Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 3 octobre 2022 à 22h48min
Rien ne va au Burkina :  L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

Le vendredi 30 septembre 2022 devrait nous faire la lumière sur la dernière attaque djihadiste du début de la semaine le 26 septembre à Gaskindé, mais c’est sous un ciel couvert de lourds nuages d’orage que ceux que les coups de feu des premières heures n’ont pas réveillé ont découvert leur ville et que les réseaux sociaux ont vite fait de leur rappeler que le pays va mal et que ses militaires sont encore dans les rues et ont tiré dans la nuit.

Petit à petit les indicateurs déjà connu des coups d’Etat qui sont notre mode préféré de dévolution du pouvoir se sont mis en place. Les manifestants qui investissent la place de la nation pour proposer leur programme aux putschistes, la coupure du signal de la télévision nationale et les folles rumeurs d’intox sur les réseaux sociaux. Si on ajoute à cela la manifestation de jeudi à Bobo Dioulasso où les manifestants protestaient contre l’incapacité du pouvoir à protéger le convoi « sécurisé » de ravitaillement de Djibo.

Tous les marqueurs du coup d’Etat étaient en place, on attendait le dénouement. Quelqu’un était en train de se battre pour la chose. L’ère Paul Henri Damiba s’achevait comme elle avait commencé, et toute la claque, les soutiens à coup de grosses coupures de billet de banque, les OSC « brouteurs » se sont évaporés dans la confusion générale qui avait cours.

Le peuple las de cette armée incapable de gagner la guerre contre le terrorisme, mais qui monte en puissance dans les coups d’Etat essayait de vaquer à ce qui pouvait être fait mais le cœur n’y était pas. Ouagadougou avec les zones inaccessibles, les routes barrées, s’adaptait encore aux désagréments fréquents que la politique lui impose.

L’après-midi la ville avait une torpeur où chacun s’était rapproché de ses pénates et attendait la fin de cette histoire triste d’un pays qui s’enfonce chaque jour un peu plus. La TNB a repris ses programmes vers 20h et le nouvel homme fort du pays est apparu au-devant d’hommes encagoulés, le capitaine Ibrahim Traoré. Il a mené son affaire plus rapidement que le dernier coup d’Etat qui a mis deux jours à accoucher.

Le capitaine Sorgho nous annonce que le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba est démis de ses fonctions, mais c’est le MPSR qui est toujours au pouvoir. Les deux hommes que nous voyons à la télévision sans cagoule, l’un parlant au nom de l’autre, sont des membres du Mouvement patriotique pour le salut et la restauration et cela on l’ignorait jusqu’à cet instant. Damiba est tombé pour les mêmes raisons que Rock Kaboré qu’il a chassé, sans avoir pu faire un bilan de son action. Ces tombeurs lui reprochent d’avoir cherché à restaurer un ancien régime en plus de l’incompétence face à la lutte contre les groupes terroristes.

Ce énième coup d’Etat du pays est le symptôme du grand mal dont souffre le pays. Notre armée a montré à la face du monde qu’elle est l’ombre d’elle-même. Affaiblie, divisée, politisée, corrompue, avec des chefs à la pelle qui font la guerre dans les bureaux climatisés de Ouagadougou. Le passage de témoin du colonel au capitaine est aussi la prise de pouvoir de ceux qui sont vraiment au front et au contact de la troupe.

Le nouveau pouvoir a annoncé de bonnes choses comme une transition civile et militaire inclusive. On espère bien qu’ils ne feront pas l’erreur de Damiba qui a été le dindon de la farce des politiciens revanchards et certaines OSC malfaisantes.

Tout n’est pas perdu si nous y mettons le cœur et l’esprit et que l’on ne confonde pas les priorités. Le pays des hommes intègres est plein de ressources humaines de qualité pour se laisser aller à l’abandon.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 octobre à 11:38, par porto En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    J’ai pitié pour ce pauvre peuple burkinabe balloté de gauche a droite sans qu’elle sache quand et ou elle va !!Une armee divisée une classe politique et une société civil corrompu et un peuple analphabète manipule a souhait. Ne pensons pas que nous avons de la chance plusque les autre peuple.Ne tentons pas le diable sinon ils nous ouvrira grandement les bras.en cas bonne chance aux jeunes officiers.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 11:45, par Le démocrate En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Bonne analyse. Les racines du mal se trouvent dans le rôle des "politiciens revanchards" mentionné dans l’article. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la Manipulation du président Ouattara de Côte d’Ivoire et son ingérence dans les affaires du Burkina. Lieutenant colonel Damiba s’est fait piégé par le gouvernement ivoirien et les anciens ministres de l’ancien régime Burkinabè qui n’ont que le mot réconciliation dans la bouche. Or le peuple Burkinabè a soif de justice et d’égalité et a besoin de sécurité. Si des politiciens courageux et honnêtes ne jouent pas leur rôle, ils seront toujours des spectateurs de la crise sociale et morale. Ils vont continuer à "prendre acte" des coups d’état des jeunes militaires patriotes, mais sans expérience dans la gestion politique. L’instabilité actuelle est aussi une victoire des groupes terroristes. Nous devons donc nous ressaisir tous.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 12:46, par Z@R@ En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    <>
    Le Burkina Faso peine a produire de la ressource humaine de qualité. J’en veux pour preuve le chaos actuel que nous traversons. J’entends par ressource humaine de qualité un homme qui a allie consciemment son intelligence avec des valeurs universelles. Cet homme assume en toute responsabilité ses actes, ses idéaux et ses convictions et reste serein sans vaciller quelque soient les circonstances. Il reste fidèle et constant à lui-même. Il peut être flexible par moment mais il ne renie point ses valeurs intrinsèques pour un intérêt ou un avantage extérieur. Combien d’hommes de ce type avons nous produits jusqu’ici ?Ils sont rares à mon avis. On est passé par plusieurs partis politiques, plusieurs OSC, plusieurs militaires etc on a jamais eu le bon SANKARA qui est resté ferme dans ses bottes malgré l’issue fatale qui l’attendait. Il est resté fidèle à la vérité et a atteint la plus haute réalisation de ce qu’un homme peut accomplir sur la pyramide de Maslow. Ailleurs il aurait été fait prophète mais hélas.
    Il faut dire que la grande majorité de ceux que nous avons sous nos cieux n’ont pas une bonne colonne vertébrale. Nous regorgeons certes d’hommes qui savent lire et écrire mais qui n’ont pas de bon sens. Ils changent de couleur comme les caméléons. Ils sont bourrés de connaissances mais elles ne leurs sont utiles que pour exploiter et se servir. Peut-être que c’est le type d’homme qu’il fallait produire pour l’Afrique et par ricochet pour le Burkina pour continuer subtilement son asservissement. C’est le moment de nous interroger sur notre démarche depuis nos indépendances pour réinventer un paradigme authentique et dénué de complexe et d’automatisme caricatural. Prenons conscience que notre problème c’est notre ressource humaine et engageons de manière conséquente à cette réalité pour construire un Burkina Faso digne et prospère.

    Répondre à ce message

    • Le 4 octobre à 09:40, par kwiliga En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

      Bonjour Z@R@,
      Mais que pourrait donc un "homme (qui) assume en toute responsabilité ses actes, ses idéaux et ses convictions", face à la pourriture ambiante ?
      Qu’adviendrait-il de Sankara, s’il revenait aujourd’hui ?
      Qu’est devenue Rosine Coulibaly, qui est la seule à avoir eu le courage de s’opposer au puissant lobby des "financiers, caste de privilégiés, au cœur des privilégiés ?
      Je suis un pur démocrate, néanmoins, seule une bonne dictature, bien radicale, bien tyrannique, pendant 6 mois ou un an, pourrait nous aider à "changer de paradigme", pour utiliser une expression en vogue.

      Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 13:00, par Le prince En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Comme toujours SANA Guy a encore livré un récit et une analyse implacables des ces dernières 72 heures au Burkina. Ce qui est dommage c’est que avec l’incapacité de notre armée nous sommes la risée de la sous région voire du monde entier. Nos gradés toute honte bue sont sortis à la télévision pour faire allégeance à un capitaine qui prend le pouvoir sans forme savoir ce qu’il faut en faire.
    Ce qui est encore plus cocasse c’est l’appel à la Russie pour nous sauver. Soyons sérieux. Poutine a déclaré une guerre contre l’Ukraine. Résultat : c’est l’humiliation et la débandade devant la petite Ukraine. Au Mali 90% du territoire sont sous contrôle des terroristes. Le Burkina pour s’en sortir à besoin d’un homme à poigne et patriote comme le président ukrainien qui a su se mouler dans la peau d’un vrai dirigeant face au péril de son pays. Sans cela dans 6 mois au aura un autre coup d’état.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 13:04, par Lucia En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    nous espérons que la hiérarchie militaire va montrer juste un petit peu de patriotisme pour s’unir et agir pour le Burkina ! quel Burkina voilez vous nous laisser, vous jeunes ? Pendant des décennies nous n’avez pensez qua votre bien être au détriment du développement de ce pays ! nous prions que vous sortez de vos clans et clivages pour vous affirmer et ramener ce pays sur les rails ! Montrez nous un peu de dignité et de courage !

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 13:35, par SOME En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    M Sana pose-toi la question pourquoi le peuple est las de …cette armée incapable de gagner la guerre contre le terrorisme, mais qui monte en puissance dans les coups d’Etat…. Faire le constat de l’etat du pays comme symbole de l’etat de l’armee pose donc l’importance de l’armee dans la stabilité d’un pays. Tu reconnais d’ailleurs que les civils ne sont pas du tout a la hauteur : alors quelle sera cette democratie qu’on nous vend comme n’ayant lieu qu’avec des civils ? Les civils sont-ils plus humains et humanistes et plus patriotes que les militaires ? Certes que non ! c’est plutôt le contraire ! Si l’armée a été devoyée de ses missions, c’est par qui ?

    Si les civils avaient fait montre de leur moralite et responsabilités minimales, le militaire ne se melerait point. Defendre le pays ce n’est pas seulement face a l’ennemi exterieur visible, mais aussi contre ceux de l’interieur , ceux que l’on appelle la 5e colonne.

    C’est dire que le probleme en afrique ce ne sont pas les soldats mais les civils. Il est alors normal que chaque fois il y a des civils qui s’agitent pour se faire remarquer et vendre leurs services : ce n’est pas par esprit de service (vrai sens du mot ministre qui signifie serviteur). Et pourtant Le pays des hommes intègres est plein de ressources humaines de qualité Mais ou sont-ils passés ?Le pire mal, c’est le silence des gens de bien, est-il dit.
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 3 octobre à 16:03, par songboudou En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

      Internaute Somé,
      Sur les 62 ans de notre indépendance, l’armée a gouvernée combien de temps ?
      Réponse/
      - Lamizana : 1966-1980 soit 14 ans
      - saye zerbo:1980-1982 soit 2 ans
      - Jean baptiste Ouédraogo : 1982-1983 soit 1 an si on arrondit
      - Thomas Sankara : 1983-1987 soit 4 ans
      - Blaise Compaoré : 1987 -2014 soit 27 ans
      Damiba et Traoré : 2022 pour le moment 1 an
      Soit au total 49/50 ans.
      Si les militaires étaient la solution, le pays aurait déjà émergé.
      Pire, les militaires font ici des choses que les politiciens civils ne font pas : ils se trahissent et se tuent dans la trahison.
      Certes nos politiciens civils ont des défaut/Mais sont ils pires que ceux du Niger ou c’est les memes qui animent la vie politique depuis la conférence souveraine de 1991 ?
      Sont ils pire que ceux de Cote d’Ivoire où le trio Alassane/Bédié/Gbabgo dominent la scène depuis 1993( la mort de Houphouet), ont semé la pire des violences et sont toujours là à 80 ans et plus ? Au passage, en CI, dans les grands partis, quand tu as 60 ans on s’adresse à toi en disant "le jeune"
      Les politiciens burkinabé sont ils pire que ceux du Nigeria, tous corrompus à la moelle ?
      Les politiciens burkinabé sont ils pire que ceux de RDC, ?
      Bref les hommes politiques burkinabé sont ils pire que ceux des autres pays ?
      Pourquoi dans ces pays il n’ya pas autant de coup d’Etat ?
      La vérité est que chez nous, notre armée elle même est gangrenée par la corruption et la recherche du gain facile.
      Les militaires du Burkina ne sont pas plus intègres que les civils.? Loin de là.
      Donc le véritable problème de ce pays, ce n’est pas la classe politique.Le véritable probléme de ce pays, c’est l’armée elle même.

      Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 18:35, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Comme le disait un responsable d’OSC, ce qui compte ce n’est pas le nombre de coup ’d’Etat (pourvu que cela soit sans bain de sang) c’est les solutions qui importent plus. Le Mali est passé par combien de soubresauts malgré les meilleurs Presidents Civils qui ont régné ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 18:41, par le juste En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Vraiment Monsieur Songboudou vous avez dit la vérité. En éffet, les civiles n’ont pas eu le temps de faire leur preuvent. Nous avons vécus tout le temps de notre indépendance partielle sous une forme de démocratie déguisée que certains pensent que nous vivions depuis sous une démocratie. 90/100 de notre population a vecu jusqu’a nos jours sous un semblant de démocratie. Nous avons eu seulement Maurice Yaméogo et Rock Kaboré qui ont été des présidents démocrates, La révolution et surtout la rectification est venue perturber notre armée dans son organisation. Des sergeants qui menacaient des officiers sans etes inquiétés. Notre armée était reduite au RSP qui était chargé de protéger Blaise et intervenir dans les différent pays de la sous région. Les terorristes étaient a Ouaga et partaient destabiliser le Mali à partir du nord de notre pays. C’est a cause de cela que la mojorité des attaques se produisent dans le nord de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 23:48, par Sacksida En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Ecoutez chaque pays ou Peuple a son histoire politique et doit l’assumer ; donc les Coups d’Etats doivent etre apprecier au cas par cas et nous ne sommes pas la risee de l’Afrique ou du Monde. J’ai eu la Chance de voyager dans beaucoup de pays en Afrique, mais des pays qui implementent la Democratie Bourgeoisie Occidentale depuis 60 ans, ne sont mieux sur le plan economiques et sociales que le Burkina Faso. Donc, en realite Thomas Sankara et la Revolution d’Aout ont montre la voie a suivre difficile, mais adequate si les Burkinabe veulent le Developpement de leur Patrie. Je reitere que durant 62 ans d’independance formelle, seule les 4 ans de la Revolution Sankariste pouvait nous faire decoller, malheureusement le Neocolonialisme et l’imperialisme Occidental a travers ses Valets locaux Burkinabe et Africains ont detruit les valeurs du Burkina Faso sur le plan securitaire, economique, social et Culturel ; qui nous mettent dans la situation presente. Le Burkina Faso cherche sa voie et aucun Burkinabe ne doit se sentir complexe du fait de cette instabilite cause par la nature de la mauvaise gouvernance economique, sociale et Culturelle. Si nous ne changeons pas de systeme Democratique et de Gouvernance actuelle, meme apres 100 ans de Democratie Bourgeoisie Occidentale Imposee, nous n’en sortirons pas. Le Nigeria a connu la meme instabilite avant de se stabiliser et les hommes politiques Burkinabe et les intellectuels sont interpeles sur leurs responsabilites. Car l’Armee Burkinabe n’est pas hors de la societe civile Burkinabe et donc ayons le Courage politique de changer veritablement de paradigmes et de gouvernance comme Thomas Sankara et la Revolution l’on fait durant 4 ans. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre à 09:25, par HUG En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Belle analyse. Pendant plus de 30 ans blaise compaore et ses apprentis.nous ont causé beauoup de malheur.Comme j ai l habitude de dire sur fasonet : Notre salut ne peut jamais venir de ceux qui ont été moulé par blaise.compaoré.Je pense que cette ci sera la bonne.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre à 15:07, par soyons vrais En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    Tout va bien au pays des hommes intègres !
    L’éjection de Damiba n’est pas un autre coup d’état. C’est simplement une remise sur les rails. Damiba s’était ouvert un chemin tout autre que celui tracé par le MPSR. Dès lors, il était devenu insensible aux interpellations, cherchant à satisfaire ses mentors et son égo. Fort du soutien de ces derniers, il s’était déjà inscrit à l’école de la dictature, oubliant ce pourquoi le peuple l’a acclamé le 24 janvier. Pis, Damiba a occasionné en 8mois de règne plus de désagréments aux pays plus que ses prédécesseurs.. La chute de Damiba était déjà scellée par lui-même.
    Mais je pense que son passage à la tête du pays a été un mal très instructif pour les Burkinabè et surtout pour les futurs dirigeants du pays. Désormais, en termes de gouvernance, il y a ce qui se tolère au Burkina, et il y a ce qui ne pourra plus jamais être toléré. Il faut que tous le comprennent. Les nouvelles autorités ne pourront que réussir. il n’existe aucune autre solution pour elles, sinon la réussite. Ceux qui pleurent pour le pays des hommes intègres à cause de cet évènement, ceux pensent que le peuple burkinabè est insensé n’ont rien compris ! Ils viendront un jour prendre conseil dans ce pays-là, ils demanderont un jour l’accompagnement de ce pays qui sera cité comme exemple, modèle d’un pays né de ses cendres, un pays indépendant, prospère et libre. Dieu aime ce beau pays, Dieu reconstruira ce magnifique pays. Soyez en paix, soyez unis, chers Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre à 19:16, par Ouedraigo En réponse à : Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois

    ’Non je m excuse mais ce n’est pas l insécurité qui a fait 2 coups d état mais plutôt la mal gouvernance de 3 régime dont le pire a été celui du mpp et ses 300 allies. La mal gouvernance comprend. Les frustrations cumulées c’est a dire les injustices recensées dans les 5500 dossiers du HCRYN. Le mouta miyta a FAI 7 ans en bouffant l argent du contribuable dans résoudre aucun dossier. Les crimes économiques, la circulation facile des feuillles issues de la corruption. C’est tout ça qui a faut que des burkinabé ont pris des armes pour se venger et réclamer leur dû

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina, MPSR2 : Attention aux dérives du MPSR1 avec les OSC vuvuzelas
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la corruption ne peut gagner aucune guerre », déclare le politologue Abdoul Karim Saidou
Contribution à l’effort de guerre : Le Président de la Transition échange avec les partenaires sociaux
Processus électoraux en Afrique : Des présidents d’organes de gestion des élections chez le Président de la Transition
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette transition, c’est qu’il n’y a pas de contrôle sur les démarches du président et du MPSR 2 » (Kalifara Séré)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion des élections de l’Afrique sub-saharienne renforcent leurs compétences
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé chef d’Etat major particulier de la présidence du Faso
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va rendre compte des échanges avec le président Traoré, le 9 décembre 2022
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu sans formation politique et civique est un sujet extrêmement dangereux pour la paix sociale »
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés