Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Fermeture de Planète champion : Du gâchis pour le Fasofoot

Accueil > Actualités > Sport • • jeudi 24 août 2006 à 07h00min

Blaise Compaoré et des pensionnaires du centre en 1998

Ouagadougou a abrité du 7 au 20 août le Tournoi international des centres de formation qui a été remporté par Feyenoord du Ghana. Le centre de formation Planète champion vainqueur de la 4ème édition était absent pour cause d’inactivité. Si la fermeture s’avérait définitve le foot national subira un grand préjudice.

Il se pose le problème de l’adaptation des structures de formation isolées aux exigences de la haute compétition.

Planète champion est né de la volonté du Français Philippe EZRY de former des jeunes footballeurs au Burkina et de les placer dans les clubs professionnels européens. Le centre recrutait à travers un test que subissaient les aspirants et ne sont retenus que les meilleurs. Ils étaient entièrement pris en charge pour les études à côté du football qui est la principale activité. C’est la première fois que le Burkina tentait une expérience de formation à la base, laquelle les plus hautes autorités ont apporté leur soutien.

Lors de la Coupe d’Afrique des nations qui s’est jouée en 1998 au Burkina, le président du Faso Blaise COMPAORE en compagnie d’anciennes gloires du football africain comme Joseph Antoine BELL, Abédi Ayew PELE,Roger MILLA... sont allés jouer un match d’exhibition avec ce qui était la première promotion de Planète champion.

L’ossature des Etalons cadets

Le centre s’est révélé au grand public à l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations des cadets en Guinée Conakry en 1999. La Fédération avait confié la préparation du groupe au duo Jacques YAMEOGO- Pihouri WEBONGA qui était par ailleurs l’encadrement technique de Planète Champion. S’appuyant sur les pensionnaires qu’ils connaissent bien, ils allaient constituer une équipe burkinabè qui allait surprendre toute l’Afrique par son football chatoyant et efficace.

Des nations de références dans la catégorie comme le Mali et le Cameroun sont tombées devant les Etalons. Ce n’est qu’en finale que le Burkina sera battu par le Ghana 3 buts à1. La saga des Etalons cadets allait se poursuivre avec la participation à la Coupe du monde en Nouvelle Zélande, une finale à la CAN 2001 aux Iles Seychelles perdue devant le Nigeria et surtout une troisième place à la coupe du monde à Trinité et Tobago.

Avec les contreperformences des seniors, les Etalons cadets étaient devenus le fleuron du foot burkinabè. Ils ont constitué l’ossature de l’équipe qui a représenté le Burkina à la CAN 2002 au Mali avec Jacques YAMEOGO et Pihouri WEBONGA à l’entraînement. En 2005 en Gambie, les Etalons cadets ont disputé le second tour de la CAN. Planète champion est resté le plus grand pourvoyeur de joueurs au onze national des moins de 17 ans. Comment une structure qui produit des éléments capables de rivaliser avec les meilleurs mondiaux connaît une triste fin comme celle qui se déssine pour Planète champion ?

Une mauvaise politique de placement

Les joueurs de Planète champion comme les autres ont souffert du manque de compétitions des jeunes. Ils n’avaient pas le vécu nécessaire pour intégrer les grandes écuries qui étaient l’objectif de ses responsables. Malheureusement, ces derniers ne semblent pas l’avoir compris tôt. Ils ont persisté à envoyer leurs pensionnaires pour des tests dans des clubs de haut niveau, ce qui conduisait automatiquement à l’échec.

Les joueurs de leur âge qui sont dans les centres de formation sont issus de sélection rigoureuse, certains ont commencé leur formation dès l’âge de poussin (8 à 9 ans). La meilleure stratégie était de les placer dans des clubs d’assez bas niveau qui équivalent à peu-près à celui du Burkina. L’avantage est de les permettre de compléter leur formation..

De toutes les façons, un joueur talentueux quel que soit le club dans lequel il évolue, finit par se faire découvrir. Zinédine ZIDANE est issu du petit club de l’AS Cannes. Son talent a fait de lui ce qu’on sait. Beaucoup de stars du football notamment brésiliennes ont commencé dans des clubs totalement inconnus avant de se révéler. Ce n’est pas mauvais de placer un joueur dans un club modeste. En choisissant la politique des gros sous, les responsables de Planète champion ont contribué à sa mise à mort.

A ce jour, excepté Lamine TRAORE qui a pu intégrer le club belge de Anderlecht après la coupe du monde 1999 en Nouvelle Zélande, aucun joueur de Planète champion n’a réussi dans une grande écurie européenne. Les autres sont dans des clubs modestes comme Lokeren( Belgique), Niort (France), FC Cologne(Allemagne) et FC Shériff (Moldavie), etc.
Ils ont donc fini là où ils auraient dû commencer afin de favoriser leur progression.

Par Ahmed NAZE

L’Opinion

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés