Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Statues géantes : Plus de deux tonnes de bronze pour Castellon

Accueil > Actualités > Culture • • mardi 25 juillet 2006 à 07h48min

L’artiste burkinabé, Jean-Luc Bambara, a procédé, le vendredi 21 juillet 2006, à la présentation d’une œuvre composée de quatre statues géantes en bronze, destinées à la ville de Castellon de la Plana en Espagne.

La cérémonie qui a eu pour cadre son atelier sis au secteur 29 (zone I de Ouagadougou), a été présidée par le secrétaire général du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Désiré Conombo. Il avait à ses côtés le consul honoraire d’Espagne au Burkina Faso, Ziad Azar, et l’épouse du président de l’Assemblée nationale, Sika Kaboré.

L’œuvre présentées au public vendredi dernier s’intitule « Ambiance facile ». Elle a été entièrement réalisée en bronze patiné, à partir de la technique de la cire perdue. L’ouvrage représente quatre musiciens, à savoir : un joueur de balafon, un joueur de kora, un joueur de djembé et un joueur de kundé.

La taille de ces musiciens varie entre 1,85 m (debout) et 1 m (assis). Chaque statue pèse environ 600 kg, soit un total d’environ 2,5 tonnes. L’œuvre de monsieur Bambara s’inspire des scènes de la vie, des réjouissances populaires au Burkina Faso. Elle est réalisée dans un style propre à l’artiste. L’œuvre ira orner la place « Maria Augustina », lieu phare de rencontre au cœur de Castellon de la Plana.

L’art ne connaît pas de frontières

Pour le consul honoraire d’Espagne au Burkina, M. Ziad Azar, la cérémonie de vendredi dernier est symbolique à plus d’un titre. Elle témoigne des bonnes relations existant entre le Burkina Faso et l’Espagne, mais aussi de l’universalité de l’art. Les bons artistes africains, a-t-il dit, auront toujours une place et sur les espaces publics des villes européennes et dans le cœur des hommes de culture européens.

L’artiste a décroché son marché en participant à une compétition ouverte, avec des artistes espagnols. Depuis 1999, il fréquente l’Espagne pour des expositions. Il a eu le temps, en fin artiste, de découvrir le goût des Espagnols en matière artistique. Son talent a donc fait le reste, selon monsieur Azar. A son avis, ce sont des artistes comme Jean-Luc Bambara, qui en témoignant de la diversité culturelle aideront l’humanité à éviter la monotonie qui la guette, du fait de la standardisation.

Il a appelé les bonnes volontés à appuyer et à soutenir la coopération qui permet la rencontre vraie entre les hommes, sans distinction de leur culture, à identifier là où se trouve le talent qui fait honneur à l’humanité.

Un ambassadeur de haute carrure

Avec Jean-Luc Bambara, le Burkina Faso, a dit le consul honoraire d’Espagne, a des raisons d’être fier de quelqu’un qui porte haut et loin son honneur, grâce à son talent. Monsieur Bambara est en effet un spécialiste de la sculpture sur Pierre, bois, bronze et autres matériaux. Il a pris une part active à des symposiums, à des expositions personnelles et collectives en Afrique comme en Europe.

Au plan des collections publiques, ses œuvres peuvent se voir au musée national de Ouagadougou, au musée de Manéga, dans plusieurs églises du pays, au site de granit sculpté de Laongo, dans le hall de la Banque internationale du Burkina (BIB), sur la devanture de la Banque agricole et commerciale du Burkina (BACB), sur la place dédiée à l’Afrique à Ladenburg en république fédérale d’Allemagne...

Chevalier de l’Ordre du mérite des Arts, des Lettres et de la Communication ; chevalier de l’Ordre du mérite du Développement rural..., l’artiste Jean-Luc Bambara est aujourd’hui une valeur sûre de notre culture, un ambassadeur de luxe sur qui nous pouvons fonder nos espoirs.

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Le slam burkinabè s’exporte avec Modibo Sangaré
FESPACO 2019 : La Chine offre 16 millions de francs CFA et 60 tablettes au comité d’organisation
Poésie : La marquisante au maquisard
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés