Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Burkina : La lenteur administrative est souvent perçue comme du chantage, selon Jacob Tarpaga, chef d’entreprise

Accueil > Actualités > Opinions • Tribune • mercredi 5 octobre 2022 à 21h55min
Burkina : La lenteur administrative est souvent perçue comme du chantage, selon Jacob Tarpaga, chef d’entreprise

La lenteur administrative au Burkina est une réalité à laquelle le citoyen se sent impuissant. Depuis des décennies, ce constat amer donne l’impression qu’aucun changement n’est possible. Dans cette tribune, Bamyam Jacob Tarpaga s’est réjoui des propos du président Traoré Ibrahim exhortant les secrétaires à « aller vite ».

« Sous d’autres cieux, rien n’explique cette lourdeur que nous pensons inutile. Cela plomb l’élan du secteur privé qui malgré la rude concurrence se voit écraser par ce poids souvent perçu comme monnaie d’échange et de chantage ; chose absurde que le chef de l’État a bien relevé et condamné.

Nous voyons en ce ton, l’assainissement et la dépolitisation du secteur public que nous encourageons de vive voix ; aussi, la probable fin du chantage dont beaucoup d’entreprises privées sont victimes et amener certains agents publics à « travailler ». Notre souhait est que cela soit suivi de près afin d’accélérer l’essor économique du secteur privé et par ricochet celui de notre pays.

Nous proposons à cet effet le recours aux technologies de l’information afin de réduire le fardeau administratif. Ainsi que, la possibilité d’effectuer des démarches en ligne pour gagner du temps et éviter d’avoir à se rendre sur un site physique pour retirer ou présenter un formulaire. De plus, on pourrait afficher les délais de traitement de tout dossier et permettre aux administrés d’avoir une réponse écrite expliquant les raisons de tout retard de traitement de leurs dossiers. Cependant nous saluons le courage et l’exemplarité des travailleurs soucieux des peines causées par ce laxisme cancérigène et qui s en démarque a travers leurs assiduité et leur dévouement au travail fait « vite et bien ».

Notre réflexion ne se limite pas seulement au fardeau qui pèse sur les entreprises, mais aussi sur le fardeau réglementaire qui pèse sur les particuliers faisant également l’objet de nombreuses récriminations et de de frustrations.

Bien que tout soit urgent au Burkina Faso, nous exhortant donc les nouvelles autorités à une politique publique rationnelle digne de ce nom qui tient en compte la contribution du secteur privé à l’essor économique et endiguer ce fardeau inutile qui constitue un frein réel pour notre développement. »

Bamyam Jacob Tarpaga, chef d’entreprise.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens patriotes burkinabè
Burkina : IB, religion et ethnie
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez ainsi !
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les provinces du Nayala et du Sourou se meurent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés