Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas parce qu’une mouche ne devient pas une abeille qu’un pauvre ne peut pas devenir roi» proverbe Mossi

Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 5 octobre 2022 à 22h07min
Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

Le Burkina Faso a connu, le vendredi 30 septembre 2022, un second coup d’Etat en l’espace de huit mois. En effet, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a été évincé par ses frères d’armes qui l’avaient porté au pouvoir. Son successeur Ibrahim Traoré promet des assises pour désigner un civil ou un militaire pour présider la transition. Une équipe de Lefaso.net a tendu son micro à quelques Ouagavillois pour savoir qui d’un civil ou d’un militaire préfèrent-ils à la tête du Burkina.

Norat Ouédraogo, étudiante en année de licence

« Mon souhait est que l’on laisse le pouvoir à un militaire et plus précisément au capitaine Ibrahim Traoré. Rien qu’en l’écoutant et en voyant ce qu’il a déjà fait dans ces trois jours là… il est vraiment rassurant. Il sait ce qu’il veut et ce qu’il doit faire ».

Lucien Kambou, journaliste free-lance

« Civil, militaire ou paramilitaire peu importe. Pourvu que ce soit quelqu’un qui puisse créer les conditions qui permettront de gagner la guerre sur le terrain. Les Burkinabè ont les deux expériences de déceptions d’abord avec le civil puis le militaire dans la lutte contre l’insécurité. Ce que nous n’aimerions plus voir, c’est la montée en puissance de l’armée burkinabè dans l’administration. S’il arrivait que le président soit un soldat, les autres forces de défense et de sécurité doivent comprendre que ce n’est pas pour leurs créer des postes dans des bureaux mais plutôt les accompagner à réussir le travail sur le champ de bataille ».

Lucien Kambou, journaliste free-lance

Anonyme

« Un président civil est la meilleure option... Qu’on le veuille ou pas, le poste de président est pour les politiciens. Voilà le capitaine Ibrahim Traoré qui rencontre déjà les membres de la CEDEAO. D’ici là, il sera peut-être dans l’obligation de participer à des réunions à l’extérieur. Donc, pour éviter toutes ces situations, le militaire n’a pas sa place dans les bureaux mais sur le terrain ».

Samira Ouattara, étudiante en communication

« Je souhaite que ce président soit à la fois un civil et militaire. Je m’explique : qu’il soit militaire de par sa profession ce qui lui permettra de trouver plus facilement des solutions pour combattre le terrorisme en ce sens qu’il est un homme de terrain et qu’il maîtrise déjà les enjeux auxquels il fera face, et pourra toucher plus facilement la vraie source du problème. Et civil pour pouvoir comprendre la réalité que nous endurons face à la cherté de la vie et face aux nombreux déplacements de la population ».

Samira Ouattara, étudiante en communication

Anonyme

« Pour moi, la situation actuelle, vu la scission qu’il y a au sein de l’armée il faut un président civil qui puisse réconcilier les acteurs de la lutte contre l’insécurité ».

« Pour moi, la situation actuelle, vu la scission qu’il y a au sein de l’armée il faut un président civil qui puisse réconcilier les acteurs de la lutte contre l’insécurité

Flora Younga, journaliste

« Je souhaiterais de tout cœur que ce soit un militaire, car ils sont plus habilités étant donné que nous sommes dans cette situation d’insécurité. Cependant que ce soit un bon militaire, pas un “vendu” déguisé en militaire ».

Flora Younga, Journaliste

Youssef Kirakoya, entrepreneur

« Militaire ou civil, cela importe peu pour moi. L’essentiel est que la situation ne se dégrade plus. Mais à bien réfléchir, je préfère en ce moment précis un militaire plutôt qu’un civil car nous en sommes là aujourd’hui à cause d’eux. Les civils ont failli depuis près de huit ans et nous souffrons tous aujourd’hui. Donnons la chance aux militaires et accompagnons-les à restaurer la paix et la quiétude à nouveau au pays des hommes intègres ».

Youssef Kirakoya, entrepreneur

Adama Guené, étudiant en anglais

« Je préfère un militaire parce que tout simplement nous sommes en guerre. Et c’est eux les principaux concernés donc ils sauront comment nous sortir de cette crise ».

Adama Guené, étudiant en Anglais

M. K.T, professeur

« Je souhaite que la transition en cours soit dirigée par un président militaire. Le capitaine avait dit lors du putsch que ses frères d’armes avaient besoin d’un minimum à savoir la logistique pour pouvoir combattre, mais malheureusement ils n’avaient pas ce minimum au front. Vu ces insuffisances, il était venu voir l’ex président M. Damiba qui est lui-même militaire. À l’issue de leur rencontre, il n’a malheureusement pas eu de satisfaction. Quelques temps après, on a assisté à un nouveau coup de force pour faire bouger les lignes. Comme le capitaine Ibrahim Traoré connaît déjà les problèmes qui empêchent ses frères d’armes de bien mener cette lutte contre les terroristes lorsqu’il était en première ligne au front, je souhaite qu’il assume son coup d’Etat ».

Anonyme

« Je souhaite un militaire qui va oser se départir de la politique française qui est une peste pour les peuples africains ».

Moa Dadiss, greffier

« Moi personnellement, ce n’est pas le statut militaire ou civil qui m’intéresse. Nous voulons quelqu’un, peu importe son statut social, qui suivra la voie tracée par le peuple pour ne pas dire les assises nationales dont on parle. Le Burkina n’a pas de problème d’homme, mais un problème de leader ! C’est de ça qu’il est question ».

Patricia Coulibaly
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 octobre à 19:03, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Futur président de la transition : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Si le futur président de la Transition ,Président du Faso doit être un militaire en la personne du Capitaine TRAORE IBrahim ,chose que je souhaite ,il faudra clairement que les forces vives de la Nation qui seront réunies pour désigner ce président prennent ou recommandent ou ordonne un certain nombre de décision courageuses à prendre immédiatement pour faciliter la tâche au nouveau président désigné qui les mettra en œuvre immédiatement après sa prestation de serment :
    1- inviter tous les officiers et cadres supérieurs des FDS à au moins 3 ans de départ à la retraite à accepter de partir à la retraite anticipée contre versement intégral de la totalité de leurs salaires ( moins les indemnités liées à une responsabilité quelconque ) de ces 3 ans
    Pour financer cette opération, demander une contribution spéciale populaire . Je peux vous dire qu’on aura pas besoin de plus de cinq milliards de Francs CFA pour cette opération et moi je suis prêt à donner un mois de mon modeste salaire dans ce cadre .
    2- Eviter de désigner un autre militaire comme président quelque soit son grade ,car cela sera une source potentielle de conflit entre ce militaire et le capitaine TRAORE ,vu les conditions du dénouement du coup d’Etat et au regard des tractations qui ont eu lieu avec l’ancien PF DAMIBA .
    S’il vous plait, ne créons pas des sources explosives potentielles de conflit qui vont aggraver la situation .
    Certains hauts gradés de l’armée en complicité avec leurs hommes civils de services veulent récupérer la "chose" avec ces fausses histoires de grades . Le BURKINA FASO n’est pas un gâteau pour les militaires qui peuvent se le partager sur la base de grade . Tout cela est entretenu pour continuer à diviser l’armée de manière à ce que le jeune capitaine échoue dans sa mission.
    3- trouver un très bon et dynamique ,intègre , Premier Ministre, ni trop jeune ,ni trop vieux ( Age maximum 68 ans ),ayant un sens élevé du devoir et grand meneurs d’hommes pour diriger l’action gouvernementale de manière à ce que le Capitaine TRAORE Président puisse se concentrer sur la question prioritaire de la défense nationale . Ce PM devra être fidèle à 100% au président désigné par les forces vives de la Nation pour l’accompagner et non pour faire autre chose . Eviter radicalement un homme politique ou un responsable d’OSC trop marqué, surcroit dirigeant de parti politique
    3- Former un équipe gouvernementale composé :
    -3 personnes maximum dont l’âge est compris entre 55 et 70 ans et en bonne santé physique et mentale pour supporter le poids de la mission spéciale
    - 2/3 personnes dont varie entre 35 et 55 ans mais jouissant en outre d’un minimum d’expérience dans l’administration publique ou privée à un niveau de direction ou à tout le moins de conception
    -1/3 de femmes cadres sérieuses jouissant également d’une expérience minimale dans l’administration publique à un niveau de direction ou à tout le moins de conception .
    Si les forces vives de la Nation n’aident sincèrement ce jeune capitaine j’ai même peur que des personnes qui ont perdu le pouvoir n’attentent à sa vie . En outre quand on sait les accointances de l’ancien président BC et de son Diendere avec les terroristes en réaction de leur gars DAMIBA , il faut craindre qu’ils actionnent leurs amis pour déclencher des actions terroristes contre le Burkina faso de manière à retourner l’opinion nationale contre le capitaine TRAORE et ses camarades . Alors peuple du BURKINA FASO ,Capitaine TRAORE Ibrahim et camarades ,vigilance ,Vigilance ,vigilance . Un ennemi dangereux a toujours les caractéristiques et les traits d’un ange bienfaiteur

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 19:08, par Yako En réponse à : Futur président de la transition : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Pour ma part, les assises nationales et compagnies ne résolvent rien si ce n’est ajouter du désordre aux désordres car l’heure est grave et le pays doit penser deux fois avant de s’ouvrir à une transition civilo-militaire handicapant pour l’action gouvernementale qui vise essentiellement à reconquérir les territoires" perdus" D’où la nécessité d’avancer avec un cabinet militaire homogène jusqu’aux élections 2024. En effet, à la suite de l’insurrection 2014 l’expérience du couple Kafando/Zida n’a pas été positive ni pour les Burkinabe ni pour les institutions car les mêmes faucons jadis animateurs de la vie politique nationale sont toujours en activité.Ce conglomérat de partis politiques et OSC protagonistes/antagonistes de 2014/2015/2022 sont un problème pour notre pays. Ceci dit ceux qui ont échoué dans un passé récent ne peuvent pas être une solution. Ils passeront les deux années qui nous séparent des élections dans des complots en vue des échéances de 2024,voire contre la transition elle-même !
    Conclusion : il faut maintenir l’état d’exception qui se justifie par la dégradation aiguë de la situation nationale et le pays réel le comprendra aisément. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 20:46, par Kawswéogo En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Surtout Mr Traoré ne vous ridiculisez pas et par la même occasion votre peuple comme plein de chefs d’état africains lors du dernier sommet de l’ONU. Quelle honte de voir venir des délégations africaines en limousine alors que certains dirigeants européens venaient en co-voiturage : des premiers ministres de 2 pays dans un véhicule et petits !!! Ridicule nos chefs d’état qui avec de gros ventres, viennent ensuite pleurer de faim pour leurs peuples, 70 membres la délégation burkinabé, pour quel résultat ? Comment voulez vous que l’Occident ne nous considère pas comme de grands enfants ? Honte à nous !

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 20:47, par Kawswéogo En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Surtout Mr Traoré ne vous ridiculisez pas et par la même occasion votre peuple comme plein de chefs d’état africains lors du dernier sommet de l’ONU. Quelle honte de voir venir des délégations africaines en limousine alors que certains dirigeants européens venaient en co-voiturage : des premiers ministres de 2 pays dans un véhicule et petits !!! Ridicule nos chefs d’état qui avec de gros ventres, viennent ensuite pleurer de faim pour leurs peuples, 70 membres la délégation burkinabé, pour quel résultat ? Comment voulez vous que l’Occident ne nous considère pas comme de grands enfants ? Honte à nous !

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 22:44, par Sonni ALIBER En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Un président MILITAIRE ,les civils au BURKINA FASO SE SONT DISQUALIFIÉS EUX-MÊMES /ils sont incapables et FACILEMENT CORRUPTIBLES PAR L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS /ce sont les civils qui ont vendu le pays,sinon comment comprendre autant de morts,des régions entièrement coupées du reste du pays vive l’enfer ?Une banalisation de l’homme burkinabé voir de l’homme NOIR ,L’administration burkinabé est POURRIE DE LA TÊTE ,les hauts fonctionnaires sont tous CORROMPUS,la police et les généraux félons /même un retour de Thomas SANKARA ne peut résoudre ce problème /le burkinabé est un grand FAINÉANT CORROMPU ET BÊTE ,ils ne savent pas qu’ils sont suivi et les temps ont changer ,l’état est devenu une BANQUE INTARISSABLE POUR EUX ET LEURS FAMILLE /voilà un dessin du burkinabé d’aujourd’hui et cela va ÊTRE DIFFICILE DE GOUVERNER DE CE QUI RESTE DE CE PAYS

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre à 23:35, par caca En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Ne tombons pas dans le piège cette fois. Il est venu de Kaya deux fois prendre la chose, ayons le courage de le laisser garder la chose en organisant les élections au plus tard le premier juillet 2024 selon les clauses avec la CEDEAO.
    vouloir changer un capitaine en plein changement c’est détruire l’avenir de cette personne modeste. La CEDEAO a donné la latitude à ce capitaine de gouverner, mais veut récupérer la chose après une élection crédible en intégrant le nouveau maitre.
    Ayant la bénédiction de la CEDEAO pourquoi dévier la trajectoire du peuple ? Laissez le capitaine et son peuple gérer la chose.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 05:28, par Sacksida En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Je crois que le President du Faso devrait etre un homme competent, integre, progressiste et dynamique pour gerer correctement les affaires de l’Etat Burkinabe selon des aspirations profondes des masses Populaires Burkinabe..Donc le Capitaine Ibrahim Traore a mon humble avis, repond a ce profile et doit continue en restant a l’ecoute du Peuple Burkinabe et savoir decider dans l’interet General du Burkina Faso. Il faut qu’il Porte le Projet et programmes securitaire et la Defense nationale, economique et social issues des Assises Nationales des forces vives Patriotique et afin d’atteindre les objectifs operationnels et principaux du Burkina Faso. Il doit avoir une vision resolue et futuriste du Burkina Faso et du Peuple Burkinabe dans l’independance veritable, et le Progres economique, social et Culturel dans une gouvernance Vertueuse et Patriotique consequente. Ainsi la Revolution Populaire Burkinabe serait en Marche. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:45, par Diakité En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Si vous choisissez un civil expérimenté avec un carnet d’adresses rempli, il va vous revendre à vil prix. Ceux qui ont évincé Damiba savent pourquoi ils l’ont fait. Laissez les faire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 14:10, par Amidou IDANI En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Bonjour, je suis IDANI Amidou chef d’entreprise.

    Pour moi, le choix parfait est celui de conduire le capitaine Ibrahim TRAORE au poste de président du Faso. À travers son parcours sur les terrains de bataille, le peu d’informations que nous avons de lui et son plan pour éradiquer non seulement le terrorisme mais aussi les dossiers administratifs, c’est l’homme dont le Burkina Faso a besoin. Il sait qu’il n’a pas droit à l’erreur et fera tout le nécessaire pour que notre pays retrouve sa quiétude. Donner le pouvoir à un civil serait vraiment une très grosse erreur de notre part. Il connaît les réalités sur le terrain et les failles des dispositions mises en place pour la lutte et il a besoin du soutien de tous pour atteindre notre objectif commun. Ses premières actions sont à louer et nous devons l’encourager pour la réussite de la suite. Nous sommes au stade où il faut plutôt apporter sa pierre de contribution que de critiquer à longueur de journée. Bonne chance à lui et que Dieu protège le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 14:26, par Alpha2025 En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Je ne sais pas qui vous appelez "peuple", mais si le peuple c’est la horde de délinquants qui a saccagé les enclaves diplomatiques françaises, je ne me reconnais pas dedans.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 08:45, par Sacksida En réponse à : Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »

    Depuis des Siecles ce sont des Delinquants Internationaux imperialistes et neocoloniaux qui ont impose l’esclavage et la colonisation economiques dans nos contrees et qui ont tue de nos hommes et femmes pour leurs interets egoistes. De surcroit, ce sont eux encore et leurs Valets locaux Africains qui arment les terroristes et des grands Bandits qui tuent nos populations inoncentes et payent les terroristes pour leurs sales besognes. Que ces Imperialistes occidentaux et leurs armees d’occupations quittent nos Territoires Nationaux car nous savons maintenant leurs double jeux imperialistes et qui entraves notre developpement veritable. Salut
    .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso : Le Premier ministre invite le NDI à sortir des sentiers battus
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le gouvernement apporte un démenti
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « propos assez ironiques » du Premier ministre sur le genre
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques
Burkina : L’Assemblée législative de transition est désormais dotée de tous les organes
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de politique générale du Premier ministre
Déclaration de politique générale : Les parlementaires livrent leurs impressions sur le discours du Premier ministre
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs sociales cardinales comme le respect de la mort foutent le camp », déplore Dr Ablassé Ouédraogo
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser dominer par un partenaire, qui qu’il soit », dixit le Premier ministre Kyelem de Tambèla
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une réalité qui défie les gouvernements
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier Ministre Apollinaire Joachim Kyélem de Tambèla (Vidéo)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés