d’un acte de naissance sur lequel il est né en 1988.

L’évocation du club bobolais a été jugée non recevable par la Ligue nationale de football en charge d’organiser la coupe du Faso, car le délai de 48 heures pour appuyer la requête du payement de la somme de 50 000F était dépassé. Le reçu de payement est parvenu le 9 juillet, soit 96 h après.

Le RCB a fait appel de la décision auprès de la Fédération (logiquement démissionnaire), qui lui a donné raison le mardi 17 juillet, au cours d’une réunion tenue avec les différentes parties de 18h à 21h. Il est ressorti que des agents du ministère des Sports (Mory Sanou et David Koudougou) ont pris part à la résolution de ce litige sous l’égide du SG de la Fédé chargé d’expédier les affaires courantes. A quel titre ? Nous ne le savons guère. C’est d’ailleurs la légitimité de cette commission qui est décriée.

Toujours est-il que le président du RCK, Amado Traoré, lors d’une conférence de presse expresse tenue hier à 10 h a affirmé que certains participants à la rencontre d’homologation de ce match l’ont appelé pour lui signifier qu’ils ont été contraints de prendre cette décision.

Dans le milieu du RCK, on susurre que le ministère des Sports voulait qu’il y ait coûte que coûte un club bobolais dans le carré d’as. Donc le RCK était le club à abattre. Ne reconnaissant pas la décision de l’appel, le RCK s’est présenté sur le terrain pour faire valoir son acquis ; le RCB aussi.

D’autre part, le président Amado Traoré du RCK a laissé entendre que si son équipe devrait perdre le match de la sorte, tous les dirigeants du RCK qui sont dans les instances nationales de football allaient se retirer. Certains supporters survoltés tenaient des propos injurieux à l’encontre du ministère des Sports et du SG intérimaire de la Fédé. Ils ont surtout crié le régionalisme en faveur de Bobo dans cette affaire.

Amado Traoré a, entre autres, fait remarquer que 99,99% des joueurs burkinabè ont un âge truqué. Dirigeant de club depuis lors, il sait sans aucun doute de quoi il parle. En tout cas, il estime que les clubs de Bobo n’ont pas besoin de ça. Il s’est même dit prêt à recourir à la justice pour trancher l’affaire.

En attendant, le 2e match de quart de finale n’a pas eu lieu. Il été suspendu par le commissaire de la rencontre, Joseph Marie Ouédraogo, de concert avec le trio arbitral. Du même coup, l’US Yatenga a refusé de signer la feuille de match et veut considérer le match comme gagné. Le RCB aussi se plaint de son côté, car les joueurs ont été appelés d’urgence pour venir à Ouaga. Ils ont quitté Bobo le mercredi à 2 heures du matin pour arriver à 5 heures. Tout est compliqué.

Sur place, nous avons tenté de joindre le SG de la Fédé pour savoir ce qui allait se passer, mais son portable était fermé. Bien malin qui saura trouver un dénouement à cette affaire.

Aux dernières nouvelles, on apprend que le ministère des Sports et des Loisirs a rencontré hier dans la soirée, le RCB et le RCK pour essayer de faire baisser la tension.

Kader Traoré

L’Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés