Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Fédération burkinabè de football : L’heure n’est pas à la démission

Accueil > Actualités > Sport • • mercredi 20 juin 2007 à 07h04min

Seydou Diakité

Le bureau exécutif de la Fédération burkinabè de football (FBF) a donné le mardi 19 juin 2007, une conférence de presse au centre technique national. Au menu des échanges présidés par le président de la FBF, Seydou Diakité, il a été question de l’élimination du Burkina de la CAN Ghana 2008 et des commentaires sur la somme reçue par la FBF pour le match face au Mozambique à Maputo.

Du beau monde, il y en avait en cette matinée du mardi 19 juin au centre technique national. La raison est que le bureau exécutif de la FBF a décidé de rencontrer la presse 48 heures après la défaite des Etalons devant les Taïfas star de la Tanzanie synonyme d’élimination de la CAN 2008. En plantant le décor, le président de la FBF, Seydou Diakité a avoué que beaucoup de choses n’ont pas été parfaites, parce que dès sa réélection en 2004, l’un des objectifs du bureau exécutif était la qualification du Burkina à cette CAN. Mais malheureusement, relève le président Seydou Diakité, "pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous ne serons pas présents au Ghana".

Ainsi, au regard de tout ce qui a été dit, le bureau exécutif de la FBF a alors jugé utile, de rencontrer la presse pour faire la lumière sur certains faits et sur leurs comportements qui n’ont pas toujours été positifs. La volonté de la FBF était de se qualifier pour la CAN, a indiqué le président Seydou Diakité et en la matière, les uns et les autres se posent la question de savoir si le bureau de la FBF doit poursuivre son oeuvre ou démissionner. Sur cet aspect, le président de la FBF a tenu à souligner que sur l’ensemble des objectifs de son bureau, des choses ont été faites et d’autres restent à faire, avant d’indiquer qu’ils n’ont pas l’intention de s’imposer.

Mais dans toute chose dit-il, il faut de la manière. C’est dans ce sens que la FBF va convoquer le samedi 23 juin 2007, une assemblée générale extraordinaire avec les présidents des clubs, des districts, des ligues, parce que ce sont ces derniers qui ont élu le bureau exécutif sur la base d’un programme.

Il s’agira à cette occasion, de faire une analyse introspective et prendre une décision sage. Il sera question de savoir si le chemin parcouru est bon ou pas. On note ainsi au titre des acquis de la FBF, la réalisation d’infrastructures telles que le centre technique national, la formation des formateurs par la direction technique nationale, la qualification des Etalons cadets et juniors aux CAN de leur catégorie, la poursuite de la formation à la base, avec le centre de formation de la FBF à Bobo Dioualasso.

A la FBF, le constat est que tout ce qui a été fait n’est pas mauvais et le président Seydou Diakité de confier à la presse, "nous ne sommes pas accrochés à quoi que ce soit et si nous devons partir, nous allons le faire mais avec la manière". Le débat n’est donc pas à la démission, même si selon Seydou Diakité, il y a des gens qui travaillent à appeler le public à déstabiliser la fédération. Il a tenu à préciser que cela ne va pas les empêcher de poursuivre leur travail et d’aller jusqu’au bout.

La FBF a reçu 44 millions de F CFA sur 171 débloqués

Une situation qui a contribué à créer un climat délétère et n’a pas favorisé une ambiance sereine avant le match Burkina#Tanzanie du 16 juin a été le sujet sur l’utilisation des fonds, concernant le voyage de Maputo pour le match contre le Mozambique. Il avait été dit dans la presse que ce voyage a coûté 176 millions de F CFA et cette somme avait été mise à la disposition de la FBF.

Cela a occasionné une rencontre d’explication entre le ministère des Sports et des Loisirs et la FBF, et les confrontations ont fait ressortir que c’est 44 millions de F CFA qui ont été mis à la disposition de la fédération sur un budget arrêté d’accord partie à 98 millions de F CFA. La FBF a donc utilisé les 44 millions de F CFA pour assurer le séjour à Paris, à Harare (match amical), couvrir les charges à Maputo et le retour dans le sens inverse et cela a été justifié. Le ministère devait donc exécuter les 54 millions de F CFA.

De grosses interrogations ont alors plané dans l’esprit des uns et des autres, afin de savoir comment le budget arrêté d’accord partie à 98 millions F CFA est passé à 171 millions de F CFA. Maiintenant, il s’agit de savoir et d’éclairer la lanterne des uns et des autres sur ce à quoi a servi la différence entre les 44 millions de F CFA reçus par la FBF et les 171 millions de F CFA qui constituent le coût du séjour au Mozambique. Le président de la FBF, Seydou Diakité a indiqué qu’ils n’ont pas dépensé 98 millions de CFA, 171 millions de F CFA ou 176 millions de F CFA mais plutôt 44 millions de F CFA.

Il confiera, "je suis respectueux des institutions de mon pays et il ne m’appartient pas d’apporter un jugement de valeur sur ce que fait l’autorité. La FBF est sous la tutelle du ministère et je ne le juge pas mais je suis tenu de donner des explications sur les actes que je pose en tant que président de la fédération. "Le bureau exécutif de la FBF a tenu également à réagir sur le communiqué du ministère des Sports et des Loisirs félicitant le public sportif pour son esprit patriotique, alors que des actes de vandalisme ont été posés par des supporters.

Le cas Saboteur a été abordé au cours des échanges. Sur les 50 millions réclamés par l’ex-entraîneur des Etalons, la FBF a fait savoir que les clauses du contrat sont claires et qu’il y a été prévu que si le climat ne permettait pas une bonne collaboration, l’une des parties pouvait demander la mise à terme de ce contrat.

Dans la situation actuelle, c’est la FBF qui a décidé de rompre avec l’intéressé et lui devait en tout et pour tout, la somme de 4,5 millions F CFA. C’est le jeudi 14 juin dernier que le ministère des Sports et des Loisirs a remis à la FBF le chèque et Saboteur n’a pris que 2,5 millions de F CFA, refusant les 2 millions, en faisant savoir qu’il y a des dommages qui doivent lui être payés.

S’agissant toujours de Saboteur, il a été mis à sa disposition un véhicule de fonction qui était celui de son prédécesseur comme le prévoit le contrat. Il a refusé, parce qu’il lui aurait été dit que le ministère a prévu un véhicule neuf. Ainsi, il a conservé son véhicule dès sa prise de fonction et c’est en avril dernier, que Saboteur a adressé une lettre au président de la FBF afin que lui soit remboursé une somme de 25 mille F CFA par jour depuis juillet 2006 comme étant les frais de location de son véhicule.

Le président Seydou Diakité a également fait savoir par rapport aux questions des journalistes, qu’au lendemain de la victoire du Burkina face au Sénégal, Saboteur a écrit pour demander une augmentation de salaire, afin d’être traité comme son prédécesseur. Ce que la FBF a refusé en s’en tenant aux clauses du contrat. Au sujet des arriérés de salaires des entraîneurs qui revenaient à 52 millions de F CFA et payés par le ministère, la FBF a relevé que cela constitue des arriérés jusqu’au 31 décembre 2006.

Mais après, il y a des entraîneurs qui sont toujours en activité depuis janvier 2007. Pour le président de la FBF, Seydou Diakité, il y a des amalgames qui portent souvent préjudice et cela mine les actions qui sont entreprises. Il faut donc beaucoup plus de rapprochement, de concertation pour pouvoir avancer. Du côté de la FBF, on pense que tout ce qui devait être humainement fait a été fait mais tous les facteurs devant concourir à la réussite n’étaient pas réunis, et "nous n’avions pas toutes les bénédictions", a conclu S. Diakité.

Par Antoine BATTIONO

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 20 juin 2007 à 18:52 En réponse à : > Fédération burkinabè de football : L’heure n’est pas à la démission

    Bien que Diakite rime avec dignite, ce monsieur ne semble pas du tout en avoir le moindre sens. En plus de manquer de dignite donc, il se fout de notre gueule. Il semble faire partir de ceux qui donne du temps au temps pour recolter les fruits de l’oibli a leur avantages. Je suis tellement fache de ces/ses sornettes indigne d’un homme que je croyais vertueux. Il faut de la maniere pour demissionner ? Oui c’est vrai, il te faut resoudre tous les cas de surfacturation et de fausses factures dont la federation s’est faite reine. Oui il faut cacher les traces de vos malsaines, ehonteees et criminelle malversations. Si c’est ca la maniere, je te comprends. Pourquoi veux tu banaliser ainsi la peine du peuple que ta mal gouvernance a contribuer a fletrir l’ame. Comment peux-tu etre si inhumain. J’etouffe de serieusement a lire ces sornettes indinge d’un roturier sans abri. Veux tu encore que je te considere ? Tant que tu seras la-bas, avec l’objectif de nous voir mourir physiquement en plus de la mort dans l’ame, tu sera identifie comme ce monsieur apatride, lache louche, insouciant, inconcient, et tous les autres negativites. Tu me rends malade monsieur, Fous le camps. Oui FOUS NOUS LE CAMPS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés