Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

Accueil > Actualités > Politique • • samedi 1er octobre 2022 à 09h37min
Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

Fin de mission pour le désormais ex-président du MPSR, ex-chef de l’Etat, lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba. Il aurait passé huit mois (24 janvier-30 septembre 2022) à la tête du pays à travers le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), organe de direction.

Exacerbés par la situation sur le terrain et son éloignement de plus en plus de l’objectif de départ, ses frères d’arme l’ont finalement écarté pour reprendre la direction en main.

Selon le nouveau leader du MPSR, le capitaine Ibrahim Traoré, la dynamique se poursuit... : la restauration de la sécurité et de l’intégrité du territoire national.

Huit mois, un bilan mitigé, une préoccupation des Burkinabè qui reste intacte, si elle ne s’est accrue. Lui qui avait demandé aux Burkinabè de le juger aux actes !

Le départ de Damiba est ainsi acté après un moment de confusion, comme celui qui a prévalu à son arrivée en cette soirée également.

Les nouveaux capitaines héritent d’un navire MPSR et d’un Burkina de fardeau et d’angoisses. Il faut brasser large pour faire face au péril : la perte des portions du territoire national, les morts et la souffrance continue des populations.

Il n’y a qu’une seule piste : travailler à créer les conditions de la mobilisation de l’énergie de tous les Burkinabè vers cet impératif de lutte contre l’insécurité généralisée.

Pour cela, autant les nouvelles autorités doivent travailler à réunir les Burkinabè autour de l’essentiel, autant les citoyens, notamment ceux qui seront appelés à servir le pays aux différentes instances, doivent vraiment se départir de la boulimie, de l’égoïsme, des attitudes de divisions.

Pour être plus précis, chaque Burkinabè doit avoir à l’esprit qu’il doit apporter du sien de par son comportement au quotidien et où qu’il se trouve.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er octobre à 10:06, par billy billy En réponse à : Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

    Je profite vous informer que les survivants de Bourzanga sont toujours dans l’attente de rejoindre Djibo qui est actuellement sans vivres et dans l’inquiétude.
    Je vous souhaite courage et réussite dans votre mission. bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:33, par warzat En réponse à : Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

    On ne change pas les règles du jeu au cours du jeu. L’autre en l’espace de 8 mois a perdu de vue l’objectif pour lequel il est arrivé au pouvoir. Il est devenu ami-ami avec ceux à notre humble avis qui sont à l’origine de cette chienlit.
    Vivement que les jeunes frères avec l’aide de Dieu mettent en branlent leurs stratégies et qu’ils se mettent au combat.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:52, par Ka En réponse à : Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

    En étant un fervent défenseur de la démocratie dans notre pays, je demande à mes jeunes enfants qui ont pu faire dégager le menteur et président illégitime Damiba de rétablir notre constitution et laisser le pouvoir aux hommes politique. Mes enfants, surtout I. Traoré, au regard des quatre coins du pays (nord-sud- Ouest- Est), il existe plus de d’un million de Burkinabé a la trempe de Thomas Sankara pour succéder au Président le menteur Damiba et faire mieux que lui.

    Gouverner le Faso de nos jours n’est pas une affaire de super homme. La gestion d’un pays recommande une gestion participative, l’amour du prochain et surtout en mettant en avant l’égalité des chances. Etre président du Faso en passant par les armes n’a aucun sens. C’est comme si vous nous demander s’il existe des poissons qui vivent dans l’eau.

    Vous aviez bien fait de faire dégager Damiba, car, un régime comme le sien qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays comme le nôtre. Ce n’est pas avec les obséquieux mensonges et les cirages de pompes à tout vat qu’on progresse, mais par de promesses véridiques et indépendantes, quitte à ce qu’elles soient désagréables à entendre qu’on avance.

    Il n’y a pas de mystère mes enfants, respectez la démocratie en disant que le rôle d’un militaire est de protéger son peuple et non faire de la politique de ventre pour l’argent.

    C’est vrai qu’une chose est certaine, tous nos politiciens d’appareil ont fait sur le terrain des réalités concrètes la preuve de leur incompétence et de leur mauvaise gouvernance. Mais il y a des jeunes politiciens capables de relever le défis pour faire avancer le pays s’ils ont été choisi par le peuple pour leurs programmes a développer le pays.

    Arrêter de nous empoisonner avec votre MPSR. Le monde des pays développés fonctionnent avec de la démocratie.

    .
    Ici je vous condamne, car vous oubliez que le développement d’un pays comme le nôtre passe par nos partenaires des pays développés et tourisme. Hors que depuis la chute par la force des armes d’un président élu démocratiquement, a fait fuir nos partenaires et le tourisme qui est descendu a 30%. Surtout c’est complètement idiot que vous veniez devant la télé dont la première chose que vous dites, c’est de suspendre la Constitution. Pour vous, le texte est donc nul et de nul effet, ce n’est pas la menace de "la rigueur de la loi" qui va vous faire reculer. Votre discours fait peur aux investisseurs. Vouloir se coller au Mali pour avoir le soutien de la Russie un pays non démocratique que d’avoir des intérêts comme tout le sous-sol du Mali en ce moment n’a pas de sens : Comptons sur nous même, car le Mali est embarqué par un pays en difficulté.

    Mes enfants, sachiez que dans un état normalement constitué, le fait, pour un militaire de s’emparer d’une arme pour se livrer à une activité autre que celle qui lui a été assignée par la hiérarchie est un acte d’insoumission caractérisée et passible des plus hautes sanctions comme attend Damiba s’il y a une justice au Faso. La hiérarchie militaire et politique a fait l’erreur gravissime de tolérer une première fois ce gente d’agissement, et, pire encore, de faire semblant de céder aux revendications. La seule solution est de radier définitivement ce parasites et ses complices de l’armée et récupérer ce qu’ils volé en huit mois.

    Car, la discipline et l’intelligence qui sont, entre autres, des qualités d’un bon militaire, et doivent être mis en avant le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement et ceux-ci ont été violé par Damiba. Tout manquement doit être sanctionné selon la gravité des faits. Au sein de l’armée du Faso , tous reçoivent la même éducation ! Qu’est-ce que c’est que cette armée de gueux ? Quelle image ces voyou donnent-ils du Burkina Faso ? Un vrai soldat ne court pas après l’argent, là richesse, le bien matériel. Il doit être désintéressé.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 11:50, par Le démocrate En réponse à : Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

    Monsieur le journaliste, le pouvoir n’appartient pas aux militaires. Ce n’est pas leur "chose". Évitez ce type de vocabulaire. Tout le combat actuel au Burkina est pour la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 13:19, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « leur chose » pour se recentrer sur l’esprit de la « restauration »

    Chers compatriotes internautes ,laissons les diatribes ,les injures ,etc et aidons ces jeunes militaires à priori sincères dans leur action salvatrice de la Nation par des propositions et suggestions pertinentes comme l’a fait un internaute nommé INJABA je crois dans un post précédent .
    Pour ce faire je partage avec vous les miennes d’une première réflexion
    1- Prendre la CEDEAO à son jeu à déclarant clairement que oui le terme de la transition sera maintenu pour le retour à une vie constitutionnelle normale par des élections . D’octobre 2022 à juillet 2024 cela fait 21 mois soit plus d’une année et demi . Avec ça si les forces vives de la Nation qui seront convoquées font preuve d’intelligence ,on peut bien réformer et réorganiser notre pays sur tous les plans ,renverser la situation au niveau sécuritaire ,et organiser des élections libres et transparentes .
    2- Convoquer tous les officiers supérieurs de notre pays et demander solennellement leur conseils et recommandations . Ensuite mettre à la retraite d’office tous les officiers à qui il reste encore au maximum 3 ans de service en leur précisant toutes fois de se tenir à la disposition de l’armée à toutes fins utiles .
    3- remplacer par des cadres civils de l’Etat tous les DG militaires des sociétés d’Etat nommés depuis l’avènement du MPSR.
    4- limiter le nombre de ministres militaires à deux maximum en plus du nouveau président du MPSR si celui deviennait le futur président du Faso
    5- Eviter d’envahir l’administration publique par des gens venus du secteur privé pour occuper des postes de DG de société d’Etat ,et autres postes dits juteux de l’Etat . Pas plus de 2 ministres issus du secteur privé et que ces ministres aient joui auparavant d’une expérience dans l’administration publique .
    6- Ecarter radicalement des furfures forces vives de la Nation qui seront convoquées ,des politiciens et des personnes issues des OSC qui n’ont fait qu’aggraver la division de notre peuple ,entretenir la haine entre les burkinabè à travers des actes ,des propos ,des comportements violents envers d’autres burkinabè etc. etc .
    J’ai d’autres propositions et suggestions de réformes politiques ,gouvernementales ,et sociétales en tête mais ce sera après la convocation des forces vives de la Nation .
    Je demande à nos grands intellectuels honnêtes et sincères du monde universitaire ,de l’administration civile à aider sans calcul ces jeunes officiers à redresser le pays . Ce n’est pas possible que le BURKINA FASO ne puisse pas disposer de personnes intelligentes ,honnêtes ,patriotes ,pour aider à remettre sur le bon chemin cette Nation qui est notre unique et précieux trésor qui conditionne tout le reste de notre vie . Que Dieu nous inspire tous et toutes .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette transition, c’est qu’il n’y a pas de contrôle sur les démarches du président et du MPSR 2 » (Kalifara Séré)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion des élections de l’Afrique sub-saharienne renforcent leurs compétences
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé chef d’Etat major particulier de la présidence du Faso
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va rendre compte des échanges avec le président Traoré, le 9 décembre 2022
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu sans formation politique et civique est un sujet extrêmement dangereux pour la paix sociale »
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait effectivement échappé à un coup d’État
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso : Le Premier ministre invite le NDI à sortir des sentiers battus
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le gouvernement apporte un démenti
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés