Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Burkina/Agriculture : Les activités d’accompagnement des emboucheurs restituées aux bénéficiaires

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 30 septembre 2022 à 07h00min
Burkina/Agriculture : Les activités d’accompagnement des emboucheurs restituées aux bénéficiaires

Le service AGRODEV, en collaboration avec Burkina Dry More (BDM), a organisé le jeudi 29 septembre 2022 à Bobo-Dioulasso, un atelier de capitalisation de l’accompagnement des 100 emboucheurs du projet Burkina Dry More.

Cet atelier a pour objectif de capitaliser les diverses initiatives prises dans le cadre de l’exécution du projet en vue d’en assurer la pérennité.

Les discussions concerneront les principales leçons apprises et les problématiques liées à l’embouche ainsi que les réflexions engagées sur la poursuite des actions et des synergies.

Il s’agira par ailleurs de faire un bilan provisoire et partager les principaux résultats, les acquis majeurs et les leçons apprises ; analyser le niveau d’appropriation générale du projet par les emboucheurs et dégager les perspectives générales pour la suite.

Vue des participants

En effet, dans ses lots de travail 2 et 3 intitulés respectivement « soutien à la chaîne d’approvisionnement » et « soutien à l’accès au financement », BDM accompagne, par le biais d’AGRODEV, depuis avril 2022, 100 emboucheurs localisés à Bobo-Dioulasso et sa périphérie.

Six mois après cette mise en œuvre effective des activités, il importe donc d’effectuer un bilan provisoire des réalisations et de ressortir les actions positives à pérenniser les semestres suivants.

Parmi les différentes actions menées dans le cadre de l’embouche durant le semestre, on peut citer les formations, les dotations en intrants agricoles et aliment bétail (Petits matériels agricoles, dabas et binettes, de l’’engrais NPK 15 15 15, des semences de cultures fourragères et à double usage : 20 kg de niébé fourrager variété KVX745 11p, du niébé Tiligré…).

Rufin Toé, coordonnateur du projet Burkina Dry More (BDM)

Il y a également la facilitation de l’accès au crédit, la mise en place des champs fourragers par les emboucheurs dans les localités environnantes de Bobo ; la disponibilité de l’aliment de qualité pour les animaux embouchés ; le montage de dossiers de crédit à la caisse populaire pour les emboucheurs du projet.

Dr Bend Rachel Laure Dayo, Point focal AGRODEV/BDM, estime globalement le bilan positif et très encourageant en raison du fort engouement et de l’engagement des emboucheurs qu’ils accompagnent sur le terrain.

Daouda Belem, emboucheur à Bobo-Dioulasso à Samanga dans la commune de Bobo-Dioulasso

Cependant elle a évoqué les difficultés du projet, qui n’a pas pu répondre aux sollicitations et à l’intérêt des emboucheurs localisés dans d’autres villes. Elle cite également comme contrainte la difficulté de l’accès à la terre qui limite considérablement la possibilité pour les emboucheurs de mettre en place des champs fourragers afin de fournir une alimentation de qualité aux animaux.
Elle souligne qu’après le renforcement de capacité et l’accompagnement pour l’accès au financement, il est prévu des activités de suivi.

Hugues Ouédraogo, directeur régional de l’agriculture des Hauts-Bassins

Daouda Belem, emboucheur à Bobo-Dioulasso à Samanga, dans la commune de Bobo-Dioulasso, a tenu à remercier AGRODEV et ses partenaires. Il s’estime par ailleurs satisfait des six mois de formations sur comment améliorer l’embouche surtout au niveau des fourrages. Il explique que ce sont des techniques pour pouvoir cultiver en saison de soudure (saison sèche) le maïs, le niébé, le sorgho… afin de pouvoir alimenter facilement leurs bêtes. Très satisfait de la formation, il affirme que la suite promet à 90% car cet accompagnement les a, dit-il, « beaucoup apporté au niveau de l’embouche et de l’agriculture, pour nous-mêmes et pour nos animaux et aussi en matière de santé ». Comptant se perfectionner les années à venir, il a souhaité que les partenaires les recyclent sur de nouvelles techniques précisément au niveau de l’élevage qui sont pratiquées ailleurs mais pas connues au Burkina.

Dr Bend Rachel Laure Dayo, point focal AGRODEV/BDM

Burkina Dry More est un projet qui a pour objectif de construire un secteur agro-industriel productif et résilient au Burkina Faso qui fournit des revenus améliorés à 3 000 petits exploitants agricoles et 850 emplois durables aux jeunes et aux femmes.

Il est financé par l’ambassade des Pays-Bas au Burkina Faso et implémenté par un consortium composé de : Advance Consulting, AGRODEV, SENSE, Timini et Afrique Verte pour une durée de 3 ans (2021 à 2023). Le projet ambitionne de réussir sa mission en se basant sur le succès de l’industrie de transformation de la mangue à travers le développement de nouvelles chaînes de valeurs (fonio, gingembre et hibiscus) en inter-campagne de la mangue tout en offrant la possibilité aux transformateurs de développer de nouveaux produits.

Photo de famille

L’élevage qui représente 18% du PIB est également pris en compte à travers l’embouche du bétail dont les activités sont mises en œuvre par AGRODEV SERVICES. Les régions des Cascades, des Hauts-Bassins et de la Boucle du Mouhoun sont les zones d’intervention du projet.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
TGI de Bobo-Dioulasso : Un "passionné de l’armée" condamné pour vol de tenue militaire
Eau et assainissement : Le groupe thématique régional fait l’état de mise en œuvre des cinq programmes dans le Centre-ouest
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « Cette année, un hymne chanté, sera dédié à Marie », précise Abbé Jules Pascal Zagré
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de Marcoussis, un ouf de soulagement pour les riverains
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des OSC sensibilisés sur la problématique
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à Ouagadougou les 13 et 14 juillet 2023
Programme de certification au métier de consultant et de conseiller d’entreprise : 38 auditeurs mis sur le marché
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a beaucoup d’argent à prendre dans la circulation !
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le Burkina a enregistré 238 nouveaux cas de lèpre en 2022 dont huit enfants », Dr Ilboudo, dermatologue-vénérologue
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% des boutiques sont parties en fumée, selon le ministre du commerce Serge Poda
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés suite à l’attribution d’une réserve administrative à un particulier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés