Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Rentrée télévisuelle d’Impact TV : Une cérémonie pour célébrer les partenaires

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • samedi 3 décembre 2022 à 22h05min
Rentrée télévisuelle d’Impact TV : Une cérémonie pour célébrer les partenaires

A l’occasion de sa deuxième rentrée télévisuelle, Impact TV a organisé, ce vendredi 2 décembre 2022, la Nuit des partenaires pour leur rendre hommage. Cette cérémonie s’est tenue sous le patronage du ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, et le parrainage de Tertius Zongo. L’événement a été ponctué par des séances de prières, des remises d’attestations de reconnaissance à certains partenaires, des prestations d’artistes, etc.

« De locale qu’elle était en 2010, nous pouvons dire qu’Impact TV est devenue panafricaine, voire mondiale. Et les pas qui ont été faits l’ont été par la grâce de Dieu et avec le soutien des téléspectateurs. La loi de la reconnaissance est une loi biblique et nous ne voulons pas être de la race des ingrats. Dieu qui connaît chacun de vous et qui voit ce que vous faites, même dans le secret, saura vous le rendre au centuple ».

Ces mots du directeur général du complexe Rema media center/Impact TV, Edmond Coulibaly, témoignent de la reconnaissance et la gratitude qu’accorde cette télévision à ses partenaires qui, depuis maintenant douze ans, n’ont pas lésiné sur les moyens pour permettre à ce média de s’imposer naturellement sur le plan national, sous-régional et même international.

« Nous avons aussi inauguré un studio où les chantres peuvent désormais venir se faire produire », a confié le directeur général d’Impact TV, Edmond Coulibaly.

Au cours de cette Nuit des partenaires, le fondateur de la « télévision du royaume des cieux », Dr Mamadou Philippe Karambiri, est revenu sur la création de ce média. Tout a commencé dans les années 1980-1983, alors qu’il était directeur commercial de l’usine Voltex, à Koudougou. Un soir, une vision lui vint à l’esprit de mettre en place un « centre audiovisuel » (radio et télévision) avec pour objectif principal d’impacter son environnement avec le message de l’Évangile, par le son et l’image.

« Je n’avais que 30 ans. Je n’avais aucune expertise, aucune ressource humaine et financière. Je tentais de rejeter cette vision, vu le contexte national. La télévision nationale était suspendue et il n’y avait pas de télévision chrétienne dans le monde francophone. J’avais à la limite peur de cette vision, mais c’est plus tard que j’ai compris que la vision est plus grande que le visionnaire humain. Cette vision n’était pas terrestre, mais céleste », a-t-il rappelé.

« Vous devez croire en vous-mêmes. Vous avez l’intelligence, la formation et les moyens technologiques », a dit le pasteur Mamadou Philippe Karambiri à l’endroit des jeunes.

En 1984, il a été affecté à Ouagadougou, et c’est en décembre 1987 qu’il réussit à mettre sur pied le Centre international d’évangélisation/Mission intérieure africaine (CIE/MIA). « Mes nombreux voyages à travers le monde m’ont permis de me familiariser avec le monde de la communication anglo-saxon. J’ai beaucoup lu, j’ai découvert des médias chrétiens. Entre 2000 et 2010, les médias d’Etat ont été rouverts par le Premier ministre en son temps qui était Tertius Zongo. Il y avait déjà quelques personnes dans mon église qui venaient de sortir de l’école de communication-journalisme. Les autres se sont formées sur le tas. Je leur ai dit de ne pas regarder leur manque d’expérience, j’ai pris l’exemple de plusieurs personnes dans le monde qui sont devenues plus tard des grands mais qui n’avaient pas eu la chance de prouver leur talent quelque part. C’est ainsi qu’en 2012, nous avons créé Impact TV », a relaté Dr Mamadou Philippe Karambiri.

A l’occasion de cette première édition de la Nuit des partenaires, Impact TV a lancé son nouveau site web. « La plateforme n’est que notre site web qui existait depuis longtemps, mais que nous avons relooké, en l’arrimant à notre nouvelle charte graphique », a précisé Edmond Coulibaly.

Le parrain de la cérémonie, Tertius Zongo, remettant une attestation de remerciement à un partenaire d’Impact TV.

Pour le parrain de cette cérémonie, Tertius Zongo, qui a vu la chaîne naître et grandir, Impact TV est une télévision confessionnelle mais aussi une télévision qui s’adresse au monde et qui fait passer un message. Il était donc de bon ton qu’elle touche à autre chose que le volet spirituel. « Impact TV est un message holistique. La chaîne ne peut pas avoir un programme uniquement basé sur l’aspect spirituel. Dans la nouvelle grille de programme, il y a des émissions qui apporteront des réponses concrètes aux défis de notre monde d’aujourd’hui », dira l’ancien Premier ministre.

Les actions posées par Impact TV depuis le début de cette deuxième rentrée télévisuelle sont tombées dans l’oreille du gouvernement qui, à travers le ministre de la Communication, n’a pas manqué de congratuler la chaîne.

Le ministre de la Communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, recevant une attestation des mains d’Hortense Karambiri.

Il dira à ce titre : « Parmi les actions qui font que le Burkina Faso tient encore debout, on ne peut guère occulter la prière et je me réjouis de voir qu’Impact TV, de par sa vocation de média confessionnel, joue sa partition à travers son riche programme d’émissions. Aussi, je me réjouis de savoir qu’à l’occasion de cette rentrée télévisuelle, Impact TV a mené un certain nombre d’activités dont l’opération ‘Coup de cœur pour les personnes déplacées internes’. C’est un geste très noble qui a permis de mobiliser des vivres d’une valeur de 14 millions de F CFA pour soutenir des familles déplacées dans le Centre-Nord du pays. Je voudrais réitérer les remerciements du gouvernement de la transition pour cet élan de solidarité, ce geste d’amour du prochain qui vient en appui aux actions menées par le gouvernement ».

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina cyberéconomie : "Il faut inciter les enfants et adolescents à s’intéresser très tôt aux métiers du numérique" Younoussa Sanfo
Burkina Faso : Le pays est sous influence médiatique pro-russe selon All Eyes On Wagner
Médias : La liberté de la presse n’est pas une liberté à géométrie variable
Editorial : Non, les médias burkinabè ne sont pas des « Radio mille collines »
Technologie au Burkina : PUBBIX TECH outille une dizaine de jeunes au ‟UX Design″
« Reporters du Faso » : Moumouni Simporé succède à Charles Tiendrébéogo à la tête de l’organisation
Médias au Burkina : « Le travail du journaliste n’est pas de chanter les louanges de quelqu’un », rappelle le journaliste Boureima Ouédraogo
Utilisation des réseaux sociaux : La responsabilité sociale et citoyenne des internautes au cœur d’une rencontre du SEPAFAR
Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation en Afrique : Le comité CNP-NZ dénonce son usurpation par l’ONG M&D
Régulation de la communication au Burkina : Les Burkinabè invités à faire attention à ce qu’ils véhiculent comme information
Création de visuels et d’infographies : Polotno Studio, l’alternative gratuite à Canva
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise les étudiants du Centre universitaire polyvalent du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés