Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 25 septembre 2022 à 22h29min
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

Le procureur a requis une peine de six mois dont trois mois d’emprisonnement ferme contre Ollo Mathias Kambou, poursuivi pour outrage au chef de l’État. Mais aussi une amende de 500.000 francs CFA ferme.

C’était ce vendredi 23 septembre 2022, au Tribunal de grande instance de Ouaga I.

M. Kambou s’est en effet présenté ce vendredi matin à 11h53 après sa comparution à l’ouverture de son dossier le 16 septembre 2022 pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

« Êtes-vous prêt pour le jugement ? », demande le juge à Ollo Mathias Kambou.

Une question à laquelle M. Kambou répond par l’affirmative.

Après que le juge ait interrogé le prévenu sur son identité et lui ait rappelé les faits qui lui sont reprochés, M. Kambou a affirmé sans détour, ne pas reconnaître les charges retenues contre lui.

La parole est alors donnée à sa défense qui relève un vice de procédure dans l’interpellation du prévenu. Pour elle, l’article 251-10 du code pénal n’a pas été respecté en ce sens que les droits de son client n’ont pas été respectés dans son ensemble.

Me Guy Hervé Kam, lui, précise qu’aucun procès verbal (PV) n’a été présenté à l’accusé le jour de son interpellation le 5 septembre 2022, jour pendant lequel KAMAO a été soumis à une audition au sein de la Brigade centrale de lutte contre la criminalité (BCLCC)

Ce n’est donc que le lendemain (6 septembre) au commissariat central, que les PV (en date du 5 septembre) ont été soumis à KAMAO qui a refusé de les signer, selon Me Guy Hervé Kam.

Il y a ainsi eu détention arbitraire, estime la défense. Ce qui implique pour elle, la nullité de la garde à vue du prévenu ainsi que des actes de la procédure du procès.

Cet avis n’est pas partagé par le procureur qui s’inscrit en faux face aux arguments de la partie civile. À l’en croire il n’existe point d’hiérarchisation dans la procédure d’interpeller un prévenu.

Il appartient par conséquent au ministère public de décider de la manière dont il juge nécessaire d’interpeller un individu.

Lorsque l’occasion lui est donnée de s’expliquer pour ses propos publiés sur sa page Facebook entre le 8 juillet et le 5 septembre 2022, M. Kambou admet que ces écrits sont bel et bien de lui. Mais qu’il les a postés sur la toile pour exprimer son indignation face aux promesses non tenues du chef de l’État.

« Nous considérons que quand on gère tout un pays, il est important de joindre l’acte à la parole », a signifié M. Kambou.

L’audience est suspendue à 13h08 après les commentaires des différentes parties dans cette affaire.

À la reprise de l’audience se poursuivent les débats pendant lesquels Me Guy Hervé Kam, Me Prosper Farama et Me Moussa Sarr estiment que ce type de procès est d’une ère moyenâgeuse.

Rappelant que leur client a tenu ses propos dans un contexte politique, en réponse au discours sur le bilan du président du Faso, ils affirment que condamner ce dernier, serait s’inscrire dans une restriction de la liberté d’expression.

« Ce procès semble être un ballon test pour voir que va être la réaction de la justice à cette volonté de comprimer les libertés », avance Me Farama.

Me Moussa Sarr, membre du collectif des conseils de KAMAO

Si par « malheur », M. Kambou était condamné, nous nous retrouverons 30 années en arrière dans ce pays, a-t-il soutenu.

« Un procès de ce genre nous inspire beaucoup d’inquiétudes. Parce que le chef de l’État a récemment dans son discours, évoqué l’indépendance de la justice qui est mal assumée », a déclaré Me Sarr.

Toute chose qui l’amène à penser qu’il y a une tentative de domestication du pouvoir judiciaire au profit du MPSR.

À l’issue des interventions des différentes parties, le procureur suggère au tribunal, une peine de six mois d’emprisonnement dont trois mois ferme et une amende de 500.000 francs CFA contre l’accusé.

Le délibéré est renvoyé au vendredi 30 septembre 2022 et la liberté provisoire demandée par la défense a été une fois de plus rejetée.

Hamed NANEMA

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 septembre à 23:05, par PIONG YANG En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    C’est simplement un spectacle inutile pour la situation actuelle du pays que de condamner ce pauvre étudiant sans armes ni menace. Ceux qui défient le chef de l’état et lui manquent de respect sont a Solenzo, Gargodji, Solan, Djibo, etc ... Soyons courageux au front et non en ville. C’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 04:57, par Nabayouga En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Honte au procureur du faso qui emboite le pas à Sanpoko et au rsp en mouvement. Effectivement si ce jeune homme est condamné, ce sera plutôt la justice de la force et non la force de la juste. Dans tous les cas s’il est condamné, cela montrerait que la justice est inexistante. On s’en doutait avec la venue du criminel kouassi blaise compaoré sans être inquiété, maintenant on a la confirmation. Au procureur je dis ceci : si on t’envoie, il faut savoir t’envoyer, comme le dit Gbagbo.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 05:23, par verite no1 En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    L’imperialisme, a bas !
    Le neocolonialisme, a bas !
    La justice a 2 accelerations, a bas !
    La justice de facade, a bas !
    Les dictateurs-usurpateurs, a bas !
    Les braqueurs en verres noires, a bas !!!!!!
    Les vassaux locaux de l’imperialisme, a bas !
    Je suis Kamao !!!!!!!!
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 06:55, par Pasakziri En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Je reste sur ma position que la détention du sieur Kambou est illégale parce qu il n y a aucun risque que le prévenu se échappe, et qu il ne représente aucun danger pour personne. Ni pour le pouvoir en place, ni pour le citoyen lambda. Alors pourquoi détenir un citoyen dans cette situation pour une allégation aussi banale ? L outrance à autorité ne peut pas être un crime, elle n est même pas la pire des infractions.
    Monsieur le procureur devrait s autosaisir
    des cas de violation flagrante de la constitution et d autres lois burkinabé depuis le 24 janvier :
    - Démission forcée d un président démocratiquement élu devant un organe imaginaire, donc démission caduque
    - Usurpation du titre de président du Faso par un citoyen en dehors des dispositions légales
    - Haute trahison perpétrée par le conseil constitutionnel de la mission à elle confiée
    - Séquestrations ,
    - enlèvement d autorité,
    - tentative d assassinat d autorité
    - Assassinat involontaire de citoyen
    - Complicité de fuite d individus recherchés
    - etc etc
    Monsieur le procureur, voilà des infractions commises par Sandaogo et ses complices. Vous devriez vous autosaisir, sinon vous risquez d avoir bientôt plus de citoyens en prison que dehors. C est simplement insupportable la double vitesse d une institution qui doit être au dessus de toute considération partisane en assumant pleinement son indépendance.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 08:46, par Mafoi En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    C’est juste du terrorisme judiciaire car à supposer que l’infortuné Kambou avait publié ses messages tout en résidant hors du pays,ce procureur zélé allait lancer interpol à ses trousses ?Heureusement que le ridicule ne tue plus dans ce pays.Du grand n’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 08:57, par Zouk351 En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Heureusement le ridicule ne tue pas, sinon il y aurait des morts.
    Dans quels pays, on ferait accomplir une peine aussi courte et surtout injustifiée ? On a compris que l’amende de 500’000 francs va servir à payer sa nourriture pendant 3 mois et les frais de l’injustice du tribunal.
    Fin septembre, il aura déjà presqu’un mois. On le soutient et on le remercie pour son courage. Finalement c’est une belle publicité pour « Le balai citoyen » que cette arrestation qui mériterait d’être connu ailleurs qu’au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 13:47, par Vérité indiscutable En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Une Justice qui s’insulte elle-même !!!
    Karisahhhh ! Ca c’est la face du Burkina Faso qui pue.
    Ca donne envie de vomir.
    Nous avons presque tout perdu. Si nous perdons aussi la Justice, nous ne sommes plus une Nation mais un Royaume sous la houlette d’un dieu fabriqué de toutes pièces. Une honte indicible.
    Quel désastre affreux et dégueulasse !

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 14:53, par Sacksida En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    En outre depuis l’arrivee du MPSR et son President Damiba et ses compagnons, le Peuple Burkinabe sait Qui est Qui ! Qui est avec Qui et est contre Qui ! Qui fait Quoi et Pourquoi. L’interpellation de ce Jeune Citoyen engage pour combattre la mauvaise gouvernance, politique, economique et sociale fondamentales et les requisitions absurdes et injustes de ce Procureur a la solde de Damiba et son regime MPSR, contribuent a ouvrir beaucoup plus les yeux du Peuple Burkinabe sur le systeme d’oppression, d’exploitation interieurs et exterieures du Neocolonialisme et de l’imperialisme avec des Valets Locaux a travers le regime Neocolonial et Reactionnaires de Damiba et ses compagnons MPSR. Peuple Burkinabe et Patriotes integres, Reveillons Nous pour combattre ces Forces Bourgeoises et Anti- Patriotique en ces moments tres difficiles pour notre Peuple Burkinabe Innocent qui subit des Crises multiformes graves : Securitaire desastreuse, Economiques et Sociales fondamentales ; et pour la Liberte, la Justice Vraie, la Justice Sociale, la Securite et le Progres Veritable de notre cher Patrie. Victoire aux aspirations profondes du Peuple Burkinabe
    La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 16:05, par kayalais En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Ceux qui vous défient sont à moins d’une dizaine de kilomètres de Kaya la prémière région militaire.
    Malheureusement notre justice face à un pouvoir militaire par peur travaille pour le pouvoir en place.
    j’ai peur pour mon pays

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 17:49, par Nongma En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    La justice de la force,et non la force de la justice. Triste spectacle qu’on sert au monde entier qui nous regarde. Il faut plutôt nous ramener la sécurité comme vous nous l’avez promis

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 15:25, par Kouda En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    En réalité, cette histoire d’outrage au chef de l’Etat peut être éliminée facilement et rapidement de notre arsenal juridique. Il suffit que le Balai Citoyen et d’autres OSC épousant les mêmes causes appellent les citoyens à répéter à l’identique les propos de KAMAO, à visage découvert sur les média. On verra ce que la justice fera si 10.000 personnes ou plus, tous sexes et âges confondus, le font. Merde à la fin. On a mieux à faire dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 03:47, par lili En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Maintenant avec ce qui s’est passé à Dapoya, on verra le degré d attachement à la justice du procureur. Puisque Monsieur le Procureur sait s’auto-saisir pour reclamer un état de droit, voilà dans l affaire Dapoya une occasion de montrer son impartialité.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 06:36, par Wibga En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Chers forumistes vous mélangez tout dans cette histoire. Avec un nombre d’incultures judiciaire c’est difficile pour le pays, lisez les textes au moins pour vous cultiver. Kamao est poursuivi par le parquet et non Damiba !! Le procureur vous a t-il parlé de plainte de Damiba ? Non mais pourquoi l’associé à la procédure ? Êtes-vous sûr qu’il sait que y’a un burkinabé qui se nomme kamao ? Non.
    le parquet est un maillon de la chaîne justice mais pas toute la justice !!
    Quand le parquet poursuit les loubards qui ont délogé les cimbales, on crie bravo gendarmerie bravo justice jamais bravo MPSR !! Mais dès que la poursuite concerne un de vos membres : vous criez au scandale MPSR, haro justice etc. C’est quoi vous comprenez pas ?
    Balai citoyen à votre prochaine AG invité le procureur ou la justice pour qu’ils sensibilise vos membres et cela vous sera plus bénéfique. Apparemment les hommes de droits dans vos rang, ne connaissent le droit que quand ils ont signé un contrat

    Répondre à ce message

    • Le 26 septembre à 14:26, par Passakziri En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

      @ Wibga
      Je pense que c’est plûtot vous qui mélangez les choses ou qui lisez ou comprennez mal les commentaires, parce que je n’ai pas trouvé un seul qui dit que c’est Damiba qui poursuit le citoyen Kamao. C’est justement ce qu’on reproche au parquet qui a violé les procédure en permettant que ce citoyen soi privé de sa liberté de facon illégale. Dans un pays qui se fait respecter, la gendarmerie ne pouvait pas arrêter KAMAO sans détenir un mandat de la justice, or c’est ce qui s’est passé. Nous voulons apprendre de notre histoire pour construire l’avenir en évitant de repeter les erreurs d’hier aujourd’hui. Hier les arrestations arbitraires ont causé la souffrance et la mort de citoyens Burkinabé, et nous n’avons pas encore réglé ces problèmes, alors, pourquoi au nom d’une justice en déphasage avec nos attentes d’indépendance et d’équité de la justice devrions nous continuer de nous taire jusqu’à ce que le pire arrive encore et qu’on emballe nos pétits enfants dans trente ans avec des histoires de réconciliation ? Personnellement , je pense que Damiba ne s’interesse pas à ces histoires. Mais comme en Gondwana tout est bon pour montrer sa servitude au roi, eh bien ca peut pousser à en faire un peu trop quoi. Donc pour éviter que quelqu’un accusse la justice de partialité, on signale les faits au parquet afin qu’il puisse agir. S’il n’est pas informée, il sera difficile pour lui d’agir. N’est-ce pas ?

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 26 septembre à 17:25, par mahamaneadama6@gmail.com En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

      Décidément, les gens ne tirent jamais des leçons du passé. On a vu des personnes qui, toute honte bue, défendaient l’indéfendable, mentaient vertement devant la presse pour justifier l’injustifiable... Mais aujourd’hui, ils rasent les murs, pour les plus chanceux ; d’autres n’ont même plus de murs à raser car tout s’est écroulé ! Tout est éphémère, tout n’est que vanité !

      Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 08:00, par tcherien En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    le président KOMPAORE a fait ça avant vous ; ou est il maintenant ; comme quoi ça vous rattrape toujours. allons seulement on vous suit mais on vous croit pas .

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 08:08, par HUG En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Qu est ce qui est reproché a monsieur kambou ? Voyez j ai bien peur pour mon pays. Est ce que a dit l ambassadeue de france a dit sur les burkinabés.A t il ete poursuivi ? On parlera de diplomatie....Voyez la justice occidentale me pose un serieux probleme.Si le mpsr avait resolu le terrorisme on n en serait pas là.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 10:57, par Sheikhy En réponse à : Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une peine de trois mois d’emprisonnement ferme

    Je ne polémiquera sur le droit dont je ne suis pas spécialiste. je dirai seulement que ce procès n’était pas opportun. Il faut comprendre qu’on l’a emprisonné pour le punir, sinon ce n’était pas aussi nécessaire. Si on veut néanmoins boucler cette affaire, je suggérerais au juge de prononcer un non-lieu ou la peine minimale assorti de sursis. Si cette peine pouvait être uniquement pécuniaire c’est à dire une simple amende, ce serait idéal. C’est dommage parce que cela peut salir son casier judiciaire inutilement. Encore une fois, je répète à volonté que la justice a d’autres chats à fouetter. C’est eux-mêmes qui disent qu’ils ont trop de dossiers qui prennent des années.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Journée internationale de lutte contre la corruption : « Nous devons prendre conscience du lien étroit entre corruption et terrorisme et agir vite »
Grève à Moov Africa Burkina : « Les travailleurs ne supportent plus d’être méprisés par le directeur général », dénonce le personnel
Sud ouest : le projet fonds enfants vole au secours des enfants vulnérables
Résistance aux antimicrobiens : Les journalistes invités à en faire davantage l’écho
Première édition du prix de l’intégrité : Trois agents retraités de la fonction publique distingués
Burkina Faso : Des civils formés pour aider en cas d’accident et d’incendie
Burkina/Santé : APURMED, l’application qui révolutionne les prescriptions médicales
13e AG du Conseil national de la sécurité alimentaire : La 13e session valide cinq « importantes » décisions à mettre en œuvre
11 Décembre 2022 : Le communiqué de la Grande chancellerie des ordres burkinabè
Situation nationale : « Le Burkina nouveau, ce n’est pas une nouvelle Constitution, ce sont les mentalités qu’il faut changer » (panel ARGA)
Conférence-débat : Réussir le Nexus Science et Diplomatie pour mieux contribuer à relever les défis du Sahel.
11 décembre 2022 : Adjudant-chef à la retraite, Sansan Kambou est élevé à la dignité de Grand-croix de l’Ordre du mérite burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés