Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Bobo-Dioulasso : Des militaires outillés en entrepreneuriat agro-sylvo-pastoral pour leur reconversion civile

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 29 août 2022 à 08h30min
Bobo-Dioulasso : Des militaires outillés en entrepreneuriat agro-sylvo-pastoral pour leur reconversion civile

Le commandement de la deuxième région militaire du Burkina Faso a organisé, du 8 au 26 août 2022 à Bobo-Dioulasso, une session de formation au profit des militaires partant à la retraite. Cet atelier, qui a porté sur l’entrepreneuriat agro-sylvo-pastoral, a réuni une cinquantaine de participants issus de l’ensemble des corps présents dans cette région militaire : armée de terre, armée de l’air, gendarmerie et brigade des sapeurs-pompiers.

Cette session de formation s’inscrit dans le cadre du programme de reconversion à la vie civile des militaires du Burkina Faso. Elle a pour objectif d’aider les participants à réussir le passage de la vie militaire à la vie civile, en les outillant de connaissances pratiques dans les domaines de production agricole, sylvicole et pastorale. Ce vendredi 26 août 2022 a marqué la fin de cette session de formation qui aura duré trois semaines. L’initiative vient répondre au souci du commandement militaire d’accompagner les militaires à intégrer la vie civile avec un savoir-faire, leur garantissant l’auto-employabilité.

En effet, depuis le lancement des activités de reconversion civile des forces armées en 2009, le Bureau d’aide à la reconversion civile de Bobo-Dioulasso, qui couvre la deuxième région militaire, s’est engagé dans une dynamique d’accompagnement des militaires. C’est à ce titre qu’il organise chaque année cette formation qui vise à doter les militaires qui sont presqu’à la retraite, d’outils nécessaires pour qu’ils puissent, à la fin de leur service militaire, s’intégrer de façon correcte au sein du tissu économique et social du pays.

Des militaires outillés en entrepreneuriat agro-sylvo-pastoral pour leur reconversion civile

La formation s’est tenue en deux phases : une session de cours théoriques et une session de cours pratiques avec la visite de certains sites. « Durant les trois semaines de cours, il s’est agi pour nous d’outiller les séminaristes dans les domaines tels que l’agriculture conventionnelle, l’agriculture biologique, l’agro-écologique, l’élevage des bovins, des ovins, des abeilles, de la volaille et des poissons. Nous avons parlé des fertilisants naturels et de la problématique des pesticides, mais aussi de la création d’une entreprise. Nous avons terminé par la visite de fermes », a indiqué le formateur principal, Gédéon Sandwidi.

Selon lui, après cette formation, les participants sont mieux outillés pour leur passage de la vie militaire à la vie civile. Il a conseillé aux futurs entrepreneurs « de commencer avec peu pour grandir. Si on commence grand, on aura des difficultés après. Une entreprise se crée petite et, au fur et à mesure, on grandit », a-t-il conseillé aux séminaristes.

Le directeur central des ressources humaines du ministère de la Défense, le colonel-major Soyo Ardjouma Palé.

Le directeur central des ressources humaines du ministère de la Défense, le colonel-major Soyo Ardjouma Palé, a fait savoir que la même session de formation est organisée simultanément à Ouagadougou. Ces formations sont placées sous le parrainage du directeur général du Fonds national d’appui aux travailleurs déflatés et retraités (FONA-DR), Sibiri Omar Compaoré. A en croire le colonel-major, le FONA-DR est un partenaire privilégié de la reconversion civile des militaires depuis 2013.

« C’est un partenariat qui ne date pas de maintenant. Dans cette collaboration, le FONA-DR nous a accompagnés depuis le début, avec plus de 500 millions de FCFA qui ont été accordés à près de 200 militaires pour mener à bien leurs activités dans le cadre de leur réinsertion dans la société. Bien que l’activité militaire soit terminée, il s’agit pour eux de garder un même niveau de vie. Et c’est le but de cette politique », a-t-il expliqué.

Le chef d’antenne du FONA-DR/région des Hauts-Bassins, Apollinaire Ouédraogo.

Il a par ailleurs fait savoir que cette formation a été bénéfique pour plusieurs militaires qui ont pu monter des activités d’entreprises dans l’agriculture, l’élevage, l’apiculture, la pisciculture et l’aviculture. Ce qui leur a permis d’améliorer leur niveau de vie, mais surtout d’apporter un plus à l’économie nationale. Il invite les apprenants à mettre en œuvre les techniques acquises durant la formation, pour réussir les projets.

Apollinaire Ouédraogo est le chef d’antenne du FONA-DR/région des Hauts-Bassins. À cette activité, il a représenté son directeur général. Dans son allocution, il d’abord salué l’initiative de la formation et le choix porté sur le FONA-DR pour parrainer la cérémonie. Ensuite, il a présenté sa structure à l’assistance. A l’entendre, le FONA-DR a pour mission d’aider à la réinsertion des groupes vulnérables du monde du travail que sont les travailleurs déflatés et retraités par la formation, l’octroi direct ou indirect de prêts, la valorisation de l’expertise et de l’expérience des travailleurs retraités, en vue de la réduction du chômage et de la pauvreté au Burkina Faso.

La remise symbolique d’attestations aux apprenants en fin de formation.

Il intervient dans tous les secteurs et branches d’activités économiques susceptibles de permettre la réinsertion des travailleurs déflatés et retraités dans la vie active. Toutefois, l’activité doit être viable et rentable. « La contribution du fonds date de 2013. A chaque fois qu’il y a eu une session de formation au profit des militaires en phase de reconversion, le fonds a toujours répondu présent pour présenter la structure et ses avantages. Le FONA-DR a toujours été présent et le restera tant que les demandeurs auront les garanties. Beaucoup ont besoin de financement mais ne disposent pas de garantie. A partir du moment où ils disposent de garanties, il n’y a pas de raison que le fonds ne les accompagne pas », a-t-il rappelé. Avant de souligner qu’avec le FONA-DR, une seconde vie est possible.

Le porte-parole des participants, le lieutenant Ousmane Toé, a salué l’initiative de la formation.

Cette formation entre dans le cadre de la politique de lutte contre la pauvreté entreprise par le gouvernement. Pour les bénéficiaires, cette formation est une manière de mieux les préparer à une carrière civile correcte, acceptable et apaisée. Le lieutenant Ousmane Toé est le porte-parole des participants. Au nom de tous les participants, il a salué la hiérarchie militaire pour l’organisation de cet atelier. « Durant la formation, nous avons beaucoup appris sur l’élevage, l’agriculture, etc. Tout cela va apporter un plus dans notre vie, car il n’est pas bon de rester inactif à l’après-carrière. C’est bon pour nous moralement et physiquement et c’est bon aussi pour la nation car nous allons contribuer au développement socio-économique du pays », a-t-il laissé entendre.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Le Sankuy naaba Koabga sacrifie au « Zilikr maongo »
Justice transitionnelle : « Il y a un travail à faire pour combler la distance entre les justiciables et l’appareil judiciaire », Pr Augustin Loada
Moov Africa : Les raisons de la grève des employés de Bobo-Dioulasso
Pépites d’entreprises : Rihanatou Kaboré de Zikflore Burkina remporte la troisième édition
1re édition du prix de l’innovateur au Burkina : Les lauréats reçoivent leurs prix et leurs chèques
Burkina : Les volontaires des Nations-unies solidaires des personnes en situation de handicap
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : Le Pr Charlemagne pour un meilleur accès aux services de santé des femmes
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves physiques et sportives se tiennent du 3 au 11 décembre 2022
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces militaires étrangères sont inefficaces, selon une étude de la fondation Rosa Luxembourg
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur l’approche SHEP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés