Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mercredi 25 janvier 2023 à 15h55min
Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou

Ouagadougou accueille, les 25 et 26 janvier 2023, la 3e session du comité de suivi régional (CdS-R) du programme PAPBio. La cérémonie d’ouverture de cette 3e session a été présidée, ce mercredi 25 janvier, par le représentant du ministre en charge de l’environnement, Barnabé Kaboré, directeur général des Eaux et forêts.

Au cours de cette session de deux jours (25 et 26 janvier 2023), les acteurs impliqués dans la gestion durable des aires protégées passeront en revue le programme PAPBio qui est mis en œuvre depuis 2018 dans les pays de la CEDEAO.

En somme, il sera question pour ces différents acteurs de la communauté d’examiner et de valider la mise en œuvre de ce programme, ainsi que les progrès réalisés à cet effet.

Dr Jacques Somda, chef de programme de l’UICN-Burkina Faso

Ce qui leur permettra, entre autres, selon le chef de programme de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Dr Jacques Somda, de renforcer l’adéquation entre les projets et les actions sur le terrain. Mais aussi, précise-t-il, de connaître les attentes réelles des populations en matière de conservation des ressources naturelles et de développement socio-économique au niveau de la région.

En ouvrant officiellement cette 3e session du comité de suivi régional, le représentant du ministre burkinabè en charge de l’environnement, le directeur général des Eaux et forêts Barnabé Kaboré, a rappelé la volonté du Burkina Faso de pérenniser l’ensemble de ses aires protégées. Ce, en consentant d’énormes efforts, en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers, ainsi que les communautés locales pour renforcer l’efficacité de la gestion et la qualité de la gouvernance de ces aires de conservation.

Les acteurs impliqués dans la gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest échangeant autour de la question

Du reste, la préservation de la biodiversité et des aires protégées reste un défi majeur, a-t-il poursuivi. « Car en plus des menaces traditionnelles connues, de nouvelles menaces se sont greffées, dont la crise sécuritaire compliquant ainsi les possibilités d’intervention des unités de gestion dans plusieurs aires protégées dans notre région », a regretté le directeur général des Eaux et forêts, tout en montrant que dans une telle situation, la coopération transfrontalière et la mutualisation des moyens et des intelligences pour la survie des aires protégées est importante. Et en la matière, le PAPBio, selon lui, devra apporter une démonstration de la contribution des aires protégées et de la biodiversité aux efforts de développement économique intégré dans la région.

Mise en œuvre d’environ 75% et consommation financière autour de 60%

Le programme PAPBio a été mis en place pour une durée de cinq ans (2018-2023). Mais à cause de certaines complications liées à la question sécuritaire et sanitaire, il a été prolongé jusqu’à 2024, ont souligné les organisateurs.

Bernabé Kaboré, représentant du ministre burkinabè en charge de l’environnement

En revenant sur le bilan enregistré depuis sa mise en œuvre, le coordonnateur du programme, Dr Alain Sanon, a parlé d’une mise en œuvre d’environ 75% et d’une consommation financière s’élevant autour de 60 %. PAPBio est un programme mis en œuvre dans les paysages transfrontaliers, notamment au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Niger, dit-il. « Au niveau du Burkina Faso, il y a le complexe Wap, le parc national de Pô, la réserve de Nazinga et la forêt classée de la Sissili. Au niveau de la Côte d’Ivoire, il y a le parc national de la Comoé et il y a aussi le Ghana et le Niger », a cité le coordonnateur.

Les acteurs immortalisant la 3e session du comité de suivi régional du programme PAPBio

Le programme PAPBio est financé par l’Union européenne. Selon les explications de son représentant à cette session, Patrick Houben, l’institution est partenaire de ce programme parce qu’elle s’intéresse à la préservation et à la gestion durable de la biodiversité. « Et c’est pourquoi, elle finance le programme depuis sa mise en œuvre en 2018 et qui doit se poursuivre jusqu’en 2024. Et c’est avec une grosse trentaine de milliards de FCFA repartie sur plusieurs pays de la sous-région à travers les politiques de nos partenaires que sont l’UEMOA et la CEDEAO », a souligné le représentant de l’Union européenne.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 janvier à 14:57, par Fretback En réponse à : Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou

    « Au niveau du Burkina Faso, il y a le complexe Wap, le parc national de Pô, la réserve de Nazinga et la forêt classée de la Sissili. " Ben voyons ! WAP, a bana, c’est un champ clos de djihadistes dans lequel tout ce qui bouge, vole, court, rampe est systématiquement massacré. Comme les Hommes, uniformes et civils - cils, c’est mieux, plus facile - pour les uns comme pour les autres combattants... La ’viande de brousse’, c’est nutritif pour pouvoir durer dans la brousse, deh ! Plus exporter le rentable (peaux, dents, os de félins, ivoire, dents) pour empocher et se réarmer ! Le commerce de la faune est, avec celui de la drogue et des ’migrants’ ce qui rapporte le plus aux fous d’Allah. Parc national de Pô ? Cela fait bientôt 40 ans que l’aire a été renommée ’PN Kaboré Tambi’, d’un garde-forestier ’officiellement’ abattu par des braconniers (la réalité étant hélas plus terre à terre et ’sentimentalement jalouse’, dira-t-on...). Mais le coordinateur ne le savait pas, comme c’est drôle... A part quelques éléphants venant de Nazinga et d’immenses brasiers vus de très loin via satellite, je ne sais trop ce qui y survit encore après tant d’années de non-gestion et de mal-gestion !? Même les barbus s’y étaient récemment installés avant d’en être laborieusement délogés, outre les brigands qui y sévissent depuis oulala... Nazinga et Sissili de feu Norbert ? Depuis la Covid, rien ne va plus (très bien) : plus de chasseurs pour l’un ; de moins en moins de gros animaux pour l’autre, vu le braconnage transfrontalier qui y a pris les positions peu à peu abandonnées par ceux qui devaient défendre l’entité... Encore un de ces projets pompeux sertis de perdiems et d’envolées oniriques... Bref, côté ’biodiversité’, ce pays a tout perdu aussi après plus d’un demi-siècle de désintérêt étatique. Seuls les privés nassaras et quelques gestionnaires cynégétiques avaient permis de faire du pays l’ultime bastion faunistique de la bande sahélo-soudanienne à l’ouest du Tchad. Hélas, c’en est fini. Définitivement. Ne gaspillez plus votre argent, votre salive, vos arrangements et comédies urbaines. Alea jacta est. C’est de ma faute, évidemment. D’autant que, pour les Burkinabè comme la plupart des Africains dits francophones, la Nature c’est l’ennemi (comme aurait dit l’inénarrable français Attali). L’avenir c’est Wogodogo (en camp bientôt retranché survivant dans sa bulle), la ville est tellement belle et agréable !

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 16:29, par Fretback En réponse à : Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou

    C’est merveilleux ! Bravoooooo ! On est bons - voire les meilleurs ! C’est bien, le pays est riche de sa faune, de ses parcs nationaux, ses forêts classées ! Vive lui, vive elle, vive eux, vive les projets, gloire à tous nos leaders charismatiques qui oeuvrent à préserver notre patrimoine naturel qui va de mieux en mieux depuis 1960 ! A nous les millions de touristes qui vont quitter le Kenya et l’Afrique australe ! On va gagner, vive les financements, il faut nous aider, à bas l’impérialisme ! Gloire au PaPBioniric2023-2089 ! Vive nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 15:17, par Ahmed En réponse à : Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou

    moi je dis, y fo bouter le franssais or du teritoire, y viennent piyer nos richesse, notre dolo, notre tô, notre bère de karité... la France, à bâ ! moi jé suis fier !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gouvernance du parc urbain Bangr-wéogo : Une rencontre tripartite pour réfléchir sur des reformes
Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou
Ouagadougou/Environnement : Pépiniériste, un métier qui nourrit son homme
Eau et assainissement au Burkina : La problématique au cœur de la session du Parlement national des jeunes Burkinabè pour l’eau
Bénin – Burkina Faso : Le sacrifice des espaces protégés au profit des ressources minières
Burkina Faso/Hydrométéorologie : Le rapport d’évaluation à mi-parcours du projet HYDROMET-BF soumis à validation
Environnement : Le deuxième rapport sur la gouvernance environnementale et du développement durable en cours de validation
Lutte contre la dégradation de l’écosystème au Burkina : Vers la validation d’une stratégie nationale 2023-2030
Burkina/environnement : Le document de la vision 2050 de développement à faible émission de carbone validé
Lutte contre le changement climatique : Le Comité régional de contrôle citoyen des Cascades voit le jour
Plan climat/énergie : Un projet pour consolider le statut de ville verte à Bobo Dioulasso
Gestion des ressources naturelles et de la faune : L’AGEREF-CL pour une prise en compte de la question climatique dans les PDC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés