Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 12 décembre 2022 à 23h20min
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

« Un État gangrené par la corruption peut-il gagner la guerre ? Non, il ne peut gagner aucune guerre, aucune bataille. C’est un État qui va à vau-l’eau. C’est un État qui est appelé à disparaître, à se désintégrer », a martelé Abdoul Karim Saidou, docteur en sciences politiques à l’université Thomas Sankara. C’était, ce vendredi 9 décembre 2022 à Ouagadougou, lors du panel du Réseau national de lutte anti-corruption (RENLAC) organisé dans le cadre de la 17e édition des journées nationales de refus de la corruption, sous le thème « Corruption et terrorisme au Burkina : Quelles perspectives ? ».

Dans son mot introductif, le Dr Abdoul Karim Saidou a indiqué que la corruption fragilise l’Etat et est l’une des causes de l’insécurité. Selon lui, la corruption crée un cercle vicieux. « Non seulement elle fait partie des causes de l’insécurité, mais la lutte contre l’insécurité accélère la corruption. Et plus la corruption s’accélère, plus elle fragilise la sécurité nationale », a-t-il laissé entendre.

L’une des conséquences de la corruption, selon l’enseignant-chercheur, est la déperdition des ressources. « Les ressources qui sont destinées à la sécurité nationale, à équiper les hommes sont détournées par des individus et groupes d’individus. Lorsqu’un État n’a pas suffisamment de moyens pour équiper ses forces de défense et de sécurité et renforcer son appareil sécuritaire, il a recours à l’aide internationale. Cette aide a des implications sur l’efficacité des politiques publiques. Chaque partenaire vient avec sa logique, ses instruments et ses objectifs ».

Selon le Dr Abdoul Karim Saidou, la corruption engendre également une aggravation des inégalités sociales qui profitent aux groupes armés. « C’est difficile d’obtenir la collaboration des citoyens si ceux-ci sont maltraités au plan social et économique. C’est difficile de demander la collaboration de gens qui sont sous alimentées, qui font face à des défis d’accès à la santé, à l’eau potable, à l’assainissement, la sécurité. Cette aggravation des inégalités crée une polarisation sociale, c’est-à-dire une tension entre la minorité qui gouverne et la grande majorité de citoyens qui se sentent exclus du système », regrette le panéliste.

« La troisième conséquence de la corruption, argumente l’enseignant-chercheur, est l’érosion de la capacité d’action collective, c’est-à-dire l’aptitude de l’Etat à mobiliser les citoyens pour réaliser des actions de développement comme le civisme fiscal, la salubrité, etc. » Pour illustrer cet argument, il cite les présidents Aboubacar Sangoulé Lamizana et Thomas Sankara qui ont réussi par leur crédibilité à mobiliser les populations autour de travaux d’intérêt communs.

Pour le panéliste, la crise sécuritaire doit être une opportunité pour refonder de l’Etat. « Il est important de renforcer le travail des acteurs de la société civile, les journalistes, les chercheurs sur le suivi citoyen des politiques publiques, sur le plaidoyer et la transparence dans le secteur de la sécurité. Il faut poursuivre l’éducation citoyenne, faire en sorte qu’il y ait une socialisation avec une intégrité qui commence dès la famille, qui se poursuit à l’école et dans tous les espaces de la société. C’est à ce prix-là qu’on pourra gagner le combat pour plus de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des ressources publiques », a conclu le Dr Abdoul Karim Saidou.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2022 à 21:51, par Ka En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’Selon lui, la corruption crée un cercle vicieux. « Non seulement elle fait partie des causes de l’insécurité, mais la lutte contre l’insécurité accélère la corruption. Et plus la corruption s’accélère, plus elle fragilise la sécurité nationale », a-t-il laissé entendre.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Merci Dr. Abdoul Karim Saidou, je confirme : Si le Burkina est ce qu’il est de nos jours, c’est à cause du royaume pourri dans la corruption de Blaise Compaoré durant 27 ans.

    Malheureusement ce n’est pas avec des blindés qu’on mettra fin à cette activité nuisible sur tous les plans. La question est de savoir le niveau de complicité des populations dans la récurrence de cette activité. Dans une république bananière, la corruption a force de loi. Vue de l’extérieur, elle n’est pas avantageuse, mais quand on est à l’intérieur, elle arrange tout le monde.

    Et pour Ka, il n’y a donc aucune volonté réelle d’y mettre fin, même si, pour plaire aux investisseurs naïfs, on fait semblant. Avec le multiples putschs et leurs responsables qui reprennent la patrie ou la mort nous vaincrons, on a cru bêtement que ça allait changer, mais quand on regarde un peu, on voit que c’est pire.

    D’autres parts, ce ne sont pas les lois qui mettront fin à la corruption. La corruption est un état d’esprit, dont la matérialisation physique se fait dans les administrations comme dans les commerces. C’est un état de conscience vis a vis de soi et des autres. S’il est vrai que la loi vise à réduire en silence les foudroyés d’économie et décourager les éventuels aventuriers, le vrai travail d’une nation, c’est de lutter contre la corruption dans l’esprit des uns et des autres, et il faut une vraie stratégie de communication entre administrés et gouvernants, par des exemples de punitions sévères.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2022 à 09:58, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

      Bonjour Ka,
      Vous écrivez : "ce ne sont pas les lois qui mettront fin à la corruption. La corruption est un état d’esprit...".
      J’irai moi, jusqu’à dire, qu’après 35 ans d’une gouvernance, qui non seulement n’a rien fait pour lutter contre ce fléau, mais l’a favorisé dans les plus hautes sphères, la corruption n’est pas qu’un état d’esprit, elle est devenu un tropisme.
      Les braves villageois, qui quittent leur village en moto, pour rejoindre Koudougou, savent que si, par malheur, ils voient gendarmes ou policiers au bord de la voie, il leur faudra débourser quelque chose. "En règle, pas en règle, tu dois négocier et donner quelque chose" et quand je les incite à se défendre, à dénoncer ces pratiques, ils me retournent un fataliste "kà, ya woto dèh !".
      Pourtant, les lois, on n’en manque pas, pour ce qui est de les faire appliquer, par contre...?
      Quant aux sanctions, les rares fois où on y arrive, elles sont dérisoires. Une pensée émue pour le pauvre, pauvre Guiro, qui souffre injustement...

      Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2022 à 10:04, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

      Au fait, juste pour signaler que cette nuit, la gendarmerie de Ténado, aurait été victime d’une attaque.
      Moi je vis à Koudougou. C’est la première fois qu’une attaque a lieu aussi près, sur la RN 14.
      J’ai écrit "aurait été", mais mes sources (ONG des pays Bas, spécialisée dans la sécurité) sont plus que fiables.
      J’espère que se message ne sera pas considéré comme étant un "manquement", démoralisant, subversif,...

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 07:56, par DONDBZANGA ISSOUFOU En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Je suis parfaitement d’accord. nous allons payer cash,le fruit de nos actions liées à la corruption et à un prix très lourd.Dans la luttes contre le terrorisme pourquoi l’on ne se pose pas cette question : POURQUOI LA POPULATION COLLABORE AVEC LES TERRORISTES ? dès que nous n’allons pas trouver des réponses sincères à cette question et chercher des solutions appropriées nous allons tous périr dans cette lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 08:44, par Zoétgougou En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Tout à fait d’accord avec vous. Mais le problème est que les gens planifient et intègrent les punitions qui existent selon les lois actuelles dans leurs opérations de corruption de vols, de détournements, de pillage ou de gaspillage. Ils prévoient consacrer 20% de leur butin pour empêcher les poursuites judiciaires et à défaut, gérer les remboursements de ce que la justice va retirer et pour gérer le semblant de prison. Donc plus gros est le butin plus il restera de quoi assurer sa progéniture.
    Ce qui peut être efficace c’est les peines infamantes qui transcendent ls générations.
    Par exemple, retirer tout le butin et surtout constituer une base de donnée régulièrement publiée des cas de corruptions. C’est à dire faire de sorte que même l’arrière arrière petite-fille ou petit fils sache et aie honte de son détourneur de grand parent.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 09:36, par Bob En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Le mal est encore plus profond quand on analyse l’attitude des populations qui finissent par admirer naïvement tous ces fossoyeurs de l’économie burkinabé qui roulent carrosse, narguent les pauvres citoyens et se prélassent dans leurs Châteaux de WAGDA 2000. Il n’y a pas d’alternative, la lutte contre la corruption doit être RÉTROACTIVE. Il faut donner l’exemple tous ceux qui ont pillé l’ETAT depuis 1987 doivent rendre gorge. Peut-être que tous n’iront pas en prison, mais tous doivent être INQUIÉTÉS. La CORRUPTION et l’INJUSTICE doivent faire PEUR au citoyen qui doivent savoir que tout CORROMPU sera traqué, traduit en justice, puni et déshonoré. Aujourd’hui l’exemple de ces corrompus et corrupteurs qui s’enrichissent en une saison attire les gens et bride toutes les volontés. La VERTU devient une TARE et la SOLIDARITÉ une CHIMÈRE. La PATRIE n’a plus de sens et le SACRIFICE un péché mortel. Quel soldat pourrait mourir dans ces conditions pour une cause ? Quel citoyen privilégierait l’honneur et la dignité dans ces conditions ? Tout a un PRIX, tout est ACHETABLE. Pour une poignée de CFA, la majorité des gens trahit, tue et vole. Ne nous y trompons pas, la Lutte contre la CORRUPTION est plus importante que la lutte contre le TERRORISME car c’est elle qui a crée et entretient tous les maux de la société. Tout gouvernement qui n’en fait pas sa PRIORITÉ ne s’attaque qu’aux conséquences et pas aux causes profondes de nos PROBLÈMES. C’est une priorité absolue.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 10:19, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Hum, je reviens, juste pour faire un clin d’œil, que nos amis pro-russes ne manqueront pas d’apprécier.
    Quand l’auteur écrit : "Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre", j’ai quand même envie de répondre : sauf s’il est largement soutenu par toutes les grandes puissances occidentales.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 11:20, par Sacksida En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Ecoutez, posons la question de savoir pourquoi la Corruption endemique a ete quasi-VAINCUE sous la Revolution Democratique et Populaire d’Aout 1983, avec Thomas Sankara et les revolutionnaires Burkinabe ? C’est clair, la Revolution d’Aout dans sa Vision resolue a tranforme la Societe Burkinabe par des Dirigeants politiques Revolutionnaire consequents : L’exemplarite de Thomas Sankara et son Gouvernement revolutionnaire consequente et pour creer un Citoyen Nouveau et avec une moralite et un comportememt ethique exemplaire qui merite la Confiance des Masses Populaires Burkinabe fondamentales. Le dispositifs consequents des Tribunaux Populaires de la Revolution et qui a traite des Dossiers criminels economiques et financiers ont joues un Role de Moralisation Generale de la Vie publique nationale et Inculque la Gestion publique Vertueuse et forger une conscience Populaire des bonnes pratiques concrets debarrassees de la Corruption endemique, des Vols, du Mensonge et toutes les pratiques pourritures d’Enrichissements illicites et desastreuses. Malheureusement, apres le 15 octobre 1987, Blaise compaore et ses accolytes criminels ont reinstaure dans leur regime Neocolonial et pro Imperialiste la Demission de l’Etat face aux maux tels que : La Corruption endemique, la Prevarication, la Mediocrite, la Paresse et l’Irresponsabilite, le Favoritisme et le Nepotismes etc. Toutes ces anti- valeurs sont devenus des regles de gouvernance et des choses absurdes et graves pour la societe Burkinabe..Donc l’antidote est la redemption des Valeurs revolutionnaires positives et des Gouvernants Burkinabe Integre et progressiste qui donnent l’Exemple de Patriotisme et des Comportememts Revolutionnaire consequent. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 14:46, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Merci beaucoup aux modérateurs.
    Me voilà rassuré quant à votre liberté de faire circuler librement l’information.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2022 à 18:03, par Ka En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’’’’ kwiliga et DONDBZANGA ISSOUFO : Merci de vos contributions bien pensé et bien écrit, des réflexions simples et limpides : ‘’Yaa Sooma.’’

    Pour Ka, la corruption pouvait être freiné a 80% si les juges n’étaient pas corrompus, comme c’est le cas que certains dans le magasin d’alimentions ne passent pas à la caisse avec leurs marchandises : Comment voulez-vous qu’un malfrat comme Ousmane Guiro soit condamné à la hauteur de ses actes par ces juges ?

    Et comme je ne cesse de le répéter, ‘’’’’La première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa JUSTICE ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa JUSTICE.’’’’’’’
    Si nos juges qui jugent actuellement Giro Ousmane lui donne 20 ans comme tarif unique du procureur avec une cellule douillet a la MACO, tous les DG de la douane donneront des exemples de bonne conduite.

    Si la corruption est bien enracinée au pays des hommes intègres depuis 1987, c’est le côté hypocrite de nos hommes politiques, car, depuis 30 ans, chaque membre d’un gouvernement veut avoir une villa à Ouaga 2000 qui est au-dessus de son salaire. Et la question posé ‘’’faut-il sortir du gouvernement si on est honnête pour constater cela ?’’’ Tout le monde veut sa peau de miel.

    La seule solution pour freiner la corruption sera la condamnation de Guiro : Si sa peines encourue sera ridiculement légères en comparaison de la transgression des lois et du désastre commis par les mis en cause, tout le monde continuera a corrompre. Mais si Guiro est condamné à la hauteur de ses actes, car ce qu’il a fait est criminel, et doit être traités comme tel, dont les juges doivent être prompt à le condamner de manière à de lourde peine qui est justifiée, surtout que son délit n’est pas imaginaire mais réel.

    .Conclusion : La justice Burkina pour sa crédibilité en ce qui concerne les affaires de corruption comme celle de Guiro ne devrait pratiquer aucun traitement de faveur quel qu’il soit surtout une personne qui détenait de telle somme des à son domicile. . Ce monsieur ne peut pas attendre ce procès en dehors de la prison déjà. . Nul n’est au-dessus de la loi : Même si I. Traoré est impliqué dans une affaire de Corruption, il doit répondre de ses actes et que la vérité soit dite.

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2022 à 11:27, par Kado En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Le cas des examinateurs pour le permis de conduire est vraiment flagrant. Le moniteur te dit clairement que si tu veux avoir le permis sans te fatiguer, tu dépose 25.000f. Ceux qui refusent de le faire vont passer le permis 5 fois sans l’avoir. L’examinateur va toujours trouver un moyen pour recaler le candidat. Ce n’est pas une affaire qui date d’aujourd’hui. Mais malheureusement il semble ne pas avoir peur de ’’quelqu’un’’
    Souvent ils invitent d’appeler le RENLAC si la personne se sens ’’morvue’’

    Répondre à ce message

  • Le 13 décembre 2022 à 23:11, par Juste En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    La solution de mon point de vue est de laisser le pays tomber totalement avant de se relever. Le mal est si profond que ni les sensibilisations ni le semblant de lutte ne peuvent venir à bout. Les nouvelles autorités qui ont fait naitre un semblant d’espoir semblent s’accomoder à la situation. Le long règne du clan COMPAORE aura raison de l’existence même du pays et ça, je parie que c’est inévitable.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2022 à 16:49, par Alamadi seni En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    Avec nos militaires qui empochent 400millions au lieu daller sauver pays ! Apres on accuse les etrangers detre a la.base de nos probleme alors que meme entre nous on est mauvais ! En attendant les russes ont gagné 3 mines dor chez nous cadeau ! Pour quelle contre partie ?? Ahah que le burkinabé est ignorant et manipulable mon dieu c ca qui va faire notre perte !

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2022 à 22:49, par Sonni ALIBER En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    ARRÊTEZ,ARRÊTEZ TOUT DE SUITE DE SEMER LES TROUBLES DANS LES ESPRITS DE NOS VAILLANTS MILITAIRES ET LES VDP /ARRÊTEZ VOS PULSIONS DESTRUCTRICES DE VOULOIR DIRE SANS MOI IL N’Y A PAS DE SOLUTION /NON ET NON ,LA RÉALITÉ AUJOURD’HUI DU BURKINA C’EST LA DÉFENSE DE LA PATRIE /LA MÉCHANCETÉ GRATUITE NOUS N’EN VOULONS PAS.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2022 à 12:07, par Sacksida En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    De toute facon, si l’on lutte serieusement contre le Terrorisme et le grand Banditisme desastreux ; il pourrait a court ou moyen terme disparaitre ; cependant si les memes politiciens vereux, opportunistes pilleurs de nos biens et deniers publics depuis longtemps ; le 15 octobre 1987, par les milliards de FCFA, voles au Peuple Burkinabe reviennent au Pouvoir politique et pour continuer leurs Gabegies et des Enrichissements illicites ; la prochaine vraie Revolution Democratique des Masses seraient radicalement impitoyable. C’est bien sur toutes ces pourritures, qui sont la cause la cause principale de la pauperisation continuelle des populations Burkinabe et sans aucune mesure dans la Justice classique corrompus pour traiter toutes ces gangrenes nauseabondes. Depuis le 15 octobre 1987 le miltantismes opportunistes et situationistes ne m’a plus interesses ; sinon depuis l’ODP/MT que les Frontistes de Blaise compaore et ses accolytes criminels ont assassine Oumarou Clement Ouedraogo stratege emerite, l’on a compris que ce regime inconsequent n’etait nullement dans la trajectoire de Defense des interets fondamentaux du Peuple Burkinabe. Comme Thomas Sankara disait : L’on peut etre incompris, mais pour etre soi meme et se sentir utile, il faut continuer a denoncer vigoureusement des tares de cette politique politicienne Francafrique et Neocoloniales. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2022 à 12:07, par Sacksida En réponse à : Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou

    De toute facon, si l’on lutte serieusement contre le Terrorisme et le grand Banditisme desastreux ; il pourrait a court ou moyen terme disparaitre ; cependant si les memes politiciens vereux, opportunistes pilleurs de nos biens et deniers publics depuis longtemps ; le 15 octobre 1987, par les milliards de FCFA, voles au Peuple Burkinabe reviennent au Pouvoir politique et pour continuer leurs Gabegies et des Enrichissements illicites ; la prochaine vraie Revolution Democratique des Masses seraient radicalement impitoyable. C’est bien sur toutes ces pourritures, qui sont la cause la cause principale de la pauperisation continuelle des populations Burkinabe et sans aucune mesure dans la Justice classique corrompus pour traiter toutes ces gangrenes nauseabondes. Depuis le 15 octobre 1987 le miltantismes opportunistes et situationistes ne m’a plus interesses ; sinon depuis l’ODP/MT que les Frontistes de Blaise compaore et ses accolytes criminels ont assassine Oumarou Clement Ouedraogo stratege emerite, l’on a compris que ce regime inconsequent n’etait nullement dans la trajectoire de Defense des interets fondamentaux du Peuple Burkinabe. Comme Thomas Sankara disait : L’on peut etre incompris, mais pour etre soi meme et se sentir utile, il faut continuer a denoncer vigoureusement des tares de cette politique politicienne Francafrique et Neocoloniales. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre Ibrahim Maïga et plusieurs autres personnes pour diffamation
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes les intimidations » (ambassadeur Mousbila Sankara)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est possible de restreindre le nombre de partis, mais de manière subtile », estime le Pr Abdoulaye Soma
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire pour délibérer sur des projets de partenariats et des conventions
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois d’exercice, le président de la délégation spéciale dresse un bilan « assez satisfaisant »
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute "liaison avec des contacts extérieurs"
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces fameux officiers milliardaires n’a été interpellé », fait observer Zéphirin Diabré
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 présente des points de convergence avec nos positions », affirme Germain Bitiou Nama du Front patriotique
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, nous sommes un parti d’engagement, de conviction, de combat pour une nouvelle société… », lègue Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée par un nouveau retrait du projet de loi
Transition au Burkina Faso : Le président de l’ALT consulte ses prédécesseurs
Burkina : Le Docteur Brice Bicaba nommé directeur général de la santé et de l’hygiène publique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés