Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • samedi 26 novembre 2022 à 17h13min
Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

« À l’heure où plus de 85 % de la population mondiale est sur le point de vivre sous le poids de mesures d’austérité en 2023, le bilan actuel déjà catastrophique va s’aggraver, d’autant plus que les gouvernements ont manifestement bien d’autres priorités », alerte l’organisation humanitaire Oxfam dans son dernier rapport intitulé « l’austérité : aussi une question de genre ».

« L’austérité n’est pas seulement une politique genrée ; c’est aussi un processus genré dans sa quotidienneté, la façon dont elle imprègne la vie quotidienne des femmes en particulier : dans leurs revenus, leurs responsabilités en matière de soins, leur capacité à accéder à des services aussi essentiels que la santé, l’eau et le transport, ainsi que dans leur sécurité générale et l’absence de violences physiques à leur encontre à la maison, au travail et dans la rue », a signifié Amina Hersi.

En effet, selon le rapport publié par Oxfam, les femmes sont doublement touchées par les coupes dans les services, la protection sociale et les infrastructures. D’abord directement, à cause de l’inflation et des pertes d’emploi, puis indirectement, car elles sont amenées à jouer le rôle d’« amortisseurs » de la société. « On attend d’elles qu’elles survivent et prennent soin de tout le monde lorsque l’État se retire », peut-on lire dans le rapport.

Dans un contexte où plus de 60 % des personnes qui souffrent de la faim au niveau mondial sont des femmes, le Fonds monétaire international (FMI) a exigé de neuf pays (dont le Cameroun, le Sénégal et le Suriname), qu’ils introduisent ou augmentent la taxe sur la valeur ajoutée, qui s’applique souvent à des produits courants comme les denrées alimentaires. Oxfam, pour sa part, recommande un impôt progressif sur la fortune des riches. Selon les estimations de l’organisation, cela permettrait de générer près de 1 000 milliards de dollars de plus que les coupes budgétaires annuelles que les gouvernements envisagent à partir de 2023.

Le rapport a également émis d’autres recommandations. Oxfam exhorte les gouvernements à en finir avec l’austérité et à trouver des solutions alternatives comme la budgétisation féministe et la fiscalité progressive visant à financer les services publics et la protection sociale universelle. Cela permettrait de mettre les besoins spécifiques des femmes et des filles au cœur de leurs politiques.

L’organisation les appelle également à offrir un travail décent grâce à la pleine application des normes du travail de l’Organisation internationale du travail, y compris pour les femmes travaillant dans l’économie informelle et dans l’économie des soins.

Quant au FMI, Oxfam l’invite à arrêter d’imposer des mesures d’austérité « économiques douloureuses et vouées à l’échec et à suspendre les conditions fondées sur l’austérité dans tous les programmes de prêts en cours ».

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre 2022 à 23:23, par Zemb remba En réponse à : Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

    Vous venez toujours chez nous pour amplifier des questions qui ne sont pas des problemes chez nous pour nous destabilier. Pourquoi ne parlez vous pas de la discrimantion salariale des femmes en Europe et en Amerique. Pour le meme travail chez vous les femmes sont moins payées. Et si elles not la chance d’etre Lembauchées. Voila des gens qui ont une monarchie chez eux , qui se balladent soit disant pour implanter la democratie par les armes et qui viennent donner des leçons a tout le monde. En gros nous avons des occidentaux qui representent à peine 7% de la population mondiale qui veint enmerder tout le reste monde.
    Les Africain on vecu paissblement depuis plus de 45 000 ans. Et si on reduit cela a 4500 and de l’ere Egyptienne on etait tranquille. Mais les occidentaux en quelque siecles on deja declenché 2 guerre mondiales et sont sur le point de declencher la 3ieme.

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre 2022 à 19:15, par Renault HÉLIE En réponse à : Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

      @Zemb remba
      M. ou Mme Zemb remba,
      Je me permets de vous faire observer que l’hypothèse « L’Afrique était en paix avant l’arrivée des européens vers 1500 » est un mythe, une hypothèse qui n’a jamais été étayée par les faits.
      Ce mythe est en partie dû à des philosophes comme Jean-Jacques ROUSSEAU (mythe dit du « bon sauvage ») et Karl MARX (qui imaginait un « communisme primitif » idéal avant la civilisation, mais sans aucune preuve).

      Moi, j’irai plus loin, ce n’est pas un mythe, c’est un conte de fées pour petits bigas totalement naïfs de moins de 12 ans.

      Bien au contraire, de nombreux documents décrivent une Afrique subsaharienne ravagée par des empires prédateurs violents qui allaient razzier des esclaves chez leurs voisins plus faibles, et jusqu’au 19e siècle, à commencer par ceux des Éthiopiens, des Mossis, des Mandingues, des Haoussas, etc. Et le commerce des esclaves en Afrique existait MASSIVEMENT au moins sept siècles avant que les Européens ne sortent d’Europe.
      Moi, dans l’Afrique, je n’oublie pas que le terme antique « Africa-Ifriquiya » désignait initialement le Maghreb, plus précisément le nord-est de la Tunisie. Or, 2 siècles avant JC, il se livra une véritable guerre mondiale entre deux empires, l’empire Africain de la république de Carthage et l’empire europen de la république romaine, et nul n’a jamais présenté Carthage comme une victime innocente ; bon, à la fin, Rome a vaincu, mais ces deux empires se ressemblaient beaucoup, républiques aristocratiques, esclavage, grands domaines, armées bien organisées, marines puissantes, conquêtes colonisatrices, etc.
      L’Égypte antique quant à elle était un empire guerrier qui allait souvent guerroyer chez ses voisins. Savez-vous que même la Palestine et le Liban, pays d’Asie, avaient été conquis par l’Égypte antique ?

      Donc, désolé, mais votre hypothèse « les ennuis n’ont commencé qu’avec les Européens » n’a aucun fondement solide.

      Je n’aime guère les ONG, ni OXFAM, que je soupçonne d’être colonisé par une extrême-gauche européenne toxique. Cependant, toute société, tout état, toute fiscalité doivent évoluer, changer, se moderniser... même si je pense que cette idée d’impôt sur la fortune peut tuer l’économie d’un pays.
      Donc, n’acceptez pas tel quel n’importe quel conseil fiscal, mais discutez-en sérieusement en toute démocratie.

      Justement, le présent site « Lefaso.net » permet aux internautes de discuter démocratiquement ces idées, mais la décision finale et souveraine sera purement burkinabè. Que la rédaction de « Lefaso.net » en soit remerciée !

      Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 08:56, par DCOUL En réponse à : Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

    Comme si cela n’existerait pas en europe . Occupez d’abord de ce qui se passe chez vous

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2022 à 08:25, par kwiliga En réponse à : Violences économiques contre la femme : OXFAM recommande un impôt progressif sur la fortune des riches

    Bonjour les modérateurs,
    Décidément, il est des fois où l’on ne se comprend pas.
    J’en arrive à supposer que vous êtes nombreux, certains dotés d’une certaine finesse, d’une acuité et d’une pertinence, et d’autres, malheureusement beaucoup moins pertinents, qui censurent au hasard, à partir du moment que le message les dépasse.
    Néanmoins, l’histoire des néandertaliens, je la ressortirais, car elle est symptomatique d’une façon de penser les choses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Banques et finances : Coris bank international et Coris meso finances reçoivent des lettres de félicitations de la direction générale des impôts
Civisme fiscal au Burkina : Les députés et le personnel de l’Assemblée législative de transition donnent l’exemple
Situation économique : Le Burkina Faso enregistre une baisse de croissance de 4,2% en 2022
Ministère en charge du commerce : Hamadou Paré dirige désormais la Direction de la communication et des relations presse
Perception de l’intégrité dans l’administration douanière : Un sondage révèle une appréciation positive des mesures prises pour lutter contre la corruption
Burkina : Ecobank booste l’entrepreneuriat féminin par son programme « Ellever »
Perturbations dans la distribution du super 91 : Le ministre du commerce revient sur les causes profondes
Fiscalité au Burkina : Les innovations et modifications de la loi de finances gestion 2023 expliquées aux acteurs de l’économie
Perception de l’intégrité dans l’administration douanière : Un sondage bientôt lancé
Processus budgétaire au Burkina Faso : La transformation digitale au cœur des journées de réflexion de la direction générale du budget
Financement des collectivités territoriales en Afrique de l’Ouest : Vers la validation d’une étude sur le calcul du taux de transferts
Indice harmonisé des prix à la consommation : Le Burkina Faso enregistre une baisse de 1,4% en novembre 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés