Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Election du président de l’Assemblée nationale : Roch Marc Christian Kaboré écrase Norbert Tiendrébéogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections législatives 2007 • • mardi 5 juin 2007 à 07h47min

Norbert Tiendrébéogo

Les nouveaux députés de la 4e législature ont été officiellement installés dans leur fonction. La cérémonie a eu lieu toute la matinée d’hier 4 juin 2007 à l’Assemblée nationale, et a été marquée par la validation des mandats et l’élection du nouveau président du Parlement, en la personne de Roch Marc Christian Kaboré, président sortant.

La 4e législature de la 4e république est en marche depuis hier 4 juin avec l’installation, dans leur fonction, des nouveaux députés issus des élections législatives du 6 mai 2007. La cérémonie d’installation, qui a duré toute la matinée, a commencé par une adresse du président sortant de l’Assemblée nationale, Roch Marc Christian Kaboré. Il a souhaité la bienvenue et une riche carrière de député aux nouveaux pensionnaires de l’hémicycle, et rappelé les articles de base régissant le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Conformément aux dits articles, le président sortant a cédé sa place à un bureau d’âge composé de 3 membres (le député le plus âgé et les 2 plus jeunes députés) chargé de valider les mandats des députés et de superviser l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale.

Au regard de la configuration de hémicycle, le roi du Gulmu (Adiouma Idrissa Thiombiano) s’est retrouvé dans le bureau au titre du député le plus âgé, en compagnie des 2 plus jeunes députés qui sont Drissa Sanogo, élu dans la Kénédougou sous la bannière du PAI, et Bénilde Laounikoun Somda, élu dans le Ioba sous la bannière de l’UDPS. C’est ce bureau, avec comme président de séance le roi du Gulmu, et les 2 autres comme secrétaires, qui a validé les mandats des 110 députés présents (Palguim Sambaré, élu dans le Boulgou sous la bannière du CFD-B, était le seul absent du jour).

C’est également ce bureau qui a supervisé l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale pour laquelle Roch Marc Christian Kaboré du CDP, président sortant, et Norbert Michel Tiendrébéogo de l’UPS étaient candidats. Au terme d’un vote à bulletins secrets, c’est Roch Marc Christian Kaboré qui a été élu avec 90 voix favorables, contre 13 à Norbert Michel Tiendrébéogo (il y a eu 7 bulletins nuls).

Après avoir été président de l’Assemblée nationale de 2002 à 2007, Roch Marc Christian Kaboré se succède a lui-même et occupe à nouveau le perchoir pour, en principe, 5 ans. C’est une première depuis 1992, date de la première législature, car, jusque-là, aucun président de l’Assemblée nationale n’a effectué 2 mandats successifs.

Dans son adresse de nouveau président de l’Assemblée nationale, Roch Marc Christian Kaboré a remercié les nouveaux députés pour la confiance et l’honneur qu’ils lui ont faits. Très rapidement, il a suggéré la mise en place d’une commission ad hoc de 22 membres comportant tous les partis représentés à l’Assemblée qui va plancher, dans un délai maximum de 2 semaines, sur le nouveau règlement intérieur de l’institution.


Les premiers mots du nouveau président

Le tout nouveau président de l’Assemblée nationale, Roch Marc Christian Kaboré, s’est confié à la presse après la cérémonie. Voici ce qu’il a dit sur des sujets comme le Code électoral, le nouveau règlement intérieur, les enjeux de la nouvelle législature, etc.

"C’est avec beaucoup d’émotion et de fierté que j’ai accepté la mission que mes collègues ont bien voulu me confier. Je pense que la représentation nationale tâchera de remplir au mieux ses missions et être à la hauteur des attentes du peuple.

Nous avons près d’une dizaine de partis représentés à l’Assemblée nationale, et le CDP a un score important, mais le score n’est pas l’essentiel.

Je pense que c’est la qualité des débats à mener qui fera avancer la démocratie. D’ores et déjà, une des préoccupations de ce parlement sera le Code électoral. Je laisse la tâche d’élaboration du règlement intérieur à l’ensemble des députés. On a proposé une commission spéciale qui regroupe toutes les tendances de ce parlement. Il appartient aux députés qui ont soit déjà siéger, soit qui arrivent nouvellement de voir quelles sont les nouvelles idées que nous pouvons mettre en oeuvre. Je pense que lors de notre prochaine plénière, nous aurons l’occasion de voir les modifications éventuelles à apporter au règlement si besoin en était.

Je crois que les enjeux n’ont pas changé. Pour nous, il s’agit de faire en sorte que l’ancrage démocratique soit consolidé, que chaque opinion qui s’exprime dans notre pays puisse jouer son rôle au niveau du Parlement. L’essentiel est qu’au cours de nos plénières, la majorité comme l’opposition s’exprime, donne son point de vue. La mission que nous avons également est de renforcer le contrôle de l’action gouvernementale."

Propos recueillis par S.D.


De nouveaux députés s’expriment

A la faveur de la pause intervenue lors de la cérémonie, nous avons tendu notre micro à de tout nouveaux députés.

1 - Louis Armand Ouali, RDB

"Mon sentiment est celui de quelqu’un qui a parcouru un chemin long et difficile. La trilogie des étudiants des années 70-80 disait qu’il fallait un cadre techniquement compétent, politiquement conscient et intégré aux masses. Par rapport à l’expression "techniquement compétent", il revient à mes présents supérieurs hiérarchiques d’en juger. Sur le "politiquement conscient", je crois avoir fait ma part. Je suis donc animé d’un sentiment de satisfaction et de légère inquiétude tout de même, parce qu’aujourd’hui, plus que jamais, il faudra prouver que ceux qui nous ont fait confiance en nous élisant ne se sont pas trompés. Nous allons travailler à ce que le rôle et la mission du député soient positivement perçus par les populations. Vous conviendrez avec moi que 7 milliards pour organiser des élections sont beaucoup pour un pays pauvre. Il nous revient d’apporter la preuve que cela n’a pas été inutile."

2 - Arba Diallo, PDS

"Nous sommes des bleus de cette Assemblée mais nous sommes venus avec la ferme détermination de jouer entièrement notre rôle de mandatés. La lutte continue."

3 - Michel Nana, ADF-RDA

"La journée est joyeuse, tout le monde est content après un travail abattu. Les uns et les autres se retrouvent. Nous ne pouvons que remercier ceux qui nous ont élus. A notre tour, nous ferions de notre mieux pour répondre à leurs attentes."

4 - Bénilde Laounikoun Somda, UDPS

"C’est une fierté pour moi parce que le peuple m’a fait confiance. On est aujourd’hui à l’hémicycle pour défendre les intérêts du peuple. ça me fait plaisir de découvrir de nouveaux visages."

5 - Mme Edwige Nikièma née Bessin, UNIR/MS

"Je remercie le Seigneur de m’avoir donné le courage et la volonté de faire le travail qu’on me demande avec la population qui m’a élue. A l’Assemblée, je ne ferai que défendre les intérêts de toute la population car je ne suis pas élue seulement comme député du parti mais député de toute la nation."

6 - Mme Zénabo Drabo née Ouédraogo, CDP

"C’est un sentiment de joie, de fierté. Principalement, je voudrais remercier les électeurs du Sanmatenga qui m’ont fait confiance et demandé également que je siège. Je les rassure que c’est chose faite parce que je vais siéger.

J’étais élue locale, maintenant je suis élue nationale. C’est une évolution dans mon parcours politique, car j’étais d’abord à la base et je suis montée. Je rends grâce à Dieu et je remercie ceux qui m’ont propulsée jusqu’à ce niveau. Je dirai aussi que c’est un défi parce que les tâches sont innombrables. C’est vrai que les députés sont là d’abord pour voter les lois, consentir l’impôt, contrôler l’action de l’exécutif, mais il y a aussi le terrain. Les populations ont une autre compréhension de l’élu.

Petit à petit, il va falloir leur faire comprendre le rôle de l’élu. En marge de cela, nous restons militants de nos partis. Cela veut dire qu’il faut rassembler davantage les militants à la base, travailler avec eux pour avoir leur confiance parce que la prochaine élection se prépare dès à présent. Il ne faut donc pas rompre les ponts avec les militants."


Les plus âgés et les plus jeunes députés

1 - Les 3 doyens :
- Adiouma Idrissa Thiombiano : élu ADF-RDA du Gourma, né le 15 août 1935 à Fada, administrateur des services financiers à la retraite
- Arba Hama Diallo : élu PDS du Séno, né le 23 mars 1939 à Dori, maire de Dori et diplomate retraité
- Salfo Théodore Ouédraogo : élu PDP/PS du Sanmatenga, né le 9 septembre 1941 à Boussouma, fonctionnaire à la retraite

2 - Les 3 plus jeunes :
- Drissa Sanogo : élu PAI du Kénédougou, né le 30 juin 1976 à N’Dorola, comptable
- Bénilde Laounikoun Somda : élu UDPS du Ioba, né le 10 novembre 1976 à Dalgan, comptable
- Saïdou Kaboré : élu UPR du Kouritenga, né le 31 décembre 1972 à Andemtenga, assistant de développement communautaire.

Source : Liste des députés de la 4e législature par province, par parti et par profession.

Propos recueillis par S.D.

Le Pays

P.-S.

Lire aussi :
Elections législatives 2007

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés