Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Banques suisses : Où est passé le milliard de Maurice Yaméogo ?

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 30 mai 2007 à 08h30min

Maurice Yaméogo

« Si vous le souhaitez, je vais vous donner un scoop. C’est la première fois que je parle de cela à la presse », a commencé Me Hermann Yaméogo, son cousin Noèl toujours pendu à ses basques.

L’affaire, selon notre interlocuteur, commence par une visite de Maurice Yaméogo aux Etats-Unis d’Amérique sous la présidence de Lyndon Baines Johnson (1963-1969). Informés du projet de voyage du chef de l’Etat de la Haute-Volta, Félix Houphouèt-Boigny de la Côte d’Ivoire et Amani Diori du Niger en profitent glisser dans les valises du président voltaïque des « mots » dans lesquels ils sollicitent un soutien financier de leur homologue américain.

De retour, bingo ! Maurice descend avec trois milliards de francs CFA dont un pour lui, et les deux autres pour ses pairs ivoirien et nigérien.

« Sur conseil de Houphouèt », Maurice Yaméogo ouvre un compte privé dans une banque suisse, y place la totalité de son argent et prend la précaution de communiquer le numéro dudit compte à son fils aîné qui le consigne dans un de ses carnets. En 1965, le président fait un retrait de cent millions pour battre la campagne des législatives. 1965, c’est aussi l’année de ses secondes noces avec la métisse ivoiro-voltaïque Nathalie Adama Monaco.

Un an après, le président est destitué. Ses affaires sont pillées y compris les documents portant le numéro de son compte bancaire suisse. Présent au pays au moment du coup d’Etat de 1966, Hermann Yaméogo n’a pu retourner à Londres où il poursuivait ses études.

Le personnel de la représentation diplomatique de la Haute-Volta en Angleterre, avec Gérard Kango Ouédraogo comme ambassadeur, fait rapatrier les affaires du fils du désormais ex-homme fort du pays. Mais le carnet dans lequel était gardé le numéro du compte n’y est pas.

Or sans ce précieux sésame, impossible de retrouver une quelconque trace de la position du compte, crédité de neuf cents millions de francs CFA. « Nous avons tapé à toutes les portes, saisi des avocats, mais en vain. Même le président Blaise Compaoré en a été saisi, mais rien », nous explique, au bord de la résignation, Hermann Yaméogo. C’est sur ce pactole introuvable que la famille comptait prélever les fonds pour la réhabilitation du palais présidentiel de Koudougou.

Alain Saint Robespierre


La Villa Pax se meurt

En face de la cathédrale, au secteur 1 de Koudougou, une imposante bâtisse en R+1. Portes et fenêtres sont closes. Trônent dans la cour les bustes de George Washington et de John Fitzgerald Kennedy, respectivement premier et trente-cinquième présidents des Etats-Unis d’Amérique. Le début de moisissure au fond de la piscine envahie par des feuilles mortes indique que les lieux sont longtemps restés inoccupés.

Dans le garage au fond à droite, sont immobilisées, depuis de longues dates, deux grosses Mercedes du président Maurice Yaméogo. La 280 SE lui a été offerte par le gouvernement après le coup d’Etat de 1966, et la 350 SEL, par « l’ami et frère » Félix Houphouèt-Boigny. Toutes deux sont recouvertes par une épaisse couche de poussière. La « villa Pax » a perdu son prestige d’antan.

Construite en 1958, au moment où le futur président était membre du Conseil de gouvernement de feu Daniel Ouezzin-Coulibaly, la résidence sera baptisée en 1970, année de la sortie de prison de l’ancien homme fort du pays, « villa Pax », signe de tolérance envers « les bourreaux » d’hier. Aujourd’hui, elle sert de résidence secondaire à l’ex-première dame Jeannette Yaméogo (2e épouse) actuellement en France.

A. S.Robespierre

L’Observateur

Messages

  • Chers Compatriotes,
    Voilà, c’est la preuve que si ce "pactol" avait été investi au Burkina Faso, les vestiges y seraient encore.
    Si ce "pactol" avait servi à construire un dispensaire ou une école, collège ou lycée, ces investissements auraient été, de nos jours, profitables, certainemet, à notre pays, à nos enfants et petits enfants... Que ceux qui ont encore des yeux, voient, et ceux qui ont des oreilles entendent. Et je ne me cache pas pour évoquer ce désespoir et compatir à une telle situaton ubuesque. Au fait, quels sont les avocats qui ont été saisis ? 900 000 millions dans les années 63 valent combien en 2007 ? Me Kéré, Avocat au Barreau de Nancy, France.

    • Je suis d’avis avec vous Me Kéré. C’est simplement triste, et je me demande combien de nos francs sont placés dans ces banques à cette date.

    • Et ils continuent toujour à placé, vraiment triste frere.

    • On ne peut longtemps profiter de l’ignorance d’un peuple pour faire des deals sur son dos. Le Président feu Yaméogo a acquérir de L’argent des américain, en "dealer prévoyant", il pouvait investir la moitié au Faso et épargner l’autre où il voulait. Il a préféré tout garder et voilà ! Cet argent a servi certes à gonfler les capitaux européens et à générer des intérets pas possibles. Feu Yaméogo n’est que la partie visible de l’iceberg. Aujourd’hui nos présidents n’ont pas de firmes, ni de sociétés comme Carlos Slim ou Bill Gates, mais ont des milliards avec la complicité des occidentaux, qui trouvent leurs plaisir dans la misère africaine à cause de ces "dealers au col blanc". Le problème du palais de koudougou est qu’il n’appartient plus à Maurice, ni à sa famille, mais à la nation Burkinabè et les politiciens devraient s’atteler à le rehabiliter comme patrimoine national et arreter les mesquneries autour de ce problème. Maurice n’a pas fait que des "deals", il n’est pas plus dealers que d’autres, alors qu’on arrete de le diaboliser. Ajourd’hui, on parle d’écoles et de dispensaires ainsi que de bien d’autres choses pour le pays. Il y a des "keners" qui sont entrain de faire pire que Maurice et personne ne bronche.
      Je pense que Sarkosy, le président francais devrait exiger à ce que la France cesse, comme l’avait exigé l’homme, l’unique et le vrai Sankara, d’etre le lieu d’abri et de blanchissement de capitaux pour des torpilleurs de l’Afrique. On doit exiger de nos présidents, à ce qu’ils nous remboursent ce qu’ils prennent nous illicitement. "Ya yan wari diooo" comme le clame Tiken. Aujourd’hui Bongo et son voisin Sassou sont dans la merde et cela devrait servir de lecon pour les "dealers" et qu’on arrete de nous faire croire que les occidentaux sont la base de nos blèmes. Les prédateurs des africains sont les africains eux memes et cela est bien dommage.
      Approchez nos présidents, ils vous diront que la traite négrière est la principale source de nos maux actuels et ils oublient de se citer comme fléaux pour l’Afrique. A l’ecole, on martèle dans le crane de nos pauvres enfants que le diable est venu ou vient d’ailleurs, alors qu’il est là dans la maison, à table avec nous. Quand Kaddafi de la Libye se jouent le panafricainiste, je ris à en mourir. Ceux qui ont commencé avec la traite des noirs sont bel et bien les arabes, par la suite sont arrivés les occidentaux, qui ont intensifié le deal à leur profit balayant par la meme occasion toute concurrence, car il rapportait et eux, ils avaient les moyens matériels nécessaires et la logistique y afférente. Aujourd’hui, l’Europe est en consciente et devra payer. Depuis quand le chat joue les maitres coraniques au milieu des souris ? Les arabes doivent commencer à reconnaitre leur role dans le déroulement de ce commerce de la honte et les autres suivront.
      Nos pauvres pays sont devenus des firmes personnelles de quelques individus et ils ne font que traire impitoyablement.
      Qu’on arrete de diaboliser quelqu’un qui n’est plus des notres, il a fait ce qu’il pouvait, demandons plus á ce qui sont actuellement avec nous de bien faire et tout ira mieux. Si déjà, on peut arriver à l’aéroport avec 800 millions de nos francs en mallet pour prendre la clé des champs, on fait pire que Yaméogo, ou si 950 miliions de la croix rouge disparaissent comme par enchantement de nos jours, on fait peut etre mieux que Yaméogo, ou encore si un ministre prend l’argent du PDEB comme patrimoine honnetement acquis et est en liberté, ou encore si 02 milliards de l’Université s’évaporent sans raison aucune, on ne fait pas mieux que Yaméogo ! Il est bon de parler des autres quand on est pas soi-meme incriminé ! Des exemples de deals au Faso font légion, alors laissez Yaméogo sauvourer son repos éternel !Vous qui etes vivants, qu’avez vous fait de mieux !
      Pour clore, je dirai que la famille Yaméogo a le bon droit de demander à ce qu’il y ait rénovation et prise en compte de patrimoine, qui ne doit plus etre un lieu délaissé où les gens viennent "s’attraper dans le noir" ou encore un lieu où porcins et caprins rivalisent d’ardeur, mais un lieu qui vaut la peine d’etre valorisé. Notre beau père Ivoirien Houphouet Boigny a plus "dealer" que Yaméogo son contemporain, mais ce n’est pour autant que tout ce qu’il a réalisé, est entrain de s’écrouler ! Arretons de jouer de faux jeux et mettons nous à la recherche de la bonne voie pour la résolution de nos problémes.
      Quant au milliard, dont maitre Yaméogo, fils de Maurice Yaméogo fait allusion, je pense que tout est à prendre avec de longues pincettes ! Car l’homme meme en tant que politicien n’a jamais convaincu. Il joue à un jeu politique, qui défie meme la politique. Il a eu maintes fois sa chance à la primature, mais il a préféré laisser en plan les gens qui lui avaient donné sa confiance et il veut récupérer cette confiance par d’autres astuces. Moi, je reste sceptique, car si Hermann venait me dire qu’un serpent est mort et que c’est lui Hermann, qui l’a tué de ses propres mains, je préfère vérifier cela avec un baton à distance, sinon bonjour morsure fatale !
      Qu’il arrete de louer à ce jeu avec la mémoire de son auguste et honorable père, qui lui savoir assumer ses responsabilités politiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés