Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un mur ne le fait pas tomber

Accueil > Actualités > Opinions • Lefaso.net • jeudi 17 novembre 2022 à 12h00min
Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un mur ne le fait pas tomber

Dans cette lettre ouverte, Nicolas Sawadogo distille ses conseils au nouveau gouvernement du Burkina.

Le navire du Burkina Faso a suffisamment tangué sous la direction de différents capitaines qui se sont succédé au fil du temps, et l’histoire a voulu aujourd’hui qu’il soit sous votre direction. Il est connu que l’intégrité élève une nation et que la corruption la rabaisse. Les pouvoirs non issus des urnes sont les mieux placés dans notre contexte actuel pour incarner une gouvernance exemplaire allant dans le sens de l’intégrité car ils ne sont redevables à aucun électorat.

Alors, considérez votre responsabilité comme un sacerdoce ; pas le sacerdoce tel qu’il est mené aujourd’hui par certains responsables avec un certain pharisaïsme qui en rabaisse la valeur, mais le sacerdoce dans toute la noblesse de son sens originel. Appliquez une rigueur totale dans la gestion de la chose publique : la rigueur envers vous-mêmes d’abord. Un proverbe bien connu de chez nous dit que « si le couteau ne coupe pas son fourreau, il ne coupera pas autre chose ».

Il y a un discours incongru qui agace et même révolte ; c’est celui du corrompu qui fustige la corruption, celui du détourneur patenté de deniers publics qui parle de la bonne gestion des biens de l’Etat. La rigueur décrétée du haut d’un fauteuil présidentiel ou ministériel par un laxiste ou un boulimique prédateur des biens publics ne produira jamais des résultats satisfaisants. Par contre celle exercée sur soi-même s’impose verticalement aux autres.

Par ailleurs, il faut résister à la corruption du pouvoir car beaucoup de responsables politiques n’avaient pas de mauvaise intention au départ mais deviennent corrompus par les opportunités que donne le pouvoir. Lord Acton disait : « Le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompu absolument ».

La question suivante fut posée un jour au grand historien Charles A. Bead : « quelles sont les grandes leçons que l’histoire vous a enseignées » ? Il répondit ainsi :
« La première est que si la nuit est assez noire on peut voir des étoiles ; la deuxième est que les dieux rendent fou par le pouvoir celui qu’ils veulent perdre ; la troisième est que l’abeille fertilise la fleur qu’elle pille ; la quatrième est que les moulins de Dieu moulent lentement mais très fin ».

La nuit est assez noire au Burkina Faso actuellement. C’est l’occasion pour vous de briller comme des étoiles dans cette épaisse obscurité. Vos moindres actes de patriotisme et d’intégrité seront bien vus et appréciés à leur juste valeur dans cet océan de corruption généralisée. Evitez la folie du pouvoir pour éviter votre perte. L’étymologie grecque du mot ministre nous montre qu’il signifie serviteur (minister) au service d’un maître (magister). Soyez des serviteurs et que le peuple soit votre maître ; restez constamment à son écoute.

Un terme qui, de notre point de vue est à bannir de la gouvernance politique moderne est le mot « naam » en mooré, qui signifie chefferie ou royauté. Ce mot n’a de place que dans le pouvoir traditionnel. Dans la gouvernance politique moderne au sens étymologique du mot « politique », il est question de responsabilité et de service. On ne devient pas président ou ministre pour régner ni même pour s’enrichir, mais pour servir.

On s’enrichit dans les activités lucratives et la politique n’en est pas une. La vraie grandeur de l’homme politique, de l’homme tout court, ne se mesure pas à l’aune de la condescendance de l’ostentation ou de la richesse mal acquise, mais à celle de l’humilité et de la serviabilité. Celui qui nous lit actuellement, qu’il ferme les yeux un instant et se pose cette question : « qu’est-ce que je veux qu’on dise de moi à la fin de ma mission ? Que j’ai servi mon pays avec patriotisme et intégrité, ou que j’ai fait comme les autres, ou pire que les autres ».

Après avoir répondu à cette question, qu’il ouvre les yeux et s’engage résolument en toute âme et conscience dans le sens de la réponse qu’il s’est donnée. Gouvernez de sorte qu’à la fin de votre mission, quelle que soit la manière dont elle prendra fin, aucun de vous n’ait besoin d’aller se réfugier au Togo ou en Côte d’ivoire ou encore plus loin. Mieux encore, gouvernez de sorte que si un éventuel coup d’état se perpétrait contre vous (que Dieu nous en épargne), tout le peuple burkinabè sorte pour s’y opposer et vous réclamer, et non pour encourager les nouveaux putschistes.

Tout le monde reconnaît que la priorité du nouveau gouvernement est la sécurisation du territoire national. Mais c’est aussi le moment d’arrêter cette abeille qui pille le Burkina Faso. Il existe des accords impérialistes qui doivent purement et simplement être abrogés. C’est l’occasion pour nous d’arracher notre vraie indépendance, et sachez que c’est l’aspiration actuelle de toute la jeunesse, voire de tout le peuple burkinabè.

Les pouvoirs non issus des urnes sont les mieux placés pour relever de tels défis. L’âge de l’actuel capitaine du navire est un atout pour cela car la jeunesse, c’est l’audace, le goût du risque et le rêve, dit-on. Tu as déjà risqué la prison et même ta vie pour sauver ce pays. Alors ne laisse rien mitiger cet élan. Vise la lune et même si tu la rates, tu te retrouveras au moins au milieu des étoiles.

Notre indépendance véritable est un vrai chalenge et un impératif catégorique. Tous nos efforts de développement resteront sous coupe réglée et un pur leurre, tant que nous ne serons pas réellement affranchis. Même la problématique de l’insécurité actuelle est intrinsèquement liée à cette question d’indépendance. Ce qui s’est passé le 5 août 1960 n’est qu’un passage en coulisse du dominateur. Il nous faut une vraie libération et nous devons avoir le courage de l’arracher aujourd’hui à tout prix. Le moment est favorable et même très favorable pour cela.

Les moulins de Dieu ont moulu très lentement pendant de longues années, mais enfin le temps est accompli maintenant.
L’abeille veut à l’heure actuelle arracher à tout prix la partie la plus juteuse de la fleur et elle envisage des stratégies avec des complicités africaines ou nationales pour estomper toute dynamique émancipatrice. Pour l’en dissuader, il faut nouer un partenariat solide avec un pays dont elle redoute la puissance nucléaire.

L’argumentaire qui fait croire que nous pouvons vaincre le terrorisme par nos propres forces est un beau discours qui fait appel au sens de la responsabilité collective, mais ce n’est qu’un paralogisme trompeur. C’est se méprendre sur l’adversaire. Les vrais terroristes ne sont pas ceux qu’on voit. Derrière eux se trouve une entité rapace de loin plus armée, plus dotée d’appareils de surveillance et déterminée à se battre pour maintenir son hégémonie.

Le terrorisme est une invention de l’occident et dans le contexte actuel, il serait extrêmement difficile de le vaincre sans un partenariat avec une puissance nucléaire supérieure qui puisse l’intimider. Ce partenariat doit être conjugué avec une armée nationale unie, bien organisée, bien dotée et accompagnée d’une mobilisation communautaire dans nos villes et campagnes. Il ne faut surtout pas commettre l’erreur de demander de l’aide contre le terrorisme, de la part de celui qui l’a inventé et le nourrit : ce serait comme solliciter l’aide de ton rival pour conquérir le cœur d’une amante, celle même qui fait l’objet de la rivalité entre vous.

Je vous souhaite un plein succès dans votre noble mission tout en reconnaissant que cette lettre n’est peut-être qu’un encouragement au nouveau gouvernement qui est déjà engagé dans une vision pareille sinon meilleure. Mais comme renforcer un mur ne le fait pas tomber, alors c’est ma modeste contribution au renforcement du mur.

Nicolas SAWADOGO : sawadogon71@gmail.com

Vos commentaires

  • Le 18 novembre 2022 à 09:14, par zemosse En réponse à : Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un mur ne le fait pas tomber

    J’ai aimé, alors , je te félicite . Qui vivra, verra.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2022 à 09:16, par Cortex7 En réponse à : Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un mur ne le fait pas tomber

    Je valide M. Sawadogo. C’est l’occasion parfaite de déraciner complètement cette corruption qui gangrène et dilapide les ressources de l’Etat. En suis, la question liée au FCFA peut être abordée car nos ressources gardées par le Trésor français sur le marché financier doivent être gérées directement par l’Etat du BURKINA FASO qui a suffisamment de compétences en la matière. Excellente journée

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2022 à 09:33, par Mechtilde Guirma En réponse à : Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un mur ne le fait pas tomber

    Pour l’en dissuader, il faut nouer un partenariat solide avec un pays dont elle redoute la puissance nucléaire. […] Le terrorisme est une invention de l’occident et dans le contexte actuel, il serait extrêmement difficile de le vaincre sans un partenariat avec une puissance nucléaire supérieure qui puisse l’intimider.

    Monsieur Sawadogo, vous me faites sourire. Ce que vous préconisez là, c’est vraiment trop beau pour être vrai :

    ET SI CETTE PUISSANCE NUCLÉAIRE SE révélait ÊTRE précisément GRIPPEMINAUD le chat ?

    Et pourtant les choses sont si simples. Nous n’avons pas besoin d’épouvantails pour nous faire respecter. Tenez jetez vous même un coup d’œil sur les pays (notamment africains) qui ont usé jadis de ces genres d’épouvantails. Que sont-ils devenus aujourd’hui ?

    Bref moi aussi j’ai assez fait de propositions. J’ai beaucoup participé aux réflexions concernant l’avenir de notre pays non seulement en connaissance de cause, mais aussi en tant que témoin oculaire de son évolution depuis la période coloniale jusqu’à nos jours en passant par les vraies démocraties et « la fameuse révolution démocratique et populaire »,

    Mr. Sawadogo, le mal de notre pays aussi, en d’autres termes le véritable « bouc émissaire » c’est la jeunesse qui manque de repères ». Et sans repères, ils ne peuvent pas avoir un idéal, ni de rêves, ni une vocation professionnelle ou sociale qui leur sont inhérents. Les jeunes n’ont pas de rêves ni projet d’avenir. Ils sont de façon perpétuelle dans l’angoisse, la peur du lendemain sans la pitance quotidienne. Par exemple un enfant du village qui par chance finit le secondaire, son orientation universitaire c’est du bluff. Seul le diplôme l’intéresse, pour devenir ministre. Il ne retournera pas dans village, pour y mettre en valeur son diplôme. La ville reste son attraction, pour devenir député, fonder une ONG amasser l’argent et battre campagne en fondant son parti. Au besoin, il étouffera les projets des autres et même s’y substituera sans pourtant avoir la capacité de les faire aboutir. Mieux, à notre retour de l’Europe, j’ai assisté à une conversation ou des parents se bousculent pour inscrire leurs enfants au Prytanie militaire. Raison invoquée ? Les enfants sont sûr de toucher des salaires substantiels, en plus la chance de devenir Président de la Républiques, car en effet c’était l’ère du temps des militaires au pouvoir et qui n’a pas l’air de vouloir s’estomper un temps soit peu, et même qui s’instituait en carrière politique de gouvernance, une sorte de patrimonialisation de l’armée avec la bénédiction de Sankara dans sa fameuse déclaration : « Un militaire sans formation… », qui a précisément opté pour cette puissance nucléaire dont vous parlez, inaugurant ainsi l’ère des exécutions sommaires et extra-judiciaires et préparant l’invasion de notre pays par de prétendus terroristes qui ne sont personnes d’autres que nous-mêmes. Tout comme aujourd’hui Sankara a jouit de l’exode rural en ville pour sa révolution.

    Et pourtant le village offre beaucoup de possibilités vocationnelle pour faire décoller le pays : de l’agriculture à la métallurgie en passant par l’agronomie, la météorologie, la sidérurgie, la Culture. Moi qui suis née dans la ville, et appartenant à une famille de noblesse, j’ai voulu apporter un démenti formel comme quoi les Mossi sont des dangereux féodaux aux coutumes néfastes qui maltraitent les femmes qui dit-on sont sans droit. Par contre mon père qui ne faisait rien sans consulter ma mère une véritable connivente dans l’éducation de leurs enfants, était traité de faiblard parce que, il paraîtrait qu’il se laissait commander par cette dernière qui n’était qu’une orgueilleuse (qualité ou défaut qu’on m’a aussi attribué plus tard). Et j’ai de ma mère et de mes tantes, les contes les légendes les proverbes etc. qui illustraient la vie au quotidien et nous interpellaient nous les enfants pour l’avenir. En effet mes tantes étaient les égales de mon père en matière d’autorité vis à vis des enfants et aussi les médiatrices entre mon père et ma mère en cas de brouille. C’est pourquoi dans mes interrogations sur la question de la femme, je me suis inscrite en Sciences Politiques et Relations Internationales, là j’ai trouvé ma pleine vocation. Et comme tout justement ce fut un diplômes en cours de carrière je n’ai pas bénéficié du droit de reclassement de B à A. j’ai été à la retraite avec mon diplôme de secrétaire dactylo (B3). Mais qu’à cela ne tienne, je ne m’en plains pas, la preuve c’est qu’aujourd’hui, n’importe quelle diplômé ou diplômée universitaire ne peut venir déblatérer sa pédanterie sur moi, au sujet de la condition de la femme dans mon ethnie comme il a toujours été question d’ailleurs dans toutes les bouches même des bailleurs de fond et ONG.

    Le vrai mal du pays dans ce domaine, est que la mobilité sociale, qui devrait permettre qu’on quitte une situation inférieure de son État pour rejoindre la position supérieure par sa compétence n’existe pas. Or la mobilité sociale est le moteur même du développement. Les gens sont obligés alors d’inventer toutes sortes de stratagèmes pour y parvenir dans la vie en utilisant non seulement des moyens illégaux mais également la corruption. D’où la carence de la compétence dans les services. Et qui dit carence de compétence, dit aussi carence de « Conscience professionnel » nid de jalousie, de concurrence déloyale et féroce, de récupérations qui n’aboutiront jamais faisant le jeu des puissances mafieuses (qui existent dans tous les pays). Et même les bonnes volontés finissent par être pris dans le jeu infernal faute de pouvoir s’y prendre autrement. Un tel pays n’avancera jamais et cafouillera à la recherche de « puissance nucléaire en puissance nucléaire » comme s’il en fallait passer par là, pour se rendre compte in fine et comme le dit le proverbe moagha « Si tu n’as pas la patience de venter ton feu dont le bois est humide et que un à un tu les retires sous prétexte qu’ils produisent de la fumée que restera-t-il sous ta marmite pour la faire bouillir ? ». Oui on irait alors de corruption en corruption (ou de coup d’État en coup d’État). En tout cas nous y sommes déjà sans qu’on puisse croire qu’on s’en sortira un jour.

    Mais puisque vous semblez présager le mieux pour l’avenir de notre pays, en raisonnant en terme de puissance nucléaire en puissance nucléaire, je vous répondrai ceci : vous êtes plus jeune que moi et maîtrisez le numérique et autres gadgets modernes. Si l’Afrique devrait flirter avec, faute d’alternative salvatrice autre que, de puissance nucléaire en puissance nucléaire, rappelez-vous encore que le proverbe moagha dit aussi ceci : « l’oiseau a beau voler d’arbre en arbre, de pays en pays, il revient toujours mourir dans son nid originel ». Bonne chance à vous !... pour toute l’Afrique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina Faso
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens patriotes burkinabè
Burkina : IB, religion et ethnie
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez ainsi !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés