Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 7 décembre 2022 à 20h30min
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent

Au Burkina Faso depuis 22 ans maintenant les 6 et 7 décembre les cours sont boycottés dans plusieurs établissements scolaires de la ville de Ouagadougou. La raison de ce boycott est la commémoration de l’anniversaire de la mort de l’élève Flavien Nebié. Il a été tué le 6 décembre 2000 à Boussé, dans la province du Kourwéogo, région du Plateau-central lors d’une manifestation pour demander justice pour l’assassinat du journaliste Norbert Zongo. Il était élève en classe de CM2.

Ce matin du mercredi 7 décembre, à Ouagadougou dans plusieurs écoles il n’y a pas eu cours. Et cela depuis hier le 6 décembre. Au lycée Marien N’Gouabi, l’un des plus grands de la capitale burkinabè, certains élèves de l’établissement sont rentrés dans les classes autour de 8h pour déloger leurs camarades, ont expliqué certains élèves.

Autour de 10h, l’établissement était presque vide, la plupart des élèves étant rentrés chez eux. Quelques-uns sont restés pour réviser leur cours et faire des exercices.

Dans une classe de terminale, un groupe d’élèves est en train de discuter sur un exercice de mathématiques. K. Sawadogo est celui qui tient la craie. Pour cet élève, il n’est pas question d’aller à la maison avant 17h. « Je suis en classe de terminale D. Pour avoir un bon résultat à la fin de l’année je dois travailler dur. En travaillant avec mes amis, ils m’expliquent les parties que je ne comprends pas et moi aussi je fais pareil quand ils ne comprennent pas », dit l’élève.

Dans une autre classe plus loin, N. Dabiré révise ses cours. Elle est en classe de seconde. Elle estime que ceux qui boycottent les cours ne veulent pas travailler. Parce que selon elle, il y a plusieurs manières de lutter pour demander justice sans forcément interrompre les cours.

Dans un collège à Tampouy, le vigile de l’école avait empêché les élèves "délogeurs" d’avoir accès à la cour de l’école. Mais ce sont les élèves de l’établissement qui ont commencé à taper les portes et les fenêtres pour demander l’arrêt des cours. Plusieurs se sont rués vers le portail. Et n’ayant pas le choix, le vigile a été obligé d’ouvrir la porte, ont raconté certains élèves.

Le constat fait est que dans plusieurs établissements se sont les élèves au sein des établissements qui décident de boycotter les cours.

Néanmoins, quelques écoles sont opposées à ce boycott. C’est le cas d’un lycée privé situé à Tampouy. Dans cet établissement, les élèves ont décidé de ne pas arrêter les cours. Selon plusieurs d’entre eux, leur avenir dépend de l’éducation. « Quand ils sont arrivés ici, nous les avons chassés. Nous n’allons pas permettre à ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent de venir perturber nos cours. Car aujourd’hui, celui qui n’est pas bien éduqué ne pourra vraiment pas s’en sortir. Tout est basé sur la qualification », a laissé entendre L. Ouédraogo, élève en classe de première.

Puis elle ajoute : « les autorités doivent attraper ces élèves grévistes pour les envoyer au front. On ne grève pas pour grever, il faut vraiment un motif valable ».

Ramata Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 décembre 2022 à 19:41, par Alph@2025 En réponse à : Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent

    Il faut féliciter les élèves qui ont décidé fermement de continuer à suivre les cours. La vie est ainsi faite. L’élève, l’étudiant est un apprenant. Un apprenant doit apprendre. En conséquent, il faut prendre toutes les dispositions pour que ceux qui veulent apprendre puissent le faire dans les meilleures conditions. Dans les établissements, ceux qui veulent aller en grève ne doivent pas perturber ceux qui veulent continuer les cours. Plus grave, les groupes qui se promènent d’établissement en établissement pour faire sortir les élèves ou les empêcher de suivre les cours doivent subir les rigueurs de la loi. L’autorité publique doit prendre toutes les dispositions pour arrêter l’action de ces groupes. Cela fait des années que ce type d’action perdure et ce n’est pas normal. Il faut que les élèves prennent conscience qu’il est temps pour eux d’apprendre, et passer leurs examens, d’avoir leurs diplômes. Quand ils seront dans la vie active, ils pourront participer à toutes les luttes qu’ils veulent. Pour le moment, la seule lutte qui leur vaut la peine d’être menée est celle des études. Il faut aussi que les syndicats arrêtent de se servir des élèves comme relais pour leurs luttes. C’est criminel dans la mesure ou eux ont franchi toutes les étapes. Ils ne sont peut être pas contents de leur situation, mais qu’ils se débrouillent sans utiliser les élèves. L’autorité publique est interpellée. Elle doit agir avec fermeté. Les parents d’élèves aussi sont interpellés. Ils doivent expliquer à leurs enfants qu’ils paient pour qu’ils puissent étudier et s’ils ne suivent pas les cours, c’est comme si leur argent est jeté par la fenêtre. Quand aux élèves, il est heureux que certains d’entre eux prennent conscience. Il faut travailler à ce que cette prise de conscience soit générale.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre 2022 à 09:41, par kwiliga En réponse à : Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent

      Bonjour Alph@2025
      Vous écrivez : "Il faut que les élèves prennent conscience qu’il est temps pour eux d’apprendre, et passer leurs examens, d’avoir leurs diplômes. Quand ils seront dans la vie active, ils pourront participer à toutes les luttes qu’ils veulent."
      N’avez-vous pas l’impression que la conjoncture actuelle, donne l’impression que l’agitation est davantage reconnue que les diplômes et que chacun est impatient de se retrouver dans la vie inactive, de manière à apporter tout son barbare soutien à notre putschiste président ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clame le mouvement les "Patriotes du nord"
Journée mondiale des toilettes : 22 villages dans la région du Centre-sud certifiés FDAL
Affaire LONAB : « On ne veut pas dire la vérité au peuple », regrette Mathieu Somé, avocat de l’ex-directeur général
Affaire LONAB : 11 ans de prison et 750 millions d’amende requis contre Emmanuel Tiamobiga
Lutte contre la fraude au Burkina : Victor Ilboudo passe la main à Yves Kafando
Pénurie de gaz butane à Dédougou : Une situation « frustrante et révoltante », selon certains consommateurs
Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour les migrations soulage les populations de Korsimoro avec des infrastructures scolaires et sanitaires
Personnes déplacées internes au Burkina : La communauté indienne résidente fait don de vivres et autres biens à Nagréongo
Commune de Ouagadougou : Du 28 janvier au 5 février les horaires de travail sont fixés de 7h30mn à 14h en raison du SIAO
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Le personnel et les délégués se cotisent pour soulager des déplacées internes
Crise humanitaire au Burkina : Une campagne de collecte de dons au profit des PDI de la région du Centre-ouest lancée
Burkina Faso : Une association peulh exhorte ceux qui ont pris les armes à les déposer
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés