Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Certificat en journalisme, communication et conflits : Sortie de la promotion « Marie-Soleil Frère »

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • lundi 7 novembre 2022 à 22h50min
Certificat en journalisme, communication et conflits : Sortie de la promotion « Marie-Soleil Frère »

La première cohorte d’auditeurs et d’auditrices en journalisme, communication et conflits a reçu son parchemin dans l’après-midi de ce lundi 7 novembre dans la salle de conférence de l’université Thomas Sankara. La cérémonie a été parrainée par l’ambassadeur du royaume de Belgique au Burkina, Jean Jacques Quairiat, et placée sous la présidence du président de l’université Thomas Sankara, le Pr Pam Zahonogo.

Durant trois mois, ces professionnels de l’information et de la communication qui ont en charge les questions sécuritaires et la gestion de la communication de crise ont vu leurs capacités renforcées en la matière. Cette formation certifiante dont ils ont bénéficié a été initiée pour les professionnels du domaine afin de répondre aux besoins sur le terrain.

Vue des lauréats de certificat en journalisme, communication et conflits

C’est une formation, il faut le rappeler, qui se tient dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de coopération nord-sud. En clair, il s’agit, selon le coordonnateur-sud, Dr Lassané Yaméogo, d’un projet de deux volets mis en place par un consortium d’universités et de centres de recherche au nord et au sud, dont le premier volet a consisté à mettre en place un certificat universitaire en journalisme, communication et conflits pour renforcer les capacités des journalistes et des communicants en charge des questions sécuritaires pour la couverture médiatique de l’information, mais aussi pour une bonne gestion de la communication de crise. Le second volet consistera à produire de la connaissance qui permettra aux politiques, aux pouvoirs publics, à la population de manière générale de mieux comprendre la conflictualité à laquelle le Burkina Faso est confronté, notamment sur l’extrémisme violent, le terrorisme et les conflits intercommunautaires, a-t-il ajouté.

Dr Lassané Yaméogo, coordonnateur-sud

Par ailleurs, cette première cohorte compte au total seize professionnels formés, dont huit femmes et huit hommes, avec un taux de succès de 100%. Elle a pour nom de baptême « Marie-Soleil Frère » afin de rendre hommage à celle-là même qui a été à l’initiative de ce projet de formation.

Jean Jacques Quairiat, ambassadeur du royaume de Belgique et parrain de la première cohorte

Le parrain de cette promotion, l’ambassadeur du royaume de Belgique, Jean Jacques Quairiat, a invité ses filleuls à incarner les valeurs et la vision qui ont été défendues par la chercheure pendant toute sa vie. C’est une femme travailleuse qui a consacrée sa vie pour la démocratie africaine et elle a beaucoup écrit sur plusieurs pays en la matière, du Burkina Faso, en passant par le Congo, le Cameroun... « Si vous avez donc décidé de porter son nom, vous devez lui ressembler à travers les valeurs qu’elle prônait », a-t-il conseillé aux lauréats. Et au coordonnateur-sud d’ajouter qu’on ne peut d’ailleurs pas parler de ce projet sans parler de Marie-Soleil Frère.

Selon ses dires, sans elle, le projet n’aurait pas eu lieu, parce que, même étant malade, elle s’est battue pour qu’il puisse se réaliser. Des avis également partagés par le président de l’université Thomas Sankara, le Pr Pam Zahonogo, et le directeur de l’Institut universitaire de formation initiale et continue (IUFIC), le Dr Achille Diendéré. Pour eux, les valeurs de la chercheure sont connues de tous et les impétrants sont appelés à bien les incarner.

Rita Nadine Compaoré, porte-parole des lauréats

Très émus, les lauréats ont reçu leurs parchemins et des ouvrages spécialisés offerts par leurs formateurs. Ils ont donc, à travers leur porte-parole, Rita Nadine Compaoré, promis d’être de bons professionnels sur le terrain, mais aussi de promouvoir l’excellence à l’image de Marie-Soleil Frère.

Les lauréats posent ensemble

La cérémonie s’est aussi tenue en présence de l’époux de Marie-Soleil Frère, Etienne Minoungou, qui a exprimé sa reconnaissance pour le choix du nom de son épouse au vu de tout le travail qu’elle a abattu durant sa vie et cela fait honneur à toute la famille.
Le recrutement de la deuxième cohorte est en cours et les candidats peuvent toujours postuler. Le début des cours est prévu pour mi-novembre 2022.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Technologie au Burkina : PUBBIX TECH outille une dizaine de jeunes au ‟UX Design″
Editorial : Non, les médias burkinabè ne sont pas des « Radio mille collines »
« Reporters du Faso » : Moumouni Simporé succède à Charles Tiendrébéogo à la tête de l’organisation
Médias au Burkina : « Le travail du journaliste n’est pas de chanter les louanges de quelqu’un », rappelle le journaliste Boureima Ouédraogo
Utilisation des réseaux sociaux : La responsabilité sociale et citoyenne des internautes au cœur d’une rencontre du SEPAFAR
Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation en Afrique : Le comité CNP-NZ dénonce son usurpation par l’ONG M&D
Régulation de la communication au Burkina : Les Burkinabè invités à faire attention à ce qu’ils véhiculent comme information
Création de visuels et d’infographies : Polotno Studio, l’alternative gratuite à Canva
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise les étudiants du Centre universitaire polyvalent du Burkina
Régulation des médias : Le CSC présente sa vision au Chef de l’Etat et sollicite son soutien
Sécurisation des musées au Sahel : ICOM international arme les professionnels maliens et burkinabè
Création de contenus : Cinq YouTubeurs africains à suivre de près
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés