Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Etalons : Bernard Simondi remercié pour abandon de poste

Accueil > Actualités > Sport • • lundi 19 juin 2006 à 06h38min

Bernard Simondi

Le Français Bernard Simondi n’est plus l’entraîneur des Etalons seniors de football, et ce depuis le 30 mai dernier, date de la résiliation de son contrat par la Fédération burkinabè de football (FBF), son employeur. Selon le communiqué de presse de la FBF, cela fait suite à un abandon de poste depuis le 12 mai 2006 par le technicien français.

En effet, depuis cette date, la FBF a constaté que Bernard Simondi n’était plus au Burkina. Il avait rejoint sa France natale pour, dit-on, des soins, mais sans prévenir ses employeurs. Du côté de la FBF, on n’avait aucune nouvelle du coach, et après de multiples tentatives, l’homme restait injoignable. Bernard Simondi était porté disparu, jusqu’à ce qu’on apprenne qu’il avait fait parvenir à Ouagadougou un certificat médical lui autorisant un repos. Mais là encore, il ne donnait pas signe de vie. Entre-temps, la FBF lui a envoyé une note où il était question de la résiliation de son contrat, afin qu’il puisse réagir.

Bernard Simondi a réagi en signant un contrat comme entraîneur adjoint de l’équipe française d’Ajaccio, descendue en fin de saison en ligue 2. C’est sans doute ce qui a conduit la FBF à annoncer officiellement, le vendredi 16 juin, la fin du contrat du Français, qui a préparé un autre type de réaction. Il faut rappeler que Bernard Simondi avait signé un contrat avec la FBF le 1er janvier 2005 qui a été renouvelé d’accord parties le 1er novembre de la même année pour une durée allant jusqu’au 31 octobre 2007.

Le communiqué de presse révèle également que la FBF, depuis le résiliation du contrat de Simondi, s’attelle au recrutement d’un nouvel entraîneur, qui sera le 4e sous l’ère Seydou Diakité, depuis 2002. Pour l’instant, il est difficile d’avancer des noms, et seul le président de la FBF, Seydou Diakité, absent du pays, serait en mesure de nous situer.

En effet, Seydou Diakité, en tant que membre de la commission des associations nationales de la FIFA, est en Allemagne où il supervise 5 matchs du mondial, du 10 au 22 juin. D’ici la fin du mois de juin, les Etalons seront certainement situés sur l’identité de la personne qui les conduira pour les éliminatoires de la CAN 2008.

A.B

Le Pays

Messages

  • Pourquoi ne pas penser a un entraineur Burkinabe ? Quelqu’un comme Saboteur ferait bien sur l’affaire. Malheureusment au Burkina, on ne reconnait jamais la valeur des locaux. Lui, c’est un patriote, et ne coutera certainement pas aussi cher qu’un expatrie. D’ailleur il deja fait ses preuves et pouvait faire plus, n’eut ete toujours les intrigues infinissables et fossoyeuses (1996 !!!) du sport national. On espere que la Federation saura depasser les erreurs passees.

  • Et voilà encore nos Etalons sans entraîneur ; ce n’est d’ailleurs pas la première fois que nous nous retrouvons dans cette situation inconfortable.
    Nos dirigeants de football devraient maintenant comprendre que l’on peut se passer des services des entraineurs étrangers.
    Pourquoi ne pas se tourner vers les entraineurs nationaux qui d’ailleurs ne manquent pas. Eux au moins auront ont un sens du patriotisme et donnerons tout d’eux meme pour faire des Etalons une vraie équipe de football.
    Cessons donc de nous faire rouler tout le temps !

  • Quand est-ce que les dirigeants du football africain vont enfin apprendre et retenir que "nous sommes désormais nos propres entraîneurs ?". On dilapides nos maigres sous gagnés à sueur de nos laborieux paysans et autres commerçants, pour payer des individus souvent peu scrupuleux, en manque de reconnaissance chez eux et surtout en quête de fric et de folklore et qui n’hésitent pas à déserter leur poste à la première occasion. Rien ne les y oblige sinon l’argent. Et dès qu’ils auront mieux ailleurs, ils nous donneront toujours des ruades asines à la manière de Bernard Simondi.
    Ce qui est plus dramatique est que nous n’avons pas l’air de tirer des leçons de tous ces déboires et de toutes ces harnaques. Je parie que le remplaçant de Bernard Simondi sera lui aussi un occidental. Or, mis à part l’expérience de Philippe Troussier avec lequel les Etalons sont allés jusqu’en demi finale de la CAN, je crois ne pas me tromper si j’affirme que nos chers représentants n’ont plus atteint le niveau qu’ils ont eu avec notre Saboteur national.
    Avec le football que les représentants africains au mondial de l’Allemagne produisent, nous ne pouvons plus nous permettre de douter de nos capacités à nous gérer, y compris à nous coatcher nous-mêmes. Quand on pense que le Burkina a pu battre le Ghana ... Cela signifie que nous aurions pu y être nous aussi et que nous aurions battu, pourquoi pas, la République Tchèque... Certes, tout cela n’est que suputation, je le reconnais mais en tout cas, tant que nous ne ferons pas confiance en nos valeurs propres, notre football et aussi nos économies et notre développement resteront toujours soumis aux caprices des Occidentaux. Il ne faut donc pas s’étonner que le réveil de l’Afrique ne soit pas pour demain...
    Par François, un Burkinabé qui aime le football et les Etalons.
    Qui aime l’Afrique, qui croit et espère en elle et en ses dirigeants...
    Si cette réflexion peut servir - je suis sûr que je ne suis pas le seul à l’émettre - c’est tant mieux.

  • C ’est dommage pour le football burkinabè de se faire "lacher" de la sorte. N’ ayant pas tous les éléments pour analyser afin de comprendre le comportement de Mr Simondi, je me pose tout de même ces questions : Pourquoi les sélections africaines ont très souvent des problèmes avec les entraîneurs "Européens" à l’image de la sélection Togolaise par exemple ? Sans nationalisme aucun, pourquoi ne pas faire confiance à des coaches africains ? Sont-ils incapables même s’ ils ont les mêmes diplômes et ou formations que leurs collègues "blancs" ? On se souvient De Drissa Traoré dit "Saboteur" qui a qualifié pour la première fois de son histoire les Etalons à une phase finale de CAN. Stephen Keshi a qualifié les Togolais pour la première fois de leur histoire au Mondial et on se demande toujours pourquoi il a été évincé. Les exemples foisonnent et cela m’ amène à me dire que le manque de sérieux de nos instances dirigeantes y est pour beaucoup.

    • moi je dis que nos equiques doivent être entrainer par des africains un point un trait car le blanc ou l’europeen n’a pas plus de competence que l’africain. la preuve c’est que les meilleurs en sports que se soit en foot ou d’autres discipline sportives sont des noirs et je dis bien de africains.
      Faisons confiance en nos compatriotes et ils fairons du bon boulot
      Merci et vive l’afrique qui va de l’avant.

  • Franchement, nous commençons à avoir marre de cette situation "aussitôt arrivé, aussitôt parti". Il faudra un peu de respect envers nous même et pour notre sport en recrutant des entraîneurs respectables et respectueux.

    La solution serait de recruter un entraîneur national mais malheureusement, j’ai l’impression que les entraîneurs locaux ne font pas bonne recette auprès des pros africains qui évoluent en Europe. La raison est simple, ils se croient plus importants et plus savants que leur entraîneur et pensent qu’ils n’ont rien à apprendre de ce dernier. Conséquence, on se tiraille de tous les côtés et après c’est un échec collectif qu’on récolte. Donc, le problème ne situe pas seulement au niveau de nos dirigeants sportifs mais aussi au niveau des joueurs eux-mêmes. Si l’entraîneur angolais qui est un angolais (a moins que je ne me trompe) a pu former une équipe digne de ce nom, c’est que ses joueurs ne sont pas tous des super stars.

    La meilleure solution serait de recruter un entraîneur national qui travaillera avec les locaux et on appellera les pros qui veulent jouer pour leur pays et non venir augmenter leur côte de popularité alors que beaucoup d’entre eux ne jouent jamais dans leur club. Mais un monsieur comme Saboteur peut nous être bénéfique vu son bagage et il n’a rien à envier à nos joueurs.

    Pauvre Afrique, nous avons encore du chemin à faire pour conquérir le monde footballistique.

  • Tant que les dirigeants de la FBF n’auront pas compris que la valeur d’un entraîneur ne se limite pas à la couleur de la peau, les étalons continueront à galoper, à galoper, à galoper jusqu’à ce que mort s’en suive ! Mr le président de la FBF, voulez-vous la survie de nos braves étalons ? Je vous propose ma solution : négociez avec Drissa Traoré, notre saboteur national !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés