Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Report de la SNC, Bobo 2022 : Des acteurs culturels craignent une « mort programmée » de la biennale

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mardi 29 novembre 2022 à 21h52min
Report de la SNC, Bobo 2022 : Des acteurs culturels craignent une « mort programmée » de la biennale

Du 26 novembre au 3 décembre 2022, devrait se tenir dans la capitale culturelle du Burkina, Bobo-Dioulasso, la 20e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC/Bobo 2022), sous le thème : « Diversité culturelle, ferment de l’unité nationale ». Malheureusement, le gouvernement burkinabè a annoncé le jeudi 24 novembre dernier, dans un communiqué, le report à une date ultérieure de cette édition. Une annonce qui affecte les acteurs culturels qui ne manquent pas d’afficher leur amertume et leurs inquiétudes face à un énième report.

« La SNC ne doit pas mourir parce qu’elle fait partie de notre vie culturelle », ont plaidé ainsi des acteurs culturels de la ville de Bobo-Dioulasso. Ils estiment que « lorsqu’un peuple aura tout perdu, il ne lui restera que sa culture. Et nous, peuple du Burkina, c’est la SNC qui nous reste », a fait savoir Fidèle Dabiré, alias Delfy, artiste de scène, parolier danseur, comédien et acteur de cinéma. Par ailleurs, il est lauréat de la semaine régionale de la culture 2019 pour représenter les Hauts-Bassins à la SNC. Selon lui, ne pas tenir la SNC est un « aveu de faiblesse, c’est comme marginaliser une couche de la population parce que les acteurs culturels ont leur mot à dire pour le développement de la culture au Burkina Faso », a-t-il dit.

En effet, tout était bien engagé lorsque le gouvernement burkinabè a annoncé le 24 novembre dernier, dans un communiqué, le report à une date ultérieure de la 20e édition de la SNC initialement prévue du 26 novembre au 3 décembre 2022 à Bobo-Dioulasso. Le ministre en charge de la culture, Jean-Emmanuel Ouédraogo, a expliqué dans son communiqué que l’évaluation de l’état des préparatifs suivie d’une rencontre avec les acteurs font ressortir des défis organisationnels majeurs. « Ces défis sont liés notamment au contexte sécuritaire, à la nécessité d’une remise en état des infrastructures et des équipements et aux contraintes budgétaires actuelles », a-t-il indiqué.

L’annonce du report de cette biennale a affecté le comité d’organisation et les festivaliers, même si ces derniers s’attendaient à un probable report de l’évènement au regard de la situation sécuritaire du pays. Cependant, certains n’ont pas manqué de souligner que c’est avec une grande tristesse que la nouvelle du report de la SNC est accueillie. « A quelques jours de l’évènement, l’on s’interrogeait sur le sort qui lui sera réservé. Quelles décisions prendra le nouveau gouvernement ? Et finalement la nouvelle est tombée le jeudi 24 novembre. La SNC 2022 est reportée à une date ultérieure. Une nouvelle que les acteurs culturels ont du mal à digérer. C’était prévisible et c’est avec beaucoup d’amertume que nous accueillons cette nouvelle », a regretté Fidèle Dabiré.

Pour lui, « la situation sécuritaire du pays est une réalité et le peuple burkinabè en est conscient. Et nous savons qu’on ne peut pas résoudre un problème de société en excluant sa culture parce que les acteurs culturels, les artistes ont toujours travaillé pour le retour de la paix. Nous avons une voix qui porte et tant que les intérêts politiques vont primer sur les intérêts sociaux, nous n’allons jamais nous en sortir. Le déplacé interne qui a perdu sa joie de vivre, il n’y a qu’un artiste qui puisse lui redonner de l’espoir. Nous avons la manière de le faire. Et notre capacité à organiser la SNC est une résilience dans la mesure où nous devons montrer à l’ennemi que nous vivons malgré tout ce qu’il nous fait subir », a-t-il insisté.

Fidèle Dabiré, alias Delfy, artiste de scène, parolier danseur, comédien et acteur de cinéma

Compte tenu de la portée de l’évènement, c’est sûr que son report, quatre années de suite, aura des conséquences sur les populations qui l’attendaient avec impatience. « Ce report aura un effet négatif sur les populations, car beaucoup faisaient du business à travers la SNC. Tant qu’il n’y aura pas une bonne volonté politique pour remettre la SNC sur ses pieds, elle va mourir et nous aurons contribué à la tuer parce que la SNC en elle-même ne fait plus rêver », a indiqué Fidèle Dabiré qui insiste sur le fait que la culture ne doit pas mourir.

Le pari impossible de la tenue de la SNC 2022

Diafodé Kaba Alexandre Diakité est aussi un promoteur culturel, producteur d’artistes et responsable du label de production 2DKA Prod. Pour sa part la nouvelle du report de la SNC n’est pas surprenante. « Cela n’a surpris personne. Les années antérieures, à un mois de l’évènement on voyait l’engouement déjà à travers les affiches dans la ville. Mais cette fois-ci, on ne voyait rien donc on a vite compris que le report était inévitable », a-t-il laissé entendre.

A l’en croire, aucun évènement majeur n’a subi autant de reports que la Semaine nationale de la culture. Il n’ira pas du dos de la cuillère pour exprimer sa déception face à ce énième report de la biennale. « C’est un évènement qui était tellement attendu par la région, par les acteurs culturels et les artistes que son report est une déception, surtout que cela fait quatre ans qu’elle n’a pas eu lieu. Quand on connaît l’importance et l’impact que cet évènement a sur la région et sur Bobo-Dioulasso, on peut comprendre la déception à tous les niveaux », a ajouté Diafodé Diakité.

Pour lui, la crainte que la SNC meure est très forte et existait depuis longtemps. Cette crainte, dit-il, est née depuis le changement de la direction générale de la SNC en secrétariat technique de la SNC. « Lorsqu’une direction générale se transforme en secrétariat, cela veut dire que Bobo-Dioulasso ne pilotait plus grande chose au niveau de la SNC. C’était notre première inquiétude qu’on avait soulevé et il y a une pétition qui est en train d’être signée par les opérateurs culturels pour demander de ramener la direction générale », a-t-il rappelé.

Diafodé Kaba Alexandre Diakité, promoteur culturel, producteur d’artistes et responsable du label de production 2DKA Prod

Qu’à cela ne tienne, il espère voir un jour l’organisation de la SNC avec tout l’engouement autour. Pour que cela soit une réalité, Diafodé Diakité souhaite que l’Etat confie son organisation à un privé. « Nous souhaitons que l’Etat se désengage de certains évènements. Il peut être l’initiateur mais dans la pratique, l’exécution sur le terrain, il peut faire intervenir le privé. Les Nuits atypiques de Koudougou arrivent à se tenir et drainent du monde parce que c’est un privé qui s’en occupe. Donc pourquoi ne pas permettre à des privés de pouvoir sous-traiter ces évènements. Les financements de la SNC proviennent des caisses de l’Etat et l’Etat dit qu’il y a d’autres priorités. Alors que si c’est un privé qui doit se battre avec ses sponsors pour trouver du financement, l’évènement se tiendra », a-t-il suggéré. En organisant des évènements culturels, il estime que l’Etat fait de la concurrence déloyale aux acteurs privés, « car l’Etat n’est pas un promoteur culturel, donc il n’est pas sensé organiser des évènements culturels », a dit M. Diakité.

La situation sécuritaire au Burkina Faso est marquée par des attaques terroristes depuis 2015 dans plusieurs régions du pays. Ces attaques ont fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés internes, alors que plus de 40% du territoire échappe au contrôle de l’Etat, selon des chiffres officiels. Face à cette crise sécuritaire, les secteurs culturels et sportifs subissent des conséquences, enregistrant ainsi un ralentissement des activités et l’annulation de plusieurs évènements et manifestations culturels et sportifs, comme le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), le Tour cycliste international du Faso et la Semaine nationale de la culture (SNC).

L’évènement qui réunit des milliers de festivaliers a été institué par le président Thomas Sankara et vise essentiellement à la promotion de la culture du Burkina Faso dans toute sa diversité. Tel un bébé applaudi par le cercle de famille, la SNC est venue au monde un jour de l’année 1983. La première édition a lieu à Ouagadougou du 20 au 30 décembre 1983. Suivi de la deuxième édition à Gaoua dans la région du Sud-Ouest en 1984. En 1985, l’évènement connaît une pause avant de reprendre en 1986 à Bobo-Dioulasso avec la troisième édition. À partir de cette année, la SNC expérimente de nombreux changements notamment la périodicité et la localisation. Après la quatrième édition qui a eu lieu simultanément à Koudougou et Réo, l’évènement revient à Bobo-Dioulasso en 1990. Désormais, la SNC se tient chaque deux ans à Bobo-Dioulasso, dans la capitale culturelle du Burkina Faso.

De fil en aiguille, la SNC va prendre une envergure institutionnelle avec la construction dans la ville hôte, de son siège qui sera inauguré en 2000, lors de la 10e édition. D’édition en édition, la SNC s’est donc construite, s’imposant maintenant comme l’une des manifestations culturelles qui fait la renommée du pays des hommes intègres.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
SIAO 2023 : Le lieu de rencontre des cultures
Lefaso TV présente Les « A-côtés du SIAO » : Les « secrets de femmes » pour séduire les hommes sont en vente
Programme d’appui au développement des économies locales : Le directeur général visite les stands d’exposition des artisans au SIAO
Burkina Faso : L’ambassadeur de l’Union européenne visite le SIAO
FESPACO 2023 : Le Mali, pays invité d’honneur en lieu et place du Togo
Lefaso TV présente Les « A-côtés du SIAO » : Les acteurs de la mode à l’honneur
16e édition du SIAO : « Contrairement aux autres éditions, cette année il n’y pas trop de monde »
Delphine Sidbega, web humoriste : « Je cherche d’abord à sensibiliser à travers mes vidéos »
LefasoTV présente Les « A-côtés du SIAO » : Les artisans du Niger, du Mali et de la Guinée Conakry sont au rendez-vous
Culture : A la découverte du Tianhoun, un instrument de musique atypique chez les Bwaba
16e édition du SIAO : Le stand de la communauté touareg accueille avec un verre de thé
Commune de Ouagadougou : Du 28 janvier au 5 février 2023, les horaires des cours sont fixés de 7h30mn à 14h en raison du SIAO
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés