Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

Accueil > Actualités > Opinions • • dimanche 20 novembre 2022 à 14h10min
Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

En renonçant à son salaire de chef de l’Etat pour se contenter de celui de capitaine de l’armée burkinabè Ibrahim marche dans les pas du père de la révolution burkinabè, Thomas Sankara, estime Cbs l’iconoclaste, l’écrivain chroniqueur.

« Mon salaire de capitaine me suffit largement », se serait fendu le président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, dont on sait depuis le 16 novembre 2022, à l’issue du Conseil des ministres, qu’il garde son salaire de capitaine. Ce, en contradiction avec les dispositions du décret n°2008-891 du 31 décembre 2008 exhumé et « rétabli » lors dudit Conseil pour redéfinir les rémunérations des membres du Gouvernement.

En attendant de savoir le salaire lié au grade de Capitaine, quand on sait qu’en vertu du décret sus-cité, le Premier ministre et les ministres percevront désormais respectivement 1 308 000 F CFA et 1 155 000 F CFA, contre 2 782 000 F CFA et 2 386 000 F CFA sous l’ère de son prédécesseur Damiba, l’on n’a pas besoin d’être Prothée ou Kahina pour deviner que le président Traoré sera moins rémunéré que ses propres ministres. Une véritable austérité pour donner l’exemple depuis le sommet. Diantre !

Au-delà de sa silhouette, sa fraîcheur et fougue juvéniles, son grade (capitaine), son âge (34 ans) et son mode d’accession au pouvoir (coup d’Etat) qui ne sont pas sans rappeler Thomas Sankara, il convient de noter qu’il y a véritablement du Sankara supplémentaire dans les actions du président Traoré. Déjà, bien avant même l’avènement du putsch du 30 septembre 2022 qui l’a porté au pouvoir, de par son comportement et son attitude iconoclaste, on peut se risquer d’affirmer qu’il avait des valeurs sankaristes chevillées à son corps : la sainte horreur pour le luxe, notamment en période d’urgence et de priorisation des besoins du peuple ; le sens de l’intérêt général à travers la prise en compte des préoccupations de son corps d’origine.

A cet effet, nous n’oublions pas que quelques mois avant le coup d’Etat, alors qu’il était présent à Ouagadougou, le jeune capitaine Traoré a tenté de renverser un soir, la table des convives où étaient réunis des hauts gradés de l’armée pour « siroter » des boissons de luxe pendant que des soldats mourraient au front avec des conditions de travail déplorables. Et tout porte à croire que c’est dans cette même lancée que poursuit le capitaine Traoré, lorsque prenant ses premières mesures en tant que chef de l’Etat, il relève que les véhicules de type V8 dont la gestion est budgétivore, seront réquisitionnés comme des ambulances militaires et civiles au profit des populations.

Un style iconoclaste de s’éloigner des lambris dorés du palais de Kosyam

Cette austère démarche présidentielle qui tranche ostensiblement avec ce que l’on a pu voir naguère au Burkina Faso en matière de gouvernance, traduit, si besoin en était encore, de la volonté du capitaine-président Traoré de marcher sur les pas ascétiques de feu le capitaine-président Sankara dont l’ascétisme salutaire, chevaleresque et proverbial était devenu tout un suc nourricier pour l’économie nationale : refus de champagne, pas de voyage en première classe en avion pour les membres du gouvernement, possibilité pour ces derniers de voyager en avions charters, cession d’indemnités des membres du gouvernement, véhicule de fonction sobre (R5 Renault) pour ces derniers, salaire présidentiel modeste (138 736 F CFA), suppression de l’air conditionné, etc.

Aujourd’hui, avec sa fibre patriotique teintée de chauvinisme et consubstantielle à cette rigoriste dynamique sankariste, c’est un capitaine-président qui aurait souhaité que les propriétaires de véhicules consentissent des sacrifices financiers en termes de réduction de coûts lors de la récente location de véhicules dans le cadre de l’organisation de convois de ravitaillement en vivres des populations affectées par le terrorisme. Et tout comme sous l’ère Sankara, ses ministres consentent de céder 50% de leur salaire du mois de novembre 2022 pour soutenir l’action humanitaire. Du véritable remake de l’histoire !

Quoi qu’il en soit, le choix du président Traoré porté, le 21 octobre 2022, sur un Sankariste dans l’âme (Me Apollinaire Kyélem de Tambèla) comme Premier ministre indiquait déjà clairement l’intention du capitaine du navire battant pavillon Burkina de faire flotter celui-ci sur les rives des idées de Thomas Sankara.

Aussi, ce n’est pas le fait du hasard si le président Traoré a décidé d’installer son QG à la Primature ; là où Sankara avait établi ses pénates pour transformer la vie des Burkinabè et l’image du pays sur le plan international. Un style certes iconoclaste de s’éloigner des lambris dorés du palais de Kosyam, mais traduisant une fois de plus l’envie difficile à dissimuler et à réprimer du capitaine Traoré de travailler là où demeure encore vivace l’esprit du capitaine Sankara avec l’espoir que celui-ci devenu « ancêtre » irradie ses actions au quotidien.

En tout cas, cette attitude présidentielle de refus de la concupiscence, de jouissance immodérée des biens matériels rare sous nos tropiques, passe par la mortification, la capacité à s’imposer des privations ou à faire des sacrifices. Et continue de faire recette en termes de popularité, auprès de la jeunesse africaine qui en est friande. En attendant de voir la suite du film dans les jours à venir pour savoir jusqu’à quelle échelle il est prêt à « monter » sur les pas ascétiques de Sankara qui lui permettent de conserver son état de grâce dans l’opinion, il y a fort à parier que le capitaine-président Traoré n’est pas dans la logique de se servir, mais plutôt de servir la Nation.

Cbs L’iconoclaste
L’écrivain chroniqueur

Vos commentaires

  • Le 20 novembre 2022 à 15:27, par Bagaman En réponse à : Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

    God bless him. God be with him in all that he is doing for Burkina Faso. May his enemies suffer humiliation.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2022 à 15:54, par Emilie COMPAORÉ En réponse à : Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

    Vivement que l’alt accompagne ce régime en votant des lois clairement Burkinabè pour sortir notre pays de l’immobilisme dans lequel il se trouve
    Que le tout puissant éclaire les esprits des Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2022 à 17:18, par TANGA En réponse à : Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

    Longue vie à IBRAHIM TRAORE et à tout son entourage qui veut bien travailler comme lui avec lui !
    Comme tu fais tes preuves,nous t’appellerons désormais l’ami de Dieu.
    Puisse Dieu Tout Puissant et Miséricordieux t’accompagner dans ton œuvre combien noble !
    Amen !
    Honorable ami de Dieu, il sera préférable à présent que vous sachiez éviter qu’il y ait une dégénération entre la jeunesse et les militaires français et leur ambassadeur. Oui, ce sont les deux que la jeunesse ne veut plus dans notre pays.
    Pour cela, mieux serait de demander le retrait immédiat de ces militaires de notre pays mais aussi et surtout le changement d’ambassadeur. En attendant, cet ambassadeur peut aller dans un autre pays.
    La jeunesse Burkinabè est chez elle et ce sont les autres qui sont étrangers ; si situation arrivait, les autres s’en iront tout bonnement pendant que nous souffrons avec nos frères et nos enfants.
    Cher Ibrahim TRAORE, ayez à l’esprit que la France et l’occident ne cherchent qu’à ce que la situation s’envenime ; ainsi ils courront tous vers notre pays pour soit disant extraire les leurs. Moment à partir duquel tout sera possible.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2022 à 17:56, par Passakziri En réponse à : Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

    Non, il rêve d être vu comme Sankara, mais il est loin d être sur ses pas. Sankara n a jamais joué au plus rusé. Sankara disait les choses comme il les voyait, en intelligence et clarté. Or ici le capitaine n a pas ce courage. Il se contente de laisser distiller des mensonges par voix interposée, ou d encourager la rue à le faire. Sankara n a jamais eu besoin de ça. Lui se mettait devant et assumait ses idées, avant de convaincre les masses a y adhérer. Ensuite Sankara ne se contentait pas d accuser tout le monde et personne, chose la plus facile.
    Bref Traoré n est pas Sankara, personne n est Sankara. Pour approcher des pas de Sankara, il lui faut encore beaucoup plus que le populisme.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2022 à 10:35, par kwiliga En réponse à : Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas ascétiques de Sankara

    M’ouais, se montrer exemplaire, c’est bien, très bien même.
    Néanmoins, l’ascétisme d’une seule personne ne risque pas de sauver le pays, s’il n’est pas accompagné de mesures fortes et extrêmement déplaisantes à l’égard de certains puissants, grands fonctionnaires, gros patrons, riches commerçants,... Cela l’amènera-t-il à la même fin que Sankara ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens patriotes burkinabè
Burkina : IB, religion et ethnie
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez ainsi !
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les provinces du Nayala et du Sourou se meurent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés